PROJET DE RECHERCHE – L’ÉPURATION EN CORSE A L’ISSUE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (étude comparée Corse / Alpes-Maritimes)

L’historiographie de l’épuration révèle qu’en France, le sujet a très rapidement retenu l’attention des chercheurs. Après des approches purement politiques examinant une « histoire d’en haut » , les historiens ont progressivement choisi d’orienter leurs travaux différemment, privilégiant une histoire des individus, une « histoire d’en bas » comme le rappelle François ROUQUET. Des études transversales ont ainsi été menées sur ce sujet, débouchant sur des synthèses , comme celle réalisée sous la direction de Marc-Olivier BARUCH, Une poignée de misérables (2003), ou celle rédigée par Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON, Histoire de l’épuration (2010) pour ne citer que ces deux-là. Plus précisément, des approches thématiques ont été conduites, à l’image de celle de François ROUQUET, L‘épuration dans l’administration française (1993),  Fabrice VIRGILI, La France « virile » des femmes tondues à la Libération (2000), ou encore de Laurent DUGUET, Incarcérer les collaborateurs (2015). Par ailleurs, des études régionales ont également vu le jour et ont permis de brosser le portrait d’une épuration locale différenciée, tels les travaux de Luc CADEVILA, Les Bretons au lendemains de l’Occupation (1999), de Marc BERGERE, L’épuration vécue et perçue à travers le cas du Maine-et-Loire (2003), de Michel BOIVIN, L’épuration dans la Manche (2013) et plus récemment, de Catherine DUGUEPROUX, L’épuration dans la Manche (2016). Ces études régionales si elles comportent des traits communs, attestent également l’existence de particularismes locaux.

En abordant le sujet de « l’épuration en Corse à l’issue de la Seconde Guerre mondiale » dans le cadre d’un master 2, la Corse est apparue comme un territoire atypique, subissant une épuration moins prononcée qu’ailleurs en métropole, cette observation résultant, notamment, de l’examen des statistiques agrégées au niveau national. Cette épuration limitée pourrait être la conjonction de deux phénomènes, celui d’une occupation italienne qui n’a pas véritablement été relayée par l’occupation allemande (la Corse étant libérée le 5 octobre 1943, dans la foulée de l’annonce de la reddition italienne du 8 septembre) et celui d’un territoire au sein duquel, la collaboration a été moins prégnante qu’ailleurs, sans doute en raison des liens sociaux de proximité comme le suggère Hélène CHAUBIN.

Afin de mener à bien cette recherche intitulée « L’épuration en Corse à l’issue de la Seconde guerre mondiale » et pour corroborer la thèse d’un particularisme insulaire, l’idée d’une approche comparée s’est rapidement imposée. Il s’agit dès lors, de mettre en miroir deux territoires – la Corse et les Alpes-Maritimes – présentant, outre des traits communs (deux départements méditerranéens de la zone libre ayant subi l’occupation italienne, tout en ayant une forte densité de population d’origine italienne), des différences marquées —les Alpes-Maritimes connaissent, au contraire de la Corse, une collaboration politique prononcée avant et pendant l’occupation allemande, tout comme elles enregistrent une collaboration économique développée—, débouchant sur une épuration très différente d’un territoire à l’autre. La thèse de doctorat entreprise au sein du CRHQ de l’Université de Caen en 2016 comporte ainsi, l’examen d’un large corpus prosopographique d’épurés, dont les profils et les motivations diffèrent sensiblement d’un territoire à l’autre. En amont, la recherche fait l’objet d’une analyse de contextes issue des rapports des préfets des deux départements, abordant notamment, la mise en place d’une politique de collaboration contrastée au sein de deux territoires imprégnés par l’irrédentisme et l’italophobie. L’exploitation des archives économiques et financières du ministère de l’Economie et des finances révèle, en outre, l’existence d’une collaboration économique, limitée en Corse à l’économie vivrière, au contraire des Alpes-Maritimes qui enregistrent des dérives plus prononcées. Enfin, une étude lexicométrique des procès-verbaux de police et de gendarmerie devrait permettre de souligner des différences sociétales au regard de l’épuration dans les deux territoires.

Doctorant à l’Université de CAEN – UFR Humanités et Sciences Sociales – Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (CRHQ) – Mail : olivier.jacques@unicaen.fr

« L’épuration en Corse à l’issue de la Seconde guerre mondiale », sous la direction de François ROUQUET


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *