Inventaire des ouvrages de la Seconde Guerre mondiale en Normandie – Les réalités du terrain

Retour d’expérience : le contact avec les propriétaires sur le terrain

Le fait de reconnaître et de spatialiser les différents sites en amont de la réalisation de la base de données nous amène inévitablement à rencontrer les nombreux propriétaires des terrains concernés. Si, dans la plupart des cas, les choses se passent pour le mieux, il appert que certaines « réticences » peuvent aussi émaner des propriétaires. La raison essentielle tient le plus souvent à leur volonté de préserver leur tranquillité. En effet, il n’est pas rare que des amateurs de « bunkerarchéologie » s’introduisent sur leurs terrains sans y avoir été autorisés au préalable. Une explication des finalités scientifiques et patrimoniales de notre démarche suffit généralement à lever ces inquiétudes. Mais d’autres facteurs plus originaux rentrent parfois en jeu : le premier tient au fait que nombre de ces personnes s’interrogent sur l’origine et le droit de propriété actuel de ces ouvrages allemands. Plus précisément, elles ignorent si elles en sont réellement les propriétaires en titre. Cette méconnaissance les amène à vouloir préserver une sorte d’anonymat, d’autant plus que nombre de ces ouvrages échappent aux plans réalisés par les services du cadastre. L’inventaire de la DRAC est donc parfois perçu comme une menace éventuelle qui, à terme, prendrait la forme d’une prise en compte de ces biens immeubles par l’administration fiscale. Là encore, Il revient aux enquêteurs de rassurer les propriétaires de ces ouvrages sur la finalité de notre travail.

Au final, il faut souligner l’accueil souvent aimable qui est réservé aux enquêteurs de terrain de la DRAC. À de rares exceptions près, la plupart des propriétaires ne demandent qu’à en savoir davantage. Ils s’étonnent souvent que cet inventaire n’ait pas déjà été effectué. Certains pensent même qu’il est trop tard pour ce faire. Un travail de pédagogie est donc nécessaire. Il revient ainsi aux enquêteurs de terrain de leur apporter une meilleure connaissance sur ce patrimoine, et cela au sens large du mot.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *