Hommage à Patrice Arnaud (1972-2017)

Patrice Arnaud est mort à 45 ans des suites d’une septicémie. C’est une nouvelle terrible, affreusement injuste. Ayant eu le privilège d’être son éditeur et son collègue, je voudrais livrer quelques souvenirs de l’homme et de l’historien, que j’appréciais infiniment.

Mon premier souvenir de Patrice a presque vingt ans. Dominique Veillon, qui co-dirigeait à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) mon mémoire de DEA, m’avait, en début d’année, passé un « modèle » et recommandé de le lire pour m’en inspirer : le mémoire d’un dénommé Patrice Arnaud sur les travailleurs français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (Université Paris 1, 1998). Il y avait tout dans ce volume : clarté et précision de la problématique et du plan envisagé, maîtrise parfaite des sources (dont une grande partie en allemand), développement consistant d’un premier chapitre. Son mémoire de maîtrise (La Délégation officielle française auprès de la deutsche Arbeitsfront 1943-1945, Université Paris I, 1995, 342 p.) était déjà un phénomène. Patrice en avait tiré un bel article pour la revue Vingtième Siècle. C’est dire qu’en comparaison on se sentait comme un petit garçon.

Normalien, agrégé, chercheur rigoureux et extrêmement compétent, Patrice avait tous les atouts pour faire une grande carrière. Que l’université et le CNRS soient passés à côté de lui est un mystère. Je sais qu’il en souffrait.

Il est vrai que son perfectionnisme et des premiers ennuis de santé avaient quelque peu ralenti la réalisation de sa thèse, soutenue en 2006. De ce travail monumental (près de 2 000 pages !), Patrice a tiré la matière d’un grand livre, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945 (CNRS Éditions, 2010), qui a rapidement trouvé son public (réédition poche en 2014, avec un chapitre inédit). De la vie des requis en Allemagne, il a étudié tous les aspects avec une finesse d’analyse et une justesse humaine qui font toute la valeur de son ouvrage, déjà un classique.

Il est vrai aussi que Patrice était tout le contraire de l’arriviste, qui se survend, « réseaute » et épate la galerie. À l’oral, en confiance, il pouvait être très brillant, mais avec lui la forme ne prenait jamais le pas sur le fond. À l’écrit, il ne cédait à aucune facilité, à aucune théorie à la mode. Son écriture était dense et exigeante, au plus près des logiques institutionnelles et du vécu des hommes. C’était un vrai historien.

Travailler avec Patrice était un plaisir. Très intelligent, il comprenait tout rapidement, n’avait pas d’orgueil mal placé, était franc et fiable. L’homme, discret et timide de prime abord, était profondément gentil et généreux. Je me souviens que, recherchant des informations sur la prison de la Gestapo de l’Alexanderplatz à Berlin en 2008, il m’avait spontanément proposé de m’envoyer de la documentation. Ce n’étaient pas des paroles en l’air. Quelques jours plus tard, je recevais par la poste deux livres de témoignage et tout un paquet de photocopies faites par ses soins à l’IHTP. Mes amis Françoise Passera et Grégoire Kauffmann ont bénéficié eux aussi de sa gentillesse et de ses inépuisables conseils.

Mes derniers échanges avec Patrice remontent à l’édition du livre collectif Gestapo et polices allemandes (CNRS Éditions, 2017). Le vaste chapitre d’ouverture qu’il a rédigé (« Qui dirigeait la police allemande en France sous l’Occupation ? ») restera comme la référence pionnière et incontournable sur un sujet encore mal connu. Nous attendions avec impatience sa thèse d’HDR sur la « Gestapo » en France sous l’Occupation. J’aurais rêvé de la publier.

Nous perdons un collègue et un ami de grande valeur. Mais sa mère perd un fils ; sa compagne et sa fille, un mari, un père. Toutes nos pensées vont à elles.

 

Laurent Joly


3 réflexions au sujet de « Hommage à Patrice Arnaud (1972-2017) »

  1. Merci pour cet article bouleversant. M. Arnaud était mon professeur dans ma première et ma deuxième année de lycée. C’est lui qui m’a véritablement fait comprendre ce qu’est « l’Histoire » et le rôle que doit endosser l’historien. Il était exigeant et droit, toujours sérieux, profondément humain. Sa disparition nous a horriblement choquée. C’est déchirant.

  2. La disparition de Patrice Arnaud est un crève-cœur et une terrible injustice. J’ai eu la chance de suivre en tant qu’éditeur deux de ses livres, publiés dans la collection dirigée par mon ami Laurent Joly à CNRS Edition. Ce travail en commun fut pour moi un grand bonheur. Une image me revient. Pourquoi celle-ci plutôt qu’une autre ? Il y a une petite dizaine d’années, je le croisai par hasard boulevard Saint-Germain, non loin de la place Maubert. Il sortait d’une longue journée en immersion aux Archives de la Préfecture de Police. Lunettes de soleil sur le nez, chemisette estival et large sourire, tout dans sa démarche semblait vouloir dire : enfin à l’air libre ! Nous avons papoté assez longtemps sur le boulevard. Lui, de son ambitieuse étude en cours sur la Gestapo en France occupée. Moi, je ne sais plus du tout. Une rencontre en forme de « petit rien », un épisode résolument anecdotique. C’est pourtant le Patrice de cette bonne fin d’après-midi d’été que ma mémoire s’obstine à ressusciter aujourd’hui. Il y avait dans sa voix, dans ses réflexions, dans ses gestes, une entraînante joie de vivre et un enthousiasme communicatif. Une profondeur et un humour qui m’avaient captivé. Adieu Patrice.

  3. Merci de cet article teinté d’un profond respect. Je suis un simple parent d’élève du lycée Carnot, où M. Arnaud enseignait. Cette disparition nous bouleverse, mon fils, mon épouse et moi. L’an dernier, mon fils s’est abîmé la main droite en début de scolarité. M. Arnaud fut le premier à fournir des documents « de substitution  » à la prise de notes et à accepter – exceptionnellement – un devoir sur ordinateur. Cette bienveillance méritait aussi d’être soulignée.
    Que M. Arnaud repose en paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *