Tous les articles par Mauquet Betty

étudiante en master 1

Compte-rendu : Guerre et mouvements de population, 1939-1949, séminaire de Juliette Denis

    Compte-rendu réalisé par Betty Mauquet (étudiante de master 1)

       Juliette Denis, associée au Centre d’étude des mondes russe, caucasien et est-européen, a réalisé en 2015 une thèse sur  la fabrique de la Lettonie soviétique, de 1939 à 1949, et  la soviétisation en temps de guerre. Elle nous expose ici le sujet de la guerre et des mouvements de population à l’Est, une approche de   l’«  Europe de l’entre deux », entre 1939 et 1946. Ce sujet raisonne avec des thèmes évoqués lors de conflits mondiaux antérieurs mais aussi actuels. La zone étudiée s’étend de la mer Baltique à la mer Noire, intégrant ainsi les trois Pays Baltes, une partie de la Pologne mais aussi de la Roumanie. Bref c’est une bande étroite de territoires qui est au cœur des querelles expansionnistes des États germanique et russe. Les débats qui construisent aujourd’hui les querelles frontalières de l’Europe ont une étroite correspondance avec ces changements de frontières et ces créations d’États. La situation sur le terrain se traduit par une multiethnicité, une mosaïque de peuples, d’opinions, de cultures et de religions. Le sujet pose alors des difficultés comme la catégorisation et l’utilisation des termes d’ethnie ou de nationalité. Ici, la nationalité, soit l’appartenance à un peuple, est distinguée de la citoyenneté . Notre intervenante utilise le mot de nationalité, à l’inverse du mode de pensée nazie qui utilise l’ethnie, car ce dernier mot suppose une hiérarchisation . Or en URSS la nationalité n’est pas censée apporter de hiérarchie. Enfin cette zone de l’entre deux permet de voir les déplacements d’Est en Ouest, les déplacements en profondeur dans le territoire que représente l’URSS , c’est-à-dire 1/6e des terres émergées. L’exil dans ces terres s’accompagne d’ un choc culturel et social profond, du fait des milliers de kilomètres parcourus, du changement de langue ou encore de paysage. Comment les exilés trouvent un chemin dans ce pays inconnu ? Mais aussi quel est l’après ? Une zone étroite entraîne ainsi une étude sur un large territoire, mais la question principale étudiée ici est la suivante : En quoi ces déplacements de population reflètent cette partie de l’Europe écartelée entre deux espaces ?

       Tout d’abord, de 1939 à 1941, cette zone est face à une « drôle de Paix ». C’est une zone hors de la guerre mais il y a une impression de future guerre. Tout ceci débute par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, les protocoles «  secrets » prévoyant la division entre annexions soviétiques et allemandes se traduisent en premier lieu par la division de la Pologne. Lors de l’été 1940, les Pays Baltes et la Moldavie sont annexés. Tout ceci se poursuit par une expérimentation de la gestion des déplacements, qui débute par le rapatriement des Allemands de l’Est. Ces communautés germanophones installées depuis le XIIIe siècle en Europe de l’Est, volksdeutsche, exercent une certaine domination sociale, ayant un rôle de relais entre locaux et pouvoirs et la possession les terres. Dans un contexte de politique de conservation de la race aryenne, ils sont « rapatriés » par Hitler en 1939- 1940 vers le IIIE Reich, mais ce rapatriement n’est que de nom, ces communautés n’ayant jamais vécu en Allemagne. Ce rapatriement prend aussi la forme d’échanges entre Russes se retrouvant dans la partie nazie polonaise et Allemands des pays de l’Est. Ceci est nouveau, toute une négociation juridique se met en place. Ainsi naissent les premières formes de déportation, entre rapatriement unilatéral et échange.

     En outre, dès 1939- 1940, quand les pays sont définitivement rattachés à l ‘URSS, le pouvoir stalinien impose en quelques jours une accélération des purges et déportations sur le modèle mis en place dans les années 1930, les massacres en moins. Pour résumer brièvement, il y a eu quatre déportations différentes en Pologne touchant d’abord les militaires polonais, les officiers étant massacrés à côté de la ville de Katyn, puis les grands propriétaires terriens dans la veine de la volonté de collectivisation des terres, puis les réfugiés venant de la Pologne nazie, en général des juifs. Enfin du 12 au 16 juin 1941 la déportation des élites politique, économique est organisée. De plus, les familles de ces hommes sont aussi déportées, soit un total de deux- cent cinquante à trois cent mille personnes, n’ayant pour certains d’élite que le nom n’étant parfois que de simples petits commerçants mais l’élite d’une commune. Les chefs de famille sont condamnés par les tribunaux révolutionnaires, les femmes et les enfants envoyés dans les villages de Sibérie, pour éviter toute vengeance des descendants et une hausse de la criminalité. Ils sont souvent déportés dans des colonies spéciales. Ainsi, il existe deux types d’exils sous Staline: les camps de travail et les colonies spéciales, ce dernier type d’exil étant un exode sans barbelé, où les personnes arrivent dans des villages où la culture est différente. Même si l’accueil est méfiant, au final les témoignages révèlent une entraide. Ainsi la politique de gestion de Staline favorise l’éloignement de l’  « ennemi », caractéristique de sa dictature dans un État à la taille importante, permettant un exil lointain. Staline use du déplacement comme gestion du territoire, comme outil de pouvoir, mais le déplacement représente aussi un soupçon permanent : ce sont des gens déracinés, l’aire du soupçon s’installe. Ainsi, de par cette période avant la guerre, les populations ont un sentiment de violence politique à venir.                                                     

      Puis, du 22 juin 1941, entrée en guerre de l’URSS, au 9 mai 1945, il y a de nouveau des déplacements de masse. L’offensive « inattendue » d’Hitler, qui souhaite détruire l’URSS en trois mois, est facilitée par la mauvaise gestion de la protection des nouvelles frontières annexées. Malgré cela, il y a une évacuation organisée des autorités et de certaines entreprises. Ceci est doublé d’une auto-évacuation des personnes elles-même, cherchant à échapper aux griffes nazies. Ceci concerne entre cinq-cent mille et deux millions de personnes sur les dix-sept millions d’habitants de l’URSS. C’est donc un mouvement de masse, de repli vers l’Est, une fuite en avant rattrapée sans cesse par l’avancée rapide de l’armée nazie. Au final si quatorze mille personnes sont déportées le 14 juin 1941, quarante mille environ s’enfuient de leur propre volonté le 22 juin. Une proximité chronologique et une reprise des mêmes trajets sont perceptibles ici, remettant en question l’idée d’un exil libre et volontaire. Seul le statut distingue ces personnes, mais elles ont les mêmes conditions d’émigration: elles ne parlent pas russe, viennent des mêmes pays et manquent de tout. Les uns sont réprimés par Staline, les autres fuient face à Hitler, mais tous empruntent les uniques voies que représentent le transsibérien, le seul élément structurant cet immense pays. L’État stalinien définit au final des « zones poubelles » où les déportés et les évacués sont soumis à une méfiance, ne parlant pas russe, étant étranger.                                                        

     À l’inverse des considérations de l’Europe de l’Ouest sur le sort des juifs et la Shoah dans les camps, pour l’URSS la Shoah est locale et se traduit par des assassinats par balle à l’endroit même où habitaient les juifs, comme ce fut le cas dans la forêt de Babiyar, où trente-cinq à quarante mille juifs de Kiev furent exterminés en l’espace de deux jours. En zone occupée, les mobilités continuent, les collaborateurs et victimes se déplacent du fait de la présence nazie, les partisans se cachant des nazis et finissant par être poursuivis par la police allemande. Cependant la mobilité n’est pas juive, ces personnes étant immédiatement massacrées. De ce fait, les déportés juifs sous Staline en tant que réfugiés et les évacués juifs qui ont fui Hitler sont reconnaissant envers Staline car selon eux ils ont survécu en ayant pu se réfugier à l’Est, posant ici un débat historiographique nouveau.                                         

Puis l’année 1944 se traduit par la reconquête de l’Armée rouge qui entraîne une panique totale dans les populations civiles, par milliers des Lettons, Polonais et autres nationalités fuient l’armée rouge, du fait de leur statut d’ancien collaborateur ou ayant en tête la répression stalinienne. Entre deux-cent mille et un million sept-cent mille Lettons fuient l’armée rouge par exemple.           

     Enfin, il est étudié les migrations de l’après guerre, entre retours multiples et exils multiples.                                                                                  

     Les imbrications se résolvent, ceux ayant survécus reviennent, les évacués rentrent de l’Est et les déportés nazis de l’Ouest, deux mouvements officiels appelés « ré-évacuation » et rapatriement. Or les territoires sont détruits, les capacités productives réduites, les autorités ne savent où replacer ces populations du fait des destructions. Certains tentent de fuir l’armée rouge en s’exilant à l’ Ouest, pour certains ce sera un exil définitif aux États- Unis, en Allemagne ou encore au Canada. Puis les frontières à la création des deux blocs se referment, il n’y a plus d’ exodes de masse.

     Pour conclure, nous voyons avec cet exposé la multiplicité des cas de figures individuels et surtout l’enchevêtrement des mémoires, la difficulté de représenter cet événement de déplacement de masse qui se définit par de nombreux termes : rapatriement, échange de population, déportation, évacuation, fuite, rapatriement, « ré- évacuation », exil, émigration. La mémoire actuelle des déplacements reste ambiguë, les rescapés juifs considèrent que la déportation stalinienne a été une protection, et ces personnes ne s’identifient pas dans la mémoire de la Shoah européenne ni dans celle des déportations staliniennes. 20% des personnes déportées par Staline ne sont jamais rentrées chez elles, ce qui donne lieu notamment à la désertion de villages entiers. Les sources délaissent cette histoire du vide, posant la question de comment mesurer le vide en histoire ? Bref, cet exposé soulève de nombreuses questions et révèle une histoire perçue du point de vue des populations.