Tous les articles par Françoise Passera

25 janvier 2018 : La douleur

Dans le cadre de ses partenariats avec le Mémorial de Caen et le Café des images, le département Histoire de l’UFR HSS participe à la soirée de projection du film de Emmanuel Finkiel qui est à l’affiche depuis hier, mercredi 17 janvier.

Les film s’inspire du roman autobiographique et éponyme de Marguerite Duras « La Douleur ». Publié en 1983 chez POL, il raconte un épisode douloureux de sa vie : l’arrestation, la déportation et le retour des camps de son mari Robert Antelme.
À l’issue de la projection, François Rouquet, professeur d’histoire contemporaine, reviendra sur le contexte historique du film : le retour des déportés et l’épuration.

La bande annonce 

Le roman est paru en édition de poche :
La Douleur, Paris, Gallimard, 2011 (Folioplus classiques, 212).

Il est disponible dans nos bibliothèques :
– Bibliothèque Pierre Barbéris (Sciences de l’Homme), Salle 1 XXE DUR D
– Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres), cote 167806 et dans ses « Oeuvres complètes » , PLEIADE DUR

La projection et le débat auront lieu au Café des images, le jeudi 25 janvier 2018, à 20h, au tarif habituel du cinéma.

Venez nombreux !

 

1er février 2018 : Les guichets du Louvre

Le film s’inspire d’un des premiers témoignages publiés en 1960,  au titre éponyme, évoquant  la rafle du Vél d’Hiv . Son auteur, Roger Boussinot, est alors jeune étudiant de philosophie à Paris durant l’été 1942. Toute la journée du  16 (ou 17 ?) juillet, il tente désespérément de venir au secours des Juifs raflés dans le Marais et de les faire passer au-delà du musée du Louvre, au-delà des « Guichets », pour rejoindre la rive droite de la Seine.

Presque trente ans après les événements, le réalisateur, Michel Mitrani, adapte  le témoignage à l’écran. Il  est, lui aussi, en 1974, l’un des premiers à  évoquer la persécution des Juifs au cinéma. S’il n’a pas rencontré, à l’époque, l’intérêt de la critique ni celle du public, ce film méconnu n’en reste pas moins l’un des documents cinématographiques les plus intéressants d’un point de vue historique.

Le département Histoire de l’UFR HSS de l’Université de Caen-Normandie a le plaisir d’accueillir pour nous en parler, Laurent Joly, historien, directeur de recherches à l’EHESS, spécialiste de l’histoire des Juifs en France sous l’Occupation. Il nous offrira ainsi une lecture critique, tant du point de vue historique que mémoriel,  qui ne manquera pas de susciter votre intérêt. Venez nombreux !!

Au nouvel amphi de la MRSH (bâtiment F) , à 20h,   le 1er février 2018

Cette manifestation a été organisée par les étudiants du master « Histoire et Patrimoine » , avec le soutien de nos fidèles partenaires  :  Le Café des images et le Mémorial de Caen.

Les tickets de cinéma sont en pré-vente au tarif préférentiel de 3,50€ au bureau de l’association d’histoire (au département de l’UFR HSS), sinon au tarif de 4,50 € au Café des images et aussi avant la projection.

Bonne année 2018 avec HisTeMé !

L’équipe Seconde Guerre mondiale vous adresse une très belle et heureuse année 2018, qu’elle vous apporte de beaux projets (financés…) pour de belles recherches !

Depuis le 1er janvier, le laboratoire de recherche auquel nous sommes rattachés a changé de nom … Le CRHQ n’est plus (snif !)

Mais ce n’est que pour mieux renaître  au sein d’une équipe toujours plus dynamique !
L’équipe d’accueil EA 7455 de l’UFR HSS s’appelle désormais :

HisTeMé
Histoire, Territoires & Mémoires

Longue vie à HisTeMé !!

17 janvier 2018 : Éditer Hitler, Éditer Himmler

ATTENTION ! La séance a lieu sur le campus 1, à la MRSH, Salle des thèses (SH28)

Le séminaire « Traces de guerre » est heureux d’accueillir pour son séminaire de rentrée 2018 (Bonne année !) deux chercheurs impliqués dans la publication de sources historiques.

Florent Brayard, directeur de recherches à l’EHESS, Paris, responsable scientifique de la publication en langue française de Mein Kampf.

Édition originale en langue allemande de « Mein Kampf » par Adolf Hitler, 1926

Il nous présente son intervention :

Mein Kampf est tombé dans le domaine public en janvier 2016. N’importe qui, dans l’absolu, peut le publier sans encourir les foudres de la loi. Pour contrer une diffusion anarchique et problématique de cette source fondamentale de l’histoire du XXe siècle, qui est aussi un brûlot antisémite et antidémocratique, l’Institut für Zeitgeschichte de Munich a fait paraître une édition critique, la première, qui triple le volume du texte par son imposant appareil critique et permet de le saisir avec toutes les informations nécessaires. Une adaptation de cette édition est en cours, pour le compte des éditions Fayard, avec une équipe d’une dizaine d’historiens et germanistes français et allemands. C’est ce chantier éditorial que le co-directeur de la publication, Florent Brayard (CRH, EHESS-CNRS), viendra présenter.

En complément, vous trouverez l’article de Andreas Wirsching, président de l’Institut d’Histoire contemporaine de Munich : « Pour une édition critique de Mein Kampf« , Esprit, 01/2016, p. 102-111.

Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherches à la MRSH de Caen, présentera le projet collectif d’édition critique des agendas de service de Heinrich Himmler, janvier 1943-mars 1945.

Heinrich Himmler, janvier 1942. (Bundesarchiv_Bild_183-S72707)

« Dans la brève histoire du IIIe Reich, Himmler joue un rôle déterminant. Chef de la SS depuis 1929, à qui il a donné une idéologie propre et une ambition élitiste, il a cumulé de nombreuses fonctions au fil des années : chef de la police allemande au sein du ministère de l’Intérieur en juin 1936, Commissaire pour la consolidation de la nation allemande en octobre 1939, ministre de l’Intérieur  en juin 1943, commandant de l’Armée de réserve et de l’Armement en juillet 1944, avant de se voir parallèlement confier des commandements militaires opérationnels à partir de la fin 1944 (groupe d’armées « Haut-Rhin » puis « Vistule »). Finalement capturé par les Britanniques, il se suicide en mai 1945.
Au-delà des titres et des fonctions, Heinrich Himmler passe pour être le « meurtrier du siècle ». Ce sont en effet les organisations et institutions qui, sous sa direction, ont mis en œuvre la Shoah, sans compter la mise en place du système de répression, de persécution et de terreur à travers toute l’Europe occupée.
Cette brève présentation révèle toute l’importance de Himmler en tant qu’exécuteur des basses œuvres du IIIe Reich. Cette fonction déterminante ne saurait toutefois occulter la place prépondérante du « Reichsführer-SS » au sein de l’oligarchie nazie. L’accélération de son parcours politique au cours des deux dernières années du conflit, avec un contrôle de toutes les forces administratives, policières et militaires au sein du Reich à l’été 1944, est à cet égard remarquable, au sens premier terme. C’est précisément cette période de 27 mois d’activités que couvrent ses agendas de service. »

En complément de sa présentation,  vous pouvez lire :

Longerich (Peter), Himmler, H. d’Ormesson, 2010, disponible à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville.

 

Mercredi 6 décembre Trajectoires de mathématiciens pendant l’Occupation

Dans le cadre du séminaire « Traces de guerre », le Centre de Recherches d’Histoire Quantitative accueille Christophe Eckes,  maître de conférences en histoire des mathématiques à l’université de Lorraine.

Il  nous présente son intervention :

Nous reviendrons tout d’abord sur l’état des relations scientifiques entre mathématiciens français et allemands dans les années 1930, en ayant à l’esprit le fait que certains universitaires de langue allemande sont alors contraints à l’exil. Nous verrons ensuite de quelle manière et en fonction de quels intérêts les mathématiciens allemands Harald Geppert et Helmut Hasse sont missionnés à l’automne 1940 pour renouer des liens scientifiques avec leurs homologues français. Nous soulignerons le caractère politique d’une telle mission, qui porte notamment sur le sort réservé à des mathématiciens français retenus en captivité dans des camps d’officiers. Nous verrons pour finir comment ces données nous éclairent sur les comportements et les trajectoires de certains mathématiciens français durant et après la période de l’Occupation.

M. Eckes vous propose de lire, avant le séminaire, deux articles qui enrichiront la séance du séminaire, disponibles en cliquant sur le lien hypertexte :

Eckes (Christophe), « Dater et historiciser le cliché figurant les mathématiciens Gustav Herglotz et Gaston Julia », Images des mathématiques (À paraître).

Audin (Michèle), » Publier sous l’Occupation, I. Autour du cas de Jacques Feldbau et de l’Académie des Sciences », Revue d’histoire des mathématiques, t. 15, fasc. 1, 2009, p. 7-57.

Venez nombreux au Mémorial de Caen, Salle des chercheurs, de 14h à 17h.

Succès pour le séminaire « Histoire et représentations du Débarquement de Normandie »

Le colonel Noulens, professeur à l’école militaire, explique la prise de la Pointe du Hoc par les Rangers du colonel Rudder, le 6 juin 1944.
Benoit Labbey, ingénieur au CRHQ, est en charge du recensement des vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans le département du Calvados.
Françoise Passera présente les différents cimetières alliés et allemands en Normandie.

Les étudiants des séminaires de Paris I, de Rouen et de Caen ont été nombreux à participer au périple sur les plages de Normandie.

Merci à eux et à leurs professeurs pour l’intérêt qu’ils ont porté à l’histoire du Débarquement de Normandie, de sa représentation dans les musées ainsi qu’aux différences culturelles dans la gestion des morts de la guerre.

Merci à Benoît Labbey, Jean-Luc Leleu, Françoise Passera  et au colonel Noulens pour leurs interventions.
Merci à Delphine Leneveu pour l’organisation de la journée.

 

 

Séance du séminaire « Traces de guerre », 18 octobre 2017

La première séance du séminaire se propose de se déplacer sur les traces du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Il s’agira à la fois de comprendre l’événement dans sa dimension militaire et politique mais aussi d’en percevoir, sur le terrain,  les représentations mémorielles.

Nous accueillons les étudiants de l’université de Rouen et de Paris qui reprendront le train le soir même. Merci de nous aider, tout au long de la journée , à respecter au mieux les horaires car le programme est serré.
Conseils : Prévoir en fonction du temps : imperméable avec capuche plutôt que parapluie… et de bonnes chaussures confortables pour la marche.
Le repas (sandwichs) est offert par le laboratoire. Merci de nous mentionner rapidement d’éventuelles allergies ou contraintes alimentaires.

Le Programme journée du 18 octobre 2017  est disponible à ce lien pour être imprimé.

9h-9h15 Accueil des étudiants de Paris et de Rouen dans le hall de la gare.
Rendez-vous des étudiants de Caen dans le hall de la gare.
9h15 précise Départ en bus de la gare routière (depuis le hall de la gare, sortie à gauche).
9h30-9h50 Dans le bus : Le Débarquement : le contexte, stratégies et propagandes

Par Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherche CNRS

10h00-10h20 Dans le bus : Les musées du Débarquement et de la bataille de Normandie, lieux d’histoire, de mémoire et de sociabilité par Françoise Passera, ingénieure d’études au CRHQ
10h30 Visite libre du Musée Airborne à Sainte-Mère-Église
11h30-11h50 Échange autour du parcours muséographique
11h50-12h30 Pause déjeuner
12h30-12h50 Dans le bus : Les cimetières de la Seconde Guerre mondiale en France par Françoise Passera
13h00-13h30 Visite du cimetière militaire allemand à La Cambe
13h30-13h50 Dans le bus : Présentation du Programme collectif de recherche autour des Vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie

Par Benoît Labbey, ingénieur d’études CRHQ, en charge du projet pour le Calvados.

13h50-14h45 Visite de la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin.
15h00 Visite du cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Visite du Wn 62 (nid de résistance allemand), plage d’Omaha

16h45 Départ pour la gare de Caen
17h45 Arrivée gare de Caen

 

Séminaire « Traces de guerre » 2017-2018

Découvrez le programme de notre séminaire universitaire en cliquant ici.

Nous accueillerons lors de cette première séance les étudiants de l’université de Rouen et de Paris I.

Nous nous proposons d’appréhender l’histoire et les représentations du Débarquement et de la Bataille de Normandie … sur le terrain.
Les étudiants auront ainsi l’occasion – selon le temps imparti – de voir différents sites : le cimetière allemand de La Cambe, la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin, le cimetière américain d’Omaha Beach et le musée Airborne de Sainte-Mère-Église.

Plusieurs interventions permettront de mettre en perspective l’histoire du Débarquement et la mémoire qui en résulte.

Ce premier séminaire donnera donc lieu, courant octobre, à une inscription spécifique. Le séminaire étant obligatoire, le déplacement est entièrement pris en charge par l’université.

Toutes les consignes seront publiées sur le carnet de recherche.

Hommage à Patrice Arnaud (1972-2017)

Patrice Arnaud est mort à 45 ans des suites d’une septicémie. C’est une nouvelle terrible, affreusement injuste. Ayant eu le privilège d’être son éditeur et son collègue, je voudrais livrer quelques souvenirs de l’homme et de l’historien, que j’appréciais infiniment.

Mon premier souvenir de Patrice a presque vingt ans. Dominique Veillon, qui co-dirigeait à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) mon mémoire de DEA, m’avait, en début d’année, passé un « modèle » et recommandé de le lire pour m’en inspirer : le mémoire d’un dénommé Patrice Arnaud sur les travailleurs français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (Université Paris 1, 1998). Il y avait tout dans ce volume : clarté et précision de la problématique et du plan envisagé, maîtrise parfaite des sources (dont une grande partie en allemand), développement consistant d’un premier chapitre. Son mémoire de maîtrise (La Délégation officielle française auprès de la deutsche Arbeitsfront 1943-1945, Université Paris I, 1995, 342 p.) était déjà un phénomène. Patrice en avait tiré un bel article pour la revue Vingtième Siècle. C’est dire qu’en comparaison on se sentait comme un petit garçon.

Normalien, agrégé, chercheur rigoureux et extrêmement compétent, Patrice avait tous les atouts pour faire une grande carrière. Que l’université et le CNRS soient passés à côté de lui est un mystère. Je sais qu’il en souffrait.

Il est vrai que son perfectionnisme et des premiers ennuis de santé avaient quelque peu ralenti la réalisation de sa thèse, soutenue en 2006. De ce travail monumental (près de 2 000 pages !), Patrice a tiré la matière d’un grand livre, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945 (CNRS Éditions, 2010), qui a rapidement trouvé son public (réédition poche en 2014, avec un chapitre inédit). De la vie des requis en Allemagne, il a étudié tous les aspects avec une finesse d’analyse et une justesse humaine qui font toute la valeur de son ouvrage, déjà un classique.

Il est vrai aussi que Patrice était tout le contraire de l’arriviste, qui se survend, « réseaute » et épate la galerie. À l’oral, en confiance, il pouvait être très brillant, mais avec lui la forme ne prenait jamais le pas sur le fond. À l’écrit, il ne cédait à aucune facilité, à aucune théorie à la mode. Son écriture était dense et exigeante, au plus près des logiques institutionnelles et du vécu des hommes. C’était un vrai historien.

Travailler avec Patrice était un plaisir. Très intelligent, il comprenait tout rapidement, n’avait pas d’orgueil mal placé, était franc et fiable. L’homme, discret et timide de prime abord, était profondément gentil et généreux. Je me souviens que, recherchant des informations sur la prison de la Gestapo de l’Alexanderplatz à Berlin en 2008, il m’avait spontanément proposé de m’envoyer de la documentation. Ce n’étaient pas des paroles en l’air. Quelques jours plus tard, je recevais par la poste deux livres de témoignage et tout un paquet de photocopies faites par ses soins à l’IHTP. Mes amis Françoise Passera et Grégoire Kauffmann ont bénéficié eux aussi de sa gentillesse et de ses inépuisables conseils.

Mes derniers échanges avec Patrice remontent à l’édition du livre collectif Gestapo et polices allemandes (CNRS Éditions, 2017). Le vaste chapitre d’ouverture qu’il a rédigé (« Qui dirigeait la police allemande en France sous l’Occupation ? ») restera comme la référence pionnière et incontournable sur un sujet encore mal connu. Nous attendions avec impatience sa thèse d’HDR sur la « Gestapo » en France sous l’Occupation. J’aurais rêvé de la publier.

Nous perdons un collègue et un ami de grande valeur. Mais sa mère perd un fils ; sa compagne et sa fille, un mari, un père. Toutes nos pensées vont à elles.

 

Laurent Joly

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

Journée d’études sur les femmes juives du 23 janvier : disponible en ligne

Akadem, le campus numérique juif vient de mettre en ligne l’ensemble des différentes interventions de la journée d’études consacrée aux sources de l’histoire des femmes juives en France pendant et après la Seconde Guerre mondiale 

La très stimulante et enrichissante journée organisée, sous l’égide de Annette Wieviorka et Dominique Trimbur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah avait pour but de susciter des recherches sur les femmes juives en France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans l’après-guerre. Après l’introduction de Annette Wieviorka, la matinée a été consacrée aux divers fonds d’archives susceptibles d’être utilisés, présentés par des chercheurs (Alexandre Doulut et Laurent Joly) et des archivistes (Karen Taiëb, Laure Politis, Catherine Thion et Monique Leblois-Péchon) de différentes institutions. L’après-midi était consacré à la présentation de corpus et d’études de témoignages. Emmanuel Debono a présenté la collection de sources orales de l’USC Shoah Foundation et, moi-même, le corpus EGO 39-45. La présentation de l’instrument de recherche a permis de faire le point sur les témoignages de femmes en général et de femmes juives en particulier publiés depuis la fin de la guerre jusqu’à nos jours. Les communications de Christine Planté et Anny Dayan-Rosenman ont éclairé l’objet d’étude : le témoignage comme objet littéraire.

 

22 mars : La résistance en Europe occidentale

Monument commémoratif à la résistance italienne, place Pilotta à Parme. CC-BY-SA-3.0

À l’occasion de la parution de Une histoire de la résistance en Europe occidentale, Perrin, 2017, le séminaire « Traces de guerre » accueille Olivier Wieviorka, professeur à l’ENS de Cachan, chercheur à l’institut des sciences sociales du politique, spécialiste de l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale.
La conférence aura lieu au Mémorial de Caen de 14h à 17h.

Les étudiants sont invités à lire l’ouvrage avant la conférence, il est disponible à la bibliothèque du CRHQ de l’université de Caen et à la médiathèque du Mémorial de Caen.

 

 

Quatrième de couverture :
La résistance en Europe de l’Ouest a longtemps été considérée comme un phénomène national. Et elle a, de longues années durant, été analysée comme telle, les historiens privilégiant, pour l’étudier, le cadre de leur pays. Pourtant, si les facteurs internes jouèrent un rôle central dans sa naissance, la part des Anglo-Américains dans sa croissance fut éminente : en Norvège comme au Danemark, aux Pays-Bas comme en Belgique, en France et en Italie, l’armée des ombres n’aurait pu croître sans le soutien de Londres d’abord, de Washington ensuite. Il convenait dès lors de décloisonner les frontières et d’élargir les horizons pour offrir la première histoire transnationale de la résistance en Europe occidentale. Pour ce faire, Olivier Wieviorka a étudié l’organisation puis l’action des forces clandestines et des gouvernements en exil de six pays occupés entre 1940 et 1945. En scrutant le rôle de la propagande, du sabotage et de la guérilla dans cet espace ouest-européen, il invite à reconsidérer sans tabou l’action de la résistance, ainsi que ses relations, tantôt cordiales, tantôt conflictuelles, avec les Alliés et les pouvoirs installés à Londres. Tout en mesurant la singularité de chaque pays, ce prisme original lui permet de pointer la communauté de destin qui unit cet ensemble appelé à être libéré par les troupes anglo-américaines. L’auteur lève également le voile sur l’importance des finances, de la logistique et de la planification des grands Alliés dans le développement des forces clandestines, une donnée largement occultée lors des libérations. Il interroge, in fine, l’efficacité de l’armée des ombres, donc de la guerre subversive, dans la chute du IIIe Reich. »

 

 

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme