Tous les articles par Françoise Passera

Succès pour le séminaire « Histoire et représentations du Débarquement de Normandie »

Le colonel Noulens, professeur à l’école militaire, explique la prise de la Pointe du Hoc par les Rangers du colonel Rudder, le 6 juin 1944.
Benoit Labbey, ingénieur au CRHQ, est en charge du recensement des vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans le département du Calvados.
Françoise Passera présente les différents cimetières alliés et allemands en Normandie.

Les étudiants des séminaires de Paris I, de Rouen et de Caen ont été nombreux à participer au périple sur les plages de Normandie.

Merci à eux et à leurs professeurs pour l’intérêt qu’ils ont porté à l’histoire du Débarquement de Normandie, de sa représentation dans les musées ainsi qu’aux différences culturelles dans la gestion des morts de la guerre.

Merci à Benoît Labbey, Jean-Luc Leleu, Françoise Passera  et au colonel Noulens pour leurs interventions.
Merci à Delphine Leneveu pour l’organisation de la journée.

 

 

Séance du séminaire « Traces de guerre », 18 octobre 2017

La première séance du séminaire se propose de se déplacer sur les traces du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Il s’agira à la fois de comprendre l’événement dans sa dimension militaire et politique mais aussi d’en percevoir, sur le terrain,  les représentations mémorielles.

Nous accueillons les étudiants de l’université de Rouen et de Paris qui reprendront le train le soir même. Merci de nous aider, tout au long de la journée , à respecter au mieux les horaires car le programme est serré.
Conseils : Prévoir en fonction du temps : imperméable avec capuche plutôt que parapluie… et de bonnes chaussures confortables pour la marche.
Le repas (sandwichs) est offert par le laboratoire. Merci de nous mentionner rapidement d’éventuelles allergies ou contraintes alimentaires.

Le Programme journée du 18 octobre 2017  est disponible à ce lien pour être imprimé.

9h-9h15 Accueil des étudiants de Paris et de Rouen dans le hall de la gare.
Rendez-vous des étudiants de Caen dans le hall de la gare.
9h15 précise Départ en bus de la gare routière (depuis le hall de la gare, sortie à gauche).
9h30-9h50 Dans le bus : Le Débarquement : le contexte, stratégies et propagandes

Par Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherche CNRS

10h00-10h20 Dans le bus : Les musées du Débarquement et de la bataille de Normandie, lieux d’histoire, de mémoire et de sociabilité par Françoise Passera, ingénieure d’études au CRHQ
10h30 Visite libre du Musée Airborne à Sainte-Mère-Église
11h30-11h50 Échange autour du parcours muséographique
11h50-12h30 Pause déjeuner
12h30-12h50 Dans le bus : Les cimetières de la Seconde Guerre mondiale en France par Françoise Passera
13h00-13h30 Visite du cimetière militaire allemand à La Cambe
13h30-13h50 Dans le bus : Présentation du Programme collectif de recherche autour des Vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie

Par Benoît Labbey, ingénieur d’études CRHQ, en charge du projet pour le Calvados.

13h50-14h45 Visite de la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin.
15h00 Visite du cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Visite du Wn 62 (nid de résistance allemand), plage d’Omaha

16h45 Départ pour la gare de Caen
17h45 Arrivée gare de Caen

 

Séminaire « Traces de guerre » 2017-2018

Découvrez le programme de notre séminaire universitaire en cliquant ici.

Nous accueillerons lors de cette première séance les étudiants de l’université de Rouen et de Paris I.

Nous nous proposons d’appréhender l’histoire et les représentations du Débarquement et de la Bataille de Normandie … sur le terrain.
Les étudiants auront ainsi l’occasion – selon le temps imparti – de voir différents sites : le cimetière allemand de La Cambe, la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin, le cimetière américain d’Omaha Beach et le musée Airborne de Sainte-Mère-Église.

Plusieurs interventions permettront de mettre en perspective l’histoire du Débarquement et la mémoire qui en résulte.

Ce premier séminaire donnera donc lieu, courant octobre, à une inscription spécifique. Le séminaire étant obligatoire, le déplacement est entièrement pris en charge par l’université.

Toutes les consignes seront publiées sur le carnet de recherche.

Hommage à Patrice Arnaud (1972-2017)

Patrice Arnaud est mort à 45 ans des suites d’une septicémie. C’est une nouvelle terrible, affreusement injuste. Ayant eu le privilège d’être son éditeur et son collègue, je voudrais livrer quelques souvenirs de l’homme et de l’historien, que j’appréciais infiniment.

Mon premier souvenir de Patrice a presque vingt ans. Dominique Veillon, qui co-dirigeait à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) mon mémoire de DEA, m’avait, en début d’année, passé un « modèle » et recommandé de le lire pour m’en inspirer : le mémoire d’un dénommé Patrice Arnaud sur les travailleurs français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (Université Paris 1, 1998). Il y avait tout dans ce volume : clarté et précision de la problématique et du plan envisagé, maîtrise parfaite des sources (dont une grande partie en allemand), développement consistant d’un premier chapitre. Son mémoire de maîtrise (La Délégation officielle française auprès de la deutsche Arbeitsfront 1943-1945, Université Paris I, 1995, 342 p.) était déjà un phénomène. Patrice en avait tiré un bel article pour la revue Vingtième Siècle. C’est dire qu’en comparaison on se sentait comme un petit garçon.

Normalien, agrégé, chercheur rigoureux et extrêmement compétent, Patrice avait tous les atouts pour faire une grande carrière. Que l’université et le CNRS soient passés à côté de lui est un mystère. Je sais qu’il en souffrait.

Il est vrai que son perfectionnisme et des premiers ennuis de santé avaient quelque peu ralenti la réalisation de sa thèse, soutenue en 2006. De ce travail monumental (près de 2 000 pages !), Patrice a tiré la matière d’un grand livre, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945 (CNRS Éditions, 2010), qui a rapidement trouvé son public (réédition poche en 2014, avec un chapitre inédit). De la vie des requis en Allemagne, il a étudié tous les aspects avec une finesse d’analyse et une justesse humaine qui font toute la valeur de son ouvrage, déjà un classique.

Il est vrai aussi que Patrice était tout le contraire de l’arriviste, qui se survend, « réseaute » et épate la galerie. À l’oral, en confiance, il pouvait être très brillant, mais avec lui la forme ne prenait jamais le pas sur le fond. À l’écrit, il ne cédait à aucune facilité, à aucune théorie à la mode. Son écriture était dense et exigeante, au plus près des logiques institutionnelles et du vécu des hommes. C’était un vrai historien.

Travailler avec Patrice était un plaisir. Très intelligent, il comprenait tout rapidement, n’avait pas d’orgueil mal placé, était franc et fiable. L’homme, discret et timide de prime abord, était profondément gentil et généreux. Je me souviens que, recherchant des informations sur la prison de la Gestapo de l’Alexanderplatz à Berlin en 2008, il m’avait spontanément proposé de m’envoyer de la documentation. Ce n’étaient pas des paroles en l’air. Quelques jours plus tard, je recevais par la poste deux livres de témoignage et tout un paquet de photocopies faites par ses soins à l’IHTP. Mes amis Françoise Passera et Grégoire Kauffmann ont bénéficié eux aussi de sa gentillesse et de ses inépuisables conseils.

Mes derniers échanges avec Patrice remontent à l’édition du livre collectif Gestapo et polices allemandes (CNRS Éditions, 2017). Le vaste chapitre d’ouverture qu’il a rédigé (« Qui dirigeait la police allemande en France sous l’Occupation ? ») restera comme la référence pionnière et incontournable sur un sujet encore mal connu. Nous attendions avec impatience sa thèse d’HDR sur la « Gestapo » en France sous l’Occupation. J’aurais rêvé de la publier.

Nous perdons un collègue et un ami de grande valeur. Mais sa mère perd un fils ; sa compagne et sa fille, un mari, un père. Toutes nos pensées vont à elles.

 

Laurent Joly

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

Journée d’études sur les femmes juives du 23 janvier : disponible en ligne

Akadem, le campus numérique juif vient de mettre en ligne l’ensemble des différentes interventions de la journée d’études consacrée aux sources de l’histoire des femmes juives en France pendant et après la Seconde Guerre mondiale 

La très stimulante et enrichissante journée organisée, sous l’égide de Annette Wieviorka et Dominique Trimbur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah avait pour but de susciter des recherches sur les femmes juives en France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans l’après-guerre. Après l’introduction de Annette Wieviorka, la matinée a été consacrée aux divers fonds d’archives susceptibles d’être utilisés, présentés par des chercheurs (Alexandre Doulut et Laurent Joly) et des archivistes (Karen Taiëb, Laure Politis, Catherine Thion et Monique Leblois-Péchon) de différentes institutions. L’après-midi était consacré à la présentation de corpus et d’études de témoignages. Emmanuel Debono a présenté la collection de sources orales de l’USC Shoah Foundation et, moi-même, le corpus EGO 39-45. La présentation de l’instrument de recherche a permis de faire le point sur les témoignages de femmes en général et de femmes juives en particulier publiés depuis la fin de la guerre jusqu’à nos jours. Les communications de Christine Planté et Anny Dayan-Rosenman ont éclairé l’objet d’étude : le témoignage comme objet littéraire.

 

22 mars : La résistance en Europe occidentale

Monument commémoratif à la résistance italienne, place Pilotta à Parme. CC-BY-SA-3.0

À l’occasion de la parution de Une histoire de la résistance en Europe occidentale, Perrin, 2017, le séminaire « Traces de guerre » accueille Olivier Wieviorka, professeur à l’ENS de Cachan, chercheur à l’institut des sciences sociales du politique, spécialiste de l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale.
La conférence aura lieu au Mémorial de Caen de 14h à 17h.

Les étudiants sont invités à lire l’ouvrage avant la conférence, il est disponible à la bibliothèque du CRHQ de l’université de Caen et à la médiathèque du Mémorial de Caen.

 

 

Quatrième de couverture :
La résistance en Europe de l’Ouest a longtemps été considérée comme un phénomène national. Et elle a, de longues années durant, été analysée comme telle, les historiens privilégiant, pour l’étudier, le cadre de leur pays. Pourtant, si les facteurs internes jouèrent un rôle central dans sa naissance, la part des Anglo-Américains dans sa croissance fut éminente : en Norvège comme au Danemark, aux Pays-Bas comme en Belgique, en France et en Italie, l’armée des ombres n’aurait pu croître sans le soutien de Londres d’abord, de Washington ensuite. Il convenait dès lors de décloisonner les frontières et d’élargir les horizons pour offrir la première histoire transnationale de la résistance en Europe occidentale. Pour ce faire, Olivier Wieviorka a étudié l’organisation puis l’action des forces clandestines et des gouvernements en exil de six pays occupés entre 1940 et 1945. En scrutant le rôle de la propagande, du sabotage et de la guérilla dans cet espace ouest-européen, il invite à reconsidérer sans tabou l’action de la résistance, ainsi que ses relations, tantôt cordiales, tantôt conflictuelles, avec les Alliés et les pouvoirs installés à Londres. Tout en mesurant la singularité de chaque pays, ce prisme original lui permet de pointer la communauté de destin qui unit cet ensemble appelé à être libéré par les troupes anglo-américaines. L’auteur lève également le voile sur l’importance des finances, de la logistique et de la planification des grands Alliés dans le développement des forces clandestines, une donnée largement occultée lors des libérations. Il interroge, in fine, l’efficacité de l’armée des ombres, donc de la guerre subversive, dans la chute du IIIe Reich. »

 

 

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme

7 février : Au Ciné-Histoire : La Guerre froide

Le mardi 7 février, en collaboration avec le Mémorial de Caen et le Café des images, projection du documentaire :

Red Army de Gabe Polsky

Le film retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace surnommée « L’Armée Rouge ». L’ancien capitaine de l’équipe Slava Fetisov revient sur son parcours hors du commun. D’abord adulé en héros national, il est ensuite condamné comme ennemi politique. Red Army raconte l’histoire de la Guerre Froide menée sur la glace et la vie d’un homme qui a tenu tête au système soviétique.

La soirée a été organisée par les étudiants du Master professionnel « Métiers du patrimoine culturel et historique » de l’UFR HSS de l’université de Caen.

Informations pratiques : cine-histoire-red-army-1

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Merci au Mémorial de Caen pour son accueil et à Juliette Denis pour cette conférence particulièrement stimulante et enrichissante. Compte-rendu à suivre ….

Juliette Denis et les étudiants en master du séminaire Traces de guerre

 

Le CRHQ accueille dans son séminaire « Traces de guerre », Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ « Europe de l’entre-deux », coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

« Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3

Les Mémoriales 2016

17

Le Centre de Recherches d’Histoire Quantitative et le Mémorial de Caen se sont associés pour organiser, le 30 novembre et 1er décembre 2016  deux journées d’études, ouvertes au public, sur l’actualité de la recherche autour de la Seconde Guerre mondiale.

Le mercredi 30 novembre, 14 h-17 h
Le séminaire « Traces de guerre » est consacré au Sport à l’ère totalitaire. Il est ouvert au public et accueille exceptionnellement trois conférences :
Contrôle des corps ou quête de liberté?  Le sport derrière les barbelés
par Doriane Gomet, maître de conférences à l’université Rennes II.
La politique sportive du Gouvernement de Vichy : quelles réalités ?
Par Christophe Pécout, maître de conférences à l’université de Lille  2.
Sport et éducation physique en Zone interdite (1940/1944) : une culture d’évasion ? 
Par Olivier Chovaux, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Artois

 Le jeudi 1er décembre : colloque « Jeunes chercheurs »
10h : S’engager,  Sous la présidence de Alya Aglan, professeure à l’Université de Paris 1 (CIRICE)
La Légion française des combattants
Par Anne Sophie Anglaret, Université de Paris 1
Résister en Haute-Normandie, une histoire politique d’en bas
Par Mason Norton, Université de Edge Hill, Royaume-Uni
Les réseaux de résistance de la France combattante (1940-1945
Par Guillaume Pollack, Université de Paris1

14h30 : Écrire le quotidien, Sous la présidence de François Rouquet, professeur à l’université de Caen, CRHQ
Tenir son journal sous l’Occupation : essai d’histoire culturelle
Par Hakim Rezgui, Université de Paris 1
La conduite pas si « korrekt ». La vie quotidienne des troupes d’occupation en France pendant la Deuxième Guerre mondiale par Byron Schirbock, Université de Cologne, Allemagne

15h45 : Écrire l’histoire, Sous la présidence de Gaël Eismann, maître de conférences à l’université de Caen, CRHQ
Jacques Desoubrie et Robert Alesch : histoire de deux espions
Par Benedetta Carnaghi, Université de Cornell, USA
Appréhensions du présent, compréhensions du passé : écrire l’histoire en France pendant la seconde guerre mondiale
Par Jean-François Bonhoure, Université de Paris 1

Séminaire du 11 janvier 2017 : Le Mont-Valérien

En collaboration avec l’université de Paris I et le séminaire Traces de guerre, les étudiants  de l’université de Caen se rendent au Mont-Valérien. Cette forteresse militaire du XIXe siècle a été le principal lieu d’exécution de résistants et d’otages pendant l’Occupation. La visite du site permettra de revenir sur les politiques de répression allemande et française à travers les parcours muséographiques.
Et, à l’occasion du centenaire de la participation américaine à la Première Guerre mondiale, nous visiterons le cimetière américain de Suresnes et le musée de la colombophilie militaire où repose « Vaillant », pigeon voyageur cité à l’ordre de la Nation, comme un soldat.

Voir ci-dessous le déroulement de la journée Continuer la lecture de Séminaire du 11 janvier 2017 : Le Mont-Valérien