Archives de catégorie : Séminaires

Succès pour le séminaire « Histoire et représentations du Débarquement de Normandie »

Le colonel Noulens, professeur à l’école militaire, explique la prise de la Pointe du Hoc par les Rangers du colonel Rudder, le 6 juin 1944.
Benoit Labbey, ingénieur au CRHQ, est en charge du recensement des vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans le département du Calvados.
Françoise Passera présente les différents cimetières alliés et allemands en Normandie.

Les étudiants des séminaires de Paris I, de Rouen et de Caen ont été nombreux à participer au périple sur les plages de Normandie.

Merci à eux et à leurs professeurs pour l’intérêt qu’ils ont porté à l’histoire du Débarquement de Normandie, de sa représentation dans les musées ainsi qu’aux différences culturelles dans la gestion des morts de la guerre.

Merci à Benoît Labbey, Jean-Luc Leleu, Françoise Passera  et au colonel Noulens pour leurs interventions.
Merci à Delphine Leneveu pour l’organisation de la journée.

 

 

Séance du séminaire « Traces de guerre », 18 octobre 2017

La première séance du séminaire se propose de se déplacer sur les traces du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Il s’agira à la fois de comprendre l’événement dans sa dimension militaire et politique mais aussi d’en percevoir, sur le terrain,  les représentations mémorielles.

Nous accueillons les étudiants de l’université de Rouen et de Paris qui reprendront le train le soir même. Merci de nous aider, tout au long de la journée , à respecter au mieux les horaires car le programme est serré.
Conseils : Prévoir en fonction du temps : imperméable avec capuche plutôt que parapluie… et de bonnes chaussures confortables pour la marche.
Le repas (sandwichs) est offert par le laboratoire. Merci de nous mentionner rapidement d’éventuelles allergies ou contraintes alimentaires.

Le Programme journée du 18 octobre 2017  est disponible à ce lien pour être imprimé.

9h-9h15 Accueil des étudiants de Paris et de Rouen dans le hall de la gare.
Rendez-vous des étudiants de Caen dans le hall de la gare.
9h15 précise Départ en bus de la gare routière (depuis le hall de la gare, sortie à gauche).
9h30-9h50 Dans le bus : Le Débarquement : le contexte, stratégies et propagandes

Par Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherche CNRS

10h00-10h20 Dans le bus : Les musées du Débarquement et de la bataille de Normandie, lieux d’histoire, de mémoire et de sociabilité par Françoise Passera, ingénieure d’études au CRHQ
10h30 Visite libre du Musée Airborne à Sainte-Mère-Église
11h30-11h50 Échange autour du parcours muséographique
11h50-12h30 Pause déjeuner
12h30-12h50 Dans le bus : Les cimetières de la Seconde Guerre mondiale en France par Françoise Passera
13h00-13h30 Visite du cimetière militaire allemand à La Cambe
13h30-13h50 Dans le bus : Présentation du Programme collectif de recherche autour des Vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie

Par Benoît Labbey, ingénieur d’études CRHQ, en charge du projet pour le Calvados.

13h50-14h45 Visite de la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin.
15h00 Visite du cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Visite du Wn 62 (nid de résistance allemand), plage d’Omaha

16h45 Départ pour la gare de Caen
17h45 Arrivée gare de Caen

 

Séminaire « Traces de guerre » 2017-2018

Découvrez le programme de notre séminaire universitaire en cliquant ici.

Nous accueillerons lors de cette première séance les étudiants de l’université de Rouen et de Paris I.

Nous nous proposons d’appréhender l’histoire et les représentations du Débarquement et de la Bataille de Normandie … sur le terrain.
Les étudiants auront ainsi l’occasion – selon le temps imparti – de voir différents sites : le cimetière allemand de La Cambe, la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin, le cimetière américain d’Omaha Beach et le musée Airborne de Sainte-Mère-Église.

Plusieurs interventions permettront de mettre en perspective l’histoire du Débarquement et la mémoire qui en résulte.

Ce premier séminaire donnera donc lieu, courant octobre, à une inscription spécifique. Le séminaire étant obligatoire, le déplacement est entièrement pris en charge par l’université.

Toutes les consignes seront publiées sur le carnet de recherche.

Compte-rendu : Guerre et mouvements de population, 1939-1949, séminaire de Juliette Denis

    Compte-rendu réalisé par Betty Mauquet (étudiante de master 1)

       Juliette Denis, associée au Centre d’étude des mondes russe, caucasien et est-européen, a réalisé en 2015 une thèse sur  la fabrique de la Lettonie soviétique, de 1939 à 1949, et  la soviétisation en temps de guerre. Elle nous expose ici le sujet de la guerre et des mouvements de population à l’Est, une approche de   l’«  Europe de l’entre deux », entre 1939 et 1946. Ce sujet raisonne avec des thèmes évoqués lors de conflits mondiaux antérieurs mais aussi actuels. La zone étudiée s’étend de la mer Baltique à la mer Noire, intégrant ainsi les trois Pays Baltes, une partie de la Pologne mais aussi de la Roumanie. Bref c’est une bande étroite de territoires qui est au cœur des querelles expansionnistes des États germanique et russe. Les débats qui construisent aujourd’hui les querelles frontalières de l’Europe ont une étroite correspondance avec ces changements de frontières et ces créations d’États. La situation sur le terrain se traduit par une multiethnicité, une mosaïque de peuples, d’opinions, de cultures et de religions. Le sujet pose alors des difficultés comme la catégorisation et l’utilisation des termes d’ethnie ou de nationalité. Ici, la nationalité, soit l’appartenance à un peuple, est distinguée de la citoyenneté . Notre intervenante utilise le mot de nationalité, à l’inverse du mode de pensée nazie qui utilise l’ethnie, car ce dernier mot suppose une hiérarchisation . Or en URSS la nationalité n’est pas censée apporter de hiérarchie. Enfin cette zone de l’entre deux permet de voir les déplacements d’Est en Ouest, les déplacements en profondeur dans le territoire que représente l’URSS , c’est-à-dire 1/6e des terres émergées. L’exil dans ces terres s’accompagne d’ un choc culturel et social profond, du fait des milliers de kilomètres parcourus, du changement de langue ou encore de paysage. Comment les exilés trouvent un chemin dans ce pays inconnu ? Mais aussi quel est l’après ? Une zone étroite entraîne ainsi une étude sur un large territoire, mais la question principale étudiée ici est la suivante : En quoi ces déplacements de population reflètent cette partie de l’Europe écartelée entre deux espaces ?

       Tout d’abord, de 1939 à 1941, cette zone est face à une « drôle de Paix ». C’est une zone hors de la guerre mais il y a une impression de future guerre. Tout ceci débute par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, les protocoles «  secrets » prévoyant la division entre annexions soviétiques et allemandes se traduisent en premier lieu par la division de la Pologne. Lors de l’été 1940, les Pays Baltes et la Moldavie sont annexés. Tout ceci se poursuit par une expérimentation de la gestion des déplacements, qui débute par le rapatriement des Allemands de l’Est. Ces communautés germanophones installées depuis le XIIIe siècle en Europe de l’Est, volksdeutsche, exercent une certaine domination sociale, ayant un rôle de relais entre locaux et pouvoirs et la possession les terres. Dans un contexte de politique de conservation de la race aryenne, ils sont « rapatriés » par Hitler en 1939- 1940 vers le IIIE Reich, mais ce rapatriement n’est que de nom, ces communautés n’ayant jamais vécu en Allemagne. Ce rapatriement prend aussi la forme d’échanges entre Russes se retrouvant dans la partie nazie polonaise et Allemands des pays de l’Est. Ceci est nouveau, toute une négociation juridique se met en place. Ainsi naissent les premières formes de déportation, entre rapatriement unilatéral et échange.

     En outre, dès 1939- 1940, quand les pays sont définitivement rattachés à l ‘URSS, le pouvoir stalinien impose en quelques jours une accélération des purges et déportations sur le modèle mis en place dans les années 1930, les massacres en moins. Pour résumer brièvement, il y a eu quatre déportations différentes en Pologne touchant d’abord les militaires polonais, les officiers étant massacrés à côté de la ville de Katyn, puis les grands propriétaires terriens dans la veine de la volonté de collectivisation des terres, puis les réfugiés venant de la Pologne nazie, en général des juifs. Enfin du 12 au 16 juin 1941 la déportation des élites politique, économique est organisée. De plus, les familles de ces hommes sont aussi déportées, soit un total de deux- cent cinquante à trois cent mille personnes, n’ayant pour certains d’élite que le nom n’étant parfois que de simples petits commerçants mais l’élite d’une commune. Les chefs de famille sont condamnés par les tribunaux révolutionnaires, les femmes et les enfants envoyés dans les villages de Sibérie, pour éviter toute vengeance des descendants et une hausse de la criminalité. Ils sont souvent déportés dans des colonies spéciales. Ainsi, il existe deux types d’exils sous Staline: les camps de travail et les colonies spéciales, ce dernier type d’exil étant un exode sans barbelé, où les personnes arrivent dans des villages où la culture est différente. Même si l’accueil est méfiant, au final les témoignages révèlent une entraide. Ainsi la politique de gestion de Staline favorise l’éloignement de l’  « ennemi », caractéristique de sa dictature dans un État à la taille importante, permettant un exil lointain. Staline use du déplacement comme gestion du territoire, comme outil de pouvoir, mais le déplacement représente aussi un soupçon permanent : ce sont des gens déracinés, l’aire du soupçon s’installe. Ainsi, de par cette période avant la guerre, les populations ont un sentiment de violence politique à venir.                                                     

      Puis, du 22 juin 1941, entrée en guerre de l’URSS, au 9 mai 1945, il y a de nouveau des déplacements de masse. L’offensive « inattendue » d’Hitler, qui souhaite détruire l’URSS en trois mois, est facilitée par la mauvaise gestion de la protection des nouvelles frontières annexées. Malgré cela, il y a une évacuation organisée des autorités et de certaines entreprises. Ceci est doublé d’une auto-évacuation des personnes elles-même, cherchant à échapper aux griffes nazies. Ceci concerne entre cinq-cent mille et deux millions de personnes sur les dix-sept millions d’habitants de l’URSS. C’est donc un mouvement de masse, de repli vers l’Est, une fuite en avant rattrapée sans cesse par l’avancée rapide de l’armée nazie. Au final si quatorze mille personnes sont déportées le 14 juin 1941, quarante mille environ s’enfuient de leur propre volonté le 22 juin. Une proximité chronologique et une reprise des mêmes trajets sont perceptibles ici, remettant en question l’idée d’un exil libre et volontaire. Seul le statut distingue ces personnes, mais elles ont les mêmes conditions d’émigration: elles ne parlent pas russe, viennent des mêmes pays et manquent de tout. Les uns sont réprimés par Staline, les autres fuient face à Hitler, mais tous empruntent les uniques voies que représentent le transsibérien, le seul élément structurant cet immense pays. L’État stalinien définit au final des « zones poubelles » où les déportés et les évacués sont soumis à une méfiance, ne parlant pas russe, étant étranger.                                                        

     À l’inverse des considérations de l’Europe de l’Ouest sur le sort des juifs et la Shoah dans les camps, pour l’URSS la Shoah est locale et se traduit par des assassinats par balle à l’endroit même où habitaient les juifs, comme ce fut le cas dans la forêt de Babiyar, où trente-cinq à quarante mille juifs de Kiev furent exterminés en l’espace de deux jours. En zone occupée, les mobilités continuent, les collaborateurs et victimes se déplacent du fait de la présence nazie, les partisans se cachant des nazis et finissant par être poursuivis par la police allemande. Cependant la mobilité n’est pas juive, ces personnes étant immédiatement massacrées. De ce fait, les déportés juifs sous Staline en tant que réfugiés et les évacués juifs qui ont fui Hitler sont reconnaissant envers Staline car selon eux ils ont survécu en ayant pu se réfugier à l’Est, posant ici un débat historiographique nouveau.                                         

Puis l’année 1944 se traduit par la reconquête de l’Armée rouge qui entraîne une panique totale dans les populations civiles, par milliers des Lettons, Polonais et autres nationalités fuient l’armée rouge, du fait de leur statut d’ancien collaborateur ou ayant en tête la répression stalinienne. Entre deux-cent mille et un million sept-cent mille Lettons fuient l’armée rouge par exemple.           

     Enfin, il est étudié les migrations de l’après guerre, entre retours multiples et exils multiples.                                                                                  

     Les imbrications se résolvent, ceux ayant survécus reviennent, les évacués rentrent de l’Est et les déportés nazis de l’Ouest, deux mouvements officiels appelés « ré-évacuation » et rapatriement. Or les territoires sont détruits, les capacités productives réduites, les autorités ne savent où replacer ces populations du fait des destructions. Certains tentent de fuir l’armée rouge en s’exilant à l’ Ouest, pour certains ce sera un exil définitif aux États- Unis, en Allemagne ou encore au Canada. Puis les frontières à la création des deux blocs se referment, il n’y a plus d’ exodes de masse.

     Pour conclure, nous voyons avec cet exposé la multiplicité des cas de figures individuels et surtout l’enchevêtrement des mémoires, la difficulté de représenter cet événement de déplacement de masse qui se définit par de nombreux termes : rapatriement, échange de population, déportation, évacuation, fuite, rapatriement, « ré- évacuation », exil, émigration. La mémoire actuelle des déplacements reste ambiguë, les rescapés juifs considèrent que la déportation stalinienne a été une protection, et ces personnes ne s’identifient pas dans la mémoire de la Shoah européenne ni dans celle des déportations staliniennes. 20% des personnes déportées par Staline ne sont jamais rentrées chez elles, ce qui donne lieu notamment à la désertion de villages entiers. Les sources délaissent cette histoire du vide, posant la question de comment mesurer le vide en histoire ? Bref, cet exposé soulève de nombreuses questions et révèle une histoire perçue du point de vue des populations.

Compte-rendu du séminaire d’Olivier Wierviorka – Histoire de la Résistance en Europe Occidentale

BARNABE Charlotte
MASTER 1

Depuis sa thèse soutenue en 1992, jusque son plus récent ouvrage, Olivier Wierviorka a fait de la résistance un de ses thèmes de prédilection, devenant par la même un éminent spécialiste du sujet. Professeur à l’ENS de Cachan, il vient de publier le résultat de ses toutes dernières recherches, sous le titre Histoire de la Résistance en Europe occidentale. Partant des sources anglo-américaines, il a beaucoup travaillé à partir des fonds du Special Operations Executive, du Political Warfare Executive, de la BBC, des ministères des Affaires étrangères, de l’Office of Strategic Services et de l’Office of War Information, laissant à plus tard l’étude des sources nationales. L’avancée historiographique que constitue cet ouvrage est déjà perceptible dans le titre lui-même : l’histoire de la résistance n’est plus nationale, mais concerne ici six pays de l’Ouest savamment choisis puisque tous en dehors du champ d’aide directe de l’URSS : la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark et la Belgique. C’est par ce prisme transational innovant que l’historien entend mieux saisir la contribution de la résistance à la libération de leur pays, en synergie avec les troupes régulières alliées, et en correspondance avec la stratégie d’ensemble anglo-américaine.

 

L’ouvrage d’Olivier Wierviorka permet de faire émerger de grandes dynamiques communes au sein des différentes résistances qualifiées    »d’autochtones ». Au moment des défaites, spontanément, sans l’aide des Alliés, des actes résistants, conscients ou non, émergent au sein de la population. Des plus discrets aux plus éclatants, de la collecte de renseignements (Belgique) et des exfiltrations de parachutistes tombés (France, Danemark) aux impressionnantes grèves dans l’Europe du Nord d’avril 1941,  ces actions naissent librement et sans encouragement. Cependant, aux idées se confrontent les réalités matérielles. Pour Olivier Wierviorka, sans l’aide protéiforme des Alliés, aucune résistance de d’aucun pays n’aurait pu se développer durablement et mener à bien le but qu’elle s’était donné. Ainsi est remise en cause la vieille idée que certains pays, comme la France ou le Danemark se sont libérés pour beaucoup  par eux-mêmes : les troupes anglo-américaines ont assuré le gros des combats, reléguant les résistants à un rôle combattant mineur, et les commandements ont fourni argent, transmissions (liaisons radio vers Londres et entre les réseaux, BBC pour donner les ordres), et surtout, stratégie. Une fois encore, l’historien revient sur des présupposés : l’action de la résistance était moins efficace par les destructions opérées, spécialement d’infrastructures de transport, qu’elle visait aussi à leur préservation.

Un des apports majeurs  de cette étude relève de la perception deq forces résistantes par les Alliés. Quelle foi avaient-ils en elles ? Quel sérieux leur attribuaient-ils ? L’historien s’est plongé dans l’histoire culturelle du peuple anglais et décèle plusieurs facteurs éclairants. À l’image de Colin Gubbins, patron du SOE, les différentes confrontations à la guerre subversive, en Afrique du Sud, en Irlande, en Russie, associées à l’idée romantique, ancrée dans les esprits de gauche du gouvernement d’union nationale, d’un soulèvement des peuples opprimés, favorisent la prise au sérieux des forces de la résistance. En réalité, confrontés à leurs faibles effectifs et à la répression allemande des révoltes populaires, le commandement anglais n’avait semble-t-il pas réellement d’autre choix. Si l’optimisme des Anglais, après l’échec de l’opération allemande Seelöwe, ne fait que renforcer ce constat, l’historien lui-même le nuance en précisant que certains membres de l’armée, spécifiquement les aviateurs, rejettent en bloc l’idée de s’appuyer sur des forces locales inconnues et non militaires.
Olivier Wieviorka établit des bornes chronologiques marquant les évolutions de cette perception. Quand les cartes des forces militaires se redistribuent, après l’année 1941 et l’entrée en guerre de l’URSS et des USA, l’intérêt de la guerre subversive pour les Anglais diminue. Les dirigeants alliés ne croient pas beaucoup aux capacités de la résistance. Les tâches confiées aux résistants évoluent elles aussi. Après l’échec des révoltes populaires, on cherche à toucher, par des sabotages notamment, la puissance militaire et industrielle allemande, grâce à l’encadrement des agents spécialisés du SOE, les organisors. Si la résistance se renforce pendant l’occupation, Olivier Wieviorka précise bien qu’elle manque toujours de moyens, par réticence à armer les résistants, mais aussi du fait de la difficulté des opérations de livraisons des ressources. Pendant et après le débarquement, les opérations se multiplient et se diversifient qu’il s’agisse de sabotage des lignes de communication, ou de petite guérilla tout en évitant le bain de sang.

La population non résistante est également mise à contribution, par les campagnes de la BBC qui l’enjoignent au  »Go slow » dans les usines et à l’indifférence dans les rues. Sans prendre les armes, il existerait alors comme une sorte de  »résistance d’esprit », non violente, passive, qui se heurte moins au problème de légitimité qu’impose le fait d’entrer en résistance, problème qui se pose tant aux autorités alliées, qu’aux potentiels résistants eux-mêmes. Plusieurs pays de la zone étudiée entrent dans ce cas de figure, la France, la Belgique, l’Italie, le Danemark, dont une partie des membres du pouvoir sont restés en place, malgré l’exil possible de ministres ou plus généralement d’hommes d’Etat. Dès lors, entrer en résistance peut rimer avec trahison patriotique et désobéissance au chef de l’Etat ; c’est en partie comme cela qu’Olivier Wieviorka explique les difficultés anglaises à recruter des volontaires italiens. Cette situation est d’autant plus délicate au Danemark où le roi Christian mène une politique de simple accommodation, en accord avec son penchant pro-allié, ce qui a pu décourager les résistants, du moins jusqu’en 1943. Ces situations sont aussi délicates pour les autorités alliées, à qui se pose le problème de la reconnaissance. Vaut-il mieux garder une administration compromise mais maintenant l’ordre, ou la supprimer et provoquer le désordre ? Ce genre de dilemme se pose en des termes parfois plutôt prosaïques, notamment en matière de censure des émissions étrangères de la BBC, laquelle doit trouver une sorte d’équilibre, ou une échappatoire par le biais des radio units, permettant d’émettre des messages à des auditorats spécifiques que la radio officielle anglaise n’aurait pu diffuser.
Le travail d’Olivier Wierwioka est d’autant plus riche qu’il explore tous les points de vue. Après les Alliés, après les résistants, il tourne son regard vers les pouvoirs en exil, tiraillés entre les intérêts alliés et les intérêts de la nation qu’ils entendent représenter, en dépit des hésitations alliées quant à leur reconnaissance. L’affaire des îles Lofoten est particulièrement représentative de ce genre de dilemme. La vision transnationale de la résistance remet en lumière les enjeux qui lui sont inhérents. Si les pouvoirs en exil se pensent comme chefs des pays qu’ils ont quittés, ils pensent pouvoir revendiquer le commandement de leurs résistances nationales, au grand dam des Alliés. Cette question crée des tensions internes  en Angleterre, notamment entre l’Intelligence Service, proche des conservateurs anglais, et le SOE, créé afin de réduire les craintes travaillistes et de pallier les faiblesses de l’IS. Les résistants de l’intérieur entendraient aussi commander leurs forces. Dans un premier temps, pour des motifs opérationnels et, de plus en plus, pour des raisons politiques, augmentant dès lors le risque de double pouvoir ou de prise de pouvoir communiste à la libération, ce que les Alliés tentent d’enrayer, par des mécanismes d’intégration par exemple (c’est le cas du CNR). Olivier Wieviorka rend ainsi compte des tensions et délicatesses presque diplomatiques entre les différentes forces, puisque la situation rend les uns et les autres interdépendants. Les Britanniques ont besoin de personnel qui parle la langue nationale par exemple, d’où des phénomènes de coopération, comme le comité anglais et norvégien mis en place dès 1942. La situation se complique parfois à cause de tensions internes, comme c’est le cas en Belgique, entre la Sûreté, soutenant l’espionnage, et la Deuxième Section préférant le sabotage. L’union entre les forces régulières et subversives,  si compliquée soit-elle,  a tout de même facilité la défaite nazie.

L’apport de cet ouvrage est multiple : il renouvelle l’historiographie de la résistance par ce prisme transnational, qui permet de mieux comprendre le phénomène résistant dans sa globalité, extrait des particularités singulières à chaque pays. Il permet de rendre compte des grandes dynamiques transcendant les résistances nationales, et de mieux appréhender le problème général que posait la résistance aux Alliés, en termes politiques, en termes de gestion, en termes de confiance et donc de moyens. Olivier Wieviorka rend compte également de  »l’enjeu résistant » au sein du conflit, pour les Alliés, pour les pouvoirs en exils, et pour les résistants eux-mêmes. Il remet en cause l’image d’Épinal d’une coalition d’alliés, de résistants et de pouvoirs exilés tous unis, sans dissension et traduit les  rapports de force issus de visions parfois totalement opposées. Il pose un regard plus pragmatique sur les actions de la résistance et du SOE, plus nuancées et moins héroiques que la vision qui en est traditionnellement donnée. Enfin, cet ouvrage a le mérite de répondre au vide mémoriel lié jusqu’ici à l’importance de l’action du SOE et de l’aide qu’il apporta aux forces résistantes.

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

22 mars : La résistance en Europe occidentale

Monument commémoratif à la résistance italienne, place Pilotta à Parme. CC-BY-SA-3.0

À l’occasion de la parution de Une histoire de la résistance en Europe occidentale, Perrin, 2017, le séminaire « Traces de guerre » accueille Olivier Wieviorka, professeur à l’ENS de Cachan, chercheur à l’institut des sciences sociales du politique, spécialiste de l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale.
La conférence aura lieu au Mémorial de Caen de 14h à 17h.

Les étudiants sont invités à lire l’ouvrage avant la conférence, il est disponible à la bibliothèque du CRHQ de l’université de Caen et à la médiathèque du Mémorial de Caen.

 

 

Quatrième de couverture :
La résistance en Europe de l’Ouest a longtemps été considérée comme un phénomène national. Et elle a, de longues années durant, été analysée comme telle, les historiens privilégiant, pour l’étudier, le cadre de leur pays. Pourtant, si les facteurs internes jouèrent un rôle central dans sa naissance, la part des Anglo-Américains dans sa croissance fut éminente : en Norvège comme au Danemark, aux Pays-Bas comme en Belgique, en France et en Italie, l’armée des ombres n’aurait pu croître sans le soutien de Londres d’abord, de Washington ensuite. Il convenait dès lors de décloisonner les frontières et d’élargir les horizons pour offrir la première histoire transnationale de la résistance en Europe occidentale. Pour ce faire, Olivier Wieviorka a étudié l’organisation puis l’action des forces clandestines et des gouvernements en exil de six pays occupés entre 1940 et 1945. En scrutant le rôle de la propagande, du sabotage et de la guérilla dans cet espace ouest-européen, il invite à reconsidérer sans tabou l’action de la résistance, ainsi que ses relations, tantôt cordiales, tantôt conflictuelles, avec les Alliés et les pouvoirs installés à Londres. Tout en mesurant la singularité de chaque pays, ce prisme original lui permet de pointer la communauté de destin qui unit cet ensemble appelé à être libéré par les troupes anglo-américaines. L’auteur lève également le voile sur l’importance des finances, de la logistique et de la planification des grands Alliés dans le développement des forces clandestines, une donnée largement occultée lors des libérations. Il interroge, in fine, l’efficacité de l’armée des ombres, donc de la guerre subversive, dans la chute du IIIe Reich. »

 

 

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Merci au Mémorial de Caen pour son accueil et à Juliette Denis pour cette conférence particulièrement stimulante et enrichissante. Compte-rendu à suivre ….

Juliette Denis et les étudiants en master du séminaire Traces de guerre

 

Le CRHQ accueille dans son séminaire « Traces de guerre », Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ « Europe de l’entre-deux », coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

« Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3

Séminaire du 11 janvier 2017 : Le Mont-Valérien

En collaboration avec l’université de Paris I et le séminaire Traces de guerre, les étudiants  de l’université de Caen se rendent au Mont-Valérien. Cette forteresse militaire du XIXe siècle a été le principal lieu d’exécution de résistants et d’otages pendant l’Occupation. La visite du site permettra de revenir sur les politiques de répression allemande et française à travers les parcours muséographiques.
Et, à l’occasion du centenaire de la participation américaine à la Première Guerre mondiale, nous visiterons le cimetière américain de Suresnes et le musée de la colombophilie militaire où repose « Vaillant », pigeon voyageur cité à l’ordre de la Nation, comme un soldat.

Voir ci-dessous le déroulement de la journée Continuer la lecture de Séminaire du 11 janvier 2017 : Le Mont-Valérien