Compte-rendu : Guerre et mouvements de population, 1939-1949, séminaire de Juliette Denis

    Compte-rendu réalisé par Betty Mauquet (étudiante de master 1)

       Juliette Denis, associée au Centre d’étude des mondes russe, caucasien et est-européen, a réalisé en 2015 une thèse sur  la fabrique de la Lettonie soviétique, de 1939 à 1949, et  la soviétisation en temps de guerre. Elle nous expose ici le sujet de la guerre et des mouvements de population à l’Est, une approche de   l’«  Europe de l’entre deux », entre 1939 et 1946. Ce sujet raisonne avec des thèmes évoqués lors de conflits mondiaux antérieurs mais aussi actuels. La zone étudiée s’étend de la mer Baltique à la mer Noire, intégrant ainsi les trois Pays Baltes, une partie de la Pologne mais aussi de la Roumanie. Bref c’est une bande étroite de territoires qui est au cœur des querelles expansionnistes des États germanique et russe. Les débats qui construisent aujourd’hui les querelles frontalières de l’Europe ont une étroite correspondance avec ces changements de frontières et ces créations d’États. La situation sur le terrain se traduit par une multiethnicité, une mosaïque de peuples, d’opinions, de cultures et de religions. Le sujet pose alors des difficultés comme la catégorisation et l’utilisation des termes d’ethnie ou de nationalité. Ici, la nationalité, soit l’appartenance à un peuple, est distinguée de la citoyenneté . Notre intervenante utilise le mot de nationalité, à l’inverse du mode de pensée nazie qui utilise l’ethnie, car ce dernier mot suppose une hiérarchisation . Or en URSS la nationalité n’est pas censée apporter de hiérarchie. Enfin cette zone de l’entre deux permet de voir les déplacements d’Est en Ouest, les déplacements en profondeur dans le territoire que représente l’URSS , c’est-à-dire 1/6e des terres émergées. L’exil dans ces terres s’accompagne d’ un choc culturel et social profond, du fait des milliers de kilomètres parcourus, du changement de langue ou encore de paysage. Comment les exilés trouvent un chemin dans ce pays inconnu ? Mais aussi quel est l’après ? Une zone étroite entraîne ainsi une étude sur un large territoire, mais la question principale étudiée ici est la suivante : En quoi ces déplacements de population reflètent cette partie de l’Europe écartelée entre deux espaces ?

       Tout d’abord, de 1939 à 1941, cette zone est face à une « drôle de Paix ». C’est une zone hors de la guerre mais il y a une impression de future guerre. Tout ceci débute par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, les protocoles «  secrets » prévoyant la division entre annexions soviétiques et allemandes se traduisent en premier lieu par la division de la Pologne. Lors de l’été 1940, les Pays Baltes et la Moldavie sont annexés. Tout ceci se poursuit par une expérimentation de la gestion des déplacements, qui débute par le rapatriement des Allemands de l’Est. Ces communautés germanophones installées depuis le XIIIe siècle en Europe de l’Est, volksdeutsche, exercent une certaine domination sociale, ayant un rôle de relais entre locaux et pouvoirs et la possession les terres. Dans un contexte de politique de conservation de la race aryenne, ils sont « rapatriés » par Hitler en 1939- 1940 vers le IIIE Reich, mais ce rapatriement n’est que de nom, ces communautés n’ayant jamais vécu en Allemagne. Ce rapatriement prend aussi la forme d’échanges entre Russes se retrouvant dans la partie nazie polonaise et Allemands des pays de l’Est. Ceci est nouveau, toute une négociation juridique se met en place. Ainsi naissent les premières formes de déportation, entre rapatriement unilatéral et échange.

     En outre, dès 1939- 1940, quand les pays sont définitivement rattachés à l ‘URSS, le pouvoir stalinien impose en quelques jours une accélération des purges et déportations sur le modèle mis en place dans les années 1930, les massacres en moins. Pour résumer brièvement, il y a eu quatre déportations différentes en Pologne touchant d’abord les militaires polonais, les officiers étant massacrés à côté de la ville de Katyn, puis les grands propriétaires terriens dans la veine de la volonté de collectivisation des terres, puis les réfugiés venant de la Pologne nazie, en général des juifs. Enfin du 12 au 16 juin 1941 la déportation des élites politique, économique est organisée. De plus, les familles de ces hommes sont aussi déportées, soit un total de deux- cent cinquante à trois cent mille personnes, n’ayant pour certains d’élite que le nom n’étant parfois que de simples petits commerçants mais l’élite d’une commune. Les chefs de famille sont condamnés par les tribunaux révolutionnaires, les femmes et les enfants envoyés dans les villages de Sibérie, pour éviter toute vengeance des descendants et une hausse de la criminalité. Ils sont souvent déportés dans des colonies spéciales. Ainsi, il existe deux types d’exils sous Staline: les camps de travail et les colonies spéciales, ce dernier type d’exil étant un exode sans barbelé, où les personnes arrivent dans des villages où la culture est différente. Même si l’accueil est méfiant, au final les témoignages révèlent une entraide. Ainsi la politique de gestion de Staline favorise l’éloignement de l’  « ennemi », caractéristique de sa dictature dans un État à la taille importante, permettant un exil lointain. Staline use du déplacement comme gestion du territoire, comme outil de pouvoir, mais le déplacement représente aussi un soupçon permanent : ce sont des gens déracinés, l’aire du soupçon s’installe. Ainsi, de par cette période avant la guerre, les populations ont un sentiment de violence politique à venir.                                                     

      Puis, du 22 juin 1941, entrée en guerre de l’URSS, au 9 mai 1945, il y a de nouveau des déplacements de masse. L’offensive « inattendue » d’Hitler, qui souhaite détruire l’URSS en trois mois, est facilitée par la mauvaise gestion de la protection des nouvelles frontières annexées. Malgré cela, il y a une évacuation organisée des autorités et de certaines entreprises. Ceci est doublé d’une auto-évacuation des personnes elles-même, cherchant à échapper aux griffes nazies. Ceci concerne entre cinq-cent mille et deux millions de personnes sur les dix-sept millions d’habitants de l’URSS. C’est donc un mouvement de masse, de repli vers l’Est, une fuite en avant rattrapée sans cesse par l’avancée rapide de l’armée nazie. Au final si quatorze mille personnes sont déportées le 14 juin 1941, quarante mille environ s’enfuient de leur propre volonté le 22 juin. Une proximité chronologique et une reprise des mêmes trajets sont perceptibles ici, remettant en question l’idée d’un exil libre et volontaire. Seul le statut distingue ces personnes, mais elles ont les mêmes conditions d’émigration: elles ne parlent pas russe, viennent des mêmes pays et manquent de tout. Les uns sont réprimés par Staline, les autres fuient face à Hitler, mais tous empruntent les uniques voies que représentent le transsibérien, le seul élément structurant cet immense pays. L’État stalinien définit au final des « zones poubelles » où les déportés et les évacués sont soumis à une méfiance, ne parlant pas russe, étant étranger.                                                        

     À l’inverse des considérations de l’Europe de l’Ouest sur le sort des juifs et la Shoah dans les camps, pour l’URSS la Shoah est locale et se traduit par des assassinats par balle à l’endroit même où habitaient les juifs, comme ce fut le cas dans la forêt de Babiyar, où trente-cinq à quarante mille juifs de Kiev furent exterminés en l’espace de deux jours. En zone occupée, les mobilités continuent, les collaborateurs et victimes se déplacent du fait de la présence nazie, les partisans se cachant des nazis et finissant par être poursuivis par la police allemande. Cependant la mobilité n’est pas juive, ces personnes étant immédiatement massacrées. De ce fait, les déportés juifs sous Staline en tant que réfugiés et les évacués juifs qui ont fui Hitler sont reconnaissant envers Staline car selon eux ils ont survécu en ayant pu se réfugier à l’Est, posant ici un débat historiographique nouveau.                                         

Puis l’année 1944 se traduit par la reconquête de l’Armée rouge qui entraîne une panique totale dans les populations civiles, par milliers des Lettons, Polonais et autres nationalités fuient l’armée rouge, du fait de leur statut d’ancien collaborateur ou ayant en tête la répression stalinienne. Entre deux-cent mille et un million sept-cent mille Lettons fuient l’armée rouge par exemple.           

     Enfin, il est étudié les migrations de l’après guerre, entre retours multiples et exils multiples.                                                                                  

     Les imbrications se résolvent, ceux ayant survécus reviennent, les évacués rentrent de l’Est et les déportés nazis de l’Ouest, deux mouvements officiels appelés « ré-évacuation » et rapatriement. Or les territoires sont détruits, les capacités productives réduites, les autorités ne savent où replacer ces populations du fait des destructions. Certains tentent de fuir l’armée rouge en s’exilant à l’ Ouest, pour certains ce sera un exil définitif aux États- Unis, en Allemagne ou encore au Canada. Puis les frontières à la création des deux blocs se referment, il n’y a plus d’ exodes de masse.

     Pour conclure, nous voyons avec cet exposé la multiplicité des cas de figures individuels et surtout l’enchevêtrement des mémoires, la difficulté de représenter cet événement de déplacement de masse qui se définit par de nombreux termes : rapatriement, échange de population, déportation, évacuation, fuite, rapatriement, « ré- évacuation », exil, émigration. La mémoire actuelle des déplacements reste ambiguë, les rescapés juifs considèrent que la déportation stalinienne a été une protection, et ces personnes ne s’identifient pas dans la mémoire de la Shoah européenne ni dans celle des déportations staliniennes. 20% des personnes déportées par Staline ne sont jamais rentrées chez elles, ce qui donne lieu notamment à la désertion de villages entiers. Les sources délaissent cette histoire du vide, posant la question de comment mesurer le vide en histoire ? Bref, cet exposé soulève de nombreuses questions et révèle une histoire perçue du point de vue des populations.

Le retour des déportées : singularités et nouvelles perspectives

Dans l’état actuel des recherches, on estime que 8900 femmes ont été déportées par mesure de répression. Parmi elles, une sur cinq ne revient pas de déportation. Un taux de mortalité deux fois moins important que pour les hommes.

Ainsi, avec les quelque 2000 juives qui ont survécu à l’extermination, les femmes revenant de déportation au printemps et à l’été 1945 sont moins de 10 000. Autant dire que l’intérêt de cette population ne se trouve pas dans son importance numérique.

Il s’agira ici de donner quelques pistes de réflexions et de poser certains jalons dans l’appréhension du retour spécifique des femmes de déportation notamment grâce à des sources inédites [1].

En quoi le retour des femmes déportées représente-t-il un phénomène singulier ? Que peuvent nous apporter ces nouvelles sources sur la déportation et sur ses conséquences médico-sociales ? Quelles nouvelles problématiques soulèvent-elles ?

 

Le retour des femmes : une population singulière, des enjeux spécifiques

Rappelons d’emblée que les femmes qui reviennent de déportation sont d’abord une infime minorité : moins de 1% de la population déplacée. On compte environ 5 femmes déportées pour 1000 personnes rapatriées.

Une minorité de femmes effacée par le nombre qui l’est de surcroît par le discours officiel qui insiste sur l’union des différentes catégories essentiellement masculines. Les femmes n’apparaissent dans cette propagande que par le biais des femmes de prisonniers de guerre, et comme celles qui doivent se préparer au retour tel que l’illustre cet extrait d’un projet de brochure pour la femme de l’absent :

« S’il vous parle beaucoup de ses camarades de captivité, ne soyez pas jalouse. Laissez-le faire. Ne le « sortez » pas trop, malgré votre fierté de l’avoir retrouvé. […] Surveillez vos enfants. Qu’ils reconnaissent son autorité paternelle et ne l’appellent pas « Monsieur ». Il vous faut rendre à votre époux sa place de chef de famille. Ne brusquez rien, mais allez toujours dans le même sens. C’est l’homme qui doit conduire la barque »[2].

De fait,  le retour des femmes déportées est donc un retour à l’envers, car il transgresse en réalité des codes bien établis du genre. C’est en effet depuis des traditions antiques les hommes qui reviennent du combat et les femmes qui attendent leur retour. La déportation – et le retour de déportation de résistantes notamment – bouscule ces lignes. Rien n’est fait véritablement pour préparer des femmes à revenir dans leur foyer, rien n’est fait véritablement non plus pour préparer les hommes au retour des femmes.

L’administration du rapatriement a d’autant plus de difficultés à cerner cette population et ses besoins que la majorité des femmes qui rentrent alors sont des travailleuses civiles.

En effet, environ 50 000 travailleuses parties volontairement reviennent d’Allemagne au même moment. Les déportées sont assez largement associées à cet autre contingent de femmes qui véhiculent un certain nombre de fantasmes et de représentations négatives qui sont plaquées aussi sur les politiques. Les services du rapatriement envisagent surtout qu’une majorité de ces travailleuses sont des prostituées, ou sont en tout cas susceptibles d’être atteintes de maladies vénériennes. Dans ces conditions, le retour des femmes d’Allemagne représente un enjeu sanitaire primordial et un dépistage quasi-systématique est prévu par les services sanitaires.

Même si plusieurs fois les responsables alertent sur le fait qu’il puisse se trouver « le pire et le meilleur », la plupart des directives insistent sur le caractère obligatoire de ce dépistage. Ainsi en mars 45, en pleine préparation du rapatriement imminent :

« Etant donnée que les risques de contamination ont pu être très grands pendant le séjour en Allemagne et que dans la confusion du retour on risque de ne pouvoir distinguer facilement entre volontaires et victimes de la déportation, il se pose un grave problème au sujet de l’examen gynécologique.

Doit-on le rendre obligatoire ? et doit-on le faire à la frontière ?

Etant donnée la gravité de la question, l’avis du corps médical est formel : l’examen doit être rendu obligatoire.» [3]

Les déportées politiques ne seront pas sans se plaindre de cette situation, et tenteront très souvent de faire elles-mêmes la distinction entre les travailleuses civiles et les groupes de déportées politiques.

En réalité, dans un premier bilan du service sanitaire du rapatriement établi le 27 juillet 1945, le professeur Bourgeois révèle que « les statistiques donnent des chiffres peu élevés : 1,8% de prélèvements positifs chez les femmes. »[4]

 

L’état sanitaire au retour des camps : le miroir des souffrances ?

Rappelons d’emblée que dans le discours qui construit la mémoire de la déportation dès le retour des camps, hommes et femmes sont unis dans une communauté de souffrances. Ce qui rend évidemment inconcevable à cette époque, toute étude sexuée de ces souffrances.

L’étude des fiches médicales de rapatriement remplies par les médecins du service sanitaire dans les différents centres comme ceux d’Annemasse ou du Lutetia permet de présenter un premier bilan sanitaire des femmes au retour des camps.

Il apparaît que les pathologies les plus fréquentes sont d’origine infectieuse, dans une proportion moindre que les hommes cependant, environ 45% contre 60%. On constate également de grandes similitudes pour de nombreuses catégories (cardiologie, dermatologie, entérologie par exemple).

Mais des différences importantes apparaissent. Les séquelles pneumologiques sont plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes. Surtout, les pathologies en stomatologie sont clairement plus nombreuses parmi les hommes (38,6%, contre 9.4% chez les femmes).

Les pathologies gynécologiques sont évidemment l’autre spécificité de ce tableau. On peut constater que le nombre de femmes souffrant de pathologies gynécologiques au retour est d’environ 29%. Il s’agit dans la très grande majorité des cas de femmes aménorrhées. Un pourcentage étonnamment faible, alors que les études et l’ensemble des témoignages montrent que la quasi-totalité des femmes déportées en étaient atteintes. Plusieurs facteurs viennent l’expliquer : l’âge d’une certaine partie des déportées rapatriées (15% ont plus de 60 ans), la pudeur voire la réticence avec laquelle une partie d’entre elles a pu répondre aux interrogations du médecin, le délai qui sépare la libération de l’examen, la lassitude enfin des médecins qui devant un diagnostic qui apparaît comme peu à peu systématique ne le notent plus.

Grâce aux fiches médicales, nous pouvons également évaluer l’état de santé « général » estimé ainsi que l’amaigrissement global. Les résultats sont assez semblables à ceux des hommes ; avec cependant un nombre de déportées dans un état grave proportionnellement moins important. L’amaigrissement montre aussi des tendances sensiblement équivalentes, même si il semble légèrement moins marqué chez les femmes.

Cependant, ce tableau d’ensemble cache en réalité de grandes disparités. Deux exemples illustrent ces différences, et la diversité des parcours notamment.

Le premier est celui des femmes libérées par la première opération de la Croix-Rouge internationale le 5 avril 1945 et qui permet à 300 femmes d’être libérées de Ravensbrück.

Les 299 Françaises sont prises en charge seulement 5 jours après avoir quitté le camp de Ravensbrück offrant l’avantage d’établir une véritable photographie de l’état sanitaire à la sortie du camp. Sur ces 299 femmes, 11 femmes sont hospitalisées dès leur arrivée en Suisse. Toutes les autres sont accueillies au centre de rapatriement d’Annemasse le 11 avril. On peut établir, d’après l’étude de leur fiche médicale, que par rapport à l’ensemble des femmes déportées une part plus importante (plus du ¼) présente un mauvais état général. (23 femmes d’ailleurs seront hospitalisées à Annemasse) ; sans compter les femmes déjà dirigées vers un hôpital avant cette visite. On peut toutefois s’interroger sur la part importante (18%) de femmes dont l’état général est jugé « bon » seulement 5 jours après avoir quitté le camp de concentration.

Si du point du vue des pathologies on constate dans l’ensemble les mêmes tendances, il est fait mention sur ces fiches de remarques qui demeurent extrêmement rares sur d’autres : les traces de coups par exemple, ou la présence de poux.

L’exemple des femmes libérées par la Croix-Rouge suédoise vient aussi illustrer ces différences de parcours. Entre le 23 et le 26 avril, 800 déportées de France libérées et évacuées par la Croix-Rouge suédoise sont ensuite prises en charge, et soignées. Une assez grande partie des archives du service médical de la mission envoyée en Suède, notamment sur les femmes qui ont du être hospitalisées, nous sont parvenues. Grâce à cette documentation, on peut établir qu’au moins 207 femmes déportées ont été hospitalisées en Suède. Elle atteste d’une prise en charge exemplaire, tant médicale que psychologique, qui contraste souvent avec ce qui est fait en France et qui explique sans aucun doute que seulement 4% des femmes revenant de Suède présentent un état général jugé mauvais (comparé au 27% des libérées du 5 avril).

 

En définitive, ce bref tableau permet d’affirmer plusieurs choses. Une approche par le genre des suites médico-sociales est indispensable à l’appréhension précise et entière de ce phénomène, et plus généralement dans l’étude des populations en situation de crise. Il apporte des éléments de réponse pour expliquer la mortalité deux fois inférieure des femmes en déportation. Il permet enfin de démontrer l’infinie diversité des vécus et des parcours qui influencent manifestement les chances de survie, soulignant de façon évidente le caractère incroyablement multiple de cette déportation.

Mais ces résultats soulèvent plusieurs questions comme l’impact de la prise en charge de ces premières semaines dans les conséquences à long terme des pathologies concentrationnaires, ou le manque de considération et de préparation du retour de femmes déportées politiques dans leur foyer qui a pu, là aussi, avoir son importance dans le processus de résilience et de reconstruction de ces victimes dans leur milieu social et familial.

[1] Nous nous appuyons notamment sur l’analyse des fiches médicales du rapatriement remplies par les médecins et conservées aux Archives des victimes des conflits contemporains du Service Historique de la Défense.

[2] Projet de brochure pour la femme de l’absent, AN F9 3169

[3] Docteur Bourgeois, rapport du service médical du rapatriement, mars 1945. AN, F9 3232. Souligné dans le texte.

[4] Premier bilan du service sanitaire du rapatriement, 27 juillet 1945. AN, F9 3228.