Archives par mot-clé : Censure

Censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955)

Dès le début du XXe siècle, le cinéma devient un des médias privilégiés pour diffuser l’information et mettre en scène la fiction. Comme d’autres régimes autoritaires, l’Espagne franquiste (1939-1975) prend conscience de la nécessité de contrôler ce mode de communication. Elle se dote d’un organe de censure efficace afin de prévenir les effets potentiellement néfastes de certaines images, susceptibles de menacer l’imaginaire idéologique du régime. Au-delà de leurs interventions sur le processus même de création (modifications ou coupes de certaines scènes), les censeurs franquistes s’assurent que les spectateurs ont correctement interprété les œuvres qu’ils ont censurées. Tous les mois, les délégués provinciaux – l’équivalent de nos préfets français – leurs fournissent des rapports détaillant l’accueil des films par le public de leur province. A travers l’étude de ces sources originales, mon projet de doctorat ambitionne de renouveler l’approche traditionnelle de la censure franquiste. Il vise à intégrer dans une même analyse deux sphères abordées généralement de façon séparée : celle de la réception cinématographique et celle de la censure, en montrant les liens circulaires qui unissent ces deux notions. Autrement dit, cette étude aborde le processus censorial à travers la mission principale qui incombe aux censeurs : évaluer les effets qu’un film peut produire lorsqu’il touche le public. Il s’agira donc d’étudier la place que les censeurs accordent au public lors de leurs sessions de travail et la façon dont le corps censorial construit son imaginaire réceptif à travers les rapports que leur transmettent les délégués provinciaux.

Doctorante allocataire d’Etat (Université de Caen-Normandie et Universidad de Salamanca)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (C.R.H.Q.)

« Produire et voir du cinéma en régime autoritaire : censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955) » sous la direction de François Rouquet & Fernando González García.