Archives par mot-clé : Europe de l’Ouest

Séance du séminaire « Traces de guerre », 18 octobre 2017

La première séance du séminaire se propose de se déplacer sur les traces du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Il s’agira à la fois de comprendre l’événement dans sa dimension militaire et politique mais aussi d’en percevoir, sur le terrain,  les représentations mémorielles.

Nous accueillons les étudiants de l’université de Rouen et de Paris qui reprendront le train le soir même. Merci de nous aider, tout au long de la journée , à respecter au mieux les horaires car le programme est serré.
Conseils : Prévoir en fonction du temps : imperméable avec capuche plutôt que parapluie… et de bonnes chaussures confortables pour la marche.
Le repas (sandwichs) est offert par le laboratoire. Merci de nous mentionner rapidement d’éventuelles allergies ou contraintes alimentaires.

Le Programme journée du 18 octobre 2017  est disponible à ce lien pour être imprimé.

9h-9h15 Accueil des étudiants de Paris et de Rouen dans le hall de la gare.
Rendez-vous des étudiants de Caen dans le hall de la gare.
9h15 précise Départ en bus de la gare routière (depuis le hall de la gare, sortie à gauche).
9h30-9h50 Dans le bus : Le Débarquement : le contexte, stratégies et propagandes

Par Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherche CNRS

10h00-10h20 Dans le bus : Les musées du Débarquement et de la bataille de Normandie, lieux d’histoire, de mémoire et de sociabilité par Françoise Passera, ingénieure d’études au CRHQ
10h30 Visite libre du Musée Airborne à Sainte-Mère-Église
11h30-11h50 Échange autour du parcours muséographique
11h50-12h30 Pause déjeuner
12h30-12h50 Dans le bus : Les cimetières de la Seconde Guerre mondiale en France par Françoise Passera
13h00-13h30 Visite du cimetière militaire allemand à La Cambe
13h30-13h50 Dans le bus : Présentation du Programme collectif de recherche autour des Vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie

Par Benoît Labbey, ingénieur d’études CRHQ, en charge du projet pour le Calvados.

13h50-14h45 Visite de la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin.
15h00 Visite du cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Visite du Wn 62 (nid de résistance allemand), plage d’Omaha

16h45 Départ pour la gare de Caen
17h45 Arrivée gare de Caen

 

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

22 mars : La résistance en Europe occidentale

Monument commémoratif à la résistance italienne, place Pilotta à Parme. CC-BY-SA-3.0

À l’occasion de la parution de Une histoire de la résistance en Europe occidentale, Perrin, 2017, le séminaire « Traces de guerre » accueille Olivier Wieviorka, professeur à l’ENS de Cachan, chercheur à l’institut des sciences sociales du politique, spécialiste de l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale.
La conférence aura lieu au Mémorial de Caen de 14h à 17h.

Les étudiants sont invités à lire l’ouvrage avant la conférence, il est disponible à la bibliothèque du CRHQ de l’université de Caen et à la médiathèque du Mémorial de Caen.

 

 

Quatrième de couverture :
La résistance en Europe de l’Ouest a longtemps été considérée comme un phénomène national. Et elle a, de longues années durant, été analysée comme telle, les historiens privilégiant, pour l’étudier, le cadre de leur pays. Pourtant, si les facteurs internes jouèrent un rôle central dans sa naissance, la part des Anglo-Américains dans sa croissance fut éminente : en Norvège comme au Danemark, aux Pays-Bas comme en Belgique, en France et en Italie, l’armée des ombres n’aurait pu croître sans le soutien de Londres d’abord, de Washington ensuite. Il convenait dès lors de décloisonner les frontières et d’élargir les horizons pour offrir la première histoire transnationale de la résistance en Europe occidentale. Pour ce faire, Olivier Wieviorka a étudié l’organisation puis l’action des forces clandestines et des gouvernements en exil de six pays occupés entre 1940 et 1945. En scrutant le rôle de la propagande, du sabotage et de la guérilla dans cet espace ouest-européen, il invite à reconsidérer sans tabou l’action de la résistance, ainsi que ses relations, tantôt cordiales, tantôt conflictuelles, avec les Alliés et les pouvoirs installés à Londres. Tout en mesurant la singularité de chaque pays, ce prisme original lui permet de pointer la communauté de destin qui unit cet ensemble appelé à être libéré par les troupes anglo-américaines. L’auteur lève également le voile sur l’importance des finances, de la logistique et de la planification des grands Alliés dans le développement des forces clandestines, une donnée largement occultée lors des libérations. Il interroge, in fine, l’efficacité de l’armée des ombres, donc de la guerre subversive, dans la chute du IIIe Reich. »