Archives par mot-clé : mis-en-avant

Hommage à Patrice Arnaud (1972-2017)

Patrice Arnaud est mort à 45 ans des suites d’une septicémie. C’est une nouvelle terrible, affreusement injuste. Ayant eu le privilège d’être son éditeur et son collègue, je voudrais livrer quelques souvenirs de l’homme et de l’historien, que j’appréciais infiniment.

Mon premier souvenir de Patrice a presque vingt ans. Dominique Veillon, qui co-dirigeait à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) mon mémoire de DEA, m’avait, en début d’année, passé un « modèle » et recommandé de le lire pour m’en inspirer : le mémoire d’un dénommé Patrice Arnaud sur les travailleurs français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (Université Paris 1, 1998). Il y avait tout dans ce volume : clarté et précision de la problématique et du plan envisagé, maîtrise parfaite des sources (dont une grande partie en allemand), développement consistant d’un premier chapitre. Son mémoire de maîtrise (La Délégation officielle française auprès de la deutsche Arbeitsfront 1943-1945, Université Paris I, 1995, 342 p.) était déjà un phénomène. Patrice en avait tiré un bel article pour la revue Vingtième Siècle. C’est dire qu’en comparaison on se sentait comme un petit garçon.

Normalien, agrégé, chercheur rigoureux et extrêmement compétent, Patrice avait tous les atouts pour faire une grande carrière. Que l’université et le CNRS soient passés à côté de lui est un mystère. Je sais qu’il en souffrait.

Il est vrai que son perfectionnisme et des premiers ennuis de santé avaient quelque peu ralenti la réalisation de sa thèse, soutenue en 2006. De ce travail monumental (près de 2 000 pages !), Patrice a tiré la matière d’un grand livre, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945 (CNRS Éditions, 2010), qui a rapidement trouvé son public (réédition poche en 2014, avec un chapitre inédit). De la vie des requis en Allemagne, il a étudié tous les aspects avec une finesse d’analyse et une justesse humaine qui font toute la valeur de son ouvrage, déjà un classique.

Il est vrai aussi que Patrice était tout le contraire de l’arriviste, qui se survend, « réseaute » et épate la galerie. À l’oral, en confiance, il pouvait être très brillant, mais avec lui la forme ne prenait jamais le pas sur le fond. À l’écrit, il ne cédait à aucune facilité, à aucune théorie à la mode. Son écriture était dense et exigeante, au plus près des logiques institutionnelles et du vécu des hommes. C’était un vrai historien.

Travailler avec Patrice était un plaisir. Très intelligent, il comprenait tout rapidement, n’avait pas d’orgueil mal placé, était franc et fiable. L’homme, discret et timide de prime abord, était profondément gentil et généreux. Je me souviens que, recherchant des informations sur la prison de la Gestapo de l’Alexanderplatz à Berlin en 2008, il m’avait spontanément proposé de m’envoyer de la documentation. Ce n’étaient pas des paroles en l’air. Quelques jours plus tard, je recevais par la poste deux livres de témoignage et tout un paquet de photocopies faites par ses soins à l’IHTP. Mes amis Françoise Passera et Grégoire Kauffmann ont bénéficié eux aussi de sa gentillesse et de ses inépuisables conseils.

Mes derniers échanges avec Patrice remontent à l’édition du livre collectif Gestapo et polices allemandes (CNRS Éditions, 2017). Le vaste chapitre d’ouverture qu’il a rédigé (« Qui dirigeait la police allemande en France sous l’Occupation ? ») restera comme la référence pionnière et incontournable sur un sujet encore mal connu. Nous attendions avec impatience sa thèse d’HDR sur la « Gestapo » en France sous l’Occupation. J’aurais rêvé de la publier.

Nous perdons un collègue et un ami de grande valeur. Mais sa mère perd un fils ; sa compagne et sa fille, un mari, un père. Toutes nos pensées vont à elles.

 

Laurent Joly

22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »


Voir la version en langue anglaise

Le CRHQ et le Mémorial de Caen organisent en novembre 2017 un colloque international intitulé « Mémoires des massacres (ou crimes de masse) au XXe siècle ». Il s’agit de poser la question des différentes postures/situations mémorielles et de leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins).

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande à ceux des années 1990, des Tutsis au Rwanda par les Hutus ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, l’horreur de la mort de masse innerve le XXe siècle. Récurrence des massacres des Balkans depuis 1913, extermination des Arméniens durant la Première Guerre mondiale ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes, terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi nettoyages ethniques ou crimes des guerres civiles qui suivirent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Continuer la lecture de 22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »