Images

La Résistance au Havre

Si l’histoire de la Résistance dans le département de la Seine-Inférieure semble méconnue, il n’en reste pas moins que l’action résistante y fut prolifique à l’instar du réseau fondé au Havre (Seine-Maritime) par Jean Morpain (dit Gérard Morpain).

 Gérard Morpain (1897-1942)    © Olivier Pringard, collection privée de Pierre Garreau

 

 

 

 

Genèse du réseau

Professeur  d’histoire au lycée François 1er  du Havre, Gérard Morpain réunit autour de lui, dès l’été 1940, un petit noyau d’opposants et organise dès le mois de septembre l’un des tous premiers réseaux de résistance en France. Les spécificités du groupement sont sa précocité, son emprunte franc-maçonne et le    caractère juvénile d’une partie de ses membres.  In fine, le groupe Morpain rassemble près d’une centaine de personnes aux horizons et fonctions divers répartie en une vingtaine de « sous-groupes » chargés du renseignement, de la récupération et de la cache d’armes et de munitions et du sauvetage d’aviateurs alliés tombés dans la région. Démantelé l’été suivant, au mois de juin 1941, le bilan est lourd : un-tiers des membres est arrêté, quatorze résistants sont jugés et parmi eux, quatre sont condamnés à mort et fusillés (dont Gérard Morpain) et six déportés. Néanmoins, le professeur a jeté les bases d’un réseau qui lui survivra, devenant tour à tour « L’Heure H » en 1942 puis « Hamlet-Salesman-Buckmaster » en 1943.

Tour d’horizon méthodologique

Le travail de recherche sur le groupe Morpain s’appuie sur les dossiers-statut et d’état-civil de la Division des archives des victimes des conflits contemporains du Service historique de la Défense (DAVCC-SHD) conservés à Caen, les dossiers du Bureau Résistance conservés à Vincennes, les dossiers de demande de carte de Combattant volontaire de la Résistance de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime ou encore les rapports préfectoraux et les dossiers d’arrestation. D’autres fonds d’archives ont également été consultés comme les Archives municipales du Havre, les Archives de la Grande Loge de France, les Archives nationales britanniques de Kew et enfin les quelques rares déclarations orales des témoins de l’époque. Toutes les informations issues du dépouillement des archives ont enrichi une base de données.

Bilan et premières conclusions

Désormais en mesure d’apporter des éléments statistiques et chiffrés de réponses concernant l’histoire de ce groupement, nous avons donc pu réaliser une étude sociologique des membres du groupe Morpain. « Que nous apprend cette étude sur l’identité du réseau et ses fondements ? Quels réseaux d’affinités sont activés ? La sociologie du groupement est-elle représentative de la sociologie des résistants au niveau national, départemental ou au sein des réseaux ? ». Les premières conclusions de l’article à venir l’affirment : le groupe Morpain reste « assez représentatif des réseaux de la Résistance normande et nationale des premières années d’Occupation » tout en gardant, toutefois, quelques spécificités…   

L’article à paraître prochainement détaille la sociologie de ces résistants de la première heure : « Le groupe Morpain : approche sociologique d’une proto-résistance en Normandie » cosigné par Delphine Leneveu (AI CNRS , MRSH-USR 3486) et Thomas Piéplu (IE CNRS, MRSH-USR 3486). Il s’inscrit dans le cadre de la journée d’étude organisée par le GRHis de l’université du Havre à Mont-Saint-Aignan le 9 décembre 2015 :  « Histoire et mémoire de la Résistance en Seine-Inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale ».
La publication des actes de cette journée aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre (PURH) réunira « les contributions des dernières recherches récentes ou en cours, en France comme en Grande-Bretagne ».

Delphine Leneveu

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Merci au Mémorial de Caen pour son accueil et à Juliette Denis pour cette conférence particulièrement stimulante et enrichissante. Compte-rendu à suivre ….

Juliette Denis et les étudiants en master du séminaire Traces de guerre

 

Le CRHQ accueille dans son séminaire « Traces de guerre », Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ « Europe de l’entre-deux », coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

« Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3