Projet de recherche – Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre d’Espagne (1936-1939), l’attitude ambivalente du gouvernement français a rendu complexe l’étude du trafic d’armes à destination de ce conflit. La France aurait d’abord défendu et appliqué la politique européenne de « non-intervention » qui interdisait tout envoi d’armes en Espagne, puis aurait relâché celle-ci en 1937 en fermant les yeux sur le trafic. Elle l’aurait même encouragé. Pourtant, celui-ci est repérable dès le début du conflit, et ne semble pas avoir attendu une quelconque aide de l’appareil d’État pour se ramifier. La clandestinité qui entoure le trafic a longtemps laissé croire que les sources sur ce dernier étaient insuffisantes pour en faire l’histoire. Pourtant, plusieurs surveillances – officielles ou officieuses, françaises et étrangères – s’intéressent de près au trafic sans toujours donner lieu à une répression. Comprendre ces surveillances est un des enjeux de cette recherche. Aussi, il semble nécessaire d’étudier le monde des trafiquants en interrogeant leur degré de politisation en lien avec leur profil sociologique. Il s’agit là d’une étude quantitative qui est complétée par une étude des réseaux du trafic d’armes. Leur constitution, leur emprise sur le territoire français et leur capacité à franchir les frontières juridiques et informelles – preuve d’une certaine résilience – sont étudiés dans le cadre de cette recherche.

Pour mettre en œuvre un tel projet de recherche, il est nécessaire de confronter les témoignages aux sources officielles. Largement méconnues et/ou sous-exploitées, celles-ci apportent un regard nouveau sur ce sujet. Elles sont notamment composées des archives des « polices » françaises, de fonds diplomatiques et militaires multilingues ainsi que de sources émanant de groupes politiques concernés par ce phénomène clandestin.

 

Doctorant allocataire (Université de Caen – Universidad Complutense de Madrid)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative

« Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne : les surveillances du trafic, les trafiquants et leurs réseaux sur le territoire français (1936-1939) », sous la direction de François Rouquet & José Luis Ledesma

Mail : pierre.salmon@unicaen.fr

Journée d’étude à la BDIC du 23 novembre 2016 : « Brigadistes et volontaires étrangers dans la Guerre d’Espagne : retour aux sources »

Programme

Rares sont les historien-nes défendant l’idée d’une histoire finie, close, sur laquelle les perspectives de recherche sont réduites au néant. C’est pourtant une idée qui fut partagée à l’issue de la publication des travaux de Rémi Skoutelsky sur les volontaires français au sein des Brigades internationales durant la guerre d’Espagne[1]. Après l’édition de cette thèse fondatrice, de nombreux historien-nes ont défendu cette vue d’esprit, bien que le principal intéressé ne l’ait jamais fait. Par conséquent, peut-être était-il nécessaire de réunir les chercheurs afin de montrer la diversité des sources et des approches sur un tel sujet. À cette fin, la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) a profité du 80ème anniversaire du début de la guerre civile espagnole – et du départ des volontaires ! – pour organiser une journée d’étude. Organisée en partenariat avec les Archives nationales, elle avait comme objectif de « repérer ces archives, et de réfléchir à leurs différents usages – pour en proposer de nouvelles lectures ». Ce fut l’occasion de dégager les grands champs de recherche sur l’engagement international, sujet pour lequel les sources forment un ensemble composite et éclaté.

La rencontre était organisée autour de deux thématiques relativement proches. La matinée donnait l’occasion de faire un retour sur le contenu des fonds d’archives russes, espagnols, étatsuniens, et français. L’après-midi était quant à lui consacré aux retours sur expériences de chercheurs. Ainsi, des acteurs institutionnels et scientifiques étaient réunis pour discuter de la communication, de la mise en valeur et de l’exploitation d’archives multilingues. Un véritable « retour aux sources ».  Si plusieurs communicants – notamment les membres des centres d’archives – se devaient de passer par des détours techniques et pratiques pour l’utilisation de catalogues en ligne, ils furent nombreux à mettre en valeur des séries documentaires parfois mal connues des spécialistes.

En premier lieu, on observe une véritable dispersion des sources dans des fonds nationaux publics ou tenus par des associations mémorielles. C’est la conséquence logique – mais regrettable – de la nature de ce phénomène historique qui était par essence transnational. Cela n’est pas sans provoquer des difficultés matérielles et pratiques pour les chercheurs qui font face à un manque d’harmonisation quant aux règles de consultation. L’accessibilité des fonds résulte en effet des institutions ou des associations desquels ils dépendent. Beaucoup de ces derniers ont politique d’ouverture à l’image des fonds du CEDOBI (Centro de Estudios y Documentación de las Brigadas Internaciones ; Albacete, Espagne), de l’ALBA (Abraham Lincoln Brigades Archives ; New-York City, États-Unis), des Archives nationales françaises ou de celles de la BDIC. Mais l’accès aux fonds reste parfois complexe malgré les politiques d’ouverture, comme c’est encore le cas aux archives d’Etats russes du RGASPI (Moscou). Une tendance inverse existe également. En effet, nombreux furent ceux qui remarquèrent que les débats mémoriels en Espagne ont pu complexifier le travail des historiens[2].

Cela nous amène à un second constat, très utile pour qui travaille simultanément sur la guerre civile espagnole et la France : si les travaux sur ce conflit amènent d’houleux débats en Espagne, certaines associations mémorielles se plaignent au contraire d’une indifférence en France. Pourtant, les publications et les communications scientifiques ont été nombreuses en 2016 et les chercheurs ont su profiter des dates anniversaires du conflit pour mettre en valeur leurs recherches sur des fonds peu connus. C’est autant le cas pour Édouard Sill sur le volontariat international et la guerre d’Espagne que pour Hervé Lemesle et ses travaux sur les volontaires yougoslaves engagés dans ce même conflit. Il reste à espérer que ce type d’événement, en plus de sa capacité à mettre en lumière cette thématique de recherche, puisse mettre en œuvre une harmonisation des centres d’archives internationaux pour ainsi faciliter le travail des historiens.

En somme, il ressort de ces échanges que les ouvertures autour de ce sujet sont nombreuses, tant les archives inexploitées et les approches le sont. Il est dommage que la nature plurielle des sources évoquées n’ait été évoquée que superficiellement (on sait pourtant à quel point cela impacte les productions scientifiques !). En outre, la libre communication de nombreuses archives en ligne permet de limiter les contraintes dues aux déplacements dans les centres d’archives. Certains fonds sont même mis en valeur par des historiens, comme l’exposition en ligne organisée par le Centre d’Histoire Sociale (C.H.S.) autour des fonds André Marty, entreprise de valorisation qui réunit pas moins de douze historien-nes. Les ouvertures sont aussi historiographiques comme a bien voulu le rappeler Serge Wolikow lors de la table ronde organisée en fin de journée. Les engagements, volontaires ou non, dans la lutte armée en Espagne constituent un sujet qui fait preuve d’un véritable renouveau depuis le début des années 1990. Encore faudrait-il, comme le rappelle Rémi Skoutelsky, pouvoir établir une histoire comparative avec des engagements durant d’autres conflits, comme la Deuxième Guerre mondiale durant laquelle certains firent le choix d’entrer en Résistance ou dans la collaboration (un exemple connu est celui de la Légion des Volontaires Français – ou L.V.F.). Cette histoire comparative, voulue par Rémi Skoutelsky, devrait permettre d’engager plusieurs grands champs de recherche encore peu explorés. Il cite ainsi le départ des Espagnols depuis la France comme volontaires, axe de recherche qui doit emprunter à l’histoire de l’immigration. Il en va de même pour une analyse qui puise dans les méthodes de la micro-histoire, afin de mieux comprendre les traits saillants de la vie sur place. On pourrait y ajouter, dans une dimension plus large, un questionnement sur les engagements qui ne concernent pas l’expérience combattante et ne répondent pas à un quelconque idéal mais plutôt à un pragmatisme des acteurs concernés. Comment expliquer, pour eux comme pour les volontaires, le choix de leurs « engagements », aussi variés soient-ils ? Derrière tout cela, c’est une histoire des anonymes, histoire véritablement sociale, qui se dessine et qui esquisse un tableau des engagements durant la riche, incertaine et complexe histoire du XXe siècle. Et même au-delà.

Pour aller plus loin :

Les catalogues en ligne :

  • Site de l’ALBA (en anglais).
  • Site de la BDIC et ses riches collections sur l’histoire du XXe siècle.
  • Site du CEDOBI (en espagnol, également disponible en langue française ou anglaise).
  • Pour les archives russes du RGASPI : le carnet de recherche de l’ANR Paprika, qui a publié des archives du communisme et réalise un travail de valorisation sur des archives encore conservées en Russie. Tous les conseils à suivre sont consultables sur cette page.

Divers :

[1]  R. Skoutelsky, L’espoir guidait leurs pas. Les volontaires français en Espagne républicaine. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998, 410 p.

[2] Élodie Richard, Charlotte Vorms, « Les historiens pris dans les conflits de mémoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2015/3 (N° 127), p. 3-12.