Parution : Le Débarquement, de l’événement à l’épopée

Initié en 2014 par le Mémorial de Caen et le  CRHQ (désormais HisTeMé), le colloque Le Débarquement, de l’événement à l’épopée est désormais publié aux éditions des Presses universitaires de Rennes, sous la direction de Jean-Luc Leleu.

Quatrième de couverture :
Qu’on l’appelle « D-Day », « Jour J », « 6 Juin » ou « Débarquement », nulle autre précision n’est nécessaire pour évoquer l’offensive alliée en Normandie en 1944, alors même que de nombreuses opérations militaires de ce type ont été menées au cours de la Seconde Guerre mondiale et que le sort de l’Allemagne nazie s’est joué sur le front de l’Est. Quelles sont les raisons qui expliquent que cette bataille – une parmi tant d’autres –  qui ont émaillé les conflits du XXe siècle – a d’emblée revêtu une dimension historique pour les contemporains ? Pourquoi précisément cette opération militaire est-elle désormais régulièrement commémorée par autant de chefs d’État sous le regard des télévisions du monde entier ? Comment expliquer le statut si particulier acquis par cet événement au fil des décennies, jusqu’au projet d’inscription des plages du Débarquement au patrimoine de l’Unesco ? 
En revenant à la dramatisation des enjeux d’une bataille annoncée près de quatre années à l’avance, mais aussi aux ressorts politiques, idéologiques, économiques et culturels qui ont contribué à transcender l’événement en épopée, cet ouvrage s’interroge sur la quête d’identité de chacun des acteurs nationaux à travers l’évolution de leur mémoire. Ainsi peut-on mieux comprendre la surprenante transformation, de l’épisode guerrier en symbole universel de paix et de liberté. 

Pour connaître les publications et les intervenants, consultez la table des matières.

Il sera en vente dans toutes les bonnes librairies à partir du 31 mai.

19.06.2018 François Rouquet à La Fabrique de l’Histoire !

Emmanuel Laurentin consacre cette semaine à l’histoire de la Justice.

L’émission du jour (mardi 19 juin, de 9h à 10h)  est consacrée à l’ouvrage de Fabrice Virgili et François Rouquet pour évoquer une historiographie renouvelée de l’épuration. Nous évoquerons l’épuration : de l’intimité du domicile au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

 

Retrouvez les critiques de la presse nationale sur l’ouvrage de François Rouquet et Fabrice Virgili :

Libération du 23 mai 2018

Le Monde des livres du 18 mai 2018

En attendant Nadeau, journal de la littérature des idées et des arts

Sur le site de France Culture

La République des livres.com

 

 

 

[Annonce – Participation à un colloque] « Le scandales des commissions d’achats à l’étranger  » : bonnes et mauvaises fortunes parisiennes dans les achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne

Du 28 au 30 mai 2018, un colloque international sera consacré à la thématique de l’argent immoral et des profiteurs de la guerre (1870-1945). A cette occasion, une communication sera réalisée sur les scandales liés aux commissions d’achats républicaines à Paris durant la guerre d’Espagne (1936-1939).

Le programme intégral du colloque, dont une publication des actes est envisagée, est consultable ici.

Ci-dessous, le résumé de la communication :

« Le scandale des commissions d’achats à l’étranger » : Bonnes et mauvaises fortunes parisiennes des achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre civile qui oppose les franquistes à la République espagnole (1936-1939), un embargo sur les armes et le matériel militaire a été promulgué par un comité international afin d’empêcher les deux camps de s’en procurer. Dans ce contexte, la capitale française est devenue un lieu dédié à la mise en place de commissions d’achats devant permettre à la République espagnole de conclure illégalement des contrats d’armement. Au sein de ces dernières, de multiples scandales ont fait croître le spectre des profiteurs de la guerre.

Les commissions d’achats ont fait l’objet de sévères critiques à l’intérieur même du camp républicain (I). D’abord blâmés par les anarchistes espagnols pour leur malhonnêteté et leur avidité supposées, les membres des commissions d’achats républicaines l’ont ensuite été par les communistes français qui soulignent l’incompétence qui les aurait mis à la merci de trafiquants sans scrupule. Ces attaques, justifiées par des scandales liés à des achats d’armes à l’étranger, ont un mobile politique car il s’agit aussi de dessaisir les commissions de ses prérogatives. Ces critiques produisent un effet de source car il devient par conséquent difficile de savoir qui des trafiquants ou des membres des commissions a réellement tiré profit des achats illégaux à des fins personnelles.

Confronter ces critiques à la documentation interne des commissions et à celle des services de surveillance français permet de mieux comprendre les pratiques des acteurs du trafic illégal et ses résultats (II). Réseaux personnels, stratégies de démarchage et de négociation entrent alors en jeu et décident de la réussite ou de l’infortune de chacun.

Les achats menés par les commissions d’achats républicaines semblent donc avoir été l’objet de querelles politiques et de luttes d’influence qui tendent à complexifier la lecture que l’on peut en faire a posteriori. Le travail réalisé par les républicains en vue des achats d’armes, en dépit de son lot d’infortunes et de sa persistante désorganisation, mérite donc d’être regardé sous un jour nouveau.