10 octobre : « L’État contre les juifs »

À l’occasion de la parution de son livre, L’État contre les juifs, Vichy, les nazis et la persécution antisémite, aux éditions Grasset, Laurent Joly, spécialiste de l’histoire des juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, inaugure la première séance de notre séminaire Traces de guerre.

Vous trouverez ici quelques extraits de l’introduction et du premier chapitre. Les étudiants inscrits au séminaire devront les avoir lus afin de susciter en fin de conférence réflexions et débats autour du livre.

Quatrième de couverture :

Sur Vichy et la Shoah, on pensait tout savoir. Ce livre démontre qu’il reste encore beaucoup à découvrir. Répondant à une série de questions clés, Laurent Joly renouvelle profondément l’histoire de la persécution des juifs sous l’Occupation et balaie bien des idées reçues.
Pourquoi, dès l’été 1940, le régime du maréchal Pétain a-t-il impulsé une politique antisémite  ? Pourquoi a-t-il accepté de contribuer aux déportations massives décidées par les nazis en 1942 et d’assumer pleinement ces opérations, à Paris comme en zone libre  ? Dans quelle mesure l’administration a-t-elle collaboré à la politique génocidaire  ?
S’appuyant sur de nombreuses sources inédites, restituant les marges de manœuvre des agents (du dirigeant étatique jusqu’au simple gardien de la paix) et les effets concrets de leurs décisions, Laurent Joly écrit une histoire incarnée, au plus près des exécuteurs, des victimes et des témoins.
Le lecteur apprendra ainsi que le statut d’octobre 1940 n’est pas une simple transposition de la tradition antisémite française  : Vichy cherche surtout à suivre le modèle nazi. Sur le Vel d’Hiv, il découvrira une histoire qu’on ne lui a jamais racontée  : l’opération du point de vue policier. Enfin, il réalisera que l’idée selon laquelle la persécution des juifs a été occultée par la justice de l’épuration mérite d’être fortement nuancée.
Au bout du compte, Laurent Joly montre que si toute la puissance de l’État a été mobilisée pour persécuter puis rafler les juifs, les logiques propres à l’appareil étatique, ses objectifs contradictoires, ses pesanteurs et finalement les résistances ont contribué à ce que la majorité des juifs de France, frappés de plein fouet par la persécution, échappent malgré tout à la mort.
 

16 octobre : Les villes à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale

Première séance du séminaire Villes 

Déconstructions et reconstructions des villes à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale. Autour de l’exemple de Caen et d’autres villes.

Intervenants : Mickäel Babiaud (Cadomus 3D), Aurélie Bourbonnais (Ville de Caen),  Romain Stepkow (géographe)

Mardi 16 octobre, 14h00, amphithéâtre de la MRSH

15 novembre : colloque jeunes chercheurs

Dans le cadre des Mémoriales, HisTeMé accueille, comme tous les ans, les jeunes doctorants et chercheurs qui travaillent « autour de la Seconde Guerre mondiale.

Télécharger le programme ici

Le programme de la journée :

 

« Jeunes chercheurs-es nouvelles recherches
sur la Seconde Guerre mondiale

Les Mémoriales,  jeudi 15 novembre 2018

Accueil: S. Grimaldi (Directeur du Mémorial) & F. Rouquet (HisTeMé-UNC)

Introduction
Léa Goret (doctorante HisTeMé)

Combattants et  engagés : nouvelles perspectives
Présidence : Françoise Passera (HisTeMé-UNC)

Morgane Barey
Thèse : La formation des officiers français pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la direction d’ Olivier Wieviorka (ENS Cachan)
Communication : Former des officiers, un enjeu pour les gouvernements français (Vichy, Londres, Alger) ? 1940-1944

Jean-Arthur Noïque
Thèse :  L’image et la mémoire de la Ire Armée française (de 1943 à nos jours), sous la direction de Jean-François Muracciole (Université de Montpellier)
Communication : La construction de l’image de la 1re Armée française par les médias durant le conflit 

Marilyne Andreo
Thèse : Sociologie des résistants de la basse vallée du Rhône (Bouches du Rhône, Vaucluse, Gard), sous la direction de Jean-François Muracciole (Université de Montpellier)
Communication : Sociologie des résistants étrangers dans les Bouches-du-Rhône, le Gard et le Vaucluse 

Colonisation, germanisation et transnationalité
Présidence : Gaël Eismann (HisTeMé-UNC) 

Anne François
Thèse : l’Ostland(W.O.L) dans les Ardennes, sous la direction de F. Rouquet (Université de Caen Normandie). 
Communication : Les prisonniers de guerre nord-africains en zone interdite : l’exemple du Frontstalag des Ardennes.

Cadiot Alienor
Thèse  L’immigration nord-africaine en France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Nancy L. Green (EHESS)
Communication : Requis, sous contrat, libres: travailleurs nord-africains en métropole sous Vichy et sous l’occupation

Gwendoline Cicottini
Thèse : Les enfants franco-allemands de la Seconde Guerre mondiale. Acteurs, représentations, mémoires sous la direction de Jean-Francois Muracciole (Université de Montpellier
Communication : Relations interdites, enfants oubliés ? Les relations entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale

Conclusion
Laurent Joly (directeur de recherche CNRS-EHESS) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1er décembre : Salon du livre judiciaire

Au Ministère de la Justice, place Vendôme, salon des Oiseaux

Entrée gratuite, mais inscription obligatoire à l’adresse : salondulivre-judiciaire@justice.gouv.fr

9 h 45 – Ouverture du 4e salon du livre judiciaire

10 h – 10 h 40. Juger et punir : aux origines de la procédure pénale
Animation : Antoine Meissonnier, conservateur du patrimoine, Ministère de la Justice Olivier Descamps (dir.,
Les sources du droit à l’aune de la pratique judiciaire, Paris, Editions Panthéon-Assas, 2018), Maud Ternon (Juger les fous au Moyen Age. Dans les tribunaux royaux en France XVIe-XVe siècles, Paris, PUF, 2018), Arnaud-Vivien Fossier (Le bureau des âmes. Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique. XIIIe-XIVe siècle, Rome, Ecole française de Rome, 2018) et Claude Gauvard (Condamner à mort au Moyen Age. Pratiques de la peine capitale en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, PUF, 2018).

10 h 40 – 11 h 10 – dédicaces et échanges avec les auteurs

11 h 10 – 11 h 50 – Démocratie et justice, de la montée du nazisme à la Libération Animation : Jean-Baptiste Jacquin, Le Monde
François Gibault (Un journal. 1933-1940, Paris, Gallimard, 2018), Olivier Jouanjan (Justifier l’injustifiable. L’ordre du discours juridique nazi, Paris, PUF, 2017), Jean-Paul Jean (dir., Juger sous Vichy, juger Vichy, revue Histoire de la Justice, 2018), François Rouquet (pour F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration. De 1940 à nos jours, Paris, Gallimard, 2018).

11 h 50 – 12 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

14 h – 14 h 40 – Acteurs et lieux de justice
Animation : Sylvie Humbert, SG de l’AFHJ, Professeur à l’université catholique de Lille
Denis Salas (La foule innocente, Paris, Desclée de Brouwer, 2018), Laurence Neuer (L’audience est levée, Paris, Gazette du Palais, 2018), Jean-Pierre Rosenczveig (Rendre justice aux enfants. Un juge témoigne, Paris, Seuil, 2018), Etienne Madranges (Empreintes d’histoire, Paris, Lexisnexis, 2018).

14 h 40 – 15 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

15 h 15 – 15 h 45 – La justice au temps des Lumières
Animation : Hervé Leuwers, SG adjoint de l’AFHJ, Professeur à l’université de Lille Jeanne-Marie Jandeaux (Le roi et le déshonneur des familles. Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle, Paris, Ecole nationale des Chartes, 2017), Géraldine Cazals (L’arrestographie flamande. Jurisprudence et littérature juridique à la fin de l’Ancien Régime. 1668- 1789, Genève, Droz, 2018), Michel Porret (pour Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir).

15 h 45 – 16 h 20 – dédicaces et échanges avec les auteurs

16 h 20 – 17 h – Le grand entretien : Henri Leclerc (La parole et l’action. Mémoires d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017)
Animation : Jean Danet, Conseil supérieur de la magistrature organisée par le Ministère de la Justice, l’AFHJ, le CSN (avec le soutien de La Documentation française, Historia, le JSS)