Archives par mot-clé : Épuration

1er décembre : Salon du livre judiciaire

Au Ministère de la Justice, place Vendôme, salon des Oiseaux

Entrée gratuite, mais inscription obligatoire à l’adresse : salondulivre-judiciaire@justice.gouv.fr

9 h 45 – Ouverture du 4e salon du livre judiciaire

10 h – 10 h 40. Juger et punir : aux origines de la procédure pénale
Animation : Antoine Meissonnier, conservateur du patrimoine, Ministère de la Justice Olivier Descamps (dir.,
Les sources du droit à l’aune de la pratique judiciaire, Paris, Editions Panthéon-Assas, 2018), Maud Ternon (Juger les fous au Moyen Age. Dans les tribunaux royaux en France XVIe-XVe siècles, Paris, PUF, 2018), Arnaud-Vivien Fossier (Le bureau des âmes. Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique. XIIIe-XIVe siècle, Rome, Ecole française de Rome, 2018) et Claude Gauvard (Condamner à mort au Moyen Age. Pratiques de la peine capitale en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, PUF, 2018).

10 h 40 – 11 h 10 – dédicaces et échanges avec les auteurs

11 h 10 – 11 h 50 – Démocratie et justice, de la montée du nazisme à la Libération Animation : Jean-Baptiste Jacquin, Le Monde
François Gibault (Un journal. 1933-1940, Paris, Gallimard, 2018), Olivier Jouanjan (Justifier l’injustifiable. L’ordre du discours juridique nazi, Paris, PUF, 2017), Jean-Paul Jean (dir., Juger sous Vichy, juger Vichy, revue Histoire de la Justice, 2018), François Rouquet (pour F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration. De 1940 à nos jours, Paris, Gallimard, 2018).

11 h 50 – 12 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

14 h – 14 h 40 – Acteurs et lieux de justice
Animation : Sylvie Humbert, SG de l’AFHJ, Professeur à l’université catholique de Lille
Denis Salas (La foule innocente, Paris, Desclée de Brouwer, 2018), Laurence Neuer (L’audience est levée, Paris, Gazette du Palais, 2018), Jean-Pierre Rosenczveig (Rendre justice aux enfants. Un juge témoigne, Paris, Seuil, 2018), Etienne Madranges (Empreintes d’histoire, Paris, Lexisnexis, 2018).

14 h 40 – 15 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

15 h 15 – 15 h 45 – La justice au temps des Lumières
Animation : Hervé Leuwers, SG adjoint de l’AFHJ, Professeur à l’université de Lille Jeanne-Marie Jandeaux (Le roi et le déshonneur des familles. Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle, Paris, Ecole nationale des Chartes, 2017), Géraldine Cazals (L’arrestographie flamande. Jurisprudence et littérature juridique à la fin de l’Ancien Régime. 1668- 1789, Genève, Droz, 2018), Michel Porret (pour Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir).

15 h 45 – 16 h 20 – dédicaces et échanges avec les auteurs

16 h 20 – 17 h – Le grand entretien : Henri Leclerc (La parole et l’action. Mémoires d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017)
Animation : Jean Danet, Conseil supérieur de la magistrature organisée par le Ministère de la Justice, l’AFHJ, le CSN (avec le soutien de La Documentation française, Historia, le JSS)

19.06.2018 François Rouquet à La Fabrique de l’Histoire !

Emmanuel Laurentin consacre cette semaine à l’histoire de la Justice.

L’émission du jour (mardi 19 juin, de 9h à 10h)  est consacrée à l’ouvrage de Fabrice Virgili et François Rouquet pour évoquer une historiographie renouvelée de l’épuration. Nous évoquerons l’épuration : de l’intimité du domicile au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

 

Retrouvez les critiques de la presse nationale sur l’ouvrage de François Rouquet et Fabrice Virgili :

Libération du 23 mai 2018

Le Monde des livres du 18 mai 2018

En attendant Nadeau, journal de la littérature des idées et des arts

Sur le site de France Culture

La République des livres.com

 

 

 

Parution de « Les Françaises, les Français et l’Épuration »

Comme suite au séminaire organisé par Fabrice Virgili et moi-même, voici la présentation de notre ouvrage parue en folio histoire.

 

« Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. » Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

Découvrez :

Réédition de « Une épuration ordinaire »

 Une épuration ordinaire, 1944-1949.  Petits et grands collaborateurs de l’administration française parue aux éditions cnrs en 2011 est rééditée en version poche dans la collection Biblis. 

La quatrième de couverture :
Avec cette étude nourrie d’archives inédites, François Rouquet signe
une histoire radicalement nouvelle de l’épuration, enfin racontée à
« hauteur d’homme ». L’histoire d’une désignation collective, marquée de larmes, parfois de sang, dont les conséquences sur la société française furent immenses. Car le « châtiment des traîtres » a concerné tout le corps social, marqué du sceau d’infamie des dizaines de milliers de personnes, entraînant autant de drames intimes à l’échelle de la famille, du village, de l’administration. C’est en analysant l’épuration des petits et grands agents de l’État, instituteurs, postiers, chefs  de bureau, commis, ingénieurs, administrateurs, ministres, que François Rouquet fait revivre cet envers tragique de la Libération.
Femmes tondues pour avoir entretenu des relations intimes avec
l’occupant, profiteurs du marché noir, délateurs, membres de la Milice, travailleurs volontaires en Allemagne, Alsaciens, mais aussi victimes de la rumeur publique et des vengeances personnelles: l’épuration des fonctionnaires offre un condensé saisissant des convulsions qui agitent la société française au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

21 février 2018 : Les Français.es devant l’épuration

À l’occasion de la parution de  « Les Françaises, les Français et l’épuration » chez Gallimard, collection Folio, François Rouquet et Fabrice Virgili présentent leur travail de recherche au séminaire « Traces de guerre » qui se déroulera au Mémorial de Caen, de 14 à 17h.

Francois Rouquet est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Caen-Normandie et directeur du laboratoire HisTéMé où il anime l’équipe Seconde Guerre mondiale. Il est également membre du conseil scientifique du Mémorial de Caen et du comité de rédaction de la revue Genre & Histoire. Ses travaux portent sur le genre, les guerres mondiales et le cinéma.

 Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS, travaille au sein de l’UMR Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe. Il est spécialiste du genre et des guerres mondiales. Membre de l’association  Mnémosyne  et du comité de rédaction de la revue Clio, Femmes, Genre &Histoire, il anime également l’équipe Genre & Europe du Laboratoire d’excellence Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (EHNE).

Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis
dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au
bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.