Archives par mot-clé : Épuration

Retour sur le sÉminaire : L’Épuration soviÉtique, 1943-1989

À la suite du séminaire de Vanessa Voisin, Guillaume Yverneau, étudiant de Master 2 en histoire contemporaine, nous propose le compte-rendu de la manifestation.

 

La demi-journée, animée par Vanessa Voisin, chercheuse au CERCEC, Centre d’études des Mondes Russe, Caucasien & Centre-Européen, porte sur la justice d’épuration en URSS à travers la propagande cinématographique soviétique entre 1943 et 1989.
Vanessa Voisin a soutenu en 2011, sa thèse de doctorat d’histoire contemporaine : « L’épuration en URSS, l’exemple de la région de Kalinine, 1941-1953 » sous la direction de Marie-Pierre Rey. Elle est, depuis 2017, chercheuse en charge de la coordination de deux ANR. L’une porte sur le cinéma soviétique durant la guerre 1939-1949, et depuis 2017, un autre programme est en cours sur  : «   Les crimes de guerre nazis dans le prétoire, Europe centrale et orientale, 1943-1991. Entre condamnation de la violence et volonté de réconciliation nationale. »

             L’histoire des procès d’épuration en Union soviétique s’articule autour de trois grands moments historiques.
L’épuration par les Soviétiques commence dès décembre 1941, alors que l’URSS et l’Allemagne ne sont en guerre que depuis quelques mois. Mais à ce moment-là, il s’agit d’une répression secrète, inspirée du mode de répression stalinien des années 1920-1930.

            À partir de 1943, l’épuration s’adapte aux enjeux internationaux ainsi qu’à la violence des crimes commis par les nazis, inédits par leur ampleur et leur barbarie. Un nouveau type de jugement se met en place et, même s’il s’inspire de quelques traits occidentaux, il demeure largement stalinien dans ses modalités de fonctionnement. Par ailleurs, cette année-là, les rapports de force sur le théâtre des opérations s’inversent. En février, l’Armée rouge gagne la bataille de Stalingrad puis celle de  Koursk durant l’été. Staline peut se permettre désormais de mettre en lumière les exactions nazies que l’Armée découvre au fur et à mesure qu’elle libère son territoire. Ces procès de l’épuration, pour les plus importants, sont publics, filmés et destinés à être largement diffusées dans les salles de cinéma. Orchestrés par les tribunaux du NKVD et par les cours martiales mobiles qui avancent avec le front, les jugements se font de plus en plus nombreux. 
              Après la Seconde Guerre mondiale, la répression des collaborateurs et des criminels de guerre nazis continuent en Europe de l’Est, même si, à partir de 1955, l’URSS met en place une politique d’amnistie évinçant les inculpés n’ayant pas de sang sur les mains. Les accusés de « crimes de sang », en revanche, sont jugés. La notion pourrait être affiliée à celle de « crime contre l’Humanité », bien que l’incrimination créée en 1945 par le Tribunal militaire de Nuremberg, ne soit reconnue par l’URSS qu’en 1965.

            Enfin, l’année 1989 marque la fin des procès d’épuration. Un dernier procès se tient en 1988 au nord de l’Ukraine avant l’effondrement des régimes de type soviétique l’année suivante.

            La justice d’épuration en URSS fait passer devant les tribunaux des centaines de milliers de personnes. En grande majorité, il s’agit de petits collaborateurs, qui, dès que de nouveaux territoires sont libérés par les Soviétiques, sont dénoncés. Cependant, leur grand nombre fait que ceux qui doivent être jugés sont vite triés. La justice soviétique commence alors à intégrer le concept de châtiment, jusqu’alors étranger à son code pénal qui valorisait la rééducation par le travail. Sa mise en place sert à punir de manière symbolique les collaborateurs, à hauteur des crimes commis. Il s’applique particulièrement à ceux accusés de « crimes de sang » condamnés à mort par pendaison sur la place publique. Pour les autres, la sentence se traduit par l’emprisonnement et l’envoi au bagne avec des peines de 20 à 25 ans, souvent réduites à la faveur des amnisties des années 1950.

            Vanessa Voisin, montre que ces procès sont de véritables spectacles ou show trial pour reprendre l’expression anglaise née en 1922 au sujet des procès staliniens (Leipzig ?). Le terme russe renvoie plutôt à la notion de « procès-démonstration » puisqu’il s’agit bien d’appuyer une thèse. Par certains aspects, le modèle des procès des années 1930 persiste mais, en revanche, ces derniers se fondent par la réalité des crimes commis. Le plus important et le plus médiatisé à l’étranger à cette époque, est celui qui se déroule à Kharkov  en décembre 1943. Pour la première fois, des soldats allemands sont jugés en URSS publiquement. De nombreux autres seront filmés et mis en scène comme en témoignent les nombreux extraits de films montés, mais aussi de rushs retrouvés dans les archives projetés par la conférencière  (Voir ci-dessous la liste) Ainsi, le procès qui se déroule dans une petite ville du sud de l’Ukraine le 9  février 1944 montre la dimension spectaculaire de ces procès. l’important public qui s’y presse, l’intérêt qu’il manifeste et son encadrement serré par l’armée soviétique.

            À partir de 1943, des opérateurs filment chacun de ces procès, l’objectif étant alors la réalisation d’une chronique cinématographique de la « Grande Guerre patriotique ». Les cinéastes, une fois leurs prises de vue réalisées, rédigent des rapports et les envoient à Moscou. Outre les images, ce sont ces rapports qui constituent pour les historiens des sources essentielles, même si certains ont disparu ou ne correspondent pas au contenu des bobines référencées. De même, les prises de vue retirées du montage se révèlent  être des archives très intéressantes puisqu’elles illustrent des éléments que le pouvoir soviétique ne voulait pas montrer au grand public. Ces procès étaient enregistrés afin de leur donner le maximum de publicité auprès de la population locale. Car la mémoire cinématographique de ces événements le plus souvent ne voyage pas. Elle demeure dans le lieu où s’est passé le procès et est destinée à ses habitants.

             Vanessa Voisin montre en conclusion que la recherche en cours permet de dresser un tableau de l’épuration soviétique à travers les archives cinématographiques de l’ex-URSS. Le travail se fait aussi dans d’autres pays de l’Est mais les résultats ne sont pas encore publiés. Ces images interrogent sur les partis pris d’une dictature qui en juge une autre, sur la relation entre la justice d’épuration à l’est et sa médiatisation par le pouvoir stalinien, enfin sur l’usage qui en est fait par la propagande.  Quel que soit leur usage, elles demeurent une source de premier plan pour les historiens aujourd’hui.

 

Liste des documents projetés (dans l’ordre de la projection)

– « Le châtiment des traîtres à Melitopol », kinoletopis (rushes montés), RGAKFD, 1944
– «  Un procès à Panshino », kinoletopis (rushes montés), RGAKFD, 1943
– Extraits des rushes du procès de Smolensk, RGAKFD, décembre 1945 (public)
– Extrait des rushes du procès de Kharkov, RGAKFD, décembre 1943
– Extraits des rushes du procès de Smolensk, RGAKFD, janvier 1946 (exécution)
– Extrait du film «.Sudebnii  protsess v Smolenske [Un procès à Smolensk]. Janvier 1946. SCA. RGAKFD, 2 parties. Film sonore, 367 m. Réalisation : Esfir Šub. Image : Aleksandr Brantman, Arkadij Levitan.
– Extrait du film « Prigovor naroda » [Le verdict du peuple]. Janvier 1946. Studio des actualités de Leningrad. RGAKFD. Film sonore, 349 mètres. Réalisation : L. Kikaz. Image : E.  Vladimir
– film « Prigovor naroda » [Le verdict du peuple]. Juillet 1943. SCA. 2 parties. Film sonore, 366 m. Image : groupe cinématographique du front du Caucase du nord : Mark Trojanovski, Arkadij Levitan, David Šolomovič, Leonid Kotlârenko, Georgij Aslanov, Semën Stoânovskij. Réalisation : Irina Setkina.

23 janvier 2019 : Séminaire Traces de guerre

Vanessa Voisin, est post-doctorante au Cercec (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen), en charge d’une ANR sur « Les crimes de guerre nazis dans le prétoire, Europe centrale et orientale, 1943-1991 ».

Attention la séance aura lieu à l’université de Caen, salle des actes de la MRSH, salle 027 en rez-de-chaussée

Elle interviendra sur les thèmes suivants : 

Justice d’épuration et publicité en Europe de l’Est, 1943-1989

Afin de préparer au mieux son intervention et vos questions, il est recommandé de lire son ouvrage :

L’URSS contre ses traîtres, L’épuration soviétique, 1941-1955, publié aux éditions de la Sorbonne. L’ouvrage est disponible en prêt à la bibliothèque d’HisTeMé.

 

Elle recommande notamment le chapitre suivant : 
Une publicité calculée, des châtiments éloquents, 1942-1943 que vous pouvez télécharger.
Pour des questions techniques , il a été numérisé en trois volets : 

L’Urss contre ses traîtres ch 6-1 

L’Urss contre ses traîtres ch 6-2

L’Urss contre ses traîtres ch 6-3

 

Légende de la photographie : La salle d’audience du procès de Kharkov. RGAKFD/Collection Kapoustinski

 

1er décembre : Salon du livre judiciaire

Au Ministère de la Justice, place Vendôme, salon des Oiseaux

Entrée gratuite, mais inscription obligatoire à l’adresse : salondulivre-judiciaire@justice.gouv.fr

9 h 45 – Ouverture du 4e salon du livre judiciaire

10 h – 10 h 40. Juger et punir : aux origines de la procédure pénale
Animation : Antoine Meissonnier, conservateur du patrimoine, Ministère de la Justice Olivier Descamps (dir.,
Les sources du droit à l’aune de la pratique judiciaire, Paris, Editions Panthéon-Assas, 2018), Maud Ternon (Juger les fous au Moyen Age. Dans les tribunaux royaux en France XVIe-XVe siècles, Paris, PUF, 2018), Arnaud-Vivien Fossier (Le bureau des âmes. Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique. XIIIe-XIVe siècle, Rome, Ecole française de Rome, 2018) et Claude Gauvard (Condamner à mort au Moyen Age. Pratiques de la peine capitale en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, PUF, 2018).

10 h 40 – 11 h 10 – dédicaces et échanges avec les auteurs

11 h 10 – 11 h 50 – Démocratie et justice, de la montée du nazisme à la Libération Animation : Jean-Baptiste Jacquin, Le Monde
François Gibault (Un journal. 1933-1940, Paris, Gallimard, 2018), Olivier Jouanjan (Justifier l’injustifiable. L’ordre du discours juridique nazi, Paris, PUF, 2017), Jean-Paul Jean (dir., Juger sous Vichy, juger Vichy, revue Histoire de la Justice, 2018), François Rouquet (pour F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration. De 1940 à nos jours, Paris, Gallimard, 2018).

11 h 50 – 12 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

14 h – 14 h 40 – Acteurs et lieux de justice
Animation : Sylvie Humbert, SG de l’AFHJ, Professeur à l’université catholique de Lille
Denis Salas (La foule innocente, Paris, Desclée de Brouwer, 2018), Laurence Neuer (L’audience est levée, Paris, Gazette du Palais, 2018), Jean-Pierre Rosenczveig (Rendre justice aux enfants. Un juge témoigne, Paris, Seuil, 2018), Etienne Madranges (Empreintes d’histoire, Paris, Lexisnexis, 2018).

14 h 40 – 15 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

15 h 15 – 15 h 45 – La justice au temps des Lumières
Animation : Hervé Leuwers, SG adjoint de l’AFHJ, Professeur à l’université de Lille Jeanne-Marie Jandeaux (Le roi et le déshonneur des familles. Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle, Paris, Ecole nationale des Chartes, 2017), Géraldine Cazals (L’arrestographie flamande. Jurisprudence et littérature juridique à la fin de l’Ancien Régime. 1668- 1789, Genève, Droz, 2018), Michel Porret (pour Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir).

15 h 45 – 16 h 20 – dédicaces et échanges avec les auteurs

16 h 20 – 17 h – Le grand entretien : Henri Leclerc (La parole et l’action. Mémoires d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017)
Animation : Jean Danet, Conseil supérieur de la magistrature organisée par le Ministère de la Justice, l’AFHJ, le CSN (avec le soutien de La Documentation française, Historia, le JSS)

19.06.2018 François Rouquet à La Fabrique de l’Histoire !

Emmanuel Laurentin consacre cette semaine à l’histoire de la Justice.

L’émission du jour (mardi 19 juin, de 9h à 10h)  est consacrée à l’ouvrage de Fabrice Virgili et François Rouquet pour évoquer une historiographie renouvelée de l’épuration. Nous évoquerons l’épuration : de l’intimité du domicile au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

 

Retrouvez les critiques de la presse nationale sur l’ouvrage de François Rouquet et Fabrice Virgili :

Libération du 23 mai 2018

Le Monde des livres du 18 mai 2018

En attendant Nadeau, journal de la littérature des idées et des arts

Sur le site de France Culture

La République des livres.com

 

 

 

Parution de “Les Françaises, les Français et l’Épuration”

Comme suite au séminaire organisé par Fabrice Virgili et moi-même, voici la présentation de notre ouvrage parue en folio histoire.

 

« Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. » Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

Découvrez :

Réédition de “Une épuration ordinaire”

 Une épuration ordinaire, 1944-1949.  Petits et grands collaborateurs de l’administration française parue aux éditions cnrs en 2011 est rééditée en version poche dans la collection Biblis. 

La quatrième de couverture :
Avec cette étude nourrie d’archives inédites, François Rouquet signe
une histoire radicalement nouvelle de l’épuration, enfin racontée à
« hauteur d’homme ». L’histoire d’une désignation collective, marquée de larmes, parfois de sang, dont les conséquences sur la société française furent immenses. Car le « châtiment des traîtres » a concerné tout le corps social, marqué du sceau d’infamie des dizaines de milliers de personnes, entraînant autant de drames intimes à l’échelle de la famille, du village, de l’administration. C’est en analysant l’épuration des petits et grands agents de l’État, instituteurs, postiers, chefs  de bureau, commis, ingénieurs, administrateurs, ministres, que François Rouquet fait revivre cet envers tragique de la Libération.
Femmes tondues pour avoir entretenu des relations intimes avec
l’occupant, profiteurs du marché noir, délateurs, membres de la Milice, travailleurs volontaires en Allemagne, Alsaciens, mais aussi victimes de la rumeur publique et des vengeances personnelles: l’épuration des fonctionnaires offre un condensé saisissant des convulsions qui agitent la société française au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

21 février 2018 : Les Français.es devant l’épuration

À l’occasion de la parution de  “Les Françaises, les Français et l’épuration” chez Gallimard, collection Folio, François Rouquet et Fabrice Virgili présentent leur travail de recherche au séminaire “Traces de guerre” qui se déroulera au Mémorial de Caen, de 14 à 17h.

Francois Rouquet est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Caen-Normandie et directeur du laboratoire HisTéMé où il anime l’équipe Seconde Guerre mondiale. Il est également membre du conseil scientifique du Mémorial de Caen et du comité de rédaction de la revue Genre & Histoire. Ses travaux portent sur le genre, les guerres mondiales et le cinéma.

 Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS, travaille au sein de l’UMR Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe. Il est spécialiste du genre et des guerres mondiales. Membre de l’association  Mnémosyne  et du comité de rédaction de la revue Clio, Femmes, Genre &Histoire, il anime également l’équipe Genre & Europe du Laboratoire d’excellence Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (EHNE).

Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis
dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au
bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.