Archives par mot-clé : mis-en-avant

22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »


Voir la version en langue anglaise

Le CRHQ et le Mémorial de Caen organisent en novembre 2017 un colloque international intitulé « Mémoires des massacres (ou crimes de masse) au XXe siècle ». Il s’agit de poser la question des différentes postures/situations mémorielles et de leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins).

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande à ceux des années 1990, des Tutsis au Rwanda par les Hutus ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, l’horreur de la mort de masse innerve le XXe siècle. Récurrence des massacres des Balkans depuis 1913, extermination des Arméniens durant la Première Guerre mondiale ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes, terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi nettoyages ethniques ou crimes des guerres civiles qui suivirent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Continuer la lecture de 22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Le CRHQ accueille dans son séminaire « Traces de guerre », Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ « Europe de l’entre-deux », coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

« Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3