Réédition de « Une épuration ordinaire »

 Une épuration ordinaire, 1944-1949.  Petits et grands collaborateurs de l’administration française parue aux éditions cnrs en 2011 est rééditée en version poche dans la collection Biblis. 

La quatrième de couverture :
Avec cette étude nourrie d’archives inédites, François Rouquet signe
une histoire radicalement nouvelle de l’épuration, enfin racontée à
« hauteur d’homme ». L’histoire d’une désignation collective, marquée de larmes, parfois de sang, dont les conséquences sur la société française furent immenses. Car le « châtiment des traîtres » a concerné tout le corps social, marqué du sceau d’infamie des dizaines de milliers de personnes, entraînant autant de drames intimes à l’échelle de la famille, du village, de l’administration. C’est en analysant l’épuration des petits et grands agents de l’État, instituteurs, postiers, chefs  de bureau, commis, ingénieurs, administrateurs, ministres, que François Rouquet fait revivre cet envers tragique de la Libération.
Femmes tondues pour avoir entretenu des relations intimes avec
l’occupant, profiteurs du marché noir, délateurs, membres de la Milice, travailleurs volontaires en Allemagne, Alsaciens, mais aussi victimes de la rumeur publique et des vengeances personnelles: l’épuration des fonctionnaires offre un condensé saisissant des convulsions qui agitent la société française au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

10 octobre : « L’État contre les juifs »

À l’occasion de la parution de son livre, L’État contre les juifs, Vichy, les nazis et la persécution antisémite, aux éditions Grasset, Laurent Joly, spécialiste de l’histoire des juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, inaugure la première séance de notre séminaire Traces de guerre.

Vous trouverez ici quelques extraits de l’introduction et du premier chapitre. Les étudiants inscrits au séminaire devront les avoir lus afin de susciter en fin de conférence réflexions et débats autour du livre.

Quatrième de couverture :

Sur Vichy et la Shoah, on pensait tout savoir. Ce livre démontre qu’il reste encore beaucoup à découvrir. Répondant à une série de questions clés, Laurent Joly renouvelle profondément l’histoire de la persécution des juifs sous l’Occupation et balaie bien des idées reçues.
Pourquoi, dès l’été 1940, le régime du maréchal Pétain a-t-il impulsé une politique antisémite  ? Pourquoi a-t-il accepté de contribuer aux déportations massives décidées par les nazis en 1942 et d’assumer pleinement ces opérations, à Paris comme en zone libre  ? Dans quelle mesure l’administration a-t-elle collaboré à la politique génocidaire  ?
S’appuyant sur de nombreuses sources inédites, restituant les marges de manœuvre des agents (du dirigeant étatique jusqu’au simple gardien de la paix) et les effets concrets de leurs décisions, Laurent Joly écrit une histoire incarnée, au plus près des exécuteurs, des victimes et des témoins.
Le lecteur apprendra ainsi que le statut d’octobre 1940 n’est pas une simple transposition de la tradition antisémite française  : Vichy cherche surtout à suivre le modèle nazi. Sur le Vel d’Hiv, il découvrira une histoire qu’on ne lui a jamais racontée  : l’opération du point de vue policier. Enfin, il réalisera que l’idée selon laquelle la persécution des juifs a été occultée par la justice de l’épuration mérite d’être fortement nuancée.
Au bout du compte, Laurent Joly montre que si toute la puissance de l’État a été mobilisée pour persécuter puis rafler les juifs, les logiques propres à l’appareil étatique, ses objectifs contradictoires, ses pesanteurs et finalement les résistances ont contribué à ce que la majorité des juifs de France, frappés de plein fouet par la persécution, échappent malgré tout à la mort.
 

Réservez vos dates !

Nous avons le plaisir de vous communiquer le pré-programme de notre séminaire « Traces de guerre » pour l’année 2018-2019. Attention ! Le programme définitif sera publié à la rentrée.

10 octobre 2018 : Laurent Joly, directeur de recherches à l’EHESS, viendra présenter la synthèse sur Vichy et les Juifs qui sera prochainement publiée.

14 novembre : En mémoire de Patrice Arnaud, chercheur associé à HisTeMé, une journée d’études est organisée au Mémorial de Caen afin de nous rappeler sa contribution essentielle à la recherche scientifique sur la Seconde Guerre mondiale.

23 janvier 2019 : Vanessa Voisin, post-doctorante au Cercec (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen), en charge d’une ANR sur « Les crimes de guerre nazis dans le prétoire, Europe centrale et orientale, 1943-1991 ».

6 février  : Alain Hugon, professeur de l’Université de Caen, organise un colloque autour de l’apport de Pierre Chaunu, fondateur du Centre de Recherches d’Histoire Quantitative, (désormais laboratoire HisTeMé) à la recherche actuelle.

27 mars : A l’occasion de l’important recensement entrepris par la Direction régionale des Affaires culturelles en collaboration avec le laboratoire HisteMé et les services d’archéologie, un colloque transdisciplinaire est organisé autour de l’archéologie des conflits contemporains au Mémorial de Caen.

10 avril : Présentation des travaux des étudiants de master 1 et master 2.

18-06/8-07.2018, appel à communication : L’archéologie des conflits contemporains

APPEL À COMMUNICATION

 L’archéologie des conflits contemporains :
méthodes, apports,  enjeux

Colloque international
Session des 27-29 mars 2019 à Caen (14) – Mémorial de Caen
organisée par DRAC Normandie, Inrap, HisTeMé et MRSH (Université de Caen)

Depuis plus d’une décennie, l’archéologie contemporaine s’est appropriée ce nouvel objet d’étude que sont les conflits de l’ère contemporaine. Ce champ de recherche encore jeune, dont la pertinence est de moins en moins disputée à mesure que se succèdent les découvertes, a vu l’émergence de questions spécifiques auxquelles les archéologues n’avaient que peu ou pas été confrontés jusqu’alors.
Dix ans après le colloque du Mémorial de Caen, à l’occasion duquel avait été  posées les premières pierres d’un dialogue interdisciplinaire réunissant notamment archéologues et historiens, il apparaît aujourd’hui nécessaire de porter plus avant nos questionnements en vue de mieux cerner la nature et les limites des apports de l’archéologie à l’étude des conflits contemporains, en particulier des guerres de masse de l’ère industrielle qui, à deux reprises au cours du XXe siècle, ont affecté le territoire national comme l’international, et aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Cette contribution est néanmoins réelle, ainsi qu’en témoignent les recherches déjà menées, achevées ou en cours dans ce domaine. C’est à la lumière de ces expériences acquises et des développements méthodologiques qu’elles suscitent, qu’il est proposé de mettre l’accent sur les approches les plus fructueuses et novatrices en termes d’apports à la connaissance des conflits.

Un colloque tenu en deux temps et en deux lieux chacun marqués par l’un des deux conflits mondiaux, le premier à Verdun, en 2018, et le second à Caen, en 2019, fournira l’opportunité aux chercheurs investis dans ces recherches d’aborder à travers des communications synthétiques un large panel de problématiques portant aussi bien sur des aspects réglementaires que sur des thématiques scientifiques ou sociétales, en rapport avec l’histoire des grands conflits contemporains.

La première session, qui se tiendra à Verdun à l’automne 2018, abordera les questions spécifiques à l’archéologie, dans ses pratiques d’investigation comme dans les méthodes de conservation des objets dégagés.

La seconde session, organisée à Caen au printemps 2019, sera consacrée au dialogue interdisciplinaire en déterminant les apports possibles de l’archéologie aux autres champs de la recherche, de la Révolution française à nos jours, à l’échelle internationale. Cette dimension très large permettra ainsi d’éclairer les enjeux spécifiques des guerres de masse de l’ère industrielle qui se sont déroulées au XXe siècle, aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Entre l’abondance de documentation administrative ou privée d’un côté, et de l’autre la standardisation croissante des équipements de guerre qui font souvent perdre intrinsèquement à l’objet dégagé des fouilles tout intérêt significatif, la fenêtre est étroite sur les apports de l’archéologie aux sciences humaines pour la période contemporaine. Elle est pourtant réelle, au vu d’études déjà menées et de projets en cours dans ce domaine. C’est précisément à la lumière de ces expériences qu’il est proposé de dégager les approches qui paraissent les plus fructueuses.

Plus que jamais, l’interdisciplinarité s’impose ici. Si l’histoire paraît le champ disciplinaire naturel dans ce dialogue, elle n’est pas seule en lice : la sociologie, l’anthropologie biologique ou sociale et la géographie y ont, entre autres, tout autant leur place. L’archéologue ne peut en effet prétendre faire émerger une documentation se suffisant à elle-même, en particulier sur la période la plus récente, déjà labourée par d’autres disciplines grâce à une multitude de sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles. Pour autant, ces archives traditionnelles sur lesquelles se basent la plupart des travaux académiques n’ont rien d’absolu, d’abord parce qu’une infime partie de la documentation produite à l’époque parvient aux chercheurs, ensuite parce que cette documentation n’est pas exempte de biais qu’il est parfois utile de corriger. L’archéologie peut dès lors permettre de faire émerger une documentation alternative complémentaire.

Attendus des communications

À chaque fois, il s’agira d’abord de s’interroger sur la philosophie générale, la fonction et les finalités possibles d’une intervention archéologique pertinente au regard des travaux de recherche liés aux conflits contemporains, généralement bien documentés. À quoi bon en effet faire ressurgir tout ou partie d’un cantonnement militaire ou d’un champ de bataille ? Quel apport significatif la démarche archéologique peut-elle apporter dans la compréhension du passé ? Autrement dit, quelle(s) source(s) complémentaire(s) peut-elle faire émerger, qui ne relève(nt) pas de l’anecdotique ?

Ces apports sont relativement nombreux. Encore faut-il les présenter, non pas à travers une juxtaposition de cas d’étude dont la portée est presque à chaque fois limitée à leur sujet spécifique, mais par de larges synthèses thématiques, à la fois nationales et internationales, qui permettent de décliner dans une démarche comparative les perspectives ouvertes par l’approche archéologique, mais aussi ses limites. Une douzaine de thématiques – sans exclusive – paraissent d’emblée susceptibles de faire l’objet de retours d’expérience.

Les pratiques funéraires comme l’archéologie des corps de militaires décédés s’imposent presque naturellement ici (De quoi meurt-on ? Comment enterre-t-on ?).

Quels éléments de connaissance pertinents peut apporter l’archéologie à l’histoire des opérations militaires, à la fois sur terre et sur mer ?

Quelles contributions peut apporter l’archéologie à la connaissance du quotidien du soldat, tant au combat qu’en marge des opérations, par exemple son alimentation (avec ce que cela implique sur son approvisionnement), ses maladies et son hygiène, ou encore son univers culturel à travers les traces collectives ou individuelles qu’il a laissées (peintures murales, graffitis etc.) ?

Comment l’archéologie peut-elle documenter la vie et la survie des civils en temps de guerre et dans l’immédiat après-guerre, ou encore éclairer la privation de liberté, aussi bien dans les camps de prisonniers, les camps d’internement ou les camps de concentration ?

Comment et dans quelle mesure peut-elle documenter les crimes, que ce soit dans les fosses communes ou  les camps d’extermination ?

Comment l’archéologie, en lien avec la géomorphologie, peut-elle renseigner les méthodes et matériaux de construction des ouvrages militaires, ou encore déterminer le niveau de destructions des villes et les bouleversements induits par les opérations sur les paysages ?

Il s’agit ensuite de déterminer quels éclairages spécifiques l’archéologie peut apporter en s’insérant dans les questionnements liés aux nombreux enjeux sociétaux liés à la mémoire de ces conflits, mais aussi à leur gestion au quotidien. En même temps, il s’agit de réfléchir sur les problématiques que l’archéologue peut soulever à travers son travail sur des périodes récentes, à la fois d’un point de vue patrimonial, mais aussi parce qu’ils représentent autant d’enjeux de mémoire potentiels. Qu’il s’agisse de la mémoire des crimes (camps, massacres), des formes d’appropriation ou de rejet mémoriels, d’enjeux de connaissance appliqués à la gestion de patrimoine (et donc intégrant une politique de tourisme de mémoire), l’archéologue se trouve en effet confronté à des problématiques qui ne lui étaient pas forcément familières en travaillant sur des temps plus reculés. Dans le même temps, son travail lui permet d’apporter des réponses sur des enjeux environnementaux, notamment en lien avec la pollution des sols et la transformation des paysages.

L’archéologue participe à un mouvement structurel qui tend à appréhender de manière de plus en plus extensive le patrimoine, dans sa diversité comme dans son ancienneté. En 1945, les Services des Monuments Historiques concevaient ainsi difficilement d’appliquer la sauvegarde d’un patrimoine de moins d’un siècle, qui plus est militaire. Désormais, la politique de sauvegarde s’est largement étendue au fait guerrier sur des biens mobiliers et immobiliers beaucoup plus proches de nous. Toutefois, les moyens de la puissance publique n’étant pas illimités, cela suppose des choix, et donc des renoncements sur ce qui est digne d’être « mémorialisé » pour la postérité, en l’intégrant dans des politiques d’aménagement du territoire et de valorisation touristique. Quand intervenir ? Avec quels moyens ? Quelles protections émettre ? Dans quels buts ?

Dans ce cadre, il s’agit aussi de s’interroger sur la place de l’objet issu des fouilles. La production massive d’équipements militaires tout comme la conservation de ces équipements dans les espaces muséographiques doivent conduire à s’affranchir de toute fascination pour l’objet de guerre. Pour autant, les objets détournés de leur usage ou les créations artistiques (on pense bien évidemment ici à l’artisanat dans les tranchées pendant la Grande Guerre) sont des sources qu’il est impensable de négliger, tant ils permettent de documenter une réalité difficilement saisissable autrement.

Peut-être davantage que pour d’autres périodes historiques, l’archéologue est confronté, lorsqu’il aborde les vestiges des conflits contemporains, à la fascination que leur portent certains collectionneurs de militaria. La passion pour l’Histoire comme la marchandisation de ces objets parfois « à haute valeur ajoutée » conduisent à des opérations de fouille « sauvages ». Loin d’être toutes clandestines, certaines sont, à défaut d’être autorisées, menées avec des moyens conséquents, tant par des associations culturelles, des collectivités territoriales ou de simples particuliers qui n’hésitent pas à communiquer sur leur action dans la presse ou sur le web. Ces pratiques démontrent que la réglementation en vigueur n’est pas connue, et plus encore révèlent les approches désormais décalées entre, d’un côté, une administration qui a très récemment intégré ces vestiges dans le patrimoine et, de l’autre, une population qui s’affranchit de la réglementation en vigueur, fréquemment par habitude et méconnaissance. Dès lors, il y aurait lieu de réfléchir sur les meilleurs moyens de diffuser ces règles et de canaliser ces pratiques.

Les propositions de communications (2000 signes maximum) doivent être envoyées au plus tard le 8 juillet 2018. Elles doivent être accompagnées d’un CV et d’une liste de publications.

Contact : Vincent Carpentier (vincent.carpentier@inrap.fr)

Parution : Le Débarquement, de l’événement à l’épopée

Initié en 2014 par le Mémorial de Caen et le  CRHQ (désormais HisTeMé), le colloque Le Débarquement, de l’événement à l’épopée est désormais publié aux éditions des Presses universitaires de Rennes, sous la direction de Jean-Luc Leleu.

Quatrième de couverture :
Qu’on l’appelle « D-Day », « Jour J », « 6 Juin » ou « Débarquement », nulle autre précision n’est nécessaire pour évoquer l’offensive alliée en Normandie en 1944, alors même que de nombreuses opérations militaires de ce type ont été menées au cours de la Seconde Guerre mondiale et que le sort de l’Allemagne nazie s’est joué sur le front de l’Est. Quelles sont les raisons qui expliquent que cette bataille – une parmi tant d’autres –  qui ont émaillé les conflits du XXe siècle – a d’emblée revêtu une dimension historique pour les contemporains ? Pourquoi précisément cette opération militaire est-elle désormais régulièrement commémorée par autant de chefs d’État sous le regard des télévisions du monde entier ? Comment expliquer le statut si particulier acquis par cet événement au fil des décennies, jusqu’au projet d’inscription des plages du Débarquement au patrimoine de l’Unesco ? 
En revenant à la dramatisation des enjeux d’une bataille annoncée près de quatre années à l’avance, mais aussi aux ressorts politiques, idéologiques, économiques et culturels qui ont contribué à transcender l’événement en épopée, cet ouvrage s’interroge sur la quête d’identité de chacun des acteurs nationaux à travers l’évolution de leur mémoire. Ainsi peut-on mieux comprendre la surprenante transformation, de l’épisode guerrier en symbole universel de paix et de liberté. 

Pour connaître les publications et les intervenants, consultez la table des matières.

Il sera en vente dans toutes les bonnes librairies à partir du 31 mai.

19.06.2018 François Rouquet à La Fabrique de l’Histoire !

Emmanuel Laurentin consacre cette semaine à l’histoire de la Justice.

L’émission du jour (mardi 19 juin, de 9h à 10h)  est consacrée à l’ouvrage de Fabrice Virgili et François Rouquet pour évoquer une historiographie renouvelée de l’épuration. Nous évoquerons l’épuration : de l’intimité du domicile au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

 

Retrouvez les critiques de la presse nationale sur l’ouvrage de François Rouquet et Fabrice Virgili :

Libération du 23 mai 2018

Le Monde des livres du 18 mai 2018

En attendant Nadeau, journal de la littérature des idées et des arts

Sur le site de France Culture

La République des livres.com

 

 

 

[Annonce – Participation à un colloque] « Le scandales des commissions d’achats à l’étranger  » : bonnes et mauvaises fortunes parisiennes dans les achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne

Du 28 au 30 mai 2018, un colloque international sera consacré à la thématique de l’argent immoral et des profiteurs de la guerre (1870-1945). A cette occasion, une communication sera réalisée sur les scandales liés aux commissions d’achats républicaines à Paris durant la guerre d’Espagne (1936-1939).

Le programme intégral du colloque, dont une publication des actes est envisagée, est consultable ici.

Ci-dessous, le résumé de la communication :

« Le scandale des commissions d’achats à l’étranger » : Bonnes et mauvaises fortunes parisiennes des achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre civile qui oppose les franquistes à la République espagnole (1936-1939), un embargo sur les armes et le matériel militaire a été promulgué par un comité international afin d’empêcher les deux camps de s’en procurer. Dans ce contexte, la capitale française est devenue un lieu dédié à la mise en place de commissions d’achats devant permettre à la République espagnole de conclure illégalement des contrats d’armement. Au sein de ces dernières, de multiples scandales ont fait croître le spectre des profiteurs de la guerre.

Les commissions d’achats ont fait l’objet de sévères critiques à l’intérieur même du camp républicain (I). D’abord blâmés par les anarchistes espagnols pour leur malhonnêteté et leur avidité supposées, les membres des commissions d’achats républicaines l’ont ensuite été par les communistes français qui soulignent l’incompétence qui les aurait mis à la merci de trafiquants sans scrupule. Ces attaques, justifiées par des scandales liés à des achats d’armes à l’étranger, ont un mobile politique car il s’agit aussi de dessaisir les commissions de ses prérogatives. Ces critiques produisent un effet de source car il devient par conséquent difficile de savoir qui des trafiquants ou des membres des commissions a réellement tiré profit des achats illégaux à des fins personnelles.

Confronter ces critiques à la documentation interne des commissions et à celle des services de surveillance français permet de mieux comprendre les pratiques des acteurs du trafic illégal et ses résultats (II). Réseaux personnels, stratégies de démarchage et de négociation entrent alors en jeu et décident de la réussite ou de l’infortune de chacun.

Les achats menés par les commissions d’achats républicaines semblent donc avoir été l’objet de querelles politiques et de luttes d’influence qui tendent à complexifier la lecture que l’on peut en faire a posteriori. Le travail réalisé par les républicains en vue des achats d’armes, en dépit de son lot d’infortunes et de sa persistante désorganisation, mérite donc d’être regardé sous un jour nouveau.

Parution de « Les Françaises, les Français et l’Épuration »

Comme suite au séminaire organisé par Fabrice Virgili et moi-même, voici la présentation de notre ouvrage parue en folio histoire.

 

« Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. » Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

Découvrez :

« Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Dévoilements d’une pratique clandestine (1936-1939) » – Résumé de la communication

La tenue de journées d’études à Paris 1 Panthéon-Sorbonne les 18 et 19 mai 2017 sur l’action clandestine et l’imaginaire du complot (XXe-XXIe siècle) a permis la comparaison d’approches plurielles autour de ces deux idées. Ce fut en effet l’occasion de confronter les stratégies d’entrées et de sortie de la clandestinité, les représentations des phénomènes de l’ombre ou encore l’attitude des États face aux acteurs du secret. C’est à cette occasion que fut présentée une communication concernant les stratégies de dévoilements du secret à propos du trafic d’armes destiné à la guerre d’Espagne dont les grandes lignes sont décrites ci-dessous (voir le programme ici et la page d’appel à communication ).

La prohibition du trafic d’armes à destination du gouvernement légal espagnol a été une pierre d’achoppement des débats sur la conduite diplomatique du Front Populaire. Le gouvernement du Front populaire a en effet officiellement refusé toutes livraisons d’armes à la République espagnole et participé à la mise en place d’une « non-intervention » dans la guerre d’Espagne (1936-1939). Néanmoins, à partir d’un certain moment, Continuer la lecture de « Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Dévoilements d’une pratique clandestine (1936-1939) » – Résumé de la communication

21 février 2018 : Les Français.es devant l’épuration

À l’occasion de la parution de  « Les Françaises, les Français et l’épuration » chez Gallimard, collection Folio, François Rouquet et Fabrice Virgili présentent leur travail de recherche au séminaire « Traces de guerre » qui se déroulera au Mémorial de Caen, de 14 à 17h.

Francois Rouquet est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Caen-Normandie et directeur du laboratoire HisTéMé où il anime l’équipe Seconde Guerre mondiale. Il est également membre du conseil scientifique du Mémorial de Caen et du comité de rédaction de la revue Genre & Histoire. Ses travaux portent sur le genre, les guerres mondiales et le cinéma.

 Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS, travaille au sein de l’UMR Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe. Il est spécialiste du genre et des guerres mondiales. Membre de l’association  Mnémosyne  et du comité de rédaction de la revue Clio, Femmes, Genre &Histoire, il anime également l’équipe Genre & Europe du Laboratoire d’excellence Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (EHNE).

Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis
dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au
bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

 

1er février 2018 : Les guichets du Louvre

Le film s’inspire d’un des premiers témoignages publiés en 1960,  au titre éponyme, évoquant  la rafle du Vél d’Hiv . Son auteur, Roger Boussinot, est alors jeune étudiant de philosophie à Paris durant l’été 1942. Toute la journée du  16 (ou 17 ?) juillet, il tente désespérément de venir au secours des Juifs raflés dans le Marais et de les faire passer au-delà du musée du Louvre, au-delà des « Guichets », pour rejoindre la rive droite de la Seine.

Presque trente ans après les événements, le réalisateur, Michel Mitrani, adapte  le témoignage à l’écran. Il  est, lui aussi, en 1974, l’un des premiers à  évoquer la persécution des Juifs au cinéma. S’il n’a pas rencontré, à l’époque, l’intérêt de la critique ni celle du public, ce film méconnu n’en reste pas moins l’un des documents cinématographiques les plus intéressants d’un point de vue historique.

Le département Histoire de l’UFR HSS de l’Université de Caen-Normandie a le plaisir d’accueillir pour nous en parler, Laurent Joly, historien, directeur de recherches à l’EHESS, spécialiste de l’histoire des Juifs en France sous l’Occupation. Il nous offrira ainsi une lecture critique, tant du point de vue historique que mémoriel,  qui ne manquera pas de susciter votre intérêt. Venez nombreux !!

Au nouvel amphi de la MRSH (bâtiment F) , à 20h,   le 1er février 2018

Cette manifestation a été organisée par les étudiants du master « Histoire et Patrimoine » , avec le soutien de nos fidèles partenaires  :  Le Café des images et le Mémorial de Caen.

Les tickets de cinéma sont en pré-vente au tarif préférentiel de 3,50€ au bureau de l’association d’histoire (au département de l’UFR HSS), sinon au tarif de 4,50 € au Café des images et aussi avant la projection.

Bonne année 2018 avec HisTeMé !

L’équipe Seconde Guerre mondiale vous adresse une très belle et heureuse année 2018, qu’elle vous apporte de beaux projets (financés…) pour de belles recherches !

Depuis le 1er janvier, le laboratoire de recherche auquel nous sommes rattachés a changé de nom … Le CRHQ n’est plus (snif !)

Mais ce n’est que pour mieux renaître  au sein d’une équipe toujours plus dynamique !
L’équipe d’accueil EA 7455 de l’UFR HSS s’appelle désormais :

HisTeMé
Histoire, Territoires & Mémoires

Longue vie à HisTeMé !!

17 janvier 2018 : Éditer Hitler, Éditer Himmler

ATTENTION ! La séance a lieu sur le campus 1, à la MRSH, Salle des thèses (SH28)

Le séminaire « Traces de guerre » est heureux d’accueillir pour son séminaire de rentrée 2018 (Bonne année !) deux chercheurs impliqués dans la publication de sources historiques.

Florent Brayard, directeur de recherches à l’EHESS, Paris, responsable scientifique de la publication en langue française de Mein Kampf.

Édition originale en langue allemande de « Mein Kampf » par Adolf Hitler, 1926

Il nous présente son intervention :

Mein Kampf est tombé dans le domaine public en janvier 2016. N’importe qui, dans l’absolu, peut le publier sans encourir les foudres de la loi. Pour contrer une diffusion anarchique et problématique de cette source fondamentale de l’histoire du XXe siècle, qui est aussi un brûlot antisémite et antidémocratique, l’Institut für Zeitgeschichte de Munich a fait paraître une édition critique, la première, qui triple le volume du texte par son imposant appareil critique et permet de le saisir avec toutes les informations nécessaires. Une adaptation de cette édition est en cours, pour le compte des éditions Fayard, avec une équipe d’une dizaine d’historiens et germanistes français et allemands. C’est ce chantier éditorial que le co-directeur de la publication, Florent Brayard (CRH, EHESS-CNRS), viendra présenter.

En complément, vous trouverez l’article de Andreas Wirsching, président de l’Institut d’Histoire contemporaine de Munich : « Pour une édition critique de Mein Kampf« , Esprit, 01/2016, p. 102-111.

Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherches à la MRSH de Caen, présentera le projet collectif d’édition critique des agendas de service de Heinrich Himmler, janvier 1943-mars 1945.

Heinrich Himmler, janvier 1942. (Bundesarchiv_Bild_183-S72707)

« Dans la brève histoire du IIIe Reich, Himmler joue un rôle déterminant. Chef de la SS depuis 1929, à qui il a donné une idéologie propre et une ambition élitiste, il a cumulé de nombreuses fonctions au fil des années : chef de la police allemande au sein du ministère de l’Intérieur en juin 1936, Commissaire pour la consolidation de la nation allemande en octobre 1939, ministre de l’Intérieur  en juin 1943, commandant de l’Armée de réserve et de l’Armement en juillet 1944, avant de se voir parallèlement confier des commandements militaires opérationnels à partir de la fin 1944 (groupe d’armées « Haut-Rhin » puis « Vistule »). Finalement capturé par les Britanniques, il se suicide en mai 1945.
Au-delà des titres et des fonctions, Heinrich Himmler passe pour être le « meurtrier du siècle ». Ce sont en effet les organisations et institutions qui, sous sa direction, ont mis en œuvre la Shoah, sans compter la mise en place du système de répression, de persécution et de terreur à travers toute l’Europe occupée.
Cette brève présentation révèle toute l’importance de Himmler en tant qu’exécuteur des basses œuvres du IIIe Reich. Cette fonction déterminante ne saurait toutefois occulter la place prépondérante du « Reichsführer-SS » au sein de l’oligarchie nazie. L’accélération de son parcours politique au cours des deux dernières années du conflit, avec un contrôle de toutes les forces administratives, policières et militaires au sein du Reich à l’été 1944, est à cet égard remarquable, au sens premier terme. C’est précisément cette période de 27 mois d’activités que couvrent ses agendas de service. »

En complément de sa présentation,  vous pouvez lire :

Longerich (Peter), Himmler, H. d’Ormesson, 2010, disponible à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville.

 

25 janvier 2018 : La douleur

Dans le cadre de ses partenariats avec le Mémorial de Caen et le Café des images, le département Histoire de l’UFR HSS participe à la soirée de projection du film de Emmanuel Finkiel qui est à l’affiche depuis hier, mercredi 17 janvier.

Les film s’inspire du roman autobiographique et éponyme de Marguerite Duras « La Douleur ». Publié en 1983 chez POL, il raconte un épisode douloureux de sa vie : l’arrestation, la déportation et le retour des camps de son mari Robert Antelme.
À l’issue de la projection, François Rouquet, professeur d’histoire contemporaine, reviendra sur le contexte historique du film : le retour des déportés et l’épuration.

La bande annonce 

Le roman est paru en édition de poche :
La Douleur, Paris, Gallimard, 2011 (Folioplus classiques, 212).

Il est disponible dans nos bibliothèques :
– Bibliothèque Pierre Barbéris (Sciences de l’Homme), Salle 1 XXE DUR D
– Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres), cote 167806 et dans ses « Oeuvres complètes » , PLEIADE DUR

La projection et le débat auront lieu au Café des images, le jeudi 25 janvier 2018, à 20h, au tarif habituel du cinéma.

Venez nombreux !