Succès pour le séminaire « Histoire et représentations du Débarquement de Normandie »

Le colonel Noulens, professeur à l’école militaire, explique la prise de la Pointe du Hoc par les Rangers du colonel Rudder, le 6 juin 1944.
Benoit Labbey, ingénieur au CRHQ, est en charge du recensement des vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans le département du Calvados.
Françoise Passera présente les différents cimetières alliés et allemands en Normandie.

Les étudiants des séminaires de Paris I, de Rouen et de Caen ont été nombreux à participer au périple sur les plages de Normandie.

Merci à eux et à leurs professeurs pour l’intérêt qu’ils ont porté à l’histoire du Débarquement de Normandie, de sa représentation dans les musées ainsi qu’aux différences culturelles dans la gestion des morts de la guerre.

Merci à Benoît Labbey, Jean-Luc Leleu, Françoise Passera  et au colonel Noulens pour leurs interventions.
Merci à Delphine Leneveu pour l’organisation de la journée.

 

 

Séance du séminaire « Traces de guerre », 18 octobre 2017

La première séance du séminaire se propose de se déplacer sur les traces du Débarquement et de la Bataille de Normandie. Il s’agira à la fois de comprendre l’événement dans sa dimension militaire et politique mais aussi d’en percevoir, sur le terrain,  les représentations mémorielles.

Nous accueillons les étudiants de l’université de Rouen et de Paris qui reprendront le train le soir même. Merci de nous aider, tout au long de la journée , à respecter au mieux les horaires car le programme est serré.
Conseils : Prévoir en fonction du temps : imperméable avec capuche plutôt que parapluie… et de bonnes chaussures confortables pour la marche.
Le repas (sandwichs) est offert par le laboratoire. Merci de nous mentionner rapidement d’éventuelles allergies ou contraintes alimentaires.

Le Programme journée du 18 octobre 2017  est disponible à ce lien pour être imprimé.

9h-9h15 Accueil des étudiants de Paris et de Rouen dans le hall de la gare.
Rendez-vous des étudiants de Caen dans le hall de la gare.
9h15 précise Départ en bus de la gare routière (depuis le hall de la gare, sortie à gauche).
9h30-9h50 Dans le bus : Le Débarquement : le contexte, stratégies et propagandes

Par Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherche CNRS

10h00-10h20 Dans le bus : Les musées du Débarquement et de la bataille de Normandie, lieux d’histoire, de mémoire et de sociabilité par Françoise Passera, ingénieure d’études au CRHQ
10h30 Visite libre du Musée Airborne à Sainte-Mère-Église
11h30-11h50 Échange autour du parcours muséographique
11h50-12h30 Pause déjeuner
12h30-12h50 Dans le bus : Les cimetières de la Seconde Guerre mondiale en France par Françoise Passera
13h00-13h30 Visite du cimetière militaire allemand à La Cambe
13h30-13h50 Dans le bus : Présentation du Programme collectif de recherche autour des Vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie

Par Benoît Labbey, ingénieur d’études CRHQ, en charge du projet pour le Calvados.

13h50-14h45 Visite de la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin.
15h00 Visite du cimetière américain de Colleville-sur-Mer

Visite du Wn 62 (nid de résistance allemand), plage d’Omaha

16h45 Départ pour la gare de Caen
17h45 Arrivée gare de Caen

 

Séminaire « Traces de guerre » 2017-2018

Découvrez le programme de notre séminaire universitaire en cliquant ici.

Nous accueillerons lors de cette première séance les étudiants de l’université de Rouen et de Paris I.

Nous nous proposons d’appréhender l’histoire et les représentations du Débarquement et de la Bataille de Normandie … sur le terrain.
Les étudiants auront ainsi l’occasion – selon le temps imparti – de voir différents sites : le cimetière allemand de La Cambe, la Pointe du Hoc à Cricqueville-en-Bessin, le cimetière américain d’Omaha Beach et le musée Airborne de Sainte-Mère-Église.

Plusieurs interventions permettront de mettre en perspective l’histoire du Débarquement et la mémoire qui en résulte.

Ce premier séminaire donnera donc lieu, courant octobre, à une inscription spécifique. Le séminaire étant obligatoire, le déplacement est entièrement pris en charge par l’université.

Toutes les consignes seront publiées sur le carnet de recherche.

Compte-rendu : Guerre et mouvements de population, 1939-1949, séminaire de Juliette Denis

    Compte-rendu réalisé par Betty Mauquet (étudiante de master 1)

       Juliette Denis, associée au Centre d’étude des mondes russe, caucasien et est-européen, a réalisé en 2015 une thèse sur  la fabrique de la Lettonie soviétique, de 1939 à 1949, et  la soviétisation en temps de guerre. Elle nous expose ici le sujet de la guerre et des mouvements de population à l’Est, une approche de   l’«  Europe de l’entre deux », entre 1939 et 1946. Ce sujet raisonne avec des thèmes évoqués lors de conflits mondiaux antérieurs mais aussi actuels. La zone étudiée s’étend de la mer Baltique à la mer Noire, intégrant ainsi les trois Pays Baltes, une partie de la Pologne mais aussi de la Roumanie. Bref c’est une bande étroite de territoires qui est au cœur des querelles expansionnistes des États germanique et russe. Les débats qui construisent aujourd’hui les querelles frontalières de l’Europe ont une étroite correspondance avec ces changements de frontières et ces créations d’États. La situation sur le terrain se traduit par une multiethnicité, une mosaïque de peuples, d’opinions, de cultures et de religions. Le sujet pose alors des difficultés comme la catégorisation et l’utilisation des termes d’ethnie ou de nationalité. Ici, la nationalité, soit l’appartenance à un peuple, est distinguée de la citoyenneté . Notre intervenante utilise le mot de nationalité, à l’inverse du mode de pensée nazie qui utilise l’ethnie, car ce dernier mot suppose une hiérarchisation . Or en URSS la nationalité n’est pas censée apporter de hiérarchie. Enfin cette zone de l’entre deux permet de voir les déplacements d’Est en Ouest, les déplacements en profondeur dans le territoire que représente l’URSS , c’est-à-dire 1/6e des terres émergées. L’exil dans ces terres s’accompagne d’ un choc culturel et social profond, du fait des milliers de kilomètres parcourus, du changement de langue ou encore de paysage. Comment les exilés trouvent un chemin dans ce pays inconnu ? Mais aussi quel est l’après ? Une zone étroite entraîne ainsi une étude sur un large territoire, mais la question principale étudiée ici est la suivante : En quoi ces déplacements de population reflètent cette partie de l’Europe écartelée entre deux espaces ?

       Tout d’abord, de 1939 à 1941, cette zone est face à une « drôle de Paix ». C’est une zone hors de la guerre mais il y a une impression de future guerre. Tout ceci débute par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, les protocoles «  secrets » prévoyant la division entre annexions soviétiques et allemandes se traduisent en premier lieu par la division de la Pologne. Lors de l’été 1940, les Pays Baltes et la Moldavie sont annexés. Tout ceci se poursuit par une expérimentation de la gestion des déplacements, qui débute par le rapatriement des Allemands de l’Est. Ces communautés germanophones installées depuis le XIIIe siècle en Europe de l’Est, volksdeutsche, exercent une certaine domination sociale, ayant un rôle de relais entre locaux et pouvoirs et la possession les terres. Dans un contexte de politique de conservation de la race aryenne, ils sont « rapatriés » par Hitler en 1939- 1940 vers le IIIE Reich, mais ce rapatriement n’est que de nom, ces communautés n’ayant jamais vécu en Allemagne. Ce rapatriement prend aussi la forme d’échanges entre Russes se retrouvant dans la partie nazie polonaise et Allemands des pays de l’Est. Ceci est nouveau, toute une négociation juridique se met en place. Ainsi naissent les premières formes de déportation, entre rapatriement unilatéral et échange.

     En outre, dès 1939- 1940, quand les pays sont définitivement rattachés à l ‘URSS, le pouvoir stalinien impose en quelques jours une accélération des purges et déportations sur le modèle mis en place dans les années 1930, les massacres en moins. Pour résumer brièvement, il y a eu quatre déportations différentes en Pologne touchant d’abord les militaires polonais, les officiers étant massacrés à côté de la ville de Katyn, puis les grands propriétaires terriens dans la veine de la volonté de collectivisation des terres, puis les réfugiés venant de la Pologne nazie, en général des juifs. Enfin du 12 au 16 juin 1941 la déportation des élites politique, économique est organisée. De plus, les familles de ces hommes sont aussi déportées, soit un total de deux- cent cinquante à trois cent mille personnes, n’ayant pour certains d’élite que le nom n’étant parfois que de simples petits commerçants mais l’élite d’une commune. Les chefs de famille sont condamnés par les tribunaux révolutionnaires, les femmes et les enfants envoyés dans les villages de Sibérie, pour éviter toute vengeance des descendants et une hausse de la criminalité. Ils sont souvent déportés dans des colonies spéciales. Ainsi, il existe deux types d’exils sous Staline: les camps de travail et les colonies spéciales, ce dernier type d’exil étant un exode sans barbelé, où les personnes arrivent dans des villages où la culture est différente. Même si l’accueil est méfiant, au final les témoignages révèlent une entraide. Ainsi la politique de gestion de Staline favorise l’éloignement de l’  « ennemi », caractéristique de sa dictature dans un État à la taille importante, permettant un exil lointain. Staline use du déplacement comme gestion du territoire, comme outil de pouvoir, mais le déplacement représente aussi un soupçon permanent : ce sont des gens déracinés, l’aire du soupçon s’installe. Ainsi, de par cette période avant la guerre, les populations ont un sentiment de violence politique à venir.                                                     

      Puis, du 22 juin 1941, entrée en guerre de l’URSS, au 9 mai 1945, il y a de nouveau des déplacements de masse. L’offensive « inattendue » d’Hitler, qui souhaite détruire l’URSS en trois mois, est facilitée par la mauvaise gestion de la protection des nouvelles frontières annexées. Malgré cela, il y a une évacuation organisée des autorités et de certaines entreprises. Ceci est doublé d’une auto-évacuation des personnes elles-même, cherchant à échapper aux griffes nazies. Ceci concerne entre cinq-cent mille et deux millions de personnes sur les dix-sept millions d’habitants de l’URSS. C’est donc un mouvement de masse, de repli vers l’Est, une fuite en avant rattrapée sans cesse par l’avancée rapide de l’armée nazie. Au final si quatorze mille personnes sont déportées le 14 juin 1941, quarante mille environ s’enfuient de leur propre volonté le 22 juin. Une proximité chronologique et une reprise des mêmes trajets sont perceptibles ici, remettant en question l’idée d’un exil libre et volontaire. Seul le statut distingue ces personnes, mais elles ont les mêmes conditions d’émigration: elles ne parlent pas russe, viennent des mêmes pays et manquent de tout. Les uns sont réprimés par Staline, les autres fuient face à Hitler, mais tous empruntent les uniques voies que représentent le transsibérien, le seul élément structurant cet immense pays. L’État stalinien définit au final des « zones poubelles » où les déportés et les évacués sont soumis à une méfiance, ne parlant pas russe, étant étranger.                                                        

     À l’inverse des considérations de l’Europe de l’Ouest sur le sort des juifs et la Shoah dans les camps, pour l’URSS la Shoah est locale et se traduit par des assassinats par balle à l’endroit même où habitaient les juifs, comme ce fut le cas dans la forêt de Babiyar, où trente-cinq à quarante mille juifs de Kiev furent exterminés en l’espace de deux jours. En zone occupée, les mobilités continuent, les collaborateurs et victimes se déplacent du fait de la présence nazie, les partisans se cachant des nazis et finissant par être poursuivis par la police allemande. Cependant la mobilité n’est pas juive, ces personnes étant immédiatement massacrées. De ce fait, les déportés juifs sous Staline en tant que réfugiés et les évacués juifs qui ont fui Hitler sont reconnaissant envers Staline car selon eux ils ont survécu en ayant pu se réfugier à l’Est, posant ici un débat historiographique nouveau.                                         

Puis l’année 1944 se traduit par la reconquête de l’Armée rouge qui entraîne une panique totale dans les populations civiles, par milliers des Lettons, Polonais et autres nationalités fuient l’armée rouge, du fait de leur statut d’ancien collaborateur ou ayant en tête la répression stalinienne. Entre deux-cent mille et un million sept-cent mille Lettons fuient l’armée rouge par exemple.           

     Enfin, il est étudié les migrations de l’après guerre, entre retours multiples et exils multiples.                                                                                  

     Les imbrications se résolvent, ceux ayant survécus reviennent, les évacués rentrent de l’Est et les déportés nazis de l’Ouest, deux mouvements officiels appelés « ré-évacuation » et rapatriement. Or les territoires sont détruits, les capacités productives réduites, les autorités ne savent où replacer ces populations du fait des destructions. Certains tentent de fuir l’armée rouge en s’exilant à l’ Ouest, pour certains ce sera un exil définitif aux États- Unis, en Allemagne ou encore au Canada. Puis les frontières à la création des deux blocs se referment, il n’y a plus d’ exodes de masse.

     Pour conclure, nous voyons avec cet exposé la multiplicité des cas de figures individuels et surtout l’enchevêtrement des mémoires, la difficulté de représenter cet événement de déplacement de masse qui se définit par de nombreux termes : rapatriement, échange de population, déportation, évacuation, fuite, rapatriement, « ré- évacuation », exil, émigration. La mémoire actuelle des déplacements reste ambiguë, les rescapés juifs considèrent que la déportation stalinienne a été une protection, et ces personnes ne s’identifient pas dans la mémoire de la Shoah européenne ni dans celle des déportations staliniennes. 20% des personnes déportées par Staline ne sont jamais rentrées chez elles, ce qui donne lieu notamment à la désertion de villages entiers. Les sources délaissent cette histoire du vide, posant la question de comment mesurer le vide en histoire ? Bref, cet exposé soulève de nombreuses questions et révèle une histoire perçue du point de vue des populations.

Le retour des déportées : singularités et nouvelles perspectives

Dans l’état actuel des recherches, on estime que 8900 femmes ont été déportées par mesure de répression. Parmi elles, une sur cinq ne revient pas de déportation. Un taux de mortalité deux fois moins important que pour les hommes.

Ainsi, avec les quelque 2000 juives qui ont survécu à l’extermination, les femmes revenant de déportation au printemps et à l’été 1945 sont moins de 10 000. Autant dire que l’intérêt de cette population ne se trouve pas dans son importance numérique.

Il s’agira ici de donner quelques pistes de réflexions et de poser certains jalons dans l’appréhension du retour spécifique des femmes de déportation notamment grâce à des sources inédites [1].

En quoi le retour des femmes déportées représente-t-il un phénomène singulier ? Que peuvent nous apporter ces nouvelles sources sur la déportation et sur ses conséquences médico-sociales ? Quelles nouvelles problématiques soulèvent-elles ?

 

Le retour des femmes : une population singulière, des enjeux spécifiques

Rappelons d’emblée que les femmes qui reviennent de déportation sont d’abord une infime minorité : moins de 1% de la population déplacée. On compte environ 5 femmes déportées pour 1000 personnes rapatriées.

Une minorité de femmes effacée par le nombre qui l’est de surcroît par le discours officiel qui insiste sur l’union des différentes catégories essentiellement masculines. Les femmes n’apparaissent dans cette propagande que par le biais des femmes de prisonniers de guerre, et comme celles qui doivent se préparer au retour tel que l’illustre cet extrait d’un projet de brochure pour la femme de l’absent :

« S’il vous parle beaucoup de ses camarades de captivité, ne soyez pas jalouse. Laissez-le faire. Ne le « sortez » pas trop, malgré votre fierté de l’avoir retrouvé. […] Surveillez vos enfants. Qu’ils reconnaissent son autorité paternelle et ne l’appellent pas « Monsieur ». Il vous faut rendre à votre époux sa place de chef de famille. Ne brusquez rien, mais allez toujours dans le même sens. C’est l’homme qui doit conduire la barque »[2].

De fait,  le retour des femmes déportées est donc un retour à l’envers, car il transgresse en réalité des codes bien établis du genre. C’est en effet depuis des traditions antiques les hommes qui reviennent du combat et les femmes qui attendent leur retour. La déportation – et le retour de déportation de résistantes notamment – bouscule ces lignes. Rien n’est fait véritablement pour préparer des femmes à revenir dans leur foyer, rien n’est fait véritablement non plus pour préparer les hommes au retour des femmes.

L’administration du rapatriement a d’autant plus de difficultés à cerner cette population et ses besoins que la majorité des femmes qui rentrent alors sont des travailleuses civiles.

En effet, environ 50 000 travailleuses parties volontairement reviennent d’Allemagne au même moment. Les déportées sont assez largement associées à cet autre contingent de femmes qui véhiculent un certain nombre de fantasmes et de représentations négatives qui sont plaquées aussi sur les politiques. Les services du rapatriement envisagent surtout qu’une majorité de ces travailleuses sont des prostituées, ou sont en tout cas susceptibles d’être atteintes de maladies vénériennes. Dans ces conditions, le retour des femmes d’Allemagne représente un enjeu sanitaire primordial et un dépistage quasi-systématique est prévu par les services sanitaires.

Même si plusieurs fois les responsables alertent sur le fait qu’il puisse se trouver « le pire et le meilleur », la plupart des directives insistent sur le caractère obligatoire de ce dépistage. Ainsi en mars 45, en pleine préparation du rapatriement imminent :

« Etant donnée que les risques de contamination ont pu être très grands pendant le séjour en Allemagne et que dans la confusion du retour on risque de ne pouvoir distinguer facilement entre volontaires et victimes de la déportation, il se pose un grave problème au sujet de l’examen gynécologique.

Doit-on le rendre obligatoire ? et doit-on le faire à la frontière ?

Etant donnée la gravité de la question, l’avis du corps médical est formel : l’examen doit être rendu obligatoire.» [3]

Les déportées politiques ne seront pas sans se plaindre de cette situation, et tenteront très souvent de faire elles-mêmes la distinction entre les travailleuses civiles et les groupes de déportées politiques.

En réalité, dans un premier bilan du service sanitaire du rapatriement établi le 27 juillet 1945, le professeur Bourgeois révèle que « les statistiques donnent des chiffres peu élevés : 1,8% de prélèvements positifs chez les femmes. »[4]

 

L’état sanitaire au retour des camps : le miroir des souffrances ?

Rappelons d’emblée que dans le discours qui construit la mémoire de la déportation dès le retour des camps, hommes et femmes sont unis dans une communauté de souffrances. Ce qui rend évidemment inconcevable à cette époque, toute étude sexuée de ces souffrances.

L’étude des fiches médicales de rapatriement remplies par les médecins du service sanitaire dans les différents centres comme ceux d’Annemasse ou du Lutetia permet de présenter un premier bilan sanitaire des femmes au retour des camps.

Il apparaît que les pathologies les plus fréquentes sont d’origine infectieuse, dans une proportion moindre que les hommes cependant, environ 45% contre 60%. On constate également de grandes similitudes pour de nombreuses catégories (cardiologie, dermatologie, entérologie par exemple).

Mais des différences importantes apparaissent. Les séquelles pneumologiques sont plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes. Surtout, les pathologies en stomatologie sont clairement plus nombreuses parmi les hommes (38,6%, contre 9.4% chez les femmes).

Les pathologies gynécologiques sont évidemment l’autre spécificité de ce tableau. On peut constater que le nombre de femmes souffrant de pathologies gynécologiques au retour est d’environ 29%. Il s’agit dans la très grande majorité des cas de femmes aménorrhées. Un pourcentage étonnamment faible, alors que les études et l’ensemble des témoignages montrent que la quasi-totalité des femmes déportées en étaient atteintes. Plusieurs facteurs viennent l’expliquer : l’âge d’une certaine partie des déportées rapatriées (15% ont plus de 60 ans), la pudeur voire la réticence avec laquelle une partie d’entre elles a pu répondre aux interrogations du médecin, le délai qui sépare la libération de l’examen, la lassitude enfin des médecins qui devant un diagnostic qui apparaît comme peu à peu systématique ne le notent plus.

Grâce aux fiches médicales, nous pouvons également évaluer l’état de santé « général » estimé ainsi que l’amaigrissement global. Les résultats sont assez semblables à ceux des hommes ; avec cependant un nombre de déportées dans un état grave proportionnellement moins important. L’amaigrissement montre aussi des tendances sensiblement équivalentes, même si il semble légèrement moins marqué chez les femmes.

Cependant, ce tableau d’ensemble cache en réalité de grandes disparités. Deux exemples illustrent ces différences, et la diversité des parcours notamment.

Le premier est celui des femmes libérées par la première opération de la Croix-Rouge internationale le 5 avril 1945 et qui permet à 300 femmes d’être libérées de Ravensbrück.

Les 299 Françaises sont prises en charge seulement 5 jours après avoir quitté le camp de Ravensbrück offrant l’avantage d’établir une véritable photographie de l’état sanitaire à la sortie du camp. Sur ces 299 femmes, 11 femmes sont hospitalisées dès leur arrivée en Suisse. Toutes les autres sont accueillies au centre de rapatriement d’Annemasse le 11 avril. On peut établir, d’après l’étude de leur fiche médicale, que par rapport à l’ensemble des femmes déportées une part plus importante (plus du ¼) présente un mauvais état général. (23 femmes d’ailleurs seront hospitalisées à Annemasse) ; sans compter les femmes déjà dirigées vers un hôpital avant cette visite. On peut toutefois s’interroger sur la part importante (18%) de femmes dont l’état général est jugé « bon » seulement 5 jours après avoir quitté le camp de concentration.

Si du point du vue des pathologies on constate dans l’ensemble les mêmes tendances, il est fait mention sur ces fiches de remarques qui demeurent extrêmement rares sur d’autres : les traces de coups par exemple, ou la présence de poux.

L’exemple des femmes libérées par la Croix-Rouge suédoise vient aussi illustrer ces différences de parcours. Entre le 23 et le 26 avril, 800 déportées de France libérées et évacuées par la Croix-Rouge suédoise sont ensuite prises en charge, et soignées. Une assez grande partie des archives du service médical de la mission envoyée en Suède, notamment sur les femmes qui ont du être hospitalisées, nous sont parvenues. Grâce à cette documentation, on peut établir qu’au moins 207 femmes déportées ont été hospitalisées en Suède. Elle atteste d’une prise en charge exemplaire, tant médicale que psychologique, qui contraste souvent avec ce qui est fait en France et qui explique sans aucun doute que seulement 4% des femmes revenant de Suède présentent un état général jugé mauvais (comparé au 27% des libérées du 5 avril).

 

En définitive, ce bref tableau permet d’affirmer plusieurs choses. Une approche par le genre des suites médico-sociales est indispensable à l’appréhension précise et entière de ce phénomène, et plus généralement dans l’étude des populations en situation de crise. Il apporte des éléments de réponse pour expliquer la mortalité deux fois inférieure des femmes en déportation. Il permet enfin de démontrer l’infinie diversité des vécus et des parcours qui influencent manifestement les chances de survie, soulignant de façon évidente le caractère incroyablement multiple de cette déportation.

Mais ces résultats soulèvent plusieurs questions comme l’impact de la prise en charge de ces premières semaines dans les conséquences à long terme des pathologies concentrationnaires, ou le manque de considération et de préparation du retour de femmes déportées politiques dans leur foyer qui a pu, là aussi, avoir son importance dans le processus de résilience et de reconstruction de ces victimes dans leur milieu social et familial.

[1] Nous nous appuyons notamment sur l’analyse des fiches médicales du rapatriement remplies par les médecins et conservées aux Archives des victimes des conflits contemporains du Service Historique de la Défense.

[2] Projet de brochure pour la femme de l’absent, AN F9 3169

[3] Docteur Bourgeois, rapport du service médical du rapatriement, mars 1945. AN, F9 3232. Souligné dans le texte.

[4] Premier bilan du service sanitaire du rapatriement, 27 juillet 1945. AN, F9 3228.

Hommage à Patrice Arnaud (1972-2017)

Patrice Arnaud est mort à 45 ans des suites d’une septicémie. C’est une nouvelle terrible, affreusement injuste. Ayant eu le privilège d’être son éditeur et son collègue, je voudrais livrer quelques souvenirs de l’homme et de l’historien, que j’appréciais infiniment.

Mon premier souvenir de Patrice a presque vingt ans. Dominique Veillon, qui co-dirigeait à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) mon mémoire de DEA, m’avait, en début d’année, passé un « modèle » et recommandé de le lire pour m’en inspirer : le mémoire d’un dénommé Patrice Arnaud sur les travailleurs français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (Université Paris 1, 1998). Il y avait tout dans ce volume : clarté et précision de la problématique et du plan envisagé, maîtrise parfaite des sources (dont une grande partie en allemand), développement consistant d’un premier chapitre. Son mémoire de maîtrise (La Délégation officielle française auprès de la deutsche Arbeitsfront 1943-1945, Université Paris I, 1995, 342 p.) était déjà un phénomène. Patrice en avait tiré un bel article pour la revue Vingtième Siècle. C’est dire qu’en comparaison on se sentait comme un petit garçon.

Normalien, agrégé, chercheur rigoureux et extrêmement compétent, Patrice avait tous les atouts pour faire une grande carrière. Que l’université et le CNRS soient passés à côté de lui est un mystère. Je sais qu’il en souffrait.

Il est vrai que son perfectionnisme et des premiers ennuis de santé avaient quelque peu ralenti la réalisation de sa thèse, soutenue en 2006. De ce travail monumental (près de 2 000 pages !), Patrice a tiré la matière d’un grand livre, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945 (CNRS Éditions, 2010), qui a rapidement trouvé son public (réédition poche en 2014, avec un chapitre inédit). De la vie des requis en Allemagne, il a étudié tous les aspects avec une finesse d’analyse et une justesse humaine qui font toute la valeur de son ouvrage, déjà un classique.

Il est vrai aussi que Patrice était tout le contraire de l’arriviste, qui se survend, « réseaute » et épate la galerie. À l’oral, en confiance, il pouvait être très brillant, mais avec lui la forme ne prenait jamais le pas sur le fond. À l’écrit, il ne cédait à aucune facilité, à aucune théorie à la mode. Son écriture était dense et exigeante, au plus près des logiques institutionnelles et du vécu des hommes. C’était un vrai historien.

Travailler avec Patrice était un plaisir. Très intelligent, il comprenait tout rapidement, n’avait pas d’orgueil mal placé, était franc et fiable. L’homme, discret et timide de prime abord, était profondément gentil et généreux. Je me souviens que, recherchant des informations sur la prison de la Gestapo de l’Alexanderplatz à Berlin en 2008, il m’avait spontanément proposé de m’envoyer de la documentation. Ce n’étaient pas des paroles en l’air. Quelques jours plus tard, je recevais par la poste deux livres de témoignage et tout un paquet de photocopies faites par ses soins à l’IHTP. Mes amis Françoise Passera et Grégoire Kauffmann ont bénéficié eux aussi de sa gentillesse et de ses inépuisables conseils.

Mes derniers échanges avec Patrice remontent à l’édition du livre collectif Gestapo et polices allemandes (CNRS Éditions, 2017). Le vaste chapitre d’ouverture qu’il a rédigé (« Qui dirigeait la police allemande en France sous l’Occupation ? ») restera comme la référence pionnière et incontournable sur un sujet encore mal connu. Nous attendions avec impatience sa thèse d’HDR sur la « Gestapo » en France sous l’Occupation. J’aurais rêvé de la publier.

Nous perdons un collègue et un ami de grande valeur. Mais sa mère perd un fils ; sa compagne et sa fille, un mari, un père. Toutes nos pensées vont à elles.

 

Laurent Joly

Inventaire des ouvrages de la Seconde Guerre mondiale en Normandie – Les réalités du terrain

Retour d’expérience : le contact avec les propriétaires sur le terrain

Le fait de reconnaître et de spatialiser les différents sites en amont de la réalisation de la base de données nous amène inévitablement à rencontrer les nombreux propriétaires des terrains concernés. Si, dans la plupart des cas, les choses se passent pour le mieux, il appert que certaines « réticences » peuvent aussi émaner des propriétaires. La raison essentielle tient le plus souvent à leur volonté de préserver leur tranquillité. En effet, il n’est pas rare que des amateurs de « bunkerarchéologie » s’introduisent sur leurs terrains sans y avoir été autorisés au préalable. Une explication des finalités scientifiques et patrimoniales de notre démarche suffit généralement à lever ces inquiétudes. Mais d’autres facteurs plus originaux rentrent parfois en jeu : le premier tient au fait que nombre de ces personnes s’interrogent sur l’origine et le droit de propriété actuel de ces ouvrages allemands. Plus précisément, elles ignorent si elles en sont réellement les propriétaires en titre. Cette méconnaissance les amène à vouloir préserver une sorte d’anonymat, d’autant plus que nombre de ces ouvrages échappent aux plans réalisés par les services du cadastre. L’inventaire de la DRAC est donc parfois perçu comme une menace éventuelle qui, à terme, prendrait la forme d’une prise en compte de ces biens immeubles par l’administration fiscale. Là encore, Il revient aux enquêteurs de rassurer les propriétaires de ces ouvrages sur la finalité de notre travail.

Au final, il faut souligner l’accueil souvent aimable qui est réservé aux enquêteurs de terrain de la DRAC. À de rares exceptions près, la plupart des propriétaires ne demandent qu’à en savoir davantage. Ils s’étonnent souvent que cet inventaire n’ait pas déjà été effectué. Certains pensent même qu’il est trop tard pour ce faire. Un travail de pédagogie est donc nécessaire. Il revient ainsi aux enquêteurs de terrain de leur apporter une meilleure connaissance sur ce patrimoine, et cela au sens large du mot.

Compte-rendu du séminaire d’Olivier Wierviorka – Histoire de la Résistance en Europe Occidentale

BARNABE Charlotte
MASTER 1

Depuis sa thèse soutenue en 1992, jusque son plus récent ouvrage, Olivier Wierviorka a fait de la résistance un de ses thèmes de prédilection, devenant par la même un éminent spécialiste du sujet. Professeur à l’ENS de Cachan, il vient de publier le résultat de ses toutes dernières recherches, sous le titre Histoire de la Résistance en Europe occidentale. Partant des sources anglo-américaines, il a beaucoup travaillé à partir des fonds du Special Operations Executive, du Political Warfare Executive, de la BBC, des ministères des Affaires étrangères, de l’Office of Strategic Services et de l’Office of War Information, laissant à plus tard l’étude des sources nationales. L’avancée historiographique que constitue cet ouvrage est déjà perceptible dans le titre lui-même : l’histoire de la résistance n’est plus nationale, mais concerne ici six pays de l’Ouest savamment choisis puisque tous en dehors du champ d’aide directe de l’URSS : la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark et la Belgique. C’est par ce prisme transational innovant que l’historien entend mieux saisir la contribution de la résistance à la libération de leur pays, en synergie avec les troupes régulières alliées, et en correspondance avec la stratégie d’ensemble anglo-américaine.

 

L’ouvrage d’Olivier Wierviorka permet de faire émerger de grandes dynamiques communes au sein des différentes résistances qualifiées    »d’autochtones ». Au moment des défaites, spontanément, sans l’aide des Alliés, des actes résistants, conscients ou non, émergent au sein de la population. Des plus discrets aux plus éclatants, de la collecte de renseignements (Belgique) et des exfiltrations de parachutistes tombés (France, Danemark) aux impressionnantes grèves dans l’Europe du Nord d’avril 1941,  ces actions naissent librement et sans encouragement. Cependant, aux idées se confrontent les réalités matérielles. Pour Olivier Wierviorka, sans l’aide protéiforme des Alliés, aucune résistance de d’aucun pays n’aurait pu se développer durablement et mener à bien le but qu’elle s’était donné. Ainsi est remise en cause la vieille idée que certains pays, comme la France ou le Danemark se sont libérés pour beaucoup  par eux-mêmes : les troupes anglo-américaines ont assuré le gros des combats, reléguant les résistants à un rôle combattant mineur, et les commandements ont fourni argent, transmissions (liaisons radio vers Londres et entre les réseaux, BBC pour donner les ordres), et surtout, stratégie. Une fois encore, l’historien revient sur des présupposés : l’action de la résistance était moins efficace par les destructions opérées, spécialement d’infrastructures de transport, qu’elle visait aussi à leur préservation.

Un des apports majeurs  de cette étude relève de la perception deq forces résistantes par les Alliés. Quelle foi avaient-ils en elles ? Quel sérieux leur attribuaient-ils ? L’historien s’est plongé dans l’histoire culturelle du peuple anglais et décèle plusieurs facteurs éclairants. À l’image de Colin Gubbins, patron du SOE, les différentes confrontations à la guerre subversive, en Afrique du Sud, en Irlande, en Russie, associées à l’idée romantique, ancrée dans les esprits de gauche du gouvernement d’union nationale, d’un soulèvement des peuples opprimés, favorisent la prise au sérieux des forces de la résistance. En réalité, confrontés à leurs faibles effectifs et à la répression allemande des révoltes populaires, le commandement anglais n’avait semble-t-il pas réellement d’autre choix. Si l’optimisme des Anglais, après l’échec de l’opération allemande Seelöwe, ne fait que renforcer ce constat, l’historien lui-même le nuance en précisant que certains membres de l’armée, spécifiquement les aviateurs, rejettent en bloc l’idée de s’appuyer sur des forces locales inconnues et non militaires.
Olivier Wieviorka établit des bornes chronologiques marquant les évolutions de cette perception. Quand les cartes des forces militaires se redistribuent, après l’année 1941 et l’entrée en guerre de l’URSS et des USA, l’intérêt de la guerre subversive pour les Anglais diminue. Les dirigeants alliés ne croient pas beaucoup aux capacités de la résistance. Les tâches confiées aux résistants évoluent elles aussi. Après l’échec des révoltes populaires, on cherche à toucher, par des sabotages notamment, la puissance militaire et industrielle allemande, grâce à l’encadrement des agents spécialisés du SOE, les organisors. Si la résistance se renforce pendant l’occupation, Olivier Wieviorka précise bien qu’elle manque toujours de moyens, par réticence à armer les résistants, mais aussi du fait de la difficulté des opérations de livraisons des ressources. Pendant et après le débarquement, les opérations se multiplient et se diversifient qu’il s’agisse de sabotage des lignes de communication, ou de petite guérilla tout en évitant le bain de sang.

La population non résistante est également mise à contribution, par les campagnes de la BBC qui l’enjoignent au  »Go slow » dans les usines et à l’indifférence dans les rues. Sans prendre les armes, il existerait alors comme une sorte de  »résistance d’esprit », non violente, passive, qui se heurte moins au problème de légitimité qu’impose le fait d’entrer en résistance, problème qui se pose tant aux autorités alliées, qu’aux potentiels résistants eux-mêmes. Plusieurs pays de la zone étudiée entrent dans ce cas de figure, la France, la Belgique, l’Italie, le Danemark, dont une partie des membres du pouvoir sont restés en place, malgré l’exil possible de ministres ou plus généralement d’hommes d’Etat. Dès lors, entrer en résistance peut rimer avec trahison patriotique et désobéissance au chef de l’Etat ; c’est en partie comme cela qu’Olivier Wieviorka explique les difficultés anglaises à recruter des volontaires italiens. Cette situation est d’autant plus délicate au Danemark où le roi Christian mène une politique de simple accommodation, en accord avec son penchant pro-allié, ce qui a pu décourager les résistants, du moins jusqu’en 1943. Ces situations sont aussi délicates pour les autorités alliées, à qui se pose le problème de la reconnaissance. Vaut-il mieux garder une administration compromise mais maintenant l’ordre, ou la supprimer et provoquer le désordre ? Ce genre de dilemme se pose en des termes parfois plutôt prosaïques, notamment en matière de censure des émissions étrangères de la BBC, laquelle doit trouver une sorte d’équilibre, ou une échappatoire par le biais des radio units, permettant d’émettre des messages à des auditorats spécifiques que la radio officielle anglaise n’aurait pu diffuser.
Le travail d’Olivier Wierwioka est d’autant plus riche qu’il explore tous les points de vue. Après les Alliés, après les résistants, il tourne son regard vers les pouvoirs en exil, tiraillés entre les intérêts alliés et les intérêts de la nation qu’ils entendent représenter, en dépit des hésitations alliées quant à leur reconnaissance. L’affaire des îles Lofoten est particulièrement représentative de ce genre de dilemme. La vision transnationale de la résistance remet en lumière les enjeux qui lui sont inhérents. Si les pouvoirs en exil se pensent comme chefs des pays qu’ils ont quittés, ils pensent pouvoir revendiquer le commandement de leurs résistances nationales, au grand dam des Alliés. Cette question crée des tensions internes  en Angleterre, notamment entre l’Intelligence Service, proche des conservateurs anglais, et le SOE, créé afin de réduire les craintes travaillistes et de pallier les faiblesses de l’IS. Les résistants de l’intérieur entendraient aussi commander leurs forces. Dans un premier temps, pour des motifs opérationnels et, de plus en plus, pour des raisons politiques, augmentant dès lors le risque de double pouvoir ou de prise de pouvoir communiste à la libération, ce que les Alliés tentent d’enrayer, par des mécanismes d’intégration par exemple (c’est le cas du CNR). Olivier Wieviorka rend ainsi compte des tensions et délicatesses presque diplomatiques entre les différentes forces, puisque la situation rend les uns et les autres interdépendants. Les Britanniques ont besoin de personnel qui parle la langue nationale par exemple, d’où des phénomènes de coopération, comme le comité anglais et norvégien mis en place dès 1942. La situation se complique parfois à cause de tensions internes, comme c’est le cas en Belgique, entre la Sûreté, soutenant l’espionnage, et la Deuxième Section préférant le sabotage. L’union entre les forces régulières et subversives,  si compliquée soit-elle,  a tout de même facilité la défaite nazie.

L’apport de cet ouvrage est multiple : il renouvelle l’historiographie de la résistance par ce prisme transnational, qui permet de mieux comprendre le phénomène résistant dans sa globalité, extrait des particularités singulières à chaque pays. Il permet de rendre compte des grandes dynamiques transcendant les résistances nationales, et de mieux appréhender le problème général que posait la résistance aux Alliés, en termes politiques, en termes de gestion, en termes de confiance et donc de moyens. Olivier Wieviorka rend compte également de  »l’enjeu résistant » au sein du conflit, pour les Alliés, pour les pouvoirs en exils, et pour les résistants eux-mêmes. Il remet en cause l’image d’Épinal d’une coalition d’alliés, de résistants et de pouvoirs exilés tous unis, sans dissension et traduit les  rapports de force issus de visions parfois totalement opposées. Il pose un regard plus pragmatique sur les actions de la résistance et du SOE, plus nuancées et moins héroiques que la vision qui en est traditionnellement donnée. Enfin, cet ouvrage a le mérite de répondre au vide mémoriel lié jusqu’ici à l’importance de l’action du SOE et de l’aide qu’il apporta aux forces résistantes.

Censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955)

Dès le début du XXe siècle, le cinéma devient un des médias privilégiés pour diffuser l’information et mettre en scène la fiction. Comme d’autres régimes autoritaires, l’Espagne franquiste (1939-1975) prend conscience de la nécessité de contrôler ce mode de communication. Elle se dote d’un organe de censure efficace afin de prévenir les effets potentiellement néfastes de certaines images, susceptibles de menacer l’imaginaire idéologique du régime. Au-delà de leurs interventions sur le processus même de création (modifications ou coupes de certaines scènes), les censeurs franquistes s’assurent que les spectateurs ont correctement interprété les œuvres qu’ils ont censurées. Tous les mois, les délégués provinciaux – l’équivalent de nos préfets français – leurs fournissent des rapports détaillant l’accueil des films par le public de leur province. A travers l’étude de ces sources originales, mon projet de doctorat ambitionne de renouveler l’approche traditionnelle de la censure franquiste. Il vise à intégrer dans une même analyse deux sphères abordées généralement de façon séparée : celle de la réception cinématographique et celle de la censure, en montrant les liens circulaires qui unissent ces deux notions. Autrement dit, cette étude aborde le processus censorial à travers la mission principale qui incombe aux censeurs : évaluer les effets qu’un film peut produire lorsqu’il touche le public. Il s’agira donc d’étudier la place que les censeurs accordent au public lors de leurs sessions de travail et la façon dont le corps censorial construit son imaginaire réceptif à travers les rapports que leur transmettent les délégués provinciaux.

Doctorante allocataire d’Etat (Université de Caen-Normandie et Universidad de Salamanca)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (C.R.H.Q.)

« Produire et voir du cinéma en régime autoritaire : censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955) » sous la direction de François Rouquet & Fernando González García.

PROJET DE RECHERCHE – L’ÉPURATION EN CORSE A L’ISSUE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (étude comparée Corse / Alpes-Maritimes)

L’historiographie de l’épuration révèle qu’en France, le sujet a très rapidement retenu l’attention des chercheurs. Après des approches purement politiques examinant une « histoire d’en haut » , les historiens ont progressivement choisi d’orienter leurs travaux différemment, privilégiant une histoire des individus, une « histoire d’en bas » comme le rappelle François ROUQUET. Des études transversales ont ainsi été menées sur ce sujet, débouchant sur des synthèses , comme celle réalisée sous la direction de Marc-Olivier BARUCH, Une poignée de misérables (2003), ou celle rédigée par Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON, Histoire de l’épuration (2010) pour ne citer que ces deux-là. Plus précisément, des approches thématiques ont été conduites, à l’image de celle de François ROUQUET, L‘épuration dans l’administration française (1993),  Fabrice VIRGILI, La France « virile » des femmes tondues à la Libération (2000), ou encore de Laurent DUGUET, Incarcérer les collaborateurs (2015). Par ailleurs, des études régionales ont également vu le jour et ont permis de brosser le portrait d’une épuration locale différenciée, tels les travaux de Luc CADEVILA, Les Bretons au lendemains de l’Occupation (1999), de Marc BERGERE, L’épuration vécue et perçue à travers le cas du Maine-et-Loire (2003), de Michel BOIVIN, L’épuration dans la Manche (2013) et plus récemment, de Catherine DUGUEPROUX, L’épuration dans la Manche (2016). Ces études régionales si elles comportent des traits communs, attestent également l’existence de particularismes locaux.

En abordant le sujet de « l’épuration en Corse à l’issue de la Seconde Guerre mondiale » dans le cadre d’un master 2, la Corse est apparue comme un territoire atypique, subissant une épuration moins prononcée qu’ailleurs en métropole, cette observation résultant, notamment, de l’examen des statistiques agrégées au niveau national. Cette épuration limitée pourrait être la conjonction de deux phénomènes, celui d’une occupation italienne qui n’a pas véritablement été relayée par l’occupation allemande (la Corse étant libérée le 5 octobre 1943, dans la foulée de l’annonce de la reddition italienne du 8 septembre) et celui d’un territoire au sein duquel, la collaboration a été moins prégnante qu’ailleurs, sans doute en raison des liens sociaux de proximité comme le suggère Hélène CHAUBIN.

Continuer la lecture de PROJET DE RECHERCHE – L’ÉPURATION EN CORSE A L’ISSUE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (étude comparée Corse / Alpes-Maritimes)

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

Organisée en collaboration avec le Mémorial de Caen, cette journée d’études se déroule  en deux temps : la matinée sera consacrée au thème « Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy ».

L’après-midi prendra la forme d’une table ronde ayant pour sujet « L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui » et abordera les enjeux pédagogiques de cette question.

Continuer la lecture de 24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

Journée d’études sur les femmes juives du 23 janvier : disponible en ligne

Akadem, le campus numérique juif vient de mettre en ligne l’ensemble des différentes interventions de la journée d’études consacrée aux sources de l’histoire des femmes juives en France pendant et après la Seconde Guerre mondiale 

La très stimulante et enrichissante journée organisée, sous l’égide de Annette Wieviorka et Dominique Trimbur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah avait pour but de susciter des recherches sur les femmes juives en France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans l’après-guerre. Après l’introduction de Annette Wieviorka, la matinée a été consacrée aux divers fonds d’archives susceptibles d’être utilisés, présentés par des chercheurs (Alexandre Doulut et Laurent Joly) et des archivistes (Karen Taiëb, Laure Politis, Catherine Thion et Monique Leblois-Péchon) de différentes institutions. L’après-midi était consacré à la présentation de corpus et d’études de témoignages. Emmanuel Debono a présenté la collection de sources orales de l’USC Shoah Foundation et, moi-même, le corpus EGO 39-45. La présentation de l’instrument de recherche a permis de faire le point sur les témoignages de femmes en général et de femmes juives en particulier publiés depuis la fin de la guerre jusqu’à nos jours. Les communications de Christine Planté et Anny Dayan-Rosenman ont éclairé l’objet d’étude : le témoignage comme objet littéraire.

 

Projet de recherche – Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre d’Espagne (1936-1939), l’attitude ambivalente du gouvernement français a rendu complexe l’étude du trafic d’armes à destination de ce conflit. La France aurait d’abord défendu et appliqué la politique européenne de « non-intervention » qui interdisait tout envoi d’armes en Espagne, puis aurait relâché celle-ci en 1937 en fermant les yeux sur le trafic. Elle l’aurait même encouragé. Pourtant, celui-ci est repérable dès le début du conflit, et ne semble pas avoir attendu une quelconque aide de l’appareil d’État pour se ramifier. La clandestinité qui entoure le trafic a longtemps laissé croire que les sources sur ce dernier étaient insuffisantes pour en faire l’histoire. Pourtant, plusieurs surveillances – officielles ou officieuses, françaises et étrangères – s’intéressent de près au trafic sans toujours donner lieu à une répression. Comprendre ces surveillances est un des enjeux de cette recherche. Aussi, il semble nécessaire d’étudier le monde des trafiquants en interrogeant leur degré de politisation en lien avec leur profil sociologique. Il s’agit là d’une étude quantitative qui est complétée par une étude des réseaux du trafic d’armes. Leur constitution, leur emprise sur le territoire français et leur capacité à franchir les frontières juridiques et informelles – preuve d’une certaine résilience – sont étudiés dans le cadre de cette recherche.

Pour mettre en œuvre un tel projet de recherche, il est nécessaire de confronter les témoignages aux sources officielles. Largement méconnues et/ou sous-exploitées, celles-ci apportent un regard nouveau sur ce sujet. Elles sont notamment composées des archives des « polices » françaises, de fonds diplomatiques et militaires multilingues ainsi que de sources émanant de groupes politiques concernés par ce phénomène clandestin.

 

Doctorant allocataire (Université de Caen – Universidad Complutense de Madrid)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative

« Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne : les surveillances du trafic, les trafiquants et leurs réseaux sur le territoire français (1936-1939) », sous la direction de François Rouquet & José Luis Ledesma

Mail : pierre.salmon@unicaen.fr