Inventaire des ouvrages de la Seconde Guerre mondiale en Normandie – Les réalités du terrain

Retour d’expérience : le contact avec les propriétaires sur le terrain

Le fait de reconnaître et de spatialiser les différents sites en amont de la réalisation de la base de données nous amène inévitablement à rencontrer les nombreux propriétaires des terrains concernés. Si, dans la plupart des cas, les choses se passent pour le mieux, il appert que certaines « réticences » peuvent aussi émaner des propriétaires. La raison essentielle tient le plus souvent à leur volonté de préserver leur tranquillité. En effet, il n’est pas rare que des amateurs de « bunkerarchéologie » s’introduisent sur leurs terrains sans y avoir été autorisés au préalable. Une explication des finalités scientifiques et patrimoniales de notre démarche suffit généralement à lever ces inquiétudes. Mais d’autres facteurs plus originaux rentrent parfois en jeu : le premier tient au fait que nombre de ces personnes s’interrogent sur l’origine et le droit de propriété actuel de ces ouvrages allemands. Plus précisément, elles ignorent si elles en sont réellement les propriétaires en titre. Cette méconnaissance les amène à vouloir préserver une sorte d’anonymat, d’autant plus que nombre de ces ouvrages échappent aux plans réalisés par les services du cadastre. L’inventaire de la DRAC est donc parfois perçu comme une menace éventuelle qui, à terme, prendrait la forme d’une prise en compte de ces biens immeubles par l’administration fiscale. Là encore, Il revient aux enquêteurs de rassurer les propriétaires de ces ouvrages sur la finalité de notre travail.

Au final, il faut souligner l’accueil souvent aimable qui est réservé aux enquêteurs de terrain de la DRAC. À de rares exceptions près, la plupart des propriétaires ne demandent qu’à en savoir davantage. Ils s’étonnent souvent que cet inventaire n’ait pas déjà été effectué. Certains pensent même qu’il est trop tard pour ce faire. Un travail de pédagogie est donc nécessaire. Il revient ainsi aux enquêteurs de terrain de leur apporter une meilleure connaissance sur ce patrimoine, et cela au sens large du mot.

Compte-rendu du séminaire d’Olivier Wierviorka – Histoire de la Résistance en Europe Occidentale

BARNABE Charlotte
MASTER 1

Depuis sa thèse soutenue en 1992, jusque son plus récent ouvrage, Olivier Wierviorka a fait de la résistance un de ses thèmes de prédilection, devenant par la même un éminent spécialiste du sujet. Professeur à l’ENS de Cachan, il vient de publier le résultat de ses toutes dernières recherches, sous le titre Histoire de la Résistance en Europe occidentale. Partant des sources anglo-américaines, il a beaucoup travaillé à partir des fonds du Special Operations Executive, du Political Warfare Executive, de la BBC, des ministères des Affaires étrangères, de l’Office of Strategic Services et de l’Office of War Information, laissant à plus tard l’étude des sources nationales. L’avancée historiographique que constitue cet ouvrage est déjà perceptible dans le titre lui-même : l’histoire de la résistance n’est plus nationale, mais concerne ici six pays de l’Ouest savamment choisis puisque tous en dehors du champ d’aide directe de l’URSS : la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark et la Belgique. C’est par ce prisme transational innovant que l’historien entend mieux saisir la contribution de la résistance à la libération de leur pays, en synergie avec les troupes régulières alliées, et en correspondance avec la stratégie d’ensemble anglo-américaine.

 

L’ouvrage d’Olivier Wierviorka permet de faire émerger de grandes dynamiques communes au sein des différentes résistances qualifiées    »d’autochtones ». Au moment des défaites, spontanément, sans l’aide des Alliés, des actes résistants, conscients ou non, émergent au sein de la population. Des plus discrets aux plus éclatants, de la collecte de renseignements (Belgique) et des exfiltrations de parachutistes tombés (France, Danemark) aux impressionnantes grèves dans l’Europe du Nord d’avril 1941,  ces actions naissent librement et sans encouragement. Cependant, aux idées se confrontent les réalités matérielles. Pour Olivier Wierviorka, sans l’aide protéiforme des Alliés, aucune résistance de d’aucun pays n’aurait pu se développer durablement et mener à bien le but qu’elle s’était donné. Ainsi est remise en cause la vieille idée que certains pays, comme la France ou le Danemark se sont libérés pour beaucoup  par eux-mêmes : les troupes anglo-américaines ont assuré le gros des combats, reléguant les résistants à un rôle combattant mineur, et les commandements ont fourni argent, transmissions (liaisons radio vers Londres et entre les réseaux, BBC pour donner les ordres), et surtout, stratégie. Une fois encore, l’historien revient sur des présupposés : l’action de la résistance était moins efficace par les destructions opérées, spécialement d’infrastructures de transport, qu’elle visait aussi à leur préservation.

Un des apports majeurs  de cette étude relève de la perception deq forces résistantes par les Alliés. Quelle foi avaient-ils en elles ? Quel sérieux leur attribuaient-ils ? L’historien s’est plongé dans l’histoire culturelle du peuple anglais et décèle plusieurs facteurs éclairants. À l’image de Colin Gubbins, patron du SOE, les différentes confrontations à la guerre subversive, en Afrique du Sud, en Irlande, en Russie, associées à l’idée romantique, ancrée dans les esprits de gauche du gouvernement d’union nationale, d’un soulèvement des peuples opprimés, favorisent la prise au sérieux des forces de la résistance. En réalité, confrontés à leurs faibles effectifs et à la répression allemande des révoltes populaires, le commandement anglais n’avait semble-t-il pas réellement d’autre choix. Si l’optimisme des Anglais, après l’échec de l’opération allemande Seelöwe, ne fait que renforcer ce constat, l’historien lui-même le nuance en précisant que certains membres de l’armée, spécifiquement les aviateurs, rejettent en bloc l’idée de s’appuyer sur des forces locales inconnues et non militaires.
Olivier Wieviorka établit des bornes chronologiques marquant les évolutions de cette perception. Quand les cartes des forces militaires se redistribuent, après l’année 1941 et l’entrée en guerre de l’URSS et des USA, l’intérêt de la guerre subversive pour les Anglais diminue. Les dirigeants alliés ne croient pas beaucoup aux capacités de la résistance. Les tâches confiées aux résistants évoluent elles aussi. Après l’échec des révoltes populaires, on cherche à toucher, par des sabotages notamment, la puissance militaire et industrielle allemande, grâce à l’encadrement des agents spécialisés du SOE, les organisors. Si la résistance se renforce pendant l’occupation, Olivier Wieviorka précise bien qu’elle manque toujours de moyens, par réticence à armer les résistants, mais aussi du fait de la difficulté des opérations de livraisons des ressources. Pendant et après le débarquement, les opérations se multiplient et se diversifient qu’il s’agisse de sabotage des lignes de communication, ou de petite guérilla tout en évitant le bain de sang.

La population non résistante est également mise à contribution, par les campagnes de la BBC qui l’enjoignent au  »Go slow » dans les usines et à l’indifférence dans les rues. Sans prendre les armes, il existerait alors comme une sorte de  »résistance d’esprit », non violente, passive, qui se heurte moins au problème de légitimité qu’impose le fait d’entrer en résistance, problème qui se pose tant aux autorités alliées, qu’aux potentiels résistants eux-mêmes. Plusieurs pays de la zone étudiée entrent dans ce cas de figure, la France, la Belgique, l’Italie, le Danemark, dont une partie des membres du pouvoir sont restés en place, malgré l’exil possible de ministres ou plus généralement d’hommes d’Etat. Dès lors, entrer en résistance peut rimer avec trahison patriotique et désobéissance au chef de l’Etat ; c’est en partie comme cela qu’Olivier Wieviorka explique les difficultés anglaises à recruter des volontaires italiens. Cette situation est d’autant plus délicate au Danemark où le roi Christian mène une politique de simple accommodation, en accord avec son penchant pro-allié, ce qui a pu décourager les résistants, du moins jusqu’en 1943. Ces situations sont aussi délicates pour les autorités alliées, à qui se pose le problème de la reconnaissance. Vaut-il mieux garder une administration compromise mais maintenant l’ordre, ou la supprimer et provoquer le désordre ? Ce genre de dilemme se pose en des termes parfois plutôt prosaïques, notamment en matière de censure des émissions étrangères de la BBC, laquelle doit trouver une sorte d’équilibre, ou une échappatoire par le biais des radio units, permettant d’émettre des messages à des auditorats spécifiques que la radio officielle anglaise n’aurait pu diffuser.
Le travail d’Olivier Wierwioka est d’autant plus riche qu’il explore tous les points de vue. Après les Alliés, après les résistants, il tourne son regard vers les pouvoirs en exil, tiraillés entre les intérêts alliés et les intérêts de la nation qu’ils entendent représenter, en dépit des hésitations alliées quant à leur reconnaissance. L’affaire des îles Lofoten est particulièrement représentative de ce genre de dilemme. La vision transnationale de la résistance remet en lumière les enjeux qui lui sont inhérents. Si les pouvoirs en exil se pensent comme chefs des pays qu’ils ont quittés, ils pensent pouvoir revendiquer le commandement de leurs résistances nationales, au grand dam des Alliés. Cette question crée des tensions internes  en Angleterre, notamment entre l’Intelligence Service, proche des conservateurs anglais, et le SOE, créé afin de réduire les craintes travaillistes et de pallier les faiblesses de l’IS. Les résistants de l’intérieur entendraient aussi commander leurs forces. Dans un premier temps, pour des motifs opérationnels et, de plus en plus, pour des raisons politiques, augmentant dès lors le risque de double pouvoir ou de prise de pouvoir communiste à la libération, ce que les Alliés tentent d’enrayer, par des mécanismes d’intégration par exemple (c’est le cas du CNR). Olivier Wieviorka rend ainsi compte des tensions et délicatesses presque diplomatiques entre les différentes forces, puisque la situation rend les uns et les autres interdépendants. Les Britanniques ont besoin de personnel qui parle la langue nationale par exemple, d’où des phénomènes de coopération, comme le comité anglais et norvégien mis en place dès 1942. La situation se complique parfois à cause de tensions internes, comme c’est le cas en Belgique, entre la Sûreté, soutenant l’espionnage, et la Deuxième Section préférant le sabotage. L’union entre les forces régulières et subversives,  si compliquée soit-elle,  a tout de même facilité la défaite nazie.

L’apport de cet ouvrage est multiple : il renouvelle l’historiographie de la résistance par ce prisme transnational, qui permet de mieux comprendre le phénomène résistant dans sa globalité, extrait des particularités singulières à chaque pays. Il permet de rendre compte des grandes dynamiques transcendant les résistances nationales, et de mieux appréhender le problème général que posait la résistance aux Alliés, en termes politiques, en termes de gestion, en termes de confiance et donc de moyens. Olivier Wieviorka rend compte également de  »l’enjeu résistant » au sein du conflit, pour les Alliés, pour les pouvoirs en exils, et pour les résistants eux-mêmes. Il remet en cause l’image d’Épinal d’une coalition d’alliés, de résistants et de pouvoirs exilés tous unis, sans dissension et traduit les  rapports de force issus de visions parfois totalement opposées. Il pose un regard plus pragmatique sur les actions de la résistance et du SOE, plus nuancées et moins héroiques que la vision qui en est traditionnellement donnée. Enfin, cet ouvrage a le mérite de répondre au vide mémoriel lié jusqu’ici à l’importance de l’action du SOE et de l’aide qu’il apporta aux forces résistantes.

Censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955)

Dès le début du XXe siècle, le cinéma devient un des médias privilégiés pour diffuser l’information et mettre en scène la fiction. Comme d’autres régimes autoritaires, l’Espagne franquiste (1939-1975) prend conscience de la nécessité de contrôler ce mode de communication. Elle se dote d’un organe de censure efficace afin de prévenir les effets potentiellement néfastes de certaines images, susceptibles de menacer l’imaginaire idéologique du régime. Au-delà de leurs interventions sur le processus même de création (modifications ou coupes de certaines scènes), les censeurs franquistes s’assurent que les spectateurs ont correctement interprété les œuvres qu’ils ont censurées. Tous les mois, les délégués provinciaux – l’équivalent de nos préfets français – leurs fournissent des rapports détaillant l’accueil des films par le public de leur province. A travers l’étude de ces sources originales, mon projet de doctorat ambitionne de renouveler l’approche traditionnelle de la censure franquiste. Il vise à intégrer dans une même analyse deux sphères abordées généralement de façon séparée : celle de la réception cinématographique et celle de la censure, en montrant les liens circulaires qui unissent ces deux notions. Autrement dit, cette étude aborde le processus censorial à travers la mission principale qui incombe aux censeurs : évaluer les effets qu’un film peut produire lorsqu’il touche le public. Il s’agira donc d’étudier la place que les censeurs accordent au public lors de leurs sessions de travail et la façon dont le corps censorial construit son imaginaire réceptif à travers les rapports que leur transmettent les délégués provinciaux.

Doctorante allocataire d’Etat (Université de Caen-Normandie et Universidad de Salamanca)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (C.R.H.Q.)

« Produire et voir du cinéma en régime autoritaire : censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955) » sous la direction de François Rouquet & Fernando González García.

PROJET DE RECHERCHE – L’ÉPURATION EN CORSE A L’ISSUE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (étude comparée Corse / Alpes-Maritimes)

L’historiographie de l’épuration révèle qu’en France, le sujet a très rapidement retenu l’attention des chercheurs. Après des approches purement politiques examinant une « histoire d’en haut » , les historiens ont progressivement choisi d’orienter leurs travaux différemment, privilégiant une histoire des individus, une « histoire d’en bas » comme le rappelle François ROUQUET. Des études transversales ont ainsi été menées sur ce sujet, débouchant sur des synthèses , comme celle réalisée sous la direction de Marc-Olivier BARUCH, Une poignée de misérables (2003), ou celle rédigée par Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON, Histoire de l’épuration (2010) pour ne citer que ces deux-là. Plus précisément, des approches thématiques ont été conduites, à l’image de celle de François ROUQUET, L‘épuration dans l’administration française (1993),  Fabrice VIRGILI, La France « virile » des femmes tondues à la Libération (2000), ou encore de Laurent DUGUET, Incarcérer les collaborateurs (2015). Par ailleurs, des études régionales ont également vu le jour et ont permis de brosser le portrait d’une épuration locale différenciée, tels les travaux de Luc CADEVILA, Les Bretons au lendemains de l’Occupation (1999), de Marc BERGERE, L’épuration vécue et perçue à travers le cas du Maine-et-Loire (2003), de Michel BOIVIN, L’épuration dans la Manche (2013) et plus récemment, de Catherine DUGUEPROUX, L’épuration dans la Manche (2016). Ces études régionales si elles comportent des traits communs, attestent également l’existence de particularismes locaux.

En abordant le sujet de « l’épuration en Corse à l’issue de la Seconde Guerre mondiale » dans le cadre d’un master 2, la Corse est apparue comme un territoire atypique, subissant une épuration moins prononcée qu’ailleurs en métropole, cette observation résultant, notamment, de l’examen des statistiques agrégées au niveau national. Cette épuration limitée pourrait être la conjonction de deux phénomènes, celui d’une occupation italienne qui n’a pas véritablement été relayée par l’occupation allemande (la Corse étant libérée le 5 octobre 1943, dans la foulée de l’annonce de la reddition italienne du 8 septembre) et celui d’un territoire au sein duquel, la collaboration a été moins prégnante qu’ailleurs, sans doute en raison des liens sociaux de proximité comme le suggère Hélène CHAUBIN.

Continuer la lecture de PROJET DE RECHERCHE – L’ÉPURATION EN CORSE A L’ISSUE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (étude comparée Corse / Alpes-Maritimes)

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

Journée d’études sur les femmes juives du 23 janvier : disponible en ligne

Akadem, le campus numérique juif vient de mettre en ligne l’ensemble des différentes interventions de la journée d’études consacrée aux sources de l’histoire des femmes juives en France pendant et après la Seconde Guerre mondiale 

La très stimulante et enrichissante journée organisée, sous l’égide de Annette Wieviorka et Dominique Trimbur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah avait pour but de susciter des recherches sur les femmes juives en France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans l’après-guerre. Après l’introduction de Annette Wieviorka, la matinée a été consacrée aux divers fonds d’archives susceptibles d’être utilisés, présentés par des chercheurs (Alexandre Doulut et Laurent Joly) et des archivistes (Karen Taiëb, Laure Politis, Catherine Thion et Monique Leblois-Péchon) de différentes institutions. L’après-midi était consacré à la présentation de corpus et d’études de témoignages. Emmanuel Debono a présenté la collection de sources orales de l’USC Shoah Foundation et, moi-même, le corpus EGO 39-45. La présentation de l’instrument de recherche a permis de faire le point sur les témoignages de femmes en général et de femmes juives en particulier publiés depuis la fin de la guerre jusqu’à nos jours. Les communications de Christine Planté et Anny Dayan-Rosenman ont éclairé l’objet d’étude : le témoignage comme objet littéraire.

 

Projet de recherche – Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre d’Espagne (1936-1939), l’attitude ambivalente du gouvernement français a rendu complexe l’étude du trafic d’armes à destination de ce conflit. La France aurait d’abord défendu et appliqué la politique européenne de « non-intervention » qui interdisait tout envoi d’armes en Espagne, puis aurait relâché celle-ci en 1937 en fermant les yeux sur le trafic. Elle l’aurait même encouragé. Pourtant, celui-ci est repérable dès le début du conflit, et ne semble pas avoir attendu une quelconque aide de l’appareil d’État pour se ramifier. La clandestinité qui entoure le trafic a longtemps laissé croire que les sources sur ce dernier étaient insuffisantes pour en faire l’histoire. Pourtant, plusieurs surveillances – officielles ou officieuses, françaises et étrangères – s’intéressent de près au trafic sans toujours donner lieu à une répression. Comprendre ces surveillances est un des enjeux de cette recherche. Aussi, il semble nécessaire d’étudier le monde des trafiquants en interrogeant leur degré de politisation en lien avec leur profil sociologique. Il s’agit là d’une étude quantitative qui est complétée par une étude des réseaux du trafic d’armes. Leur constitution, leur emprise sur le territoire français et leur capacité à franchir les frontières juridiques et informelles – preuve d’une certaine résilience – sont étudiés dans le cadre de cette recherche.

Pour mettre en œuvre un tel projet de recherche, il est nécessaire de confronter les témoignages aux sources officielles. Largement méconnues et/ou sous-exploitées, celles-ci apportent un regard nouveau sur ce sujet. Elles sont notamment composées des archives des « polices » françaises, de fonds diplomatiques et militaires multilingues ainsi que de sources émanant de groupes politiques concernés par ce phénomène clandestin.

 

Doctorant allocataire (Université de Caen – Universidad Complutense de Madrid)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative

« Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne : les surveillances du trafic, les trafiquants et leurs réseaux sur le territoire français (1936-1939) », sous la direction de François Rouquet & José Luis Ledesma

Mail : pierre.salmon@unicaen.fr

Journée d’étude à la BDIC du 23 novembre 2016 : « Brigadistes et volontaires étrangers dans la Guerre d’Espagne : retour aux sources »

Programme

Rares sont les historien-nes défendant l’idée d’une histoire finie, close, sur laquelle les perspectives de recherche sont réduites au néant. C’est pourtant une idée qui fut partagée à l’issue de la publication des travaux de Rémi Skoutelsky sur les volontaires français au sein des Brigades internationales durant la guerre d’Espagne[1]. Après l’édition de cette thèse fondatrice, de nombreux historien-nes ont défendu cette vue d’esprit, bien que le principal intéressé ne l’ait jamais fait. Par conséquent, peut-être était-il nécessaire de réunir les chercheurs afin de montrer la diversité des sources et des approches sur un tel sujet. À cette fin, la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) a profité du 80ème anniversaire du début de la guerre civile espagnole – et du départ des volontaires ! – pour organiser une journée d’étude. Organisée en partenariat avec les Archives nationales, elle avait comme objectif de « repérer ces archives, et de réfléchir à leurs différents usages – pour en proposer de nouvelles lectures ». Ce fut l’occasion de dégager les grands champs de recherche sur l’engagement international, sujet pour lequel les sources forment un ensemble composite et éclaté.

La rencontre était organisée autour de deux thématiques relativement proches. La matinée donnait l’occasion de faire un retour sur le contenu des fonds d’archives russes, espagnols, étatsuniens, et français. L’après-midi était quant à lui consacré aux retours sur expériences de chercheurs. Ainsi, des acteurs institutionnels et scientifiques étaient réunis pour discuter de la communication, de la mise en valeur et de l’exploitation d’archives multilingues. Un véritable « retour aux sources ».  Si plusieurs communicants – notamment les membres des centres d’archives – se devaient de passer par des détours techniques et pratiques pour l’utilisation de catalogues en ligne, ils furent nombreux à mettre en valeur des séries documentaires parfois mal connues des spécialistes.

En premier lieu, on observe une véritable dispersion des sources dans des fonds nationaux publics ou tenus par des associations mémorielles. C’est la conséquence logique – mais regrettable – de la nature de ce phénomène historique qui était par essence transnational. Cela n’est pas sans provoquer des difficultés matérielles et pratiques pour les chercheurs qui font face à un manque d’harmonisation quant aux règles de consultation. L’accessibilité des fonds résulte en effet des institutions ou des associations desquels ils dépendent. Beaucoup de ces derniers ont politique d’ouverture à l’image des fonds du CEDOBI (Centro de Estudios y Documentación de las Brigadas Internaciones ; Albacete, Espagne), de l’ALBA (Abraham Lincoln Brigades Archives ; New-York City, États-Unis), des Archives nationales françaises ou de celles de la BDIC. Mais l’accès aux fonds reste parfois complexe malgré les politiques d’ouverture, comme c’est encore le cas aux archives d’Etats russes du RGASPI (Moscou). Une tendance inverse existe également. En effet, nombreux furent ceux qui remarquèrent que les débats mémoriels en Espagne ont pu complexifier le travail des historiens[2].

Cela nous amène à un second constat, très utile pour qui travaille simultanément sur la guerre civile espagnole et la France : si les travaux sur ce conflit amènent d’houleux débats en Espagne, certaines associations mémorielles se plaignent au contraire d’une indifférence en France. Pourtant, les publications et les communications scientifiques ont été nombreuses en 2016 et les chercheurs ont su profiter des dates anniversaires du conflit pour mettre en valeur leurs recherches sur des fonds peu connus. C’est autant le cas pour Édouard Sill sur le volontariat international et la guerre d’Espagne que pour Hervé Lemesle et ses travaux sur les volontaires yougoslaves engagés dans ce même conflit. Il reste à espérer que ce type d’événement, en plus de sa capacité à mettre en lumière cette thématique de recherche, puisse mettre en œuvre une harmonisation des centres d’archives internationaux pour ainsi faciliter le travail des historiens.

En somme, il ressort de ces échanges que les ouvertures autour de ce sujet sont nombreuses, tant les archives inexploitées et les approches le sont. Il est dommage que la nature plurielle des sources évoquées n’ait été évoquée que superficiellement (on sait pourtant à quel point cela impacte les productions scientifiques !). En outre, la libre communication de nombreuses archives en ligne permet de limiter les contraintes dues aux déplacements dans les centres d’archives. Certains fonds sont même mis en valeur par des historiens, comme l’exposition en ligne organisée par le Centre d’Histoire Sociale (C.H.S.) autour des fonds André Marty, entreprise de valorisation qui réunit pas moins de douze historien-nes. Les ouvertures sont aussi historiographiques comme a bien voulu le rappeler Serge Wolikow lors de la table ronde organisée en fin de journée. Les engagements, volontaires ou non, dans la lutte armée en Espagne constituent un sujet qui fait preuve d’un véritable renouveau depuis le début des années 1990. Encore faudrait-il, comme le rappelle Rémi Skoutelsky, pouvoir établir une histoire comparative avec des engagements durant d’autres conflits, comme la Deuxième Guerre mondiale durant laquelle certains firent le choix d’entrer en Résistance ou dans la collaboration (un exemple connu est celui de la Légion des Volontaires Français – ou L.V.F.). Cette histoire comparative, voulue par Rémi Skoutelsky, devrait permettre d’engager plusieurs grands champs de recherche encore peu explorés. Il cite ainsi le départ des Espagnols depuis la France comme volontaires, axe de recherche qui doit emprunter à l’histoire de l’immigration. Il en va de même pour une analyse qui puise dans les méthodes de la micro-histoire, afin de mieux comprendre les traits saillants de la vie sur place. On pourrait y ajouter, dans une dimension plus large, un questionnement sur les engagements qui ne concernent pas l’expérience combattante et ne répondent pas à un quelconque idéal mais plutôt à un pragmatisme des acteurs concernés. Comment expliquer, pour eux comme pour les volontaires, le choix de leurs « engagements », aussi variés soient-ils ? Derrière tout cela, c’est une histoire des anonymes, histoire véritablement sociale, qui se dessine et qui esquisse un tableau des engagements durant la riche, incertaine et complexe histoire du XXe siècle. Et même au-delà.

Pour aller plus loin :

Les catalogues en ligne :

  • Site de l’ALBA (en anglais).
  • Site de la BDIC et ses riches collections sur l’histoire du XXe siècle.
  • Site du CEDOBI (en espagnol, également disponible en langue française ou anglaise).
  • Pour les archives russes du RGASPI : le carnet de recherche de l’ANR Paprika, qui a publié des archives du communisme et réalise un travail de valorisation sur des archives encore conservées en Russie. Tous les conseils à suivre sont consultables sur cette page.

Divers :

[1]  R. Skoutelsky, L’espoir guidait leurs pas. Les volontaires français en Espagne républicaine. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998, 410 p.

[2] Élodie Richard, Charlotte Vorms, « Les historiens pris dans les conflits de mémoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2015/3 (N° 127), p. 3-12.

 

 

Mon projet de recherche actuel entend réexaminer les politiques judiciaires allemandes à l’encontre des Français pendant la Seconde Guerre mondiale sur la base de fonds d’archives récemment exhumés au SHD à Caen et à Vincennes, ainsi qu’aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

Le point de départ de cette réflexion renouvelée sur la complexité des outils et aiguillages répressifs de l’appareil militaire allemand mise au jour dans le cadre de ma thèse (Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010) a initialement été l’exhumation, au PAVCC (Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains, antenne du SHD) à Caen, de plusieurs milliers de dossiers judiciaires établis par les tribunaux militaires allemands à l’encontre de Français pendant la guerre, des dossiers que l’on pensait jusqu’ici détruits à la suite des attaques aériennes des Alliés sur le Heeresarchiv de Potsdam, où les documents étaient déposés après clôture des procédures. Depuis, des fonds de même nature ont été repérés aux Archives nationales, mais aussi et surtout au SHD à Vincennes.

Grâce à une collaboration de recherche entre le CRHQ et l’IHA de Paris (Institut Historique Allemand de Paris), plusieurs bases de données ont pu être élaborées permettant de procéder à une interrogation et à une exploitation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands conservés en France, des fonds qui, faute d’inventorisation et donc de visibilité, étaient jusqu’ici restés largement inexploités. Ces bases de données qui comprennent aujourd’hui plus de 22 000 entrées individuelles intègrent des renseignements liés au traitement des archives à caractère individuel – cote au dossier et état-civil complet – mais également des données sociologiques et juridiques (qualification des actes poursuivis, nature des sanctions, noms des juges et procureurs, parcours carcéral, etc.).

L’exploitation de ces bases de données s’inscrit aujourd’hui dans un projet de recherche à la fois personnel et collectif.

À titre personnel, mon projet de recherche vise à réexaminer, sur la base de ces fonds d’archives inédits, les pratiques de l’appareil judiciaire allemand en France occupée que ma thèse avait seulement permis d’éclairer de façon partielle et embryonnaire sur la base d’archives alors très lacunaires. A travers l’exemple de la répression judiciaire allemande et plus précisément de l’étude des dossiers judiciaires nominatifs, l’objectif est de rendre compte de façon renouvelée du fonctionnement des politiques de répression allemandes par le « bas », à l’échelle des pratiques institutionnelles, des acteurs ordinaires et de leur impact sur les individus ; mais aussi d’examiner plus précisément comment les poursuites judiciaires françaises et allemandes s’entrecroisent en France pendant l’Occupation. En creux, l’exploitation de ces sources judiciaires allemandes permettra également de d’alimenter les questionnements historiographiques concernant certaines réalités sociales de la guerre et de l’Occupation ayant laissé peu de traces dans les archives du fait de leur nature clandestine. Elle permettra notamment d’interroger le concept de « réactivité sociale » (J. Semelin) qui, sans occulter la spécificité de la Résistance, rassemble en un seul terme les comportements marqués par le refus (adaptation contrainte, non consentement, désobéissance, opposition, etc.) en posant la question des passerelles entre ces divers types de comportements caractérisés par leur fluidité.

Ce projet de recherche a ensuite vocation à déboucher à moyen terme, dans le cadre d’une coopération scientifique impliquant des chercheurs allemands de l’université Humboldt de Berlin, sur une étude transnationale des pratiques des tribunaux militaires allemands en France et sur le territoire du Reich du Reich à l’encontre des Français qui s’y trouvaient pendant la guerre, que ce soit comme travailleurs civils ou comme prisonniers de guerre, à Berlin notamment.

Enfin, même si toute diffusion par voie électronique de ces bases de données est à ce jour inenvisageable au regard de la réglementation en vigueur quant à la mise en ligne de données personnelles sensibles, il est quand même prévu de mettre les instruments de recherche simplifiés réalisés dans le cadre de ce projet à disposition des institutions de conservation et de recherche françaises et allemandes intéressées par ces fonds d’archives (PAVCC à Caen, SHD à Vincennes, AN à Pierrefitte-sur-Seine, mais aussi Bundes-Militärarchiv à Freiburg, etc.), de sorte qu’ils puissent y être consultables sur place, ce qui pourrait permettre à terme de procéder à une interrogation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands de la Seconde Guerre mondiale impliquant des Français, qu’ils soient conservés en France ou en Allemagne. Les instruments de recherche portant sur les fonds du BAVCC sont d’ores et déjà mis à la disposition des lecteurs sur place à Caen.

 

 

 

22 mars : La résistance en Europe occidentale

Monument commémoratif à la résistance italienne, place Pilotta à Parme. CC-BY-SA-3.0

À l’occasion de la parution de Une histoire de la résistance en Europe occidentale, Perrin, 2017, le séminaire « Traces de guerre » accueille Olivier Wieviorka, professeur à l’ENS de Cachan, chercheur à l’institut des sciences sociales du politique, spécialiste de l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale.
La conférence aura lieu au Mémorial de Caen de 14h à 17h.

Les étudiants sont invités à lire l’ouvrage avant la conférence, il est disponible à la bibliothèque du CRHQ de l’université de Caen et à la médiathèque du Mémorial de Caen.

 

 

Quatrième de couverture :
La résistance en Europe de l’Ouest a longtemps été considérée comme un phénomène national. Et elle a, de longues années durant, été analysée comme telle, les historiens privilégiant, pour l’étudier, le cadre de leur pays. Pourtant, si les facteurs internes jouèrent un rôle central dans sa naissance, la part des Anglo-Américains dans sa croissance fut éminente : en Norvège comme au Danemark, aux Pays-Bas comme en Belgique, en France et en Italie, l’armée des ombres n’aurait pu croître sans le soutien de Londres d’abord, de Washington ensuite. Il convenait dès lors de décloisonner les frontières et d’élargir les horizons pour offrir la première histoire transnationale de la résistance en Europe occidentale. Pour ce faire, Olivier Wieviorka a étudié l’organisation puis l’action des forces clandestines et des gouvernements en exil de six pays occupés entre 1940 et 1945. En scrutant le rôle de la propagande, du sabotage et de la guérilla dans cet espace ouest-européen, il invite à reconsidérer sans tabou l’action de la résistance, ainsi que ses relations, tantôt cordiales, tantôt conflictuelles, avec les Alliés et les pouvoirs installés à Londres. Tout en mesurant la singularité de chaque pays, ce prisme original lui permet de pointer la communauté de destin qui unit cet ensemble appelé à être libéré par les troupes anglo-américaines. L’auteur lève également le voile sur l’importance des finances, de la logistique et de la planification des grands Alliés dans le développement des forces clandestines, une donnée largement occultée lors des libérations. Il interroge, in fine, l’efficacité de l’armée des ombres, donc de la guerre subversive, dans la chute du IIIe Reich. »

 

 

Les Français(es) et l’épuration

Les trente dernières années ont apporté d’incontestables avancées dans la connaissance du phénomène de l’épuration. Profitant de l’ouverture des archives, de l’apaisement mémoriel, une nouvelle génération de chercheurs décomplexés a multiplié les points de vue et croisé les regards dans une démarche générale dont il s’agit de montrer les principaux apports. L’émergence des approches d’histoire sociale et culturelle ainsi que l’apport décisif des études liées aux rapports de genre ont renouvelé l’historiographie sur un sujet qui a longtemps été privilégié dans sa dimension politique. L’étude en cours a pour objet de rendre compte de ces avancées.
  À la dimension politique surdéveloppée dans les synthèses existantes, l’épuration « vue d’en haut », elle oppose une problématique neuve privilégiant « une vue d’en bas » : la dimension sociale du phénomène, ses enjeux patriotiques, sa forte symbolique, ses multiples irrationalités, sa dimension mémorielle, l’aspiration populaire au renouveau, l’importance des rapports sociaux de sexe, etc. Autant d’éléments qui permettent de comprendre que l’épuration se mesure moins par la sécheresse des chiffres en valeur absolue que par l’analyse de sources élargies montrant la forte proportion de Françaises et de Français concernés par l’épuration. Mais ce jeu d’échelle ne consiste pas uniquement à revisiter ce qui est connu.
  Ainsi, la dimension économique du phénomène, l’épuration dans l’Empire, l’analyse globale et comparée des épurations européennes, l’étude du jugement des crimes de guerre commis en France, dans l’Empire, ou sur des ressortissants français partout ailleurs constitueront des versants inédits. Les années 1980-1990 avec le procès Barbie et les affaires Touvier, Bousquet, Papon, montrent l’interdépendance des logiques de l’épuration et du jugement des crimes ennemis réunis alors comme crimes contre l’humanité. En réfléchissant à l’actualité de l’épuration depuis la guerre, on se proposera de dépasser le simple questionnement mémoriel pour faire le point sur le phénomène considéré le plus largement et les traces qu’il en reste aujourd’hui.
Ces travaux font l’objet d’un ouvrage en préparation de François Rouquet et Fabrice Virgili, à paraître chez Gallimard (coll Folio inédit) en 2017

 

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme

7 février : Au Ciné-Histoire : La Guerre froide

Le mardi 7 février, en collaboration avec le Mémorial de Caen et le Café des images, projection du documentaire :

Red Army de Gabe Polsky

Le film retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace surnommée « L’Armée Rouge ». L’ancien capitaine de l’équipe Slava Fetisov revient sur son parcours hors du commun. D’abord adulé en héros national, il est ensuite condamné comme ennemi politique. Red Army raconte l’histoire de la Guerre Froide menée sur la glace et la vie d’un homme qui a tenu tête au système soviétique.

La soirée a été organisée par les étudiants du Master professionnel « Métiers du patrimoine culturel et historique » de l’UFR HSS de l’université de Caen.

Informations pratiques : cine-histoire-red-army-1

La Résistance au Havre

Si l’histoire de la Résistance dans le département de la Seine-Inférieure semble méconnue, il n’en reste pas moins que l’action résistante y fut prolifique à l’instar du réseau fondé au Havre (Seine-Maritime) par Jean Morpain (dit Gérard Morpain).

 Gérard Morpain (1897-1942)    © Olivier Pringard, collection privée de Pierre Garreau

 

 

 

 

Genèse du réseau

Professeur  d’histoire au lycée François 1er  du Havre, Gérard Morpain réunit autour de lui, dès l’été 1940, un petit noyau d’opposants et organise dès le mois de septembre l’un des tous premiers réseaux de résistance en France. Les spécificités du groupement sont sa précocité, son emprunte franc-maçonne et le    caractère juvénile d’une partie de ses membres.  In fine, le groupe Morpain rassemble près d’une centaine de personnes aux horizons et fonctions divers répartie en une vingtaine de « sous-groupes » chargés du renseignement, de la récupération et de la cache d’armes et de munitions et du sauvetage d’aviateurs alliés tombés dans la région. Démantelé l’été suivant, au mois de juin 1941, le bilan est lourd : un-tiers des membres est arrêté, quatorze résistants sont jugés et parmi eux, quatre sont condamnés à mort et fusillés (dont Gérard Morpain) et six déportés. Néanmoins, le professeur a jeté les bases d’un réseau qui lui survivra, devenant tour à tour « L’Heure H » en 1942 puis « Hamlet-Salesman-Buckmaster » en 1943.

Tour d’horizon méthodologique

Le travail de recherche sur le groupe Morpain s’appuie sur les dossiers-statut et d’état-civil de la Division des archives des victimes des conflits contemporains du Service historique de la Défense (DAVCC-SHD) conservés à Caen, les dossiers du Bureau Résistance conservés à Vincennes, les dossiers de demande de carte de Combattant volontaire de la Résistance de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime ou encore les rapports préfectoraux et les dossiers d’arrestation. D’autres fonds d’archives ont également été consultés comme les Archives municipales du Havre, les Archives de la Grande Loge de France, les Archives nationales britanniques de Kew et enfin les quelques rares déclarations orales des témoins de l’époque. Toutes les informations issues du dépouillement des archives ont enrichi une base de données.

Bilan et premières conclusions

Désormais en mesure d’apporter des éléments statistiques et chiffrés de réponses concernant l’histoire de ce groupement, nous avons donc pu réaliser une étude sociologique des membres du groupe Morpain. « Que nous apprend cette étude sur l’identité du réseau et ses fondements ? Quels réseaux d’affinités sont activés ? La sociologie du groupement est-elle représentative de la sociologie des résistants au niveau national, départemental ou au sein des réseaux ? ». Les premières conclusions de l’article à venir l’affirment : le groupe Morpain reste « assez représentatif des réseaux de la Résistance normande et nationale des premières années d’Occupation » tout en gardant, toutefois, quelques spécificités…   

L’article à paraître prochainement détaille la sociologie de ces résistants de la première heure : « Le groupe Morpain : approche sociologique d’une proto-résistance en Normandie » cosigné par Delphine Leneveu (AI CNRS , MRSH-USR 3486) et Thomas Piéplu (IE CNRS, MRSH-USR 3486). Il s’inscrit dans le cadre de la journée d’étude organisée par le GRHis de l’université du Havre à Mont-Saint-Aignan le 9 décembre 2015 :  « Histoire et mémoire de la Résistance en Seine-Inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale ».
La publication des actes de cette journée aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre (PURH) réunira « les contributions des dernières recherches récentes ou en cours, en France comme en Grande-Bretagne ».

Delphine Leneveu

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Merci au Mémorial de Caen pour son accueil et à Juliette Denis pour cette conférence particulièrement stimulante et enrichissante. Compte-rendu à suivre ….

Juliette Denis et les étudiants en master du séminaire Traces de guerre

 

Le CRHQ accueille dans son séminaire « Traces de guerre », Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ « Europe de l’entre-deux », coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

« Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3