Retour sur le colloque « Jeunes chercheurs » : les travaux d’Aliénor Cadot

Aliénor Cadot est doctorante de l’EHESS (CRH) à Paris sous la direction de Nancy Green. Elle nous propose le résumé de son intervention.
Sa thèse porte sur l’immigration nord-africaine en France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Résumé : 

            À la fin des années 1930, la population originaire des trois pays d’Afrique du Nord colonisés par la France(Algérie, Maroc, Tunisie) présente en France est estimée à environ 100 000 individus, principalement des hommes venus en métropole pour travailler et envoyer leur salaire dans leur village d’origine. Entre la fin des années 1920 et le début des années 1940, deux services voient le jour au sein de deux ministères différents afin d’administrer la présence de ces personnes en métropole :le service de la main-d’œuvre nord-africaine (MONA) du ministère du Travail, et le service des affaires indigènes nord-africaines (SAINA), sous tutelle du ministère de l’Intérieur. La MONA a pour mission de veiller au recrutement d’une main-d’œuvre « utile » à l’économie du pays (surtout en période de guerre et d’occupation) et à sa répartition sur le territoire. Le fonctionnement du service est articulé via des mandataires choisis pour recruter dans les pays d’origine des travailleurs bon marché (comme la SGI (société générale d’immigration), avait été créée à la fin des années 1920 pour recruter notamment en Italie et en Pologne), mais également, sous Vichy, via les comités d’organisation (CO), regroupant par branche des entreprises dans les domaines prioritaires de l’économie sous l’occupation. Le débarquement allié en Afrique du Nord et l’invasion de la zone sud en novembre 1942, en modifiant radicalement le territoire à administrer, changent brutalement la mission de la MONA, qui ne peut plus recruter en Afrique du Nord. À partir de l’instauration du STO, son rôle dans la gestion territoriale nationale de la main-d’œuvre se transforme de nouveau.

Carte d’identité de M. A. Mohammed, Algérien établie par les autorités d’occupation en 1942. Source : DAVCC, SHD, Caen

            Le SAINA, quant à lui, est à la fois en charge de l’émission de documents officiels, de l’’aide matérielle et de la surveillance morale et politique. Originairement et théoriquement dédié spécifiquement aux Algériens (de nationalité française), ses missions sont en réalité définies de manière très large pour toute la population « nord-africaine »,catégorie aux contours poreux. Affilié aux préfectures, ce service existe à Paris, Marseille, Lyon, Saint-Étienne et Bordeaux. Les variations de pratiques d’un service local à l’autre donnent à voir un fonctionnement administratif laissant la voie libre à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire au sein de services très petits et souvent soumis à la volonté d’un seul ou de deux individus (même si, malheureusement, peu d’archives subsistent).
            L’articulation des deux organismes évolue au fil des années de guerre. À partir de 1942, et plus encore après novembre, l’un des rôles principaux du SAINA est la récolte d’informations sur les travailleurs nord-africains ayant fui leur travail, alors que les bureaux de la MONA s’occupent de trouver du travail aux chômeurs. Par ailleurs, ils existe,depuis le début du conflit, les soupçons de collaborationnisme qui pèsent sur les militants nationalistes nord-africains s’accentuent,  la surveillance se fait alors plus étroite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.