Retour sur le colloque “Jeunes chercheurs” : les travaux de Gwendoline Cicottini

Aujourd’hui, Gwendoline Cicottini nous présente le sujet de sa thèse   Relations interdites, enfants oubliés ? Les relations entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale
Elle travaille sous la direction d’Isabelle Renaudet (Aix-Marseille Université) et de Johannes Großmann (Tübingen Universität)

 

La Seconde Guerre mondiale a entraîné d’énormes déplacements de population menant des femmes et des hommes à se côtoyer dans un contexte exceptionnel. Parmi eux, les prisonniers de guerre français se retrouvent au sein du Reich dans lequel restent principalement des femmes allemandes. Imposées par le travail, et la vie quotidienne les rencontres sont inévitables et des contacts se nouent, contacts interdits, mais pas moindres pour autant. Dans la pratique ces actes sont banals : échange de denrées alimentaires, discussions,partage d’intimité, mais interprétés comme un danger politique, un affront aux idées raciales du Reich, ou portant atteinte aux mœurs allemandes. Cette étude tente d’analyser la place que tiennent les relations humaines pendant la Seconde Guerre mondiale, d’aborder la guerre sous un angle social, intime. Les femmes allemandes travaillent et côtoient des millions d’étrangers tout au long de cette guerre[1]. Les prisonniers de guerre français, et prisonniers transformés à partir de 1943,disposent, par rapport aux prisonniers d’autres nationalités, d’une liberté de mouvement relative et grâce aux colis envoyés depuis la France, de denrées d’échanges,tels que le chocolat qui séduira ces dames. Néanmoins tout contact avec la population locale est strictement interdit, fixé par le décret relatif aux relations avec les prisonniers de guerre dès novembre 1939[2].


Hakenkreuzbanner, NS-Tageszeitung für Mannheim u. Nordbaden,  édition du 22 octobre 1942, p 295, disponible en ligne sur www.digital.blb-karlsruhe.de, consulté le 06/12/2018

 

De nombreuses femmes ont ainsi été condamnées par les tribunaux allemands laissant une masse importante de sources. L’analyse d’environ 2000 dossiers révèle que 50% des « contacts » impliquent au moins un rapport sexuel[3].Ces dossiers judiciaires permettent à la fois de donner des informations sur la justice allemande et les procédures pénales, mais aussi sur le quotidien et l’intimité entre les femmes et les prisonniers pendant la guerre grâce aux dépositions très détaillées. Ainsi on en apprend plus sur les circonstances des premières rencontres, puis sur les lieux de retrouvailles qui vont des toilettes de l’entreprise aux lits conjugaux en passant par les parcs ou forêts. Force est de constater que les femmes allemandes, au-delà d’être condamnées pour un délit, sont avant tout jugées pour leur sexualité hors-norme se soustrayant ainsi à la Volksgemeinschaft. Pourtant malgré l’interdiction et la répression ces relations ne cessent d’augmenter. Il semblerait presque que le contexte soit propice à ces rencontres. En effet, les français bénéficient d’un contrôle beaucoup moins stricts que les prisonniers d’autres nationalités, s’expliquant en partie par un contexte politique mouvant en France, mais aussi par une politique raciale au sein du Reich aux zones grises envers les Français. Néanmoins les autorités n’encouragent en aucun cas ces relations et les directives restent claires : Le prisonnier de guerre français reste l’ennemi du peuple allemand. Il est difficile de reconstruire une histoire de l’intime, des sentiments, mais ces sources sont néanmoins révélateurs de comportements : Des femmes allemandes ont ouvert leur porte à des prisonniers de guerre français en ayant conscience des risques encourus. Ces sources sont une entrée dans l’histoire massive qu’est celle de la justice sous le IIIe Reich et ouvrent des pistes de réflexion plus qu’actuelles sur le traitement des femmes par l’appareil judiciaire, sur la sexualité, la sexualité comme pouvoir, mais aussi sur la notion de consentement dans les années 1940.


[1] 7,6 millions d’étrangers sur le territoire du Reich dans Herbert Ulrich, Fremdarbeiter : Politik und Praxis des « Ausländer-einsatzes »  in der Kriegswirtschaft des Dritten Reiches, Berlin, J.HW. Dietz Nachf., 1985, p. 11.
[2] Verordnung zur Ergänzung der Strafvorschriften zum Schutz der Wehrkraft des Deutschen Volkes vom 25. November 1939 (RGBI). I, p.2319.
[3] Etude de 1785 dossiers concernant des français dont 908 dossiers impliquent au moins un rapport sexuel

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.