Retour sur le sÉminaire : L’Épuration soviÉtique, 1943-1989

À la suite du séminaire de Vanessa Voisin, Guillaume Yverneau, étudiant de Master 2 en histoire contemporaine, nous propose le compte-rendu de la manifestation.

 

La demi-journée, animée par Vanessa Voisin, chercheuse au CERCEC, Centre d’études des Mondes Russe, Caucasien & Centre-Européen, porte sur la justice d’épuration en URSS à travers la propagande cinématographique soviétique entre 1943 et 1989.
Vanessa Voisin a soutenu en 2011, sa thèse de doctorat d’histoire contemporaine : « L’épuration en URSS, l’exemple de la région de Kalinine, 1941-1953 » sous la direction de Marie-Pierre Rey. Elle est, depuis 2017, chercheuse en charge de la coordination de deux ANR. L’une porte sur le cinéma soviétique durant la guerre 1939-1949, et depuis 2017, un autre programme est en cours sur  : «   Les crimes de guerre nazis dans le prétoire, Europe centrale et orientale, 1943-1991. Entre condamnation de la violence et volonté de réconciliation nationale. »

             L’histoire des procès d’épuration en Union soviétique s’articule autour de trois grands moments historiques.
L’épuration par les Soviétiques commence dès décembre 1941, alors que l’URSS et l’Allemagne ne sont en guerre que depuis quelques mois. Mais à ce moment-là, il s’agit d’une répression secrète, inspirée du mode de répression stalinien des années 1920-1930.

            À partir de 1943, l’épuration s’adapte aux enjeux internationaux ainsi qu’à la violence des crimes commis par les nazis, inédits par leur ampleur et leur barbarie. Un nouveau type de jugement se met en place et, même s’il s’inspire de quelques traits occidentaux, il demeure largement stalinien dans ses modalités de fonctionnement. Par ailleurs, cette année-là, les rapports de force sur le théâtre des opérations s’inversent. En février, l’Armée rouge gagne la bataille de Stalingrad puis celle de  Koursk durant l’été. Staline peut se permettre désormais de mettre en lumière les exactions nazies que l’Armée découvre au fur et à mesure qu’elle libère son territoire. Ces procès de l’épuration, pour les plus importants, sont publics, filmés et destinés à être largement diffusées dans les salles de cinéma. Orchestrés par les tribunaux du NKVD et par les cours martiales mobiles qui avancent avec le front, les jugements se font de plus en plus nombreux. 
              Après la Seconde Guerre mondiale, la répression des collaborateurs et des criminels de guerre nazis continuent en Europe de l’Est, même si, à partir de 1955, l’URSS met en place une politique d’amnistie évinçant les inculpés n’ayant pas de sang sur les mains. Les accusés de « crimes de sang », en revanche, sont jugés. La notion pourrait être affiliée à celle de « crime contre l’Humanité », bien que l’incrimination créée en 1945 par le Tribunal militaire de Nuremberg, ne soit reconnue par l’URSS qu’en 1965.

            Enfin, l’année 1989 marque la fin des procès d’épuration. Un dernier procès se tient en 1988 au nord de l’Ukraine avant l’effondrement des régimes de type soviétique l’année suivante.

            La justice d’épuration en URSS fait passer devant les tribunaux des centaines de milliers de personnes. En grande majorité, il s’agit de petits collaborateurs, qui, dès que de nouveaux territoires sont libérés par les Soviétiques, sont dénoncés. Cependant, leur grand nombre fait que ceux qui doivent être jugés sont vite triés. La justice soviétique commence alors à intégrer le concept de châtiment, jusqu’alors étranger à son code pénal qui valorisait la rééducation par le travail. Sa mise en place sert à punir de manière symbolique les collaborateurs, à hauteur des crimes commis. Il s’applique particulièrement à ceux accusés de « crimes de sang » condamnés à mort par pendaison sur la place publique. Pour les autres, la sentence se traduit par l’emprisonnement et l’envoi au bagne avec des peines de 20 à 25 ans, souvent réduites à la faveur des amnisties des années 1950.

            Vanessa Voisin, montre que ces procès sont de véritables spectacles ou show trial pour reprendre l’expression anglaise née en 1922 au sujet des procès staliniens (Leipzig ?). Le terme russe renvoie plutôt à la notion de « procès-démonstration » puisqu’il s’agit bien d’appuyer une thèse. Par certains aspects, le modèle des procès des années 1930 persiste mais, en revanche, ces derniers se fondent par la réalité des crimes commis. Le plus important et le plus médiatisé à l’étranger à cette époque, est celui qui se déroule à Kharkov  en décembre 1943. Pour la première fois, des soldats allemands sont jugés en URSS publiquement. De nombreux autres seront filmés et mis en scène comme en témoignent les nombreux extraits de films montés, mais aussi de rushs retrouvés dans les archives projetés par la conférencière  (Voir ci-dessous la liste) Ainsi, le procès qui se déroule dans une petite ville du sud de l’Ukraine le 9  février 1944 montre la dimension spectaculaire de ces procès. l’important public qui s’y presse, l’intérêt qu’il manifeste et son encadrement serré par l’armée soviétique.

            À partir de 1943, des opérateurs filment chacun de ces procès, l’objectif étant alors la réalisation d’une chronique cinématographique de la « Grande Guerre patriotique ». Les cinéastes, une fois leurs prises de vue réalisées, rédigent des rapports et les envoient à Moscou. Outre les images, ce sont ces rapports qui constituent pour les historiens des sources essentielles, même si certains ont disparu ou ne correspondent pas au contenu des bobines référencées. De même, les prises de vue retirées du montage se révèlent  être des archives très intéressantes puisqu’elles illustrent des éléments que le pouvoir soviétique ne voulait pas montrer au grand public. Ces procès étaient enregistrés afin de leur donner le maximum de publicité auprès de la population locale. Car la mémoire cinématographique de ces événements le plus souvent ne voyage pas. Elle demeure dans le lieu où s’est passé le procès et est destinée à ses habitants.

             Vanessa Voisin montre en conclusion que la recherche en cours permet de dresser un tableau de l’épuration soviétique à travers les archives cinématographiques de l’ex-URSS. Le travail se fait aussi dans d’autres pays de l’Est mais les résultats ne sont pas encore publiés. Ces images interrogent sur les partis pris d’une dictature qui en juge une autre, sur la relation entre la justice d’épuration à l’est et sa médiatisation par le pouvoir stalinien, enfin sur l’usage qui en est fait par la propagande.  Quel que soit leur usage, elles demeurent une source de premier plan pour les historiens aujourd’hui.

 

Liste des documents projetés (dans l’ordre de la projection)

– « Le châtiment des traîtres à Melitopol », kinoletopis (rushes montés), RGAKFD, 1944
– «  Un procès à Panshino », kinoletopis (rushes montés), RGAKFD, 1943
– Extraits des rushes du procès de Smolensk, RGAKFD, décembre 1945 (public)
– Extrait des rushes du procès de Kharkov, RGAKFD, décembre 1943
– Extraits des rushes du procès de Smolensk, RGAKFD, janvier 1946 (exécution)
– Extrait du film «.Sudebnii  protsess v Smolenske [Un procès à Smolensk]. Janvier 1946. SCA. RGAKFD, 2 parties. Film sonore, 367 m. Réalisation : Esfir Šub. Image : Aleksandr Brantman, Arkadij Levitan.
– Extrait du film « Prigovor naroda » [Le verdict du peuple]. Janvier 1946. Studio des actualités de Leningrad. RGAKFD. Film sonore, 349 mètres. Réalisation : L. Kikaz. Image : E.  Vladimir
– film « Prigovor naroda » [Le verdict du peuple]. Juillet 1943. SCA. 2 parties. Film sonore, 366 m. Image : groupe cinématographique du front du Caucase du nord : Mark Trojanovski, Arkadij Levitan, David Šolomovič, Leonid Kotlârenko, Georgij Aslanov, Semën Stoânovskij. Réalisation : Irina Setkina.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search