4.12. Les enfants de Staline par Masha Cerovic

Nous sommes heureux d’accueil pour notre second séminaire, Masha Cerovic, maîtresse de conférences à l’EHESS à Paris.

Voici la présentation de son intervention :

La guerre germano-soviétique (1941-1945) a profondément marqué le vingtième siècle. Lieu d’un affrontement militaire sans précédent et d’un conflit entre deux des idéologies qui ont défini le siècle, elle a mobilisé non seulement des dizaines de millions de soldats, mais a entraîné dans des dynamiques de violence extrême des régions et des sociétés entières. Face à la terreur et à la violence génocidaire déployées par l’occupant nazi en Biélorussie, en Ukraine et en Russie occidentale, certains des habitants ont réagi en rejoignant les rangs de la résistance armée soviétique. L’expérience de ces partisans soviétiques éclaire, dans toute leur ambiguïté et complexité, les dynamiques de ces violences que les Allemands ont enclenchées pour en perdre le contrôle, mais aussi les réponses multiples de sociétés rurales traumatisées à l’effondrement des structures de la vie sociale sous l’occupation. Le séminaire présentera cette expérience, tout en offrant une réflexion sur les enjeux des croisements de perspectives et d’échelles que nécessite le travail avec des archives disparates, fragmentaires, des récits irréconciliables et des mémoires en guerre.

Masha Cerovic a publié sa thèse aux éditions du Seuil en 2018.

Au moins 500 000 combattants, autant de morts, civils dans leur écrasante majorité, plus de 5 000 villages biélorusses incendiés, dont plus de 600 entièrement détruits avec toute leur population : derrière ces chiffres s’esquisse la tragédie du plus puissant mouvement de résistance armée à l’occupation nazie en Europe. Ce livre rend leur voix aux partisans soviétiques, combattants aguerris menant une guerre impitoyable, qui se levèrent dans les forêts et marécages de Biélorussie, d’Ukraine et de Russie pour défendre la liberté et la patrie de Staline. Grâce à un patient croisement des sources allemandes et soviétiques, l’auteur propose une plongée au cœur de cette apocalypse européenne méconnue. Dans leurs gestes, leurs mots, dans leurs violences, leurs souffrances, mais aussi leurs rêves, leurs fêtes, les partisans prennent corps. Ainsi s’esquisse le drame de Soviétiques ordinaires pris dans l’affrontement cataclysmique de deux totalitarismes. De l’utopie violente qu’ils portaient, il ne reste aujourd’hui que des deuils inachevés, cicatrices toujours ouvertes de guerres civiles dont on ne peut parler.

Afin de préparer au mieux cet après-midi d’échanges et bien comprendre le contexte général de l’intervention de Masha Cerovic, il est souhaitable de suivre ses recommandations et lire auparavant les deux articles suivants :

  • Un article général introduisant le contexte de la guerre partisane. Il s’agit de l’article qu’elle a rédigé dans le premier volume de La Guerre-monde : “Le front germano-soviétique (1941-1945) : une apocalypse européenne”, p. 913-962. L’ouvrage est disponible et empruntable.
  • Un extrait de son livre issu de sa thèse Les enfants de Staline, publié au Seuil en 2018 que vous pouvez télécharger en cliquant sur ce lien.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.