Retour sur la journée « Jeunes Chercheur (e) s » au Mémorial de Caen

Cette année encore, tel un marronnier, la journée « Jeunes chercheurs et nouvelles recherches sur la Seconde Guerre mondiale », a trouvé sa place dans l’un des amphithéâtres du Mémorial de Caen, grâce au partenariat avec l’Université de Caen et le laboratoire HisTeMé.
Placée sous les présidences de François Rouquet, Gaël Eismann et Françoise Passera, cette journée a permis à six jeunes chercheurs, venant de différentes universités, de présenter en public leurs travaux. Olivier Jacques et Pierre-Emmanuel Dufayel, doctorants d’HisTeMé, en ont assuré l’introduction et la conclusion.

La persécution des Roms et Sinti en Alsace annexée, 1940 – 1944. Sources, acteurs et temporalités par Théophile Leroy

Doctorant de l’EHESS sous la direction de Laurent Joly, Théophile Leroy interroge la logique coercitive mise en place dès 1912 visant à surveiller les familles itinérantes, d’origine Rom ou Sinti, jusqu’à que dans les années 1930 avant de s’attacher aux pratiques allemandes, après l’annexion par le Reich de l’Alsace-Moselle. Le jeune chercheur scrute les politiques stigmatisantes déployées par l’administration nazie à l’encontre de cette population à travers l’étude des catégorisations des familles nomades sur le territoire du Gau Oberrhein, une zone géographique comprenant notamment les deux départements alsaciens, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin ainsi que le pays de Bade, promise à une germanisation forcée grâce à la NS-Zigeunerpolitik (la politique tsigane nationale socialiste). Population perçue comme asociale et criminogène par les Nazis, identifiée sous le vocable de « tsiganes », l’histoire de leurs persécutions s’appuie sur des sources multiples et diverses. Théophile Leroy travaille notamment sur la série 757D des archives départementales du Bas-Rhin dont il explore les archives de la police allemande en Alsace et plus précisément, celles de la Kriminialpolizei (Kripo) en charge de la répression des « tsiganes », à travers l’étude des bulletins périodiques internes. L’analyse de plus de 5 000 fiches d’arrestation de la Kripo (dont 1 558 femmes) pour des motifs de droit commun (vol, prostitution, etc.) mais aussi pour le seul motif d’être  zigeuner (tsigane), permet de restituer le ciblage opéré par la Kripo sur ce groupe social, répertorié par un Z rouge, à l’image de ce qui a été fait par ailleurs, au sein de Reich, à l’encontre de la zigeunerplage (la peste tsigane). De même, le fichier central des noms des archives de Bad Arolsen en Allemagne (partiellement numérisé aux Archives nationales) et l’utilisation de sources allemandes provenant des fonds microfilmés et conservés à Washington permettent de compléter et croiser les sources.
Soucieux de restituer des parcours individuels, Théophile Leroy s’attache à une histoire « d’en bas » en essayant d’identifier les traumatismes de vies persécutées : recensements, arrestations, déportations mais aussi évasions des familles promises dès l’été 1940, à l’expulsion du territoire puis à l’internement dans des camps comme ceux d’Argelès ou de Rivesaltes. D’autres subiront la déportation en Allemagne, à Dachau, après être passés par le camp de Natzweiler-Struthof.

L’internement civil et l’internement militaire. Deux logiques différentes. France, 1938-1939 par Aurélie Audeval


Aurélie Audeval a soutenu sa thèse « Les étrangères indésirables et l’administration française, 1938-1942. Socio-histoire d’une catégorisation d’État » à l’EHESS en 2016 sous la direction de Gérard Noiriel.
Dans une démarche pluridisciplinaire mêlant l’approche politique, juridique et sociologique à la discipline historique, elle cherche à définir les logiques institutionnelles de l’internement et mesurer leur évolution dans un contexte perturbé, celui du passage d’un état de paix à un état de guerre en passant par l’armistice de 1940, provoquant des bouleversements structurels d’importance.

Panneau commémoratif à la mémoire de tous les internés du camp de Gurs (Pyrénées-Atlantiques)


Confrontée à un volume important et divers de sources administratives ( règlements, circulaires, notes de service etc.), aussi bien celui des archives départementales de la zone Sud que ceux des Archives nationales, la chercheuse a orienté son travail sur la question de l’internement visant certains groupes sociaux afin de scruter les pratiques des différents régimes, celles de la IIIe République et celle l’État français.  Elle a ainsi développer le concept d’une « addition d’indésirabilité », pour expliquer le sort réservé aux différentes catégories d »indésirables ». Administrativement, la catégorisation est au cœur de la mise en œuvre de l’internement et s’introduit dans des décrets-lois, notamment ceux du 2 mai 1938 et du 12 novembre 1938 contre les étrangers illégaux. Ainsi de mai 1939 à août 1939, le ministère de l’Intérieur et les préfectures figurent parmi les acteurs essentiels et prônent le plus souvent possible l’expulsion même si, faute de pouvoir arriver à leurs fins, les réfugiés espagnols de la « Retirada », en 1936, ont été mis dans des camps. Après la déclaration de guerre, les autorités militaires prennent le relais pour interner des Allemands comme Jean-Claude Farcy dans son étude sur les camps d’internement français pendant la Première Guerre mondiale l’avait montré. Sous Vichy, le gouvernement entame un changement de tutelle administrative. Elle transfère du ministère de l’Intérieur au Commissariat aux questions juives, l’application de la législation antisémite et regroupe « les indésirables » présents sur le territoire dans des camps fermés, tel celui du camp des Milles dans les Bouches-du-Rhône. Aurélie Audeval rappelle alors le concept qu’elle a développé, celui de « l’addition d’indésirabilité » qui désormais, s’applique à de nombreuses autres catégories : persécutés, résistants etc. Elle appuie ses travaux sur ceux de Robert Paxton et de Mickael Meyer, qui avaient montré comment la politique du gouvernement de Vichy s’est engagée dès 1940, pour se débarrasser des indésirables, et ceux de Hans Mommsen sur la radicalisation des solutions par un certain emballement administratif.

La politique d’assistance et de protection des prisonniers de guerre sous le gouvernement de Vichy : l’exemple des Maisons du prisonnier (1941-1944) par Amarillys Siassia

Amarillys Siassa entame sa seconde année de doctorat à Paris I Panthéon-Sorbonne sous la direction de Fabrice Virgili. Dès ses travaux de master, Amarillys Siassa s’est intéressée à une institution méconnue du régime de Vichy : les maisons du prisonnier.

Alors que le préfet de la Seine s’occupe dès 1940, de renseigner les familles d’environ 1 800 000 prisonniers de guerre français, le gouvernement de Vichy crée un Commissariat par la loi du 2 septembre 1941. Sous l’autorité de Maurice Pineau, ancien prisonnier rapatrié, il se charge de la création de « maison du prisonnier » réparties sur le territoire. Entité originale et atypique, sans véritable statut, destinée à accueillir de façon bienveillante, dans un esprit de camaraderie, les prisonniers et leurs familles, l’institution peine cependant à réaliser ses objectifs faute de moyens financiers. C’est pourquoi, un rapprochement s’opère avec le Secours national de sorte que la première Maison du prisonnier, structure à finalité départementale, ouvre  ses portes, Place de Clichy, le 22 janvier 1942. Six mois plus tard, une Maison en zone non-occupée, à Saint-Étienne (Loire) accueille les prisonniers en juin 1942. Au total, les 122 maisons ouvertes durant l’Occupation n’acquièrent une existence légale qu’à partir de 1943, en tant qu’établissement d’utilité publique placé sous la tutelle d’une direction générale par circulaire du 11 mai 1943.

Affiche du Secours national, 1942

Dans les faits, ces structures déploient une politique d’assistance étroitement corrélée au régime, placée sous le signe de la camaraderie, dont bénéficie les prisonniers en tant que héros de la Révolution nationale et leurs familles. Par leur action, les maisons du prisonnier vont, certes assister les prisonniers et leurs familles ,mais également chercher à contrôler les femmes de prisonniers, par des enquêtes sur la situation matrimoniale, matérielle et morale des épouses, rappelant l’idéal familial du régime soucieux de préserver l’intégrité du foyer alors que le chef de famille est absent.
Se pose la question, malgré des sources lacunaires pour y répondre, de la portée et de l’efficacité du dispositif. Au-delà des intentions ambitieuses, il semble bien que ces institutions ont connu un fonctionnement défectueux, sans réelle efficacité à en juger les lettres de prisonniers fort critiques à l’égard des établissement  et de leurs directeurs. Amarillys Siassa interroge aussi le rôle de Vichy dans la protection de certaines familles de prisonniers qualifiées « d’indésirables ». Ainsi, elle montre que les prérogatives des maisons du prisonnier s’effacent devant celle du Commissariat aux questions juives lorsque des épouses juives de prisonniers de guerre français réclament assistance. Il leur sera répondu que la question  sujet hors du champ des maisons du prisonnier ?

La captivité de guerre des officiers juifs en Allemagne (1940-1945) par  Delphine Richard


Bien qu’embrassant un sujet de thèse plus large, celui des Juifs dans l’armée française (1938-1942) à l’université de Lyon sous la direction de Laurent Douzou Dephine Richard propose ici une communication sur leur captivité en Allemagne de 1940 à 1945.
Delphine Richard souligne la situation paradoxale subie par les 13 000 juifs figurant parmi les 1,8 millions de prisonniers de guerre français en Allemagne. En effet, à travers l’évocation d’une lettre de Léon Blum à Georges Scapini en charge des prisonniers de guerre, au sujet de son fils Robert, captif,  le 19 octobre 1940, la doctorante montre que les prisonniers de guerre, quels qu’ils soient,sont protégés par la Convention de Genève qui permet ainsi, aux prisonniers juifs de rester sur le territoire du Reich sans être inquiétés.

Les soldats français en Oflags et Stalags en mars 1942, Quellien (Jean), Passera (Françoise), Leleu (Jean-Luc) ,La France pendant la Seconde Guerre mondiale, atlas historique, Paris, Fayard, 2010, p.117


            À partir d’un corpus de sources plus ou moins satisfaisantes, Delphine dresse le tableau de la captivité des officiers juifs prisonniers en Allemagne qui forme, au final, un groupe social représentatif de l’élite juive de France. Parce que certains sont connus comme artistes ou intellectuels, plus surveillés par les Allemands, ils sont nombreux à témoigner après-guerre offrant ainsi une source nouvelle en complément des archives administratives.
L’identification des officiers juifs par les historiens rencontrent les mêmes problèmes que celle menée par les Allemands en 1940… Car beaucoup ne se déclarent pas de religion juive lors du recensement administratif d’autant plus que le rabbin Simon Fuks de l’Oflag VIII H, leur conseille de se déclarer catholiques. De fait, beaucoup d’officiers ne sont pas identifiés comme juifs.
Néanmoins, statistiquement, les officiers juifs intègrent plus volontiers l’armée française que d’autres administrations, reprenant ainsi la suite des travaux de Philippe Landau. En effet, il avait montré qu’au Second Empire, faire carrière dans l’armée pour les juifs était un signe de patriotisme des familles bourgeoises qui affirmaient ainsi leur attachement à la France et à la République avant même de revendiquer leur judaïté. L’armée se révélait alors être la voie royale d’une intégration dans la société française. Bien après l’affaire Dreyfus, ce processus d’assimilation perdure encore pendant l’Entre-deux-guerres.
Pour autant, intégrés dans l’armée, la plupart des officiers peinent à faire carrière, restant cantonnés au grade d’officier subalterne, illustrant ainsi une tradition antisémite bien ancrée de l’armée française sous la IIIe République, à l’exemple du sous-lieutenant Elie de Rothschild ou encore le capitaine Robert Blum.

Détenus comme tous les officiers dans des Frontstalags provisoires, à proximité des champs de bataille,  ils sont transférés dans une quinzaine d’Oflags sur le territoire du Reich,  Dans un premier temps, ils se répartissent dans différents camps, de façon aléatoire, sans logique. Au sein du camp, les Allemands préconisent leur isolement des autres officiers, visant ainsi à les stigmatiser. Si certains, tels Robert Brasillac, se vanteront d’avoir mené des actions antisémites au sein de l’oflag, à l’inverse, de nombreuses manifestations de solidarité prennent corps  dans les camps, à l’image de celle d’Oreste Rosenfeld, identifié à tort comme juif, mais décidant de rester dans le baraquement des juifs par solidarité.

           Dès septembre 1941, bien que Georges Scapini, en charge du service diplomatique des prisonniers de guerre en Allemagne, n’y soit pas favorable, le ministre Ribbentrop réclame le regroupement des juifs. Ils procèdent au transfert des officiers dans les Oflags les plus durs, comme Robert Blum qui  est ainsi transféré à Colditz, d’autres rejoignent l’Oflag XC de Lübeck.
À la différence des autres captifs, la libération ne se révèle pas pour ces hommes un moment d’espérance. En effet, le retour en France occupée se traduit par le début de la persécution du gouvernement de Vichy et de l’Occupant. Ainsi, Georges Ascoli est déporté une fois revenu en France. Et en 1945, beaucoup ne retrouvent pas leur famille perdue dans les limbes des camps d’extermination. Sur place, dans les camps, il semble que l’information sur l’extermination des Juifs a pu circuler en raison des multiples mouvements de prisonniers d’un camp à l’autre. Robert Kristof détenu à l’Oflag XVII A, rapporte à son retour, en 1945, en avoir eu connaissance.

Après la guerre, la discrimination  perdure… Ainsi que le rapporte les membres de l’association des enfants de Lübeck. En effet, ils témoignent des difficultés rencontrées pour intégrer les associations des anciens officiers prisonniers de guerre, en raison de l’antisémitisme vécu en captivité.

Une histoire du quotidien : les relations interdites entre les prisonniers de guerre français et les femmes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945) par Gwendoline Cicottini


Dans le cadre d’une tutelle franco-allemande d’Isabelle Renaudet de l’université d’Aix-Marseille et de Johannes Grossmann de l’université de Tubingen, Gwendoline Cicottini entame sa troisième année de recherche de doctorat. Ses travaux s’appuient sur un corpus d’environ 2 000 dossiers de justice ouverts pour relations interdites sur le territoire du Reich, essentiellement pour des raisons raciales , entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français  (verbotener umgang mit kriegsgefangenen). Le territoire d’investigation porte sur trois régions, Berlin, Brandebourg-Saxe et le Bade Wurtemberg.

Grâce à l’exploitation de ces procédures pénales, Gwendoline Cicottini aborde la justice sous le IIIe Reich. L’étude permet également d’envisager le quotidien et l’intimité de ces couples mixtes, femmes allemandes et prisonniers français et de comprendre comment les contacts se nouent, les circonstances de la rencontre, les lieux de retrouvailles, etc, sachant sur 1 785 dossiers concernant des Français, 908 impliquent au moins un rapport sexuel, soit un dossier sur deux. Plus largement, l’étude propose une réflexion sur la façon dont l’appareil judiciaire nazie appréhende la sexualité féminine alors que les pratiques s’opposent fortement non seulement à la morale de la communauté populaire allemande (Volksgemeinschaft) mais aussi à la politique raciale du Reich Malgré l’interdiction faite aux femmes de fréquenter les étrangers présents sur le territoire, le phénomène prend de l’ampleur tant les conditions sont réunies pour que les rencontres aient lieu. De fait, les prisonniers français bénéficient d’une plus grande liberté que ceux d’autres nationalités aussi les rencontres s’avèrent possibles dans des lieux divers, le lieu de travail ou chez l’habitant. Toutefois, les Français sont perçus comme une nation à part, en devenir, susceptible de s’intégrer à la nouvelle Europe issue de la Collaboration.

L’approche individuelle à travers les dossiers de justice permet de reconstituer au plus près des parcours de vie, de l’arrestation jusqu’au procès des couples. Outre l’intérêt que revêt cette recherche sur la justice allemande, le sujet permet une approche genrée en interrogeant le traitement des femmes par l’appareil judiciaire, la sexualité comme expression du pouvoir, mais aussi sur  la notion de consentement dans les années quarante.

Les Juifs de Paris et la commémoration de la Shoah, 1944-1967 par Simon Pérégo

La journée se termine par la communication de Simon Pérégo portant sur la mémoire de la guerre et notamment celle de la Shoah. Simon Pérégo a soutenue sa thèse en 2016 sous la direction de Claire Andrieu  » Pleurons-les, bénissons leurs noms ». Les commémorations de la Shoah et de la Seconde Guerre mondiale dans le monde juif parisien entre 1944 et 1967 : rituels, mémoires et identité ». Elle devrait paraître prochainement sous une forme remaniée.

Commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv » en 1957. (Mémorial de la Shoah)

Sa recherche a consisté en l’étude des nombreux rassemblements organisés à Paris, par les groupements juifs parisiens, depuis la Libération jusqu’à la Guerre des six jours, pour commémorer la Shoah et la participation des Juifs à la défense et à la Libération de la France pendant la Seconde guerre mondiale.

En explorant un large éventail de sources documentaires, archives d’organisations et de personnalités juives, archives publiques, sources imprimées et audiovisuelles, Simon Pérégo traite un sujet qui se place à un double croisement, celui de l’histoire culturelle et de l’histoire sociale, mais aussi celui de l’histoire politique et de l’histoire religieuse. L’auteur aborde ainsi l’histoire de Juifs dans la France de l’après 1945 et des premières expressions du souvenir de la Shoah dans la communauté.

Dans ses travaux, Simon Pérégo opère une réévaluation historiographique de deux thèses qui ont longtemps fait consensus. Ainsi, alors que le renouveau de la communauté juive était jusqu’alors daté de la migration issue de la décolonisation, des sources diverses, don certaines en Yiddish, semblent attester d’un grand dynamisme dès l’après-guerre, dans une communauté juive de Paris recomposée d’individus d’origines variées, notamment venant des pays de l’Est. Tous ces groupes se sont rapidement investis dans diverses manifestations destinées à commémorer la Shoah. Le chercheur évoque ainsi les travaux de Francois Azouvi qui, reprenant les travaux d’Annette Wieviorka et Henry Rousso,  revisite la question du silence des juifs qui aurait prévalu au sortir de la guerre. Alors que Philippe Ariès développe l’idée d’une individualisation de la mort au XXIe siècle, ici, au contraire, selon Simon Pérégo, le rapport à la mort se concrétise par la matérialisation d’un pont entre le groupe et les individus,  rappelant la spécificité du génocide contre les juifs. La commémoration permet enfin de transmettre le deuil à la nouvelle génération.

La commémoration est également vécue comme une ressource identitaire, si bien que le choix des lieux, des moments, des personnalités, des discours prend toute son importance, par rapport à la religion, à la France et à l’État d’Israël dans un contexte de Guerre froide.

S’agissant de la religion, elle s’exprime avec une emprise de plus en plus limitée, au moins jusqu’à l’arrivée des juifs d’AFN, l’action des organisations laïques, sionistes, bundistes, communistes, relayant le souvenir des morts, au-delà de la religion, un peu comme une « religion civile de la Shoah » manifestant un transfert de sacralité du religieux au profane. Dans ce contexte commémoratif, l’État d’Israel se positionne comme un acteur à part entière, en lien avec le Mémorial de Yad Vashem.
C’est donc autour de ces morts, que le monde juif d’après-guerre reconstruit sa vitalité, autour de la mémoire, François Rouquet ne manquant pas de signaler que cette action mémorielle a certainement été dynamisée par le vecteur cinématographique. Simon Pérégo confirmera cette analyse en soulignant que les cérémonies commémoratives s’achèvent alors, bien souvent, avec la projection cinématographique du  film Nuit et Brouillard  d’Alain Resnais, sélectionné au festival de Cannes en 1956.

En guise de conclusion par Pierre-Emmanuel Dufayel

Si le point commun des communications reste la Seconde Guerre mondiale, les intervenants ont montré un soucis constant de contextualiser par des bornes historiques élargies leur objet de recherche. Ainsi Théophile Leroy prend soin de comprendre la politique générale de contrôle des populations tsiganes depuis le début du XXe siècle, jusque dans l’Entre-deux-guerres avant d’évoquer leur situation à partir de 1940. De même, Aurélie Audeval interroge la politique de la IIIe République d’exclusion des « indésirables avant d’étudier celle de Vichy. C’est la preuve, s’il en était besoin, que l’Histoire ne souffre pas le cloisonnement de la périodisation et nécessite une approche sur le temps long pour mieux comprendre la déconstruction et la reconstruction des sociétés. Un questionnement se fait jour ainsi au sortir du conflit, celui de la résilience des sociétés, notamment celle de la communauté juive étudiée par Simon Pérégo. Il montre le rôle joué par les femmes et des hommes dans la construction de la paix en tant que continuité historique, au-delà de la périodisation et du cloisonnement temporel apparent.

Enfin, l’ensemble des communications révèlent trois thèmes constants qui traversent les travaux. Aussi diverses soient-elles, les recherches de Théophile Leroy, Delphine Richard, Amarillys Siassia et Gwendoline Cicottini, s’appuient sur un même souci méthodologique de proposer une histoire à hauteur de femmes et d’hommes. La mise en œuvre de corpus, de dossiers de justice, de fiches d’identification, de témoignages, de demandes d’assistance offrent ainsi la possibilité, par un dépouillement assidu, de restituer au plus près de la vérité historique, des parcours de vie. Ils apportent ainsi une dimension profondément humaine face à la rudesse de la source administrative, de ses règlements et de ses circulaires. En second lieu, la question de la catégorisation des individus est au cœur des préoccupation d’Aurélie Audeval et Théophile Leroy qui essaient de comprendre comment elle fluctue en fonction de la politique de l’État, comment elle entraîne la persécution, la ségrégation et l’internement. Enfin, l’approche genrée d’ Amarillys Siassia qui interroge la politique de Vichy quant à la nécessité de surveiller les épouses de prisonniers de guerre et celle de Gwendoline Cicottini qui perçoit dans la justice allemande l’opprobre faite aux femmes allemandes qui ont eu des relations avec des prisonniers de guerre, contribuent à enrichir par de nouvelles problématiques l’histoire trop souvent oubliée des femmes.

Jeunes chercheurs et nouvelles recherches, ce titre bicéphale est opportun tant il témoigne, depuis plusieurs années, de l’émergence d’une nouvelle génération de chercheurs qui arpente le cours de la Seconde guerre mondiale sous un jour nouveau. Il atteste, par la diversité des sources explorées et la richesse des thèmes abordés, que ces nouvelles recherches prennent le parti de plonger dans l’histoire des femmes et des hommes en contreplongée des États et de leurs administrations, depuis les individus, la diversité de leurs origines et leurs parcours singuliers. C’est en quelque sorte, une incarnation de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, construisant à partir de ces multiples portraits, une nouvelle histoire de la Seconde Guerre mondiale marquée du sceau de la micro-histoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search