Les usages politiques et sociaux des ruines de guerre entre résilience, commémoration et patrimoine

Par le chercheur coordinateur Stéphane Michonneau (IRHiS, Université de Lille)

Église Saint-Étienne-le-Vieux à Caen. Droits: (CC BY-NC-ND 2.0) , Cyradis, Caen

Le projet RUINES se propose d’analyser l’évolution des usages politiques et sociaux des ruines de guerre comme moteur et symptôme d’un régime d’historicité caractérisé par la construction d’événements guerriers en repères d’une contemporanéité essentiellement catastrophique et traumatique. L’hypothèse centrale est que la relation qu’établissent les sociétés aux vestiges de guerre dit quelque chose de leur mode de relation au passé. Partout en Europe, les ruines ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en rendent possible la formulation et en balisent les modalités d’expression. L’originalité de cette approche réside dans sa focalisation sur des cas à grande ou moyenne échelle qui permet de saisir finement l’impact des ruines sur la vie quotidienne, la multiplicité des usages, notamment politiques et les politiques de patrimonialisation mis en œuvre autour de ces objets. L’étude permettra in fine de mesurer la valeur heuristique de la notion de « paysage de guerre » avancée, entre autres, par Annette Becker. Ce projet s’inscrit donc prioritairement dans l’axe B8/5, « Cultures, création, patrimoines » au sens où il se donne pour objectif de comprendre les enjeux politiques, sociaux et culturels des ruines entendues comme objet patrimonialisables (ou pas). Le projet ressortit secondairement de l’axe B7/4, « Traitement des contenus multimédias », car il contribue à poser des jalons de réflexion épistémologique et méthodologique par la mise en valeur de certains sites de ruines de guerre à partir d’outils numériques et par l’étude de son impact sur les pratiques culturelles ou des dispositifs de la restitution de la recherche. Ainsi, le projet s’inscrit délibérément dans la perspective d’une politique de développement local et de modélisation de la politique patrimoniale (Orientation 30 du SNS).

RESILIENCE, COMMEMORATION ET PATRIMONIALISATION

Il s’agit d’appréhender les ruines de guerres du point de vue de ses usages politiques et sociaux qui déterminent des représentations et des sensibilités : d’abord, la question du vécu quotidien des ruines a donné lieu à peu de travaux. Le « vivre parmi les ruines » mérite l’attention afin d’étudier les formes de résilience des sociétés meurtries mais aussi les usages multiples dont les vestiges font l’objet : abri, réserve et revente de matériaux, promenades, etc. L’appréhension des paysages de dévastation et leurs représentations peut alors construire le conflit en traumatisme collectif. Deuxièmement, la question des usages politiques et de la reconstruction. La transformation des ruines en monuments commémoratifs, en mémoriaux, est fréquente. Les ruines sont alors le lieu d’élaboration d’un discours écrit et imagé sur la guerre de la part des survivants mais aussi des autorités. Elles sont le lieu de transmission des souvenirs d’une génération à l’autre. Bon nombre de reconstructions mettent en scène les ruines de guerre ; elles peuvent aussi les effacer, pour rétablir le fil rompu de l’histoire avec les temps antérieurs à la destruction. Enfin, la troisième question concerne la patrimonialisation des ruines, largement motivée par le développement du tourisme de guerre. Les ruines sont alors les décors privilégiés de nouvelles pratiques sociales très variées : reconstitutions historique (Living history), spectacles son et lumière, tournage de film d’époque, pèlerinages. Ces vestiges s’imposent alors comme des ressources économiques de première importance, offrant de nouvelles formes de réappropriation du passé par des générations n’ayant pas connu les guerres. Cette patrimonialisation peut donner naissance à des « paysages de guerre » de grande étendue (Oradour, plages du Débarquement). 

 Nous défendons le pari d’un temps long, du XVIe siècle à nos jours, afin de saisir les origines et les évolutions lentes des usages sociaux des ruines de guerre. En effet, la première modernité recèle les exemples remarquables de ruines de guerre conservées, églises ou temples saccagés lors des guerres de religion. Les XVIIe et les XVIIIe siècles sont riches en sièges de ville (Lille, Marseille, Strasbourg,…) et en guerres de campagne (Malplaquet) qui laissent derrière eux des ruines de guerre, comme pour les terres d’Empire pendant la guerre de trente ans. La fin du XVIIIe siècle voit l’émergence de la guerre « totale » qui engage – et expose – l’ensemble de la société, conduisant à la dilution du front de bataille dans les espaces bâtis de l’ « arrière ». Il en résulte que les vestiges de guerre sont diversement localisés selon les types de violences encourus : bombardements, massacres collectifs, scènes de bataille, etc. Sur le  plan des représentations, les ruines occupent la place centrale qu’occupait jusqu’alors la scène de bataille. La Première Guerre mondiale donne aux ruines de guerre une valeur iconique qui ne cesse de se renforcer avec la guerre d’Espagne (Guernica) et la Seconde Guerre mondiale (Oradour, Coventry, Varsovie, Berlin, etc.). Aujourd’hui, l’actualité syrienne ou libyenne nous montre combien les ruines sont devenues la métaphore même de la catastrophe guerrière. Ces bornes chronologiques n’empêcheront pas d’interroger ponctuellement des spécialistes des périodes antérieures.

L’Université de Caen, rue Saint-Sauveur, détruite en 1944. (CC BY-NC-ND 2.0)

SOURCES ET METHODES

  (466). Pour réaliser ces objectifs, il est nécessaire de définir un corpus précis sur la base de quatre cas d’étude qui serviront de laboratoire de recherche : le Nord, les Alpes, la Normandie et le Poitou-Limousin. Ce choix est motivé par des raisons historiques : le Nord fut le théâtre d’intenses combats pendant les époques moderne et contemporaine (siège de Lille en 1667, 1708 et 1792, invasion en 1815, guerre de 1870, deux guerres mondiales) qui ont laissé de très nombreuses traces encore visibles de nos jours. Dans les Alpes, le Briançonnais et le Vercors conservent de nombreuses traces des conflits de la Seconde Guerre mondiale, souvent peu connus. En Normandie, le DDay et sa cohorte de bombardements a profondément marqué le paysage côtier et urbain (Caen). En Poitou et en Limousin, le principal foyer de ruines de guerre est Oradour-sur-Glane : son originalité tient à la réputation nationale, voire internationale, tôt acquise par le village-martyr. Cependant, il n’est pas le seul (La Rochelle en 1627, la Vendée, Royan, village-martyr de Maillé). Ces quatre cas permettront de dresser une base de données exhaustive de nature bibliographique, iconographique (photographie, gravures, peintures, cartes postales, filmographie, etc.), documentaire (mémoires, correspondances, presse, documents administratifs divers) musicale et cartographique (plans de reconstruction, aménagement des mises en tourisme). Cette base inclut, dans la mesure du possible, des témoignages recueillis auprès de survivants, nombreux dans le cas d’Oradour. Le laboratoire IRHIS a développé un outil numérique similaire concernant les monuments aux morts de la guerre de 1914-1918 en France et en Belgique (cf. www.monumentsmorts.univ-lille3.fr) qui servira utilement de modèle. De même, nous nous inspirons de l’inventaire des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie est actuellement développé à Caen (http://sgm.hypotheses.org/category/memoires-s-de-la-guerre/vestiges-de-la-guerre-ennormandie). La base de données est implémentée au cours de la première phase du projet par un ingénieur informaticien développeur pour dix mois. Le comparatisme est au fondement de cette démarche : en premier lieu, entre les quatre cas locaux retenus dans un même cadre national afin d’évaluer la part du local dans les rapports sociaux aux ruines. La priorité donnée à l’ancrage territorial ressort d’une double nécessité scientifique : l’appréhension des phénomènes par le bas pour mieux comprendre l’articulation local/national ; la confrontation à d’autres exemples européens : Belgique (Ypres), Espagne (Belchite, Guernica), Allemagne (Berlin, Dresde), Pologne (Varsovie), ex-Yougoslavie (Sarajevo), Royaume-Uni (Coventry, Londres). Même si le conditionnement des contextes nationaux demeure essentiel, la recherche actuelle insiste désormais sur une internationalisation des mémoires encore peu étudiée : constituées en pièces à conviction pour instruire un procès de l’histoire fondé un « plus jamais ça ! », ces ruines participent à l’émergence d’une culture européenne de la paix, ce qui n’interdit pas d’envisager par rapport aux cas états-unien (New York), japonais (Hiroshima, Tokyo) ou syrien (Alep). Le programme PEACE, développé par le CRHQ, va dans ce sens (https://www.normandie.fr/normandie-pour-la-paix). À travers ces cas, il s’agira de dégager les contours d’une histoire transnationale des mémoires de guerre qui dessine une globalisation précoce des rapports au passé. 

ORGANISATION DU PROJET ET MIS EN ŒUVRE

Ce projet repose sur la collaboration de quatre laboratoires reconnus à la fois pour leur expertise en histoire des guerres et en histoire des mémoires et d’une institution spécialisée dans la gestion du patrimoine : l’UMR IRHIS (Lille), L’EA HISTEME (Caen), l’EA CRIHAM (Poitiers-Limoges), l’UMR LARHRA (Grenoble). Il associe en outre l’École du Louvre qui apporte son expertise sur les représentations et la conservation des ruines. Il bénéficie en outre de l’appui d’institutions directement liées à la patrimonialisation des ruines : le Centre de la Mémoire  d’Oradour sur Glane, la direction des musées du département Nord et le Mémorial de Caen  Ce projet, constitué à partir d’une série d’activités portées par la Casa de Velázquez en 2015 (https://www.casadevelazquez.org/accueil/news/paisajes-de-guerra-1) s’appuie sur un réseau international déjà actif à Madrid, Sheffield, Louvain, Leipzig, Weimar, Varsovie. Composé de vingtcinq experts de plusieurs disciplines confondues, dont plusieurs doctorants (historiens dont cinq modernistes, géographes, historiens de l’art, anthropologues, sociologues, archéologues, psychologues), RUINES met en regard une variété de terrains sous l’angle pluridisciplinaire. Ces chercheurs appartiennent à des institutions de recherche ou universitaires françaises prioritairement. La mise en œuvre de ce projet passe par la collecte de données de terrains donnant lieu à l’établissement d’inventaires systématiques et par un travail collectif qui suppose des échanges réguliers (séminaires en présence ou en visioconférences). Cette mise en œuvre bénéficiera : 1/ de la coordination scientifique de cinq chercheurs confirmés : Stéphane Michonneau, (PR, IRHIS, Univ. de Lille), Anne-Marie Granet (PR, LARHRA, Univ. de Grenoble), Jérôme Grévy, (PR, CRIHAM, Université de Poitiers) et François Rouquet (PR, HISTEME, Univ. de Caen), Claire Barbillon (PR, École du Louvre). 2) d’une organisation de la recherche organisée en trois axes (voir supra) et d’un axe réservé aux humanités numériques 3) du soutien actif de quatre laboratoires et d’une institution patrimoniale de renom 4/ De la construction d’outils collaboratifs numériques dédiés à l’élaboration d’une base de données archivistiques et bibliographiques, dont la mise en œuvre nécessitera le recrutement d’un post-doctorant à plein temps pendant 24 mois.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search