La publication des carnets d’Himmler

Uhl Matthias, Pruschwitz Thomas, Holler Martin, Leleu Jean-Luc, Pohl Dieter (éd.), Die Organisation des Terrors. Der Dienstkalender Heinrich Himmlers 1943-1945, Munich, Piper, 2020, 1152 p.

Dans la brève histoire du IIIe Reich, Himmler a joué un rôle déterminant. Chef de la SS depuis 1929, à qui il a donné une idéologie propre et une ambition élitiste, il a cumulé de nombreuses fonctions au fil des années : chef de la police allemande au sein du ministère de l’Intérieur en juin 1936, commissaire pour la consolidation de la nation allemande en octobre 1939, ministre de l’Intérieur en juin 1943, commandant de l’Armée de réserve et de l’Armement en juillet 1944. Au cours des derniers mois de la guerre, il s’est par ailleurs vu confier des commandements militaires sur les fronts de l’Ouest de l’Est. Finalement capturé par les Britanniques, il se suicide en mai 1945.
Au-delà des titres et des fonctions, Heinrich Himmler a dirigé les organisations et institutions qui ont mis en place le système de répression, de persécution et de terreur à travers l’Europe occupée. C’est donc sous son égide que cinq à six millions de juifs ont été assassinés.
Cette brève présentation révèle toute l’importance de Himmler en tant qu’exécuteur des basses œuvres de l’Allemagne nazie. Cette fonction déterminante ne saurait toutefois occulter sa place prépondérante au sein du régime. L’accélération de son parcours politique au cours des deux dernières années du conflit, avec un contrôle de toutes les forces administratives, policières et militaires au sein du Reich à l’été 1944, témoigne de son ascension au sein de l’appareil d’État national-socialiste.

Ce parcours permet de mieux comprendre l’importance des agendas de Himmler couvrant la période de vingt-sept mois allant de janvier 1943 à mars 1945.

Agenda officiel de Himmler dactylographié par son secrétariat aux fins de planification de son emploi du temps, ici à la date du 1er avril 1943.
CAMO, 500/12493/I.

Considérés comme perdus, ils ont été retrouvés dans les archives militaires de la Fédération de Russie, à Podolsk. Sous l’égide de l’Institut historique allemand de Moscou, une équipe de cinq historiens allemands et français[1] a alors transcrit et compilé ces agendas. Ceux dactylographiés conservés en Russie ont ainsi été croisés et complétés avec les agendas conservés à Berlin-Lichterfelde sur lesquels Himmler inscrivaient directement ses activités et ses conversations téléphoniques au fil de la journée. De volumineux fonds d’archives conservés en Allemagne et en Russie ont alors été dépouillés afin de pouvoir éclairer au mieux les motifs et les conséquences de chaque activité de Himmler en la replaçant dans son contexte militaire, politique ou privé.


Agenda personnel de Himmler sur lequel il annotait ses rendez-vous et ses activités. Le 1er avril 1943, il s’est ainsi levé à 9h30 (« aufgestanden »), a travaillé jusque vers 12h30 (« gearbeitet ») avant d’être soigné par le masseur Kersten en milieu de journée. Bundesarchiv, NS 19/1444, folio 87.

Notes manuscrites de Himmler sur ses échanges téléphoniques le même 1er avril 1943 (avec les horaires et les interlocuteurs dans la colonne gauche, les sujets abordés dans celle de droite). Bundesarchiv, NS 19/1440, folio 62.

À chaque fois, il s’est agi d’éclairer les notes extrêmement brèves de ces agendas pour donner aux chercheurs et au public des clés de compréhension. Il en résulte une édition critique sous la forme d’un ouvrage de 1 152 pages. Ce projet vient ainsi compléter de précédents travaux portant sur les années 1940[2] et 1941-1942[3]. Au final, cette édition constitue un outil incontournable pour les recherches sur l’Allemagne nazie dans la seconde partie de la guerre.


La synthèse commentée des mêmes documents, telle qu’elle apparaît dans l’édition critique des agendas à la date du 1er avril 1943. La mise en ordre chronologique des entrées et le déchiffrement de l’écriture de Himmler ont représenté en eux-mêmes un travail considérable. L’activité documentée à chaque date dans les archives (directive, lecture de rapport etc.) fait l’objet d’un commentaire particulier au terme de la journée. Un triple index (noms de personnes, noms de lieux et thématique) facilite la recherche.

[1] Martin Holler (Berlin), Jean-Luc Leleu (MRSH Caen), Dieter Pohl (Université de Klagenfurt), Thomas Pruschwitz (Berlin), Matthias Uhl (Institut historique allemand de Moscou).
[2] Moors Markus, Pfeiffer Moritz (éd.), Heinrich Himmlers Taschenkalender 1940. Kommentierte Edition, Paderborn, Schöningh, 2013, 510 p.
[3] Witte Peter, Wildt Michael, Voigt Martina et alii (éd.), Der Dienstkalender Heinrich Himmlers 1941/42, Hambourg, Christians Verlag, 1999, 789 p. (Hamburger Beiträge zur Sozial- und Zeitgeschichte Quellen ; 3).

Voir aussi les articles dans la presse :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.