Le groupe Morpain : approche sociologique d’une proto-résistance en Normandie

L’histoire de la Résistance en Seine-Maritime (à l’époque Seine-Inférieure) demeure peu étudiée malgré quelques travaux tel celui, précurseur, de Catherine Blanquet1 ou ceux plus récents de Michel Baldenweck2 et Mason Norton3 . C’est donc sans surprise que l’histoire du groupe Morpain est restée confidentielle, tout juste évoquée dans les ouvrages de Georges Godefroy4 ou d’Henri Noguères5 . Le plus souvent confondu ou associé au réseau «Heure H» créé au mois de janvier 1942 et lui-même rattaché au printemps 1943 au réseau SOE6 « Buckmaster-Hamlet/Salesman I », le groupe Morpain possède en réalité sa propre identité, bien distincte des groupes ultérieurs qu’il a pourtant contribué à fertiliser. Caractéristiques singulières, le groupement fut créé par un franc-maçon et ce, de manière  précoce, dès l’été 1940, faisant de lui l’un des tout premiers réseaux7 . S’il est difficile de reconstituer avec exactitude les circonstances de sa naissance, le croisement de différentes sources laisse à penser que Gérard Morpain (Jean Morpain à l’état civil), professeur d’histoire au lycée François 1er du Havre, songe à s’opposer à l’occupant dès le milieu du mois de juin, soit quelques jours après l’entrée des Allemands dans la ville, le 13 juin 1940. Au cours de l’été, il se rapproche ou est approché par d’autres patriotes (dont un de ses élèves8 ). Cet embryon de la résistance prend une forme plus organisée à partir du mois de septembre 1940 et place à sa tête de manière « officielle » Gérard Morpain qui devient alors le responsable du groupement. En janvier 1941, le groupe Morpain est « reconnu » par Londres grâce à la convention Lahire9 et devient alors un réseau de la France libre. Géographiquement, le réseau étend son action sur un périmètre de 30 km autour du Havre (même si son action reste principalement concentrée sur la ville). Constitué d’une vingtaine de sous-groupes et de 90 membres10 , le réseau concentre son action essentiellement sur le renseignement11 , la récupération et la cache d’armes12 et l’aide aux aviateurs alliés13 . Suite à une dénonciation, le réseau est démantelé à partir du mois de juin 194114 . Comme souvent, les rescapés du coup de filet mettront plusieurs mois pour se faire oublier et se réorganiser.

Méthodologiquement, toutes les informations recueillies sur le groupe Morpain ont enrichi une base de données composée de plusieurs champs de recherches comme l’état civil, le parcours de résistance, l’arrestation et le jugement ou encore le devenir des membres. Ces données permettent de reconstituer l’itinéraire des résistants et nous amènent à nous interroger sur la sociologie du groupement. Qu’indiquent-elles sur son identité et ses fondements ? Quelles affinités professionnelles, sociales ou idéologiques sont sollicitées pour structurer ce réseau clandestin ? La sociologie du groupe Morpain est-elle représentative de la sociologie des résistants au niveau national, départemental ou au sein des réseaux ? Pour répondre à ces interrogations, nous nous sommes donc appuyés sur les dossiers15 statuts et d’état civil du Service historique de la Défense (SHD)16 , ceux tout aussi précieux du Bureau Résistance17 , les dossiers de demande de carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR)18 ou encore les rapports préfectoraux et dossiers d’arrestation. D’autres fonds d’archives ont été consultés comme ceux des Archives municipales du Havre, des Archives de la Grande Loge de France et enfin ceux des Archives nationales britanniques de Kew19 . Avec précaution, nous nous sommes également appuyés sur des témoignages oraux ou écrits comme ceux d’anciens membres du groupement20 ou ceux des familles de résistants. Assurément, la lecture de nombreux ouvrages a permis de compléter nos recherches21 . Aussi, cette étude a pour objectif de mieux comprendre des fondements de la proto-résistance normande à travers l’exemple du groupe Morpain et l’analyse successive des attaches géographiques, des liens sociaux et données sociologiques de ce groupement.

I/ Les résistants du groupe Morpain : « des enfants du pays »

Du fait de sa situation géographique face à l’Angleterre, la Seine-Inférieure constitue rapidement un enjeu stratégique pour les belligérants. Dès la signature de l’armistice, la présence de l’occupant s’intensifie dans le département côtier en vue du projet d’invasion de la Grande-Bretagne. Ainsi, la primo-résistance22 havraise puise sa source auprès de femmes et d’hommes qui s’opposent à la puissance occupante. Refus de la défaite, esprit de désobéissance, patriotisme ou volonté farouche de « défendre sa terre » selon une tradition enracinée dans la guerre de 1870, multiples sont les raisons qui poussent certains Havrais à entrer dans la lutte clandestine. Sans surprise, 99 % des membres du groupe Morpain sont de nationalité française23 . Ce taux est représentatif des données départementales puisque Catherine Blanquet24 évoque un pourcentage similaire de 97,4 % dans son étude. Autre constat, 48 % des résistants du groupe Morpain sont nés en Seine-Inférieure soit près de la moitié du groupement. Cette baisse brutale des statistiques s’explique par la lacune des données concernant le département de naissance pour 30 % des membres. En revanche, les deux tiers (74 %) des résistants nés en Seine-Inférieure le sont dans la ville du Havre et le dernier tiers (26 %)25 dans la région du Havre ou dans les 50 km alentour .

De plus, d’après notre étude, près de la moitié (45,5 %) des membres du groupement résident dans la ville du Havre. Si nous ajoutons les habitants limitrophes26 , ce sont près des deux tiers (69 %) des membres du groupe Morpain qui habitent dans l’agglomération havraise. Les éléments exogènes sont somme toute rares puisqu’ils ne représentent qu’à peine un dixième du réseau (8,5 %)27 . En effet, avec la forte industrialisation du Havre, ceux nés dans la ville y restent et y occupent facilement un emploi ce qui explique le peu de mobilité de la population. Par ailleurs, d’un point de vue pratique, il est plus aisé pour les « locaux » d’entrer en résistance dans une ville qu’ils connaissent : les réseaux de sociabilité sont établis et les lieux coutumiers, ce qui est primordial pour les réseaux, qui plus est de renseignements comme le nôtre. Catherine Blanquet28 explique ainsi que  les habitants de Seine-Inférieure entrant dans la résistance avant 1942 le font souvent dans les grandes villes, principalement Rouen et le Havre. Occupée par l’armée allemande, cette dernière subit dès l’automne, dans le cadre de l’opération Seelöwe29 , la transformation de son port en une véritable forteresse militaire30 . La présence croissante des troupes d’occupation peut justifier la montée d’un sentiment germanophobe au sein de la population et faire basculer une partie de ses habitants dans la clandestinité comme ce fut le cas pour les membres du groupe Morpain. De surcroît, la Résistance en milieu urbain doit défendre un certain nombre de lieux stratégiques. Pour preuve, les membres du groupement ont mis en place des sous-groupes, dits “dizainiers” ou “trentainiers”, éponymes sur certains lieux de décision et sites essentiels comme l’Hôtel de Ville, le port ou encore le « cercle Franklin »31 . Plus qu’ailleurs les résistants de Seine-Inférieure ont la conviction que les informations recueillies sur ces sites tactiques serviront les Alliés et nuiront aux Allemands. De même, lors de la création des sous-groupes, le lieu de résidence a toute son importance. En effet, certains chefs de groupe, à l’instar de René Brunel32 pour le sous-groupe Montmorency et Mont-Joly, ont pour rayon d’action le quartier où il réside. Puisqu’il faut « connaître » et « se connaître » pour résister, le noyau originel est issu d’un petit périmètre autour de la ville du Havre. Dans ce contexte favorable, les réseaux de sociabilités sont alors activés.

II/ Le recrutement des membres : l’activation des réseaux de sociabilité

« C’est ce passage de l’individuel au collectif ou si l’on préfère, de l’état d’esprit singulier à l’action concertée qui seul permet de créer de toutes pièces la Résistance. C’est en faisant d’abord partager son refus qu’une communauté de réfractaires, si restreinte soit-elle, commence à prendre corps . En effet, passés la stupeur de la défaite et le temps des balbutiements, vient l’étape de l’organisation. Du mois de juin au mois d’août, les fondateurs ont réfléchi à la constitution de leur réseau en observant attentivement ceux qu’ils pensaient fiables et capables d’intégrer le groupement afin d’entrer en action dès septembre. Preuve en est, ce mois est le plus prolifique en termes d’engagements avec près d’un tiers des entrées dans le groupement (29 personnes). Comment expliquer l’enthousiasme du mois de septembre 1940 ? Les raisons sont à la fois psychologiques (durant l’été l’engagement est moindre puisque la population s’attend à une guerre rapide), fonctionnalistes (l’exode éloigne d’abord une partie des Havrais avant que la rentrée scolaire soit pour les enseignants du groupement le moyen de se rencontrer sans éveiller les soupçons), idéologiques (le patriotisme se réveille) et organisationnelles (l’été 1940 est d’abord une période de réflexion et d’observation). De quelle manière mener le combat ? Avec qui le mener ? Où peut-on recruter ? Après trois mois de réflexion et de prises de contact, les fondateurs enrôlent d’autres résistants au sein de leurs réseaux de confiance. Pour le groupe Morpain ce n’est pas moins de 57 personnes, soit près des deux tiers du groupement (63 %), qui sont recrutés grâce à différents réseaux de sociabilité.

En premier lieu, certainement le plus traditionnel et le plus sollicité, le lien familial est le réseau majoritairement utilisé par le groupe Morpain. Véritable vivier, il représente près de la moitié des recrutements connus au sein du groupement, 29 personnes sont entrées dans le groupement via un lien familial avec un autre résistant du groupe. In fine, ce sont onze familles havraises qui se sont engagées au sein du groupe Morpain. Pour six d’entre-elles, l’entrée en résistance concerne le père et le fils, pour trois autres, elle concerne le mari et la femme et enfin pour deux familles l’engagement est total puisque tout le foyer entre dans l’activité clandestine (parents, enfants et cousins33 ). Naturellement, les membres d’une famille appartiennent au même sous-groupe et le plus souvent participent à la récupération d’armes et aident les pilotes alliés à l’instar du père et du fils Simenel qui se voient confier la surveillance des combles du cercle Franklin34 ou encore Marguerite Houllemare qui, avec son époux, a procédé à la collecte d’argent et d’effets civils pour des aviateurs alliés. La famille Houllemare est représentative de l’engagement familial total. Dès l’été 1940, les Houllemare, résidant à Sainte-Adresse, intègrent le groupe Morpain via Gilbert, âgé de 20 ans, l’un des deux enfants de la famille. En septembre 1940, Gérard Morpain nomme Maurice, le père, à la tête du sous-groupe de Sainte-Adresse-Bléville. Il est secondé par Gilbert et soutenu par son épouse Marguerite pour, entre autres,  récupérer un poste émetteur britannique, établir de plans pour Londres, récupérer des armes et munitions et participer à l’évasion de quatre soldats alliés35 . S’il n’est pas rare que l’engagement des parents suscite celui des enfants, une des spécificités du groupement est que les fils entrainent les pères dans la Résistance.

En effet, plusieurs jeunes membres du groupement, élèves ou non de Gérard Morpain, ont très tôt fait le choix de s’engager auprès du professeur, invitant avec eux de façon plus ou moins spontanée leur père dans cette aventure périlleuse comme en témoigne la déclaration de Maurice Houllemare36  : « Au mois d’août 1940, mon fils Gilbert me fit part d’être en contact avec des jeunes gens pour faire résistance aux boches. Ces jeunes gens se réunissaient rue Cassard au Havre dans les locaux des « Amis du Ping-Pong ». Je résolus de me mettre en rapport avec eux […] ».

Il ne faut pas, non plus, sous-estimer l’implication des épouses et mères de famille dont le rôle est essentiel dans le groupement comme le prouvent les deux agents de liaison Léocanie Bazille et Madeleine Hamon. Les époux Bazille tiennent un café au port du Havre. Ils entrent dans le réseau au mois de septembre 1940 et René37 , le mari, prend la tête du sous-groupe Saint-François. Léocanie est en charge du renseignement et s’occupe de la cache d’armes et d’explosifs. Elle aide également le réseau lors de l’évasion des quatre soldats britanniques. Arrêtée peu après son époux dans le cadre du démantèlement du groupement, elle est emprisonnée au Havre puis à la Santé où faute de preuve, elle est remise en liberté surveillée et continue la résistance jusqu’à la Libération. Madeleine Hamon a, quant à elle, le très utile métier d’employée de mairie au Havre. Elle rejoint au mois de janvier 1941 le sous-groupe Hôtel de Ville dirigé par son époux où elle participe aux diverses actions clandestines. Elle n’est pas arrêtée lors du démantèlement du réseau en 194138 et poursuit son activité résistante jusqu’à la Libération. Malgré les risques encourus pour tout le foyer, la sphère familiale reste donc durant cette période de troubles et d’incertitude un pilier rassurant et fiable pour les membres du groupement.

Le réseau professionnel est lui aussi mis à contribution. Nous pouvons y voir le moyen de recruter des agents compétents et de confiance à des fonctions stratégiques. Près de la moitié du groupement (36 personnes39 ) est concernée par l’entrée en résistance via un lien professionnel. Ces résistants sont répartis dans trois grands secteurs : celui de l’éducation, professeurs, élèves, étudiants (9 personnes) ; celui du port du Havre, employés du Port autonome du Havre (PAH) et de la Compagnie générale transatlantique (CGT) (13 personnes); celui du monde commerçant (14 personnes). Véritable fer de lance du groupement, le renseignement sur l’activité du port du Havre est fondamental d’autant que la concentration des troupes allemandes s’intensifie dans le cadre de la bataille de l’Atlantique40 . Aussi, nous retrouvons une partie des résistants du sous-groupe « Port » à des postes administratifs ou techniques au sein de la cité portuaire du Havre comme des ingénieurs, André Pitoots ou cuisiniers, André Papion de la CGT . Ces agents collectent des informations sur la position des défenses allemandes (relevés topographiques, positions des navires, mouvements de la marine allemande, stockage de carburant etc.), renseignements qui seront ensuite transmis toutes les semaines à Londres. Nous l’aurons compris, le réseau professionnel, en plus de servir de vivier au recrutement, offre l’avantage de communiquer et d’agir en déjouant la surveillance allemande.

Enfin, à double tranchant, le dernier réseau de sociabilité utilisé par le groupe Morpain est celui de la franc-maçonnerie. André Combes41 l’affirme : « le maçon bénéficie d’emblée d’un cercle à priori sûr mais limité d’amis ». De plus, le devoir de discrétion qu’impose l’appartenance à la maçonnerie devient un atout dans le cadre de la lutte clandestine. En revanche, l’appartenance à la franc-maçonnerie peut également devenir une menace : « la présence d’un maçon dans un réseau lui fait parfois courir un risque, s’il est signalé comme dignitaire, il est non seulement fiché42 mais peut-être l’objet d’une surveillance étroite de son voisinage par les officines de la collaboration et de la police. »43 . À la veille de la guerre, la France compte près de 50 000 francs-maçons44 et on estime que 10 à 15 % d’entre eux sont entrés en Résistance45 . Le département de la Seine-Inférieure compte près de 40046 maçons et plus d’une quarantaine au Havre47 . Avec 12 francs-maçons, le groupe Morpain représente près de 30 % des maçons havrais entrés en résistance. Si aucune loge maçonnique n’est entrée en bloc dans la Résistance, il existe des réseaux où l’influence maçonnique domine48 . Le groupe Morpain est incontestablement l’un d’eux. Mais ne nous trompons pas, si Gérard Morpain est le fondateur du groupement et que près des deux tiers49 des maçons du réseau en sont les cadres (comme René Brunel ou Henri Chandelier50 ), la plupart des membres (87 %) sont des profanes. Quantitativement, l’emprunte franc-maçonne est à relativiser bien que qualitativement, elle soit manifeste : leur place de fondateurs ou responsables l’atteste. Ainsi, le groupe Morpain est un réseau de résistance fondé en partie par des francs-maçons avec en son sein d’autres francs-maçons mais ne se réclamant pas de la maçonnerie. Les frères ont impulsé la création du réseau en facilitant à la fois l’organisation et un recrutement basé sur la confiance.

III/ Les membres du groupe Morpain : représentatifs des résistants ?

Jean Quellien51 a démontré que la représentativité sociologique des cartes CVR est fiable. Nous établirons alors une comparaison entre les données des CVR et celles du groupe Morpain. Concernant les statistiques départementales, Catherine Blanquet s’appuie sur une enquête minutieuse de 1 562 dossiers de CVR obtenus en Seine-Inférieure. Rappelons que la demande de CVR se fait dans le lieu de résidence après-guerre et non dans le lieu où se déroule l’action résistante. Ainsi, l’historienne a fait le choix d’éliminer les dossiers dont les résistants n’avaient pas eu d’activité en Seine-Inférieure52 . Elle concentre donc son enquête sur 894 résistants.

Revenons, dans un premier temps, sur la répartition par sexe au sein de la Résistance. Jean Quellien53 estime que « plusieurs aspects sociologiques du monde résistant, que l’on supputait déjà, se trouvent ici confirmés. Ainsi, la proportion des femmes s’établit à 10 %, ce qui rejoint les investigations déjà établies […] ». Au niveau départemental, les chiffres de Catherine Blanquet le confirment « les 894 cas étudiés se décomposent en 805 hommes et 89 femmes, ce qui représente 90 % de résistants et 10 % de résistantes […]»54 . Concernant le groupe Morpain, ce dernier est composé de 10 femmes et 80 hommes soit 11 % de femmes et 89 % d’hommes. Nous l’aurons compris, la répartition par sexe de notre groupement suit la tendance départementale et nationale. Si l’on part du postulat que les hommes furent majoritaires au sein de la Résistance, il n’empêche qu’après-guerre, les femmes, minorant leurs actions, furent moins nombreuses à formuler des demandes d’obtention de la carte CVR. Pourtant, d’après nos données la quasi-totalité des résistantes du groupement sont venues en aide aux quatre aviateurs britanniques (en collectant notamment des vêtements civils), deux d’entre elles, Germaine Compienne55 et Denise Docaigne56 se voyant même décerner le titre de helper57 par les autorités britanniques. Le groupement compte également trois agents de liaison féminins et deux agents de renseignement féminins en charge aussi de la cache d’armes et de munitions. Toutefois, gardons en tête que « compte tenu de la place de la femme dans la vie politique et militaire»58 des années 1940, la représentation des résistantes est somme toute honorable alors que les risques encourus sont les mêmes pour tous59 .

De plus, l’âge des résistants du réseau Morpain et leur situation familiale sont des indications sociologiques importantes. Si l’étude nationale de Jean Quellien porte l’âge moyen des résistants à 34 ans60 avec une surreprésentation pour les générations nées après 1895 et très forte pour les classes d’âge 1920-1924 menacées par le STO (25 %), l’étude départementale de Catherine Blanquet ne donne pas d’âge moyen précis. Elle explique que les résistants « ont dépassé la trentaine au moment de leur entrée dans la résistance » et ajoute que « la majorité de la population résistante est formée de personnes âgées de 30 à 50 ans »61 avant de conclure que « la résistance en Seine-Inférieure tout au moins est donc bien un phénomène touchant des gens mûrs »62 . Concernant notre groupement, la moyenne d’âge est de 35 ans63 , ce qui corrobore les estimations nationales et départementales. Plus précisément, les 15-24 ans représentent presque un quart (23,3 %) du groupement et occupent principalement les activités de renseignement et cache d’armes avec, pour quelques rares cas, une responsabilité dans un sous-groupe. Ils sont suivis de près par les 45-54 ans qui représentent également près d’un quart du groupement (21,1 %). Ils participent à tous types d’actions mais constituent une part importante des chefs de groupes. Si les données du groupe Morpain attestent du caractère juvénile d’une partie du groupement, cette jeunesse impétueuse est encadrée par une faction non négligeable d’hommes dont l’expérience permet d’organiser et de canaliser ces jeunes combattants de l’ombre. Près de la moitié des membres du réseau sont mariés ce qui s’explique par l’âge moyen des résistants du groupe, soit 44 membres du groupement (48,9 %), 15 sont célibataires (16,7 %), 29 ont un statut inconnu (32.2 %), un est divorcé et un veuf (soit 1.1 % pour chacun). Pour le département, Catherine Blanquet estime à 40,6 % la proportion de résistants(tes) mariés (ées). Le groupe Morpain est un peu au-dessus de cette moyenne départementale. Notons que les résistants mariés ont en charge tous types d’actions: renseignement, cache d’armes ou aide aux alliés (sans aucune prédominance). De même, ils occupent quasiment pour autant les fonctions de « simple » agent comme ceux de chefs de groupe. De surcroît, plus de la moitié (63,5 %) de ces résistants ont des enfants au moment de leurs activités clandestines. Ces données confirment l’idée que « l’absence d’obligations familiales, parfois invoquée pour expliquer la surreprésentation des cadets, n’a pas joué le rôle décisif qu’on lui prête parfois. Car bien des résistants, au rebours d’une idée reçue, avaient la charge d’une famille »64 .

Classe d’âge Age compris entre Nombre de personnes Pourcentage du groupement
Inconnue 26 29 %
1875-1885 55-64 ans 3 3.3 %
1886-1895 45-54 ans 19 21.1 %
1896-1905 35-44 ans 11 12.2 %
1906-1915 25-34 ans 10 11.1 %
1916-1925 15-24 ans 21 23.3 %
Total 90 100 %

Fig. 1 Tableau de la répartition par classe d’âge des membres du « groupe Morpain »

Enfin, le dernier aspect de la sociologie du groupe Morpain est la répartition par catégories socio-professionnelles dont le tableau ci-dessous met en avant la forte présence d’abord des cadres et employés, puis des ouvriers et enfin des patrons de l’industrie et du commerce. Comme l’explique François Marcot « on ne s’étonnera pas de voir [des] groupes sociaux surreprésentés dans la sociologie des réseaux »65 . Véritable reflet de la situation nationale, la répartition des CSP du groupe Morpain trouve son interprétation à travers les mots de Jean Quellien66 : « Les quelques études départementales disponibles mettent en évidence de fortes distorsions entre les catégories socioprofessionnelles des résistants et les structures de la population active. Ainsi, les paysans sont fortement sous-représentés. […] En revanche, les professions libérales tout comme les cadres et employés et, dans une moindre mesure, les patrons de l’industrie et du commerce sont surreprésentés. Le phénomène est moins net pour les ouvriers dont la place dans la Résistance est assez proche de celle dans la population, y compris dans les départements fortement industrialisés […] ». Plus spécifiquement, pour la Seine-Inférieure, les CSP les plus représentées sont (par ordre décroissant) les employés, les ouvriers, les commerçants et les enseignants67  (les deux dernières étant plus présentes encore dans les réseaux, qui plus est dans ceux du renseignement). Il est vrai que les classes moyennes ont « marqué de [leur] empreinte le combat clandestin »68 et ce grâce à leur facilité rédactionnelle, leur connaissance du fonctionnement de l’administration et leur capacité à accéder, via de multiples réseaux, à certaines informations. La présence des classes supérieures est avantageuse du fait de leur aptitude à diriger un groupe (nous pensons aux enseignants du groupement). Comme nous l’avons expliqué précédemment, certaines professions (donc CSP) sont particulièrement prisées par le groupe Morpain. Les atouts de chacune sont mis en avant : les cadres et commerçants pour leur facilité de déplacement sans éveiller les soupçons et les employés du port ou de la mairie pour leur aisance à faire du renseignement.

CSP Nombre de personnes Pourcentage du groupement
Cadres et employés 31 34,5 %
Ouvriers 11 12 %
Patrons de l’industrie et du commerce 8 9 %
Armée police 3 3,5 %
Etudiants 10 11,1 %
Retraités 2 2,2 %
Sans emploi 2 2,2 %
Inconnus 23 25,5 %
Total 90 100 %

Fig. 2 Tableau de la répartition par catégorie socio-professionnelle (nomenclature de 1876 à 1982[79]) des membres du « groupe Morpain »

 

En somme, le groupe Morpain repose sur une poignée d’Havrais, « enfants du pays », qui, par tous les moyens, souhaitent manifester leur défiance envers l’ennemi et mener la lutte contre l’Occupant. Si ce groupe agit comme bien d’autres, faisant appel aux cercles familiaux (comme les épouses, parents, enfants) et professionnels (comme ici le monde de l’éducation, des métiers du port du Havre et du commerce), il se démarque par sa précocité (émergeant dès l’été 1940), sa situation stratégique en zone côtière, son impulsion maçonne (incarnée par le chef de groupe Gérard Morpain) et juvénile (le plus jeune membre ayant 15 ans). Pour autant, si le groupe Morpain est souvent présenté comme un « réseau maçon », cette étude tend à montrer que cette caractéristique est à relativiser. Forte de ses particularités, la sociologie du groupe Morpain, du fait de l’activation des réseaux de sociabilités traditionnels, de la présence majoritaire d’individus masculins et mûrs (35 ans en moyenne et chargé de famille) issus des classes moyennes voir voire supérieures (avec une forte présence des cadres et employés), reste néanmoins assez représentative de la Résistance normande et nationale des premières années d’Occupation.

Thomas Piéplu (1965-2017) Ingénieur d’étude CNRS (laboratoire CRHQ puis MRSH de l’Université de Caen) est à l’initiative des travaux de recherche menés sur le groupe Morpain/l’Heure H. Que cet article lui rende hommage.

 


[1] Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, Mémoire de Maitrise, Université de Rouen, 1979, 96 p. Catherine Blanquet, « La Résistance en Seine-Inférieure (1940-1944)»,dans: Annales de Normandie, 30e année, n°3, 1980, pp. 283-287.

[2] Michel Baldenweck, De la résistance au rétablissement de la légalité républicaine ; Histoire de la Seine-Inférieure de l’Occupation à la Libération (1943-1946), Thèse de doctorat, sous la direction d’Olivier Feiertag, Université de Rouen, 2012.

[3]Mason Norton, Resistance in Upper Normandy 1940-1944. Thèse de doctorat (en cours), sous la direction de Daniel Gordon, Edge Hill University (R-U).  

[4] Georges Godefroy, Le Havre sous l’Occupation, 1940-1944, Le Havre, Imprimerie de la Presse, 1965, 207 p.

[5] Henri Noguères, Histoire de la Résistance en France de 1940 à 1945, tome 1 : juin 1940-juin 1941, Paris, R. Laffont, 1968, 510 p.

[6]Special operations executive. Dès l’été 1940, Churchill créé un service secret afin de soutenir et d’aider sur place ceux qui souhaitent lutter contre l’Occupant. Ce service spécial fournit des moyens (armes, émetteurs radio, vêtements…) et des hommes (agents britanniques). En France, « la section F » est dirigée par le colonel Buckmaster.

[7] Les membres du groupement faisant alors partie des « 8% des résistants engagés dans la Résistance jusqu’à la fin de l’année 1941 ». Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2010, p. 170-171.

[8] Pierre Garreau (1924-2006), âgé de 16 ans, engagé dans la Défense passive, décide d’agir contre l’occupant après une rencontre avec Gérard Morpain dans le funiculaire. Chargé de la récupération d’armes et de la rédaction d’un manuel théorique d’instruction paramilitaire, il n’est pas arrêté à l’été 1941. Il poursuit la résistance au Havre au sein du réseau « Heure H » puis « Buckmaster-Hamlet/Salesman I » avant de partir faire ses études au lycée Louis Legrand en 1943. Après-guerre il mène une carrière de haut-fonctionnaire et diplomate.

[9] Nom de la convention radiophonique passée entre le réseau Morpain et la France libre au mois de janvier 1941. Le rattachement à Londres fut effectif après la confirmation sur les ondes de la BBC que « Lahire est au rendez-vous ». Dès lors, le groupe Morpain peut transmettre hebdomadairement par radio les renseignements recueillis.

[10] Il s’agit de toutes les personnes (agents réguliers ou occasionnels) recensées au cours de nos recherches et qui ont fait partie du groupe Morpain à un moment ou un autre, sur un temps plus ou moins long et dans le cadre d’une activité plus ou moins importante.

[11] Sous la menace d’un possible débarquement (opération Seelöwe), les britanniques ont un intérêt stratégique et vital à être informés rapidement et régulièrement par des réseaux de renseignements français sur les positions et activités militaires allemandes dans les ports. De même, plus tard dans le cadre de la « bataille de l’Atlantique » lorsque le littoral du Havre se couvre de blockhaus, le groupe Morpain apporte une aide précieuse dans le renseignement des positions allemandes.

[12] La récupération d’armes et de munitions s’effectue dans les anciens cantonnements des troupes britanniques : casernes Eblé et Kléber et le terrain de Bléville. Le groupe cache et surveille ces dépôts puis s’entraine au maniement des armes.

[13] Notamment le sauvetage de quatre aviateurs britanniques touchés à Pierrefiques au printemps 1941 que le groupement a d’abord fait venir au Havre afin qu’ils rejoignent l’Angleterre. C’est au cours de cette mission qu’Edmond Godefroy, futur dénonciateur du réseau, entre dans le groupement.

[14] Le verdict du procès d’une partie des membres du groupement est rendu le 14 décembre 1941 et condamne à mort quatre membres du réseau (dont Gérard Morpain), six autres sont déportés.

[15]La consultation de certains dossiers peut s’avérer bien décevante à l’instar de celui de Gérard Morpain renseigné par sa veuve peu informée voire ignorant tout des actions de son défunt mari. De même, les dossiers d’indemnisations se faisant dans le département du lieu de résidence après-guerre, nombreux sont les résistants pour lesquels, ayant perdu leur trace, nous n’avons pas retrouvé de dossier. 

[16] Conservés à Caen à la Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC) sous la cote 21P.

[17] Conservés à Vincennes sous la cote SHD GR 16 P.

[18] De l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime sous la cote 3868W.

[19] Registre des helpers WO208 5465 à 5474.

[20] Entretien oral de Christian Parleani réalisé par Jean Quellien le 3 août 1989 et témoignage de Pierre Garreau dans de Pierre Roussel (dir.), La Résistance dans notre région : projet d’action éducative, Bolbec (Seine-Maritime), Collège Roncherolles, 1991, pp. 73-91.

[21] Notamment l’ouvrage de Julien Blanc, Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l’Homme 1940-1941, Paris, Seuil, 2010, 512 p.

[22] Terme utilisé par Julien Blanc pour parler du réseau du Musée de l’homme dans son ouvrage Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l’Homme 1940-1941, op.cit. p. 225.

[23] Un seul membre, monsieur Baker (nom et date de naissance inconnus) est de nationalité américaine. Catherine Blanquet explique que parmi les 2,6 % de résistants qui étaient étrangers, il y avait un américain.

[24] Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 57.

[25] Nés à Blosseville-sur-Mer, Fécamp, Montivilliers, Mont-Saint-Aignan, Rouen, Sainte-Adresse, Saint-Martin-Aubuneaux, Saint-Valérie-en-Caux, Sanvic et Valmont.

[26] Maximum à 50 km.

[27]Soit ceux qui résident dans un périmètre moyen de 6 km autour du Havre : à Harfleur, Montivilliers, Sainte-Adresse et Sanvic (devenu un quartier du Havre en 1955).

[28]Ces membres résident en moyenne à 40 km du Havre. De plus, la ville d’habitation nous est inconnue pour 22,5% des membres du groupement.

[29]Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. pp. 53 -55.

[30] Principalement Rouen et Le Havre.

[31] Plan d’invasion de l’Angleterre par l’armée allemande.

[32] Dans ce contexte, « la Kriegsmarine amène les 5e et 6flottilles de contre-torpilleurs et un certain nombre de vedettes lance-torpilles […] Les allemands concentrent dans tous les bassins une centaine de chalands de débarquement, 25 remorqueurs, 200 petits bâtiments à moteur, 100 bateaux de pêche à voile. » dans Jean Legoy, Les Havrais et la mer : le port, les transatlantiques, les bains de mer, Rouen, éditions PTC, 2004, p. 52.

[33]Dits dizainiers ou trentainiers.

[34] Ancien lieu de réunion des syndicats havrais, les greniers de ce bâtiment servent de cache aux armes et munitions récupérées dans les anciennes casernes britanniques Kléber et Eblé situées à proximité.

[35] René Brunel (1890-1941), comptable au Port autonome du Havre, est entré dans le groupe Morpain au mois de septembre 1940, prenant la tête de plusieurs sous-groupes. Il fournit et transmet de nombreux renseignements sur les ouvrages ennemis du port du Havre et sur les mouvements des navires allemands. Il participe à la récupération d’armes et de munitions dans les trois anciennes casernes britanniques (cf. note 12) et à l’évasion des quatre aviateurs alliés (cf. note 13). Suite au démantèlement du réseau, il est arrêté et condamné à mort pour « intelligence avec l’ennemi » lors du procès du groupe Morpain le 14 décembre 1941. Il a été fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien.

[36] Julien Blanc, Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l’Homme 1940-1941, op.cit. p. 73.

[37] 29 personnes sont entrées dans le groupement via un lien familial avec un autre résistant du groupe.

[38]Nous pensons aux familles Houllemare et Crevel dont les deux chefs de familles sont cousins et également responsables de deux sous-groupes.

[39] Cf. note n°33

[40] Peu après l’aide apportée aux quatre alliés, Maurice et Gilbert sont arrêtés puis libérés. Les époux Houllemare  quittent le Havre pour Servel (Côtes-du-Nord) et Gilbert part à Rouen. Dans le cadre du démantèlement du groupement, Maurice est arrêté en juillet 1941 et  transféré à la prison du Havre puis de la Santé. Jugé en même temps que les autres membres du réseau le 14 décembre 1941 mais bénéficiant du doute, il est finalement acquitté. Rejoignant Rouen, il continue la Résistance jusqu’à la Libération. Gilbert quant à lui, réfractaire au STO, poursuit également la lutte clandestine jusqu’à la Libération.

[41] SHAT, Bureau Résistance, 16P 296711 Houllemare Maurice.

[42]René Bazille (1887-1945), arrêté le 6 juin 1941 peu avant sa femme, sera condamné à quinze ans et six mois de travaux forcés par le tribunal militaire du Grand Paris lors du procès du réseau Morpain. Déporté, il meurt le 25 ou 26 mars 1945 au camp de Gusen (Autriche).

[43] En revanche, en 1943, elle sera arrêtée (après son fils) avant d’être libérée.

[44] Nous pouvons également ajouter à ces 36 résistants entre 3 et 6 personnes employés par l’hôtel de ville du Havre.

[45] Professeurs, élèves, étudiants.

[46] Employés du Port autonome du Havre (PAH) et de la Compagnie générale transatlantique (CGT).

[47] Cf. note n°11.

[48] André Pitoors, ingénieur des travaux publics au PAH ; André Papion, cuisinier à la CGT.

[49]André Combes, La franc-maçonnerie sous l’Occupation : persécution et résistance, 1939-1945, Monaco, Paris, Éditions du Rocher, 2001, p. 171.

[50] À l’instar de Gabriel Caillet, Henri Chandelier, Joseph Chefd’hotel, André Papion, Robert Roux et Robert Salgues pour lesquels nous avons retrouvé les fiches au fichier franc-maçon du gouvernement de Vichy aux archives de la Grande Loge de France.

[51]André Combes, La franc-maçonnerie sous l’Occupation : persécution et résistance, 1939-1945, op.cit. p. 171.

[52] Dominique Rossignol, Vichy et les francs-maçons, la liquidation des sociétés secrètes, Lattès, 1981, p. 112.

[53] Emmanuel Thiébot, Les Francs-maçons, Larousse, 2009, p. 69

[54] 383 maçons exactement, dans Olivier Pringard, République et Franc-Maçonnerie au Havre 1815-1945, « Tableau des effectifs francs-maçons 1918-1940 », Luneray,  Bertout, 1994, p. 515.

[55] Entre 41 et 43, dans Olivier Pringard, République et Franc-Maçonnerie au Havre 1815-1945, « Maçonnerie et résistance au Havre 1940-1944 », op.cit. p. 497.

[56] Comme « Le coq enchainé », mouvement de résistance né en août 1941 à Lyon  ou encore la loge maçonnique  « la Bonne foi » qui entre en résistance dans les Yvelines.  

[57]8 personnes soit 66 % des maçons du groupe Morpain.

[58] Cf. note n°35.

[59]Henri Chandelier (1893-1944), quincailler à Sanvic, est entré dans le réseau en septembre 1940. Chef du groupe « Sanvic », il s’occupe de l’instruction paramilitaire (donnée dans un local de la rue Cassard au Havre), du renseignement et de la récupération d’armes dans les trois anciennes casernes britanniques. Echappant aux arrestations de l’été 1941, il devient avec Roger Mayer au mois de janvier 1942 responsable de l’« Heure H ». Arrêté en mars 1944, il est déporté le mois suivant à Auschwitz puis Buchenwald avant de décéder à Flossenburg (Allemagne).

[60]Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171. Voir aussi la contribution de Jean Quellien dans cet ouvrage.

[61]Elle précise également avoir gardé « les dossiers des résistants ayant exercé leurs actions dans la région de Lyons-la-Forêt, qui se trouve dans le département de l’Eure, à la limite de la Seine-Inférieure. ». Dans Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 16.

[62]Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171.

[63] Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p.60.

Elle affirme également qu’au dernier recensement de 1936, les hommes représentaient 47,5% de la population de Seine-Inférieure et les femmes 52,4% puis de conclure que, dans ces circonstances, les hommes sont surreprésentés dans la Résistance du département. Dans Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 60.

[64](Date de naissance inconnue). Membre du sous-groupe Sainte-Adresse/Bléville, son nom figure dans le registre des helpers (sans autre information).

[65] Denise Docaigne (née Coquin en 1922) est étudiante au Havre et fiancée à un secouriste de la Défense passive (ami de Pierre Garreau et de Pierre Morgand autres membres du réseau). Ignorant sa date d’entrée dans le sous-groupe Hôtel de Ville, nous savons néanmoins qu’elle est en charge du renseignement, de la cache d’armes et de l’aide aux aviateurs alliés. Arrêtée au mois de juin 1941 dans le cadre du démantèlement du réseau, elle est emprisonné au Havre puis à la Santé jusqu’au 9 septembre 1941 (date à laquelle elle est relaxée). De retour au Havre, elle reprend ses études et l’action résistante au sein de « l’Heure H » avant de partir en Savoie comme agent de liaison jusqu’à la Libération.

[66] « Après la guerre, près de 17 000 Français sont officiellement reconnus comme helpers [« sauveteurs »] par les autorités britanniques en reconnaissance de l’aide apportée pendant le conflit aux soldats du Commonwealth, principalement des aviateurs. » Jean Quellien, « L’aide aux soldats britanniques », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 184.

[67]Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 60.

[68]Deux femmes de notre groupement seront arrêtées dans le cadre de démantèlement du réseau au mois de juin 1941 avant d’être libérées toutes les deux au mois de septembre 1941.

[69] En 1944, Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171

[70]Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit.  p.61.

[71]Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit.  p.61

[72]Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit.  p.63

[73] En 1940, puisque le groupe Morpain n’a existé en tant que tel uniquement de l’été 1940 à l’été 1941.

[74] Olivier Wievorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Paris, Perrin, 2013, p. 428

[75]François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dans Antoine Prost, La Résistance une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 25

[76]Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171

[77] Les employés du secteur public (16,3%), les employés du secteur privé (11,5%), les ouvriers (10,8%), les commerçants (8,3%) et les membres de l’enseignement (7,2%). Dans Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 69.

[78]Olivier Wievorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, op.cit. p. 413

[79] Olivier Wievorka (dir.), La France en chiffres de 1870 à nos jours, Paris, Perrin, 2015, p. 174. Notons que le groupe Morpain ne comprend aucun agriculteur exploitant, salarié agricole, profession libérale, domestique de la personne et membre du Clergé.



Citer ce billet
Delphine Leneveu (2020, 23 juin). Le groupe Morpain : approche sociologique d’une proto-résistance en Normandie. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u534

  1. Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, Mémoire de Maitrise, Université de Rouen, 1979, 96 p. ; Catherine Blanquet, « La Résistance en Seine-Inférieure (1940-1944)»,dans: Annales de Normandie, 30e année, n°3, 1980, pp. 283-287. []
  2. Michel Baldenweck, De la résistance au rétablissement de la légalité républicaine ; Histoire de la Seine-Inférieure de l’Occupation à la Libération (1943-1946), Thèse de doctorat, sous la direction d’Olivier Feiertag, Université de Rouen, 2012. []
  3. Mason Norton, Resistance in Upper Normandy 1940-1944. Thèse de doctorat (en cours), sous la direction de Daniel Gordon, Edge Hill University (R-U) []
  4. Georges Godefroy, Le Havre sous l’Occupation, 1940-1944, Le Havre, Imprimerie de la Presse, 1965, 207 p. []
  5. Henri Noguères, Histoire de la Résistance en France de 1940 à 1945, tome 1 : juin 1940-juin 1941, Paris, R. Laffont, 1968, 510 p []
  6. Special operations executive. Dès l’été 1940, Churchill créé un service secret afin de soutenir et d’aider sur place ceux qui souhaitent lutter contre l’Occupant. Ce service spécial fournit des moyens (armes, émetteurs radio, vêtements…) et des hommes (agents britanniques). En France, « la section F » est dirigée par le colonel Buckmaster. []
  7. Les membres du groupement faisant alors partie des « 8% des résistants engagés dans la Résistance jusqu’à la fin de l’année 1941 ». Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2010, p. 170-171. []
  8. Pierre Garreau (1924-2006), âgé de 16 ans, engagé dans la Défense passive, décide d’agir contre l’occupant après une rencontre avec Gérard Morpain dans le funiculaire. Chargé de la récupération d’armes et de la rédaction d’un manuel théorique d’instruction paramilitaire, il n’est pas arrêté à l’été 1941. Il poursuit la résistance au Havre au sein du réseau « Heure H » puis « Buckmaster-Hamlet/Salesman I » avant de partir faire ses études au lycée Louis Legrand en 1943. Après-guerre il mène une carrière de haut-fonctionnaire et diplomate. []
  9. Nom de la convention radiophonique passée entre le réseau Morpain et la France libre au mois de janvier 1941. Le rattachement à Londres fut effectif après la confirmation sur les ondes de la BBC que « Lahire est au rendez-vous ». Dès lors, le groupe Morpain peut transmettre hebdomadairement par radio les renseignements recueillis. []
  10. Il s’agit de toutes les personnes (agents réguliers ou occasionnels) recensées au cours de nos recherches et qui ont fait partie du groupe Morpain à un moment ou un autre, sur un temps plus ou moins long et dans le cadre d’une activité plus ou moins importante. []
  11. Sous la menace d’un possible débarquement (opération Seelöwe), les britanniques ont un intérêt stratégique et vital à être informés rapidement et régulièrement par des réseaux de renseignements français sur les positions et activités militaires allemandes dans les ports. De même, plus tard dans le cadre de la « bataille de l’Atlantique » lorsque le littoral du Havre se couvre de blockhaus, le groupe Morpain apporte une aide précieuse dans le renseignement des positions allemandes []
  12. La récupération d’armes et de munitions s’effectue dans les anciens cantonnements des troupes britanniques : casernes Eblé et Kléber et le terrain de Bléville. Le groupe cache et surveille ces dépôts puis s’entraine au maniement des armes. []
  13. Notamment le sauvetage de quatre aviateurs britanniques touchés à Pierrefiques au printemps 1941 que le groupement a d’abord fait venir au Havre afin qu’ils rejoignent l’Angleterre. C’est au cours de cette mission qu’Edmond Godefroy, futur dénonciateur du réseau, entre dans le groupement. []
  14. Le verdict du procès d’une partie des membres du groupement est rendu le 14 décembre 1941 et condamne à mort quatre membres du réseau (dont Gérard Morpain), six autres sont déportés. []
  15. La consultation de certains dossiers peut s’avérer bien décevante à l’instar de celui de Gérard Morpain renseigné par sa veuve peu informée voire ignorant tout des actions de son défunt mari. De même, les dossiers d’indemnisations se faisant dans le département du lieu de résidence après-guerre, nombreux sont les résistants pour lesquels, ayant perdu leur trace, nous n’avons pas retrouvé de dossier.  []
  16. Conservés à Caen à la Division des archives des victimes des conflits contemporains (DAVCC) sous la cote 21P. []
  17. Conservés à Vincennes sous la cote SHD GR 16 P. []
  18. De l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime sous la cote 3868W. []
  19. Registre des helpers WO208 5465 à 5474. []
  20. Entretien oral de Christian Parleani réalisé par Jean Quellien le 3 août 1989 et témoignage de Pierre Garreau dans de Pierre Roussel (dir.), La Résistance dans notre région : projet d’action éducative, Bolbec (Seine-Maritime), Collège Roncherolles, 1991, pp. 73-91. []
  21. Notamment l’ouvrage de Julien Blanc, Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l’Homme 1940-1941, Paris, Seuil, 2010, 512 p. []
  22. Terme utilisé par Julien Blanc pour parler du réseau du Musée de l’homme dans son ouvrage Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l’Homme 1940-1941, op.cit. p. 225. []
  23. Un seul membre, monsieur Baker (nom et date de naissance inconnus) est de nationalité américaine. Catherine Blanquet explique que parmi les 2,6 % de résistants qui étaient étrangers, il y avait un américain. []
  24. Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 57. []
  25. Nés à Blosseville-sur-Mer, Fécamp, Montivilliers, Mont-Saint-Aignan, Rouen, Sainte-Adresse, Saint-Martin-Aubuneaux, Saint-Valéry-en-Caux, Sanvic et Valmont. []
  26. Soit ceux qui résident dans un périmètre moyen de 6 km autour du Havre : à Harfleur, Montivilliers, Sainte-Adresse et Sanvic (devenu un quartier du Havre en 1955). []
  27. Ces membres résident en moyenne à 40 km du Havre. De plus, la ville d’habitation nous est inconnue pour 22,5% des membres du groupement. []
  28. Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. pp. 53 -55. []
  29. Plan d’invasion de l’Angleterre par l’armée allemande []
  30.  Dans ce contexte, « la Kriegsmarine amène les 5e et 6flottilles de contre-torpilleurs et un certain nombre de vedettes lance-torpilles […] Les allemands concentrent dans tous les bassins une centaine de chalands de débarquement, 25 remorqueurs, 200 petits bâtiments à moteur, 100 bateaux de pêche à voile. » dans Jean Legoy, Les Havrais et la mer : le port, les transatlantiques, les bains de mer, Rouen, éditions PTC, 2004, p. 52. []
  31. Ancien lieu de réunion des syndicats havrais, les greniers de ce bâtiment servent de cache aux armes et munitions récupérées dans les anciennes casernes britanniques Kléber et Eblé situées à proximité. []
  32. René Brunel (1890-1941), comptable au Port autonome du Havre, est entré dans le groupe Morpain au mois de septembre 1940, prenant la tête de plusieurs sous-groupes. Il fournit et transmet de nombreux renseignements sur les ouvrages ennemis du port du Havre et sur les mouvements des navires allemands. Il participe à la récupération d’armes et de munitions dans les trois anciennes casernes britanniques (cf. note 12) et à l’évasion des quatre aviateurs alliés (cf. note 13). Suite au démantèlement du réseau, il est arrêté et condamné à mort pour « intelligence avec l’ennemi » lors du procès du groupe Morpain le 14 décembre 1941. Il a été fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien. []
  33. Nous pensons aux familles Houllemare et Crevel dont les deux chefs de familles sont cousins et également responsables de deux sous-groupes. []
  34. Cf. note n°33 []
  35. Peu après l’aide apportée aux quatre alliés, Maurice et Gilbert sont arrêtés puis libérés. Les époux Houllemare  quittent le Havre pour Servel (Côtes-du-Nord) et Gilbert part à Rouen. Dans le cadre du démantèlement du groupement, Maurice est arrêté en juillet 1941 et  transféré à la prison du Havre puis de la Santé. Jugé en même temps que les autres membres du réseau le 14 décembre 1941 mais bénéficiant du doute, il est finalement acquitté. Rejoignant Rouen, il continue la Résistance jusqu’à la Libération. Gilbert quant à lui, réfractaire au STO, poursuit également la lutte clandestine jusqu’à la Libération. []
  36. SHAT, Bureau Résistance, 16P 296711 Houllemare Maurice []
  37. René Bazille (1887-1945), arrêté le 6 juin 1941 peu avant sa femme, sera condamné à quinze ans et six mois de travaux forcés par le tribunal militaire du Grand Paris lors du procès du réseau Morpain. Déporté, il meurt le 25 ou 26 mars 1945 au camp de Gusen (Autriche). []
  38. En revanche, en 1943, elle sera arrêtée (après son fils) avant d’être libérée. []
  39. Nous pouvons également ajouter à ces 36 résistants entre 3 et 6 personnes employés par l’hôtel de ville du Havre. []
  40. Cf. note n°11. []
  41. André Combes, La franc-maçonnerie sous l’Occupation : persécution et résistance, 1939-1945, op.cit. p. 171. []
  42. À l’instar de Gabriel Caillet, Henri Chandelier, Joseph Chefd’hotel, André Papion, Robert Roux et Robert Salgues pour lesquels nous avons retrouvé les fiches au fichier franc-maçon du gouvernement de Vichy aux archives de la Grande Loge de France. []
  43. André Combes, La franc-maçonnerie sous l’Occupation : persécution et résistance, 1939-1945, op.cit. p. 171. []
  44. Dominique Rossignol, Vichy et les francs-maçons, la liquidation des sociétés secrètes, Lattès, 1981, p. 112. []
  45. Emmanuel Thiébot, Les Francs-maçons, Larousse, 2009, p. 69 []
  46. 383 maçons exactement, dans Olivier Pringard, République et Franc-Maçonnerie au Havre 1815-1945, « Tableau des effectifs francs-maçons 1918-1940 », Luneray,  Bertout, 1994, p. 515. []
  47. Entre 41 et 43, dans Olivier Pringard, République et Franc-Maçonnerie au Havre 1815-1945, « Maçonnerie et résistance au Havre 1940-1944 », op.cit. p. 497. []
  48. Comme « Le coq enchainé », mouvement de résistance né en août 1941 à Lyon  ou encore la loge maçonnique  « la Bonne foi » qui entre en résistance dans les Yvelines []
  49. Huit personnes soit 66 % des maçons du groupe Morpain. []
  50. Henri Chandelier (1893-1944), quincailler à Sanvic, est entré dans le réseau en septembre 1940. Chef du groupe « Sanvic », il s’occupe de l’instruction paramilitaire (donnée dans un local de la rue Cassard au Havre), du renseignement et de la récupération d’armes dans les trois anciennes casernes britanniques. Échappant aux arrestations de l’été 1941, il devient avec Roger Mayer au mois de janvier 1942 responsable de l’« Heure H ». Arrêté en mars 1944, il est déporté le mois suivant à Auschwitz puis Buchenwald avant de décéder à Flossenburg (Allemagne). []
  51. Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171. Voir aussi la contribution de Jean Quellien dans cet ouvrage []
  52. Elle précise également avoir gardé « les dossiers des résistants ayant exercé leurs actions dans la région de Lyons-la-Forêt, qui se trouve dans le département de l’Eure, à la limite de la Seine-Inférieure. ». Dans Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 16. []
  53. Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171. []
  54. Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p.60. Elle affirme également qu’au dernier recensement de 1936, les hommes représentaient 47,5% de la population de Seine-Inférieure et les femmes 52,4% puis de conclure que, dans ces circonstances, les hommes sont surreprésentés dans la Résistance du département. []
  55. (Date de naissance inconnue). Membre du sous-groupe Sainte-Adresse/Bléville, son nom figure dans le registre des helpers (sans autre information). []
  56. Denise Docaigne (née Coquin en 1922) est étudiante au Havre et fiancée à un secouriste de la Défense passive (ami de Pierre Garreau et de Pierre Morgand autres membres du réseau). Ignorant sa date d’entrée dans le sous-groupe Hôtel de Ville, nous savons néanmoins qu’elle est en charge du renseignement, de la cache d’armes et de l’aide aux aviateurs alliés. Arrêtée au mois de juin 1941 dans le cadre du démantèlement du réseau, elle est emprisonné au Havre puis à la Santé jusqu’au 9 septembre 1941 (date à laquelle elle est relaxée). De retour au Havre, elle reprend ses études et l’action résistante au sein de « l’Heure H » avant de partir en Savoie comme agent de liaison jusqu’à la Libération. []
  57. « Après la guerre, près de 17 000 Français sont officiellement reconnus comme helpers [« sauveteurs »] par les autorités britanniques en reconnaissance de l’aide apportée pendant le conflit aux soldats du Commonwealth, principalement des aviateurs. » Jean Quellien, « L’aide aux soldats britanniques », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 184. []
  58. Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 60. []
  59. Deux femmes de notre groupement seront arrêtées dans le cadre de démantèlement du réseau au mois de juin 1941 avant d’être libérées toutes les deux au mois de septembre 1941. []
  60. En 1944. Dans Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171. []
  61. Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit.  p.61. []
  62. Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit.  p.63. []
  63. En 1940, puisque le groupe Morpain n’a existé en tant que tel uniquement de l’été 1940 à l’été 1941. []
  64. Olivier Wievorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, Paris, Perrin, 2013, p. 428 []
  65. François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dans Antoine Prost, La Résistance une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 25 []
  66. Jean Quellien, « Les Résistants », dans Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien, Michel Daeffler (dir.), Atlas historique de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, op.cit. p. 170-171 []
  67. Les employés du secteur public (16,3%), les employés du secteur privé (11,5%), les ouvriers (10,8%), les commerçants (8,3%) et les membres de l’enseignement (7,2%). Dans Catherine Blanquet, La résistance en Seine-Inférieure (1940-1944) : Essai d’étude sociologique, op.cit. p. 69. []
  68. Olivier Wievorka, Histoire de la Résistance : 1940-1945, op.cit. p. 413 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search