Tommies et Normands, une étude des relations entre civils calvadosiens et militaires britanniques à travers le prisme des Claims and Hirings, juin 1944 – fin 1945

« La manière dont les devoirs des Hirings sont accomplis peut avoir une influence considérable sur le maintien de relations harmonieuses avec la population civile. De telles relations sont un net atout militaire facilitant les opérations et réduisant la demande de personnel pour le maintien de l’ordre ». Tels sont les propos tenus par le manuel d’instruction à destination des officiers du Hiring Directorate d’avril 1944. L’harmonie des relations entre civils calvadosiens et militaires britanniques est un enjeu majeur pour le haut commandement militaire allié dans le cadre de la Bataille de Normandie. Afin de s’en assurer le 21e groupe d’armées (21 Army Group), le commandement militaire terrestre britannique engagé dans l’invasion du nord-ouest de l’Europe, doit employer plusieurs organismes couvrant un large panel d’actions auprès des civils. Il s’agit pour les Britanniques de veiller à ce que le comportement de ses soldats, de ses armées, n’interfère pas avec les bonnes relations souhaitées par les autorités civiles et militaires. La question de l’image renvoyée par l’armée britannique, libératrice, auprès des populations civiles est cruciale pour le haut commandement qui souhaite éviter qu’une comparaison (négative) soit établie avec l’armée allemande.

Premières rencontres d’un civil avec les troupes britanniques,
le 6 juin 1944, vers La Brèche d’Hermanville. B5028 © IWM.

Parmi les différents services employés par les Britanniques, un doit attirer tout particulièrement notre attention : les Claims and Hirings. Ce sont les services des réclamations et des réquisitions (ou locations) de l’armée britannique. Déployés peu de temps après le Débarquement dans le Calvados, ses officiers doivent agir de concert avec d’autres services tels que les Affaires civiles (Civil Affairs) afin d’encadrer et améliorer autant que possible la coopération civilo-militaire et contribuer à la diffusion d’une image positive de l’armée britannique en campagne. Il s’agit de s’interroger sur la manière dont, à travers le prisme des Hiring and Claims, la qualité des relations entre militaires britanniques et Calvadosiens est entretenue, encadrée, surveillée, du débarquement à la fin de novembre 1945, au moment où le dernier bureau des Claims and Hirings ferme ses portes dans le Calvados. Dans l’historiographie de la bataille de Normandie (française comme anglo-saxonne), l’étude des relations entre civils et britanniques est le parent pauvre. Le rôle des Claims and Hirings a souvent été occulté au détriment d’études (là aussi peu nombreuses) sur les Affaires civiles britanniques en Normandie.
Les Claims and Hirings réunissent les officiers de la Claims Commission et de l’Hiring Directorate. La première, créée en 1940, doit s’occuper des réclamations portées par ou contre le Département de la guerre (War Department) au sujet de dommages corporels ou matériels résultant d’actions du personnel militaire ou civil dépendant du War Department.  Son rôle est également préventif puisque, conjointement avec d’autres services en liens avec les civils (tels que les Affaires civiles), elle doit veiller à ce qu’il y ait le moins de plaintes possibles en encadrant le comportement militaire. L’Hiring Directorate quant à lui s’occupe, comme son nom l’indique, des locations (et en réalité plutôt des réquisitions) effectuées par l’armée britannique sur des propriétés civiles. Dans le cadre de l’opération Overlord, ces deux services forment le Claims and Hiring Directorate qui tombe sous le commandement direct du 21 Army Group. Dépendants de son autorité, des bureaux et sous-bureaux sont créés afin de quadriller au maximum le théâtre d’opération là où leur intervention est nécessaire. À partir du 11 juin 1944, les officiers des Claims and Hirings sont de facto employés aux endroits où la concentration de troupe est la plus forte c’est-à-dire les plages et Bayeux en premier lieu.

Extrait du cahier d’écolier tenu par la sous-préfecture de Bayeux
et faisant état des plaintes reçues puis transmises aux Claims.
Cote : AD Calvados, 726W16904

À mesure que la ligne de front progresse, que le territoire est libéré, la concentration des bureaux est moins importante et leur localisation évolue. La mobilité et l’adaptabilité sont des caractéristiques clés pour les officiers de ces services. Au début du mois de septembre 1944, il ne reste plus que deux bureaux dans le Calvados, un à Caen et le second, plus important, à Bayeux. Celui-ci est le dernier à fermer ses portes dans le département, le 30 novembre 1945. En ce qui concerne l’action de ces services sur le terrain, on constate que le dialogue avec les autorités civiles est la clé de l’harmonie des relations entre militaires et civils. Bien que les officiers soient formés à leur tâche et aient des instructions précises sur son accomplissement, la réalité du terrain ne permet pas toujours (voire rarement) d’appliquer la théorie qui leur est enseignée. Cela est aussi lié à des populations civiles qui ne connaissent pas toujours l’existence des Claims and Hirings et qui transmettent alors leurs demandes auprès des Affaires civiles qui doivent faire la liaison. Une incompréhension subsiste également sur la nature réelle des plaintes possibles auprès de ce service de réclamations. Concernant les « Hirings », les besoins impérieux de la guerre rend leur sollicitation superficielle. Pressées par les combats, les unités militaires se passent souvent de leur service, au moins dans un premier temps. La théorie est in fine applicable plus facilement lorsque la ligne de front s’éloigne de la zone où les services opèrent.

Formulaire de réclamation à destination des Claims de Bayeux portant sur un accident de la circulation en juillet
1944. Cote: AD Calvados, 726W16876.

Dans l’ensemble, les civils calvadosiens ne sont pas ou peu lésés par les autorités militaires britanniques : doit-on y voir une volonté de maintien de « l’Entente cordiale » ? Pas uniquement. L’armée britannique tient fortement à son image en pays allié comme nous l’avons vu et cela transparait dans l’action des Claims and Hirings. Ce service apparaît en quelque sorte comme l’un des garant de bonnes relations entre civils et militaires au cours de la Bataille de Normandie mais également après les combats. Dans le Calvados, les Anglais restent les libérateurs, et reprocher leur forte ubiquité est difficile pour les civils. Mais elle est en certains endroits de plus en plus lourde, et une lassitude se fait sentir dès les mois de juin ou juillet 1944. Certains civils parlent même d’une « seconde occupation », moins restrictive et répressive que l’allemande, mais qui les affecte. En ce sens, le rôle des Claims and Hirings est de première importance puisqu’il faut à tout prix éviter le développement de ce sentiment qui, pour le cas britannique, semble moins prégnant que concernant son homologue américain.

Des soldats du Royal Engineers et un jeune Normand de Ver-sur-Mer, dans le secteur de Gold, le 6 juin 1944.
Cote : B5254 © IWM


Citer ce billet
Guillaume Yverneau (2020, 12 novembre). Tommies et Normands, une étude des relations entre civils calvadosiens et militaires britanniques à travers le prisme des Claims and Hirings, juin 1944 – fin 1945. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u53a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search