Des relations sexuelles avec l’ennemi : occupants et occupées dans le Calvados, 1940-1948

A l’été 1940, 130 000 soldats allemands s’installent dans le Calvados, un des départements les plus densément occupé de France. Nourris de stéréotypes sulfureux sur la femme française et armés d’un fort pouvoir d’achat, les occupants font face à une population féminine socio-économiquement fragilisée par l’occupation et par l’absence des hommes, prisonniers en Allemagne. Germe donc une logique d’offre et de demande, contraignant des femmes à rentrer en prostitution, malgré les appartenances nationales. Or, dès juillet, les autorités allemandes cherchent à contrôler les activités de leurs troupes, et plus spécifiquement à limiter leurs relations avec les civiles françaises1 par l’organisation d’un vaste système centralisé, encadré et standardisé de bordels réservés aux occupants. Cette gestion converge avec les objectifs de la Révolution nationale menée par le Régime de Vichy qui renforce sa politique réglementariste d’enfermement de la prostitution2, qui apparaît donc comme un enjeu majeur de l’occupation qui s’amorce : risque vénérien menaçant les forces combattantes pour les uns, fléau responsable de la dénatalité pour les autres. Or, les rapports des autorités officielles départementales font état d’une recrudescence exponentielle de l’activité prostitutionnelle. Alors que la prostitution fait l’objet d’une stricte prise de contrôle par les autorités allemandes, d’une radicalisation de sa politique d’enfermement par le Régime de Vichy, et d’une constante réprobation sociale, comment les pratiques prostitutionnelles avec des membres de l’armée occupante ont-elles pu constituer une stratégie de survie pour les femmes occupées ?

PV constatant des renseignements judiciaires sur les agissements de M.H., établi par la brigade de Thury-Harcourt, en date du 19 juillet 1945. AD Calvados 31W32.

Principalement recensés dans les PV d’enquêtes de police ou de gendarmerie établis pendant l’Occupation, dans les dossiers de Chambre civique établis à la Libération, ou dans l’abondante correspondance administrative entre les divers services concernés, cent six cas de prostituées du Calvados composent notre corpus. Directement accusées de prostitution, de racolage ou d’excitation de mineurs à la débauche, elles ne représentent qu’un échantillon de toutes les femmes contraintes de se prostituer pendant l’Occupation, dont beaucoup ont échappé au contrôle des autorités policières et sanitaires.

Si, pour ces femmes, les considérations économiques immédiates l’emportent sur des enjeux politiques plus profonds, la situation d’occupation politisant les corps, la prostitution devient un véritable enjeu de la collaboration à l’échelle locale. En effet, la politique réglementariste d’enfermement en maison du Régime de Vichy et des autorités allemandes se retrouvent dans l’arrêté préfectoral du 28 janvier 1941. On dénombre plus de 35 maisons de tolérance dans le département, réservées aux Français ou aux occupants, et concentrées dans les zones de forte densité allemande et donc principalement en ville (Caen, Bayeux) et sur la côte (Houlgate, Deauville). Cependant, il s’agit bien de deux régimes distincts révélateurs des rapports de force; seul l’occupant a un droit de regard et de contrôle sur le système français, quand les bordels de l’occupant relèvent uniquement d’une gestion allemande, ce qui complexifie encore davantage la lutte contre la prostitution clandestine qui s’épanouit au même moment. En effet, cette dernière est décrite dans les PV comme un phénomène de grande ampleur. Si le caractère ”scandaleux” de cette activité peut l’expliquer, les autorités préfectorales et policières font effectivement l’état d’une hausse notable de la prostitution clandestine.


Rapport mensuel du préfet du Calvados pour la période
du 1er au 31 octobre 1941, AN AJ 41 366,


Les soldats allemands, par désir d’aventure et de sexualité libérée des contraintes de leur commandement, ne se sont pas conformés aux règlements. Ainsi, une demande et une offre se déclinent sur un mode clandestin, tout en reprenant les codes du système traditionnel de l’enfermement en maison de tolérance avec gestion d’une tenancière et places de racolage. Fleurissent des établissements de passes illégaux qui, comme les maisons légales, se situent proches du client, soit majoritairement dans les zones de forte concentration de troupes.. Chef-lieu, principale ville du Calvados, Caen a en effet concentré une population soldatesque plus nombreuse qu’ailleurs dans le département. Valentin Schneider a établi qu’au 21 novembre 1940, la ville abritait environ 13 369 soldats, soit un taux d’occupation estimé a 21.8 %3

L’impact de la présence allemande se mesure à l’aune du nombre d’établissements légaux ou illégaux dans la ville : de trois établissements de passes officiels avant guerre pour 60 000 habitants, les autorités en comptent au moins quinze pendant l’Occupation.Cependant, les pratiques prostitutionnelles intègrent aussi les contraintes qu’impose la politique répressive allemande et française et sortent des hôtels ; elle devient visible. Les femmes trouvent des lieux de passe alternatifs, qui nécessitent parfois la complicité de soldats allemands : racolage aux abords des cantonnements, détournement des mesures de réquisition par des gradés …tant d’alternatives qui échappent à la surveillance des autorités, amplifient le risque vénérien, et révèlent l’étalement de ces pratiques en milieu rural : si dans les imaginaires, la prostitution est un phénomène urbain, les bouleversements de l’occupation et ses contraintes poussent les prostituées un peu plus vers les campagnes, où l’absence de structures hôtelières et l’interconnaissance inhérente à cet environnement poussent les passes à se dérouler en extérieur,le long des routes et des chemins s’éloignant des bourgs, à l’aide de moyens de fortune.

En réaction, les autorités françaises et allemandes collaborent afin de lutter contre la prostitution clandestine : surveillance et enquête mènent à des fermetures temporaires de maisons illégales, des arrestations de prostituées, soignées et enregistrées de force; s’il y a récidive et contamination, les femmes risquent une expulsion, un emprisonnement ou l’envoi en camps d’internement. Cependant, cette lutte franco-allemande contre la prostitution clandestine connaît des résultats très contrastés du fait de son organisation même. Les archives reflètent les nombreuses difficultés, incompréhensions et incohérences dans la collaboration des autorités policières et sanitaires françaises et allemandes, à l’échelle locale: méconnaissance des lois françaises, des traitements médicaux, manque de moyens humains, protection de prostituée par des soldats, collusion entre collaborateurs et tenanciers… Ainsi, les rapports du Service de contrôle sanitaire antivénérien montrent les irrégularité de cette gestion policière et sanitaire. Face à l’ampleur prise par la prostitution clandestine, qu’elles n’arrivent pas à endiguer, les autorités cherchent davantage à composer qu’à tout contrôler, comme par l’élargissement exceptionnel de la zone prostitutionnelle caennaise en 1942.

Enfin, l’étude des profils des prostituées de notre corpus permet également de mieux comprendre l’ampleur prise par la prostitution clandestine. Si celle-ci demeure un ‘’choix’’ attenant davantage à de jeunes femmes (moyenne d’âge à 26 ans), souvent célibataires, sans emploi et donc sans soutien financier pour faire face à la guerre, de nouvelles catégories de femmes, habituellement à l’abri, tombent en prostitution. Les femmes mariées, parfois avec un emploi, sont impactées par l’absence du revenu du mari prisonnier, particulièrement quand le travail féminin est découragé par la législation de Vichy. Or, ceci s’avère être un choix lourd de conséquences : les femmes accusées de prostitution sont dépeintes comme des déviantes que les témoins des PV rejettent de la communauté locale. Elles échouent à revêtir tous les attributs ‘’traditionnellement’’ féminins que le Régime de Vichy érige en nécessité pour le redressement national ; les contraintes liées à la guerre comme facteur explicatif et les répercussions intimes d’un tel choix sont niées. Au contraire, la ‘’débauche’’ sexuelle et vénale est mise en avant comme motif d’exclusion : on leur prête des mœurs jugées totalement hors-normes alimentant l’imaginaire fantasmatique associé au commerce sexuel, mais qu’il faut nuancer en tenant compte de l’évolution des pratiques amorcée dans l’Entre-deux-guerres. Le fait de se prostituer avec des Allemands ne fait que renforcer et politiser la transgression à la norme, et donc les risques de tomber en marginalité. Or, une théorie de Gary Becker4 a mis en avant le caractère utilitariste du choix de la déviance, si les avantages l’emportent sur la réprobation sociale que l’on y risque. Or ici, ce choix n’est que plus révélateur de la situation précaire des femmes qui, lorsque la question de leur rémunération est posée, n’évoque qu’une situation fragile et une vie au jour le jour. Ainsi, entre trahison patriotique et contrainte de survie, comment la prostitution avec l’ennemi a-t-elle été traduite en justice à la Libération? Si les témoins réclament des sanctions, les autorités judiciaires, conformément aux ordonnances établissant les poursuites pour crime d’indignité nationale, cherchent à juger les ‘’dérives collaboratives’’ entourant le commerce sexuel; les prostitués ne tombent pas sous le coup de l’ordonnance du 26 août 1944 pour l’activité qu’elles ont exercée avec des soldats allemands. Seule une dizaine de prostituées sont jugées dans le département, et pour des faits annexes. Cependant, les instructions restent obsédées par les sexualités féminines, si elles contextualisent le lien avec les occupants, sont aussi estimées comme étant révélatrices de la moralité des accusées, fondant leur image souvent ambiguë : tantôt collaboratrice, tantôt espionne, la double image des prostituées résulte de la proximité intime que ces femmes ont eu avec les Allemands et qui ne cesse d’alimenter les fantasmes, encore à la Libération.

  1. MEINEN Insa, Wehrmacht et prostitution sous l’Occupation (1940-1945), Paris, Payot et Rivages, 2006, 383 p. []
  2. OLIVIER Cyril, Le vice ou la vertu, Vichy et les politiques de la sexualité, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005, 311 p. []
  3. SCHNEIDER Valentin, La présence allemande en Normandie, 1940-1948, Approche croisée d’une cohabitation franco-allemande forcée, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jean QUELLIEN, Université de Caen, 2013, 3 vol., 1200 f. []
  4. BECKER Gary, “Crime and Punishment: An Economic Approach”Journal of Political Economy, vol.76, n°2, p.169-217 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search