Les mémoires du STO : mémoires partagées, mémoires empêchées

Plus de 650 000 Français furent requis entre 1942 et 1944 et pourtant la place du STO dans la mémoire collective reste cantonnée à la portion congrue. Plusieurs mémoires s’entrecroisent, se partagent et se contraignent1. Une mémoire institutionnelle, « mémoire d’en haut » construite et portée par la Fédération Nationale des Déportés du Travail (FNDT) en quête d’une identité reconnue. Mais aussi « des mémoires d’en bas » singulières, intimes et familiales marquées par un silence relatif.

 

La mémoire sociale et institutionnelle du STO 
une « mémoire d’en haut » reconstruite.

“Le DT”, journal de la FNDT, décembre 1946

La mémoire institutionnelle du STO se construit dès sa naissance autour d’un combat politique mené par la FNDT, celui pour le titre de « Déporté du Travail »((ARNAUD Patrice, Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne nazie 1942-1945, Paris, CNRS, coll. « Biblis », 2019)). Cette mémoire « officielle » est d’abord victimaire et héroïque avec la revendication de 60 000 morts dont 15 000 pendus ou décapités pour faits de Résistance puis funéraire par le culte des morts. Elle se teinte aussi d’un fort sentiment d’ostracisme au sein de la nation qui renforce la mise en exergue d’une solidarité des STO née dans l’épreuve. Cette mémoire « d’en haut » est largement relayée dans les sections départementales de la FNDT. Dès lors, un modèle commémoratif se met en place2.  Il s’achève par une cérémonie sur les tombes des STO morts outre-Rhin qui deviennent les lieux de mémoire intimistes de la Déportation du Travail et de l’entre-soi militant.

Extrait de l’article de Ouest-France, 12 mars 1960

La mémoire du STO est donc une mémoire manipulée par la FNDT seule organisation à la porter. Le discours victimaire et héroïque ne pouvait s’accorder avec d’autres réalités de la vie en Allemagne non-entendables (libertés, salaire, loisirs, …). Mémoire sélective, partielle et reconstruite source de déni et d’oubli.  Elle est aussi une « mémoire empêchée» (Paul Ricoeur)3 par l’impossible travail de deuil nécessaire à la construction d’une mémoire apaisée. En cause, l’absence d’une reconnaissance officielle par l’État de l’identité des STO au rang de victimes avant l’octroi tardif en novembre 2008 du titre de « Victime du Travail Forcé en Allemagne nazie ». Cette absence exclut le souvenir du STO des commémorations nationales qui ancrent dans la mémoire collective. Cercle vicieux, cette mise à l’écart de la politique mémorielle de la nation accroît la suspicion d’une participation « volontaire » à la collaboration de Vichy que la reconnaissance de 2008 n’a pu empêcher.

La mémoire du STO souffre aussi de n’avoir jamais pu s’ancrer dans l’espace public qui consacre le passé. En cause, l’absence d’une patrimonialisation de ses lieux du souvenir : lieux de rassemblement et de transit comme la caserne de la Pépinière à Paris ne gardent aucune trace du passage de milliers de jeunes requis pour l’Allemagne. Identité mémorielle non fixée située dans cette « zone grise de la mémoire, entre héros et victime absolue»4 (Annette Wieviorka), exclusion des commémorations officielles, silence relatif des médias et des historiens, expliquent l’absence d’une véritable « mémoire culturelle”(Assmann Jan) du STO5 » .Absence qui la condamne à l’oubli.

 

Mémoires individuelles et intimes du STO
des « mémoires d’en bas » contrariées.

De jeunes STO ornais, dans un camp de travailleurs requis. (Archives privées)

L’exploitation d’un corpus de témoignages de requis ornais recueillis en 2006 révèle que la mémoire individuelle se construit sur le même paradigme que la mémoire institutionnelle en s’en appropriant certains lieux communs : la justification du départ, la revendication des 60 000 morts sans distance critique, la légitimité du combat pour le titre…. Cette appropriation des topoï de la mémoire sociale du STO trouve son origine dans le poids de la « mémoire encadrée6» (Bories-Sawala) qui impose un témoignage standardisé et fixé fait de détails empruntés, largement relayé lors des banquets annuels et des cérémonies, et qui percole dans la construction singulière du récit. Mais si la mémoire individuelle se confond avec la mémoire sociale, elle révèle aussi d’autres aspects plus nuancés voire opposés sur l’expérience vécue en Allemagne. Une mémoire souple à géométrie variable qui justifie le bien-fondé du combat mené par la Fédération tout en nuançant son discours et en narrant d’autres éléments de la vie outre-Rhin gommés de la mémoire associative. Ces mémoires portent aussi un regard critique sur la solidarité relative entre travailleurs requis bien éloigné du mythe de « l’esprit de camp ». Elles narrent également d’autres formes d’accommodement et la place assez marginale d’une véritable Résistance en Allemagne. C’est une mémoire qui se montre parfois plus polémique et critique à l’égard de celle construite par la FNDT accusée de s’être engagée dans une lutte injustifiée et contre-productive.

Jeunes travailleurs du STO dans la baraque (1943). (Archives privées)

            La mémoire intime du STO est une mémoire contrariée et longtemps tue. Le poids de la suspicion et de la honte dans le contexte mémoriel d’après-guerre est un élément fondamental mais ce silence est aussi lié au combat mené par la Fédération. Les mémoires individuelles plus nuancées voire critiques à l’égard de la doxa mémorielle portée par la FNDT n’avaient pas leur place. Elles risquaient aussi de donner des arguments aux détracteurs de la cause défendue, la reconnaissance du titre de « Déporté du Travail », ou à une opinion publique déjà suspicieuse sur les conditions du départ en Allemagne. Il y enfin l’absence d’une demande sociale de ces récits intimes de STO perçus sans doute sans intérêt car trop ordinaires.

            Faute d’une véritable institutionnalisation de ces mémoires individuelles, elles sont condamnées à disparaître à moyen terme. La difficulté de la transmission intrafamiliale et intergénérationnelle7 de ces mémoires singulières est un des vecteurs de cet oubli.

 

Le souvenir du STO dans les familles
Silence relatif et mémoires fragmentaires.

Le souvenir du STO dans les familles est fait d’un silence relatif et de mémoires fragmentaires. Si quelques STO évoquent régulièrement dans le cercle familial leur vécu en Allemagne après leur retour, force est de constater que c’est plus généralement le silence qui domine. La honte de s’être soumis pour ces fils de combattants de la Grande Guerre est une tâche infamante. Le malaise d’être revenu dans un état physique souvent acceptable comparé aux déportés rentrés dans un état sanitaire désastreux encourage aussi au silence. Au sein même des familles, la concurrence de mémoires fait son œuvre et laisse peu de place au STO devant le résistant ou le déporté voire le réfractaire. Le rapide retour au travail après le rapatriement, la fondation d’une famille dans une société en pleine mutation et décidée à oublier invitent au silence. La réalité des relations père-enfant où la parole intime est rare n’encourage guère aux questionnements de la 2ème génération.

Pipe gravée : “STO. 1943-1945, Radebeul. Allemagne Souviens-toi”

Comment cette mémoire fragmentée surgit-elle dans l’intimité familiale ? Les enfants rencontrés découvrent le passé de STO de leurs pères de façon empirique au moment de l’adolescence et à l’arrivée à l’âge adulte. La rencontre fortuite d’un ancien compagnon de chambrée ou la résurgence de la mémoire à l’occasion d’un retour sur le lieu de la réquisition sont l’occasion d’une première découverte de ce passé. C’est souvent une mémoire blessée qui resurgit brutalement. Un jugement sévère sur les STO entendu par un fils provoque une discussion avec le père. La polémique autour du départ « volontaire » de Georges Marchais et sa médiatisation à chaque élection nationale est l’occasion de cette résurgence mémorielle. Le militantisme du père au sein de la FNDT – souvent cloisonné- suscite malgré tout la curiosité des enfants.

Lorsque le silence se brise, quelle mémoire transmet-on ? En l’absence d’une « mémoire culturelle » celle forgée par les médias ou l’école, c’est une mémoire fragmentaire que se construit à partir des traces souvent fugaces de l’expérience vécue du père. Cette « mémoire communicative » (Assmann Jan) mémoire privée et intrafamiliale, est une mémoire sociale partagée. Elle soude le groupe familial et en garantit la cohésion. La mémoire transmise et intégrée par les enfants fait donc une large place à la défense de l’honneur et de la dignité du père au mépris d’autres aspects oubliés car non transmis de façon directe. Certains fondements de la mémoire sociale et unilatérale construite par la FNDT trouvent ainsi leur place dans cette mémoire intrafamiliale véhiculée par la seconde génération : La justification du départ, la souffrance réelle subie, la légitimité de la revendication du titre. Héroïsation et martyrologie restent très présents dans le souvenir familial comme le reflètent les mots pour dire cette expérience vécue (« déporté du travail », « déporté du STO »…). Cette loyauté des enfants, pilier de la cohésion sociale au sein du cadre familial, rend impossible toute distanciation critique sur le discours et la réalité de la vie quotidienne en Allemagne. Les photos retrouvées et la correspondance font l’objet d’une relecture partiale et participent à l’œuvre de réhabilitation familiale. Il y a aussi les mémoires que l’on ne partage pas : les relations avec les femmes en Allemagne par exemple restent un tabou.

La mémoire intrafamiliale du STO se construit aussi à partir de traces souvent fugaces qui complètent une parole rare : albums photos, objets usuels fabriqués en Allemagne jalousement conservés rappellent la place de cette expérience dans l’existence. Ce sont également les traces transmises par la mémoire émotionnelle du corps, résurgences fugaces de traumatismes subis (hypervigilance, colère…). Cette mémoire est aussi une mémoire en héritages qui se dévoile après la mort du père dans des journaux intimes, des photographies et des récits rédigés dans les dernières années de l’existence. S’y expriment la volonté testimoniale de transmettre aux générations à venir une mémoire plus singulière et apaisée de leur expérience vécue : mémoire postmortem car mémoire « empêchée » de leur vivant ? L’expérience vécue par les pères est laissée en héritage car elle participe à la construction et à la transmission d’une certaine identité : le pacifisme chevillé-au-corps, l’identité européenne. Héritage non verbalisé mais compris a posteriori. Reste à explorer le large champ de l’épigénétique et de la transmission intergénérationnelle des traumatismes vécues.

Mémoires institutionnelles, intimes et familiales du STO sont des mémoires partagées mais leur porosité et leurs contradictions en font des mémoires contrariées. Elles sont également menacées faute d’une réelle institutionnalisation dans les souvenirs de la nation et d’une consécration de ce passé dans l’espace public.

Étui à cigarettes gravé “Exil, 1943-1945”, confectionné en
Allemagne dans une plaque d’aluminium

 



Citer ce billet
Sébastien Beuchet (2020, 18 novembre). Les mémoires du STO : mémoires partagées, mémoires empêchées. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u53c

  1. On peut citer l’analyse de ces témoignages par Françoise Passera dans le cadre du projet « Écrits de guerre et Occupation (EGO 1939-1945) » (université de Caen). PASSERA Françoise, « Les témoignages des travailleurs requis en Allemagne de 1944 à nos jours », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 274, no. 2, 2019, p. 96. []
  2. SCHLIPPI Arnaud, « La fédération nationale des rescapés et victimes des camps de nazis du travail forcé : histoire et combats » dans : La main d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, sous la direction de Bernard Garnier et Jean Quellien, Caen, CRHQ, 2003, p.603 à 616. []
  3. RICOEUR Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, 676 p. []
  4. WIEVIORKA Annette, « La bataille du statut » dans : La main d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, op.cit., p 624 []
  5. ASSMANN Jan, La Mémoire culturelle. Écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, Aubier, 2010, 372 p. []
  6. BORIES-SAWALA Helga, Dans la gueule du loup. Les Français requis du travail en Allemagne, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p 331. []
  7. Sur cette question, on peut citer les travaux d’Harald WELZER, MOLLER, Sabine et TSCHUGGNALL Karoline, Grand-Père n’était pas un nazi. National-socialisme et Shoah dans la mémoire familiale, trad. de l’allemand de Olivier Mannoni, Paris, Gallimard, 2013, 353 p. et de Raphaëlle Branche, Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? Enquête sur un silence familial, La Découverte, 2020, 512 p. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search