Les tondues de Pisciatello. Prélude à une épuration ordinaire en Corse

Le 8 octobre 1943 à Ajaccio, le général de Gaulle terminait son déplacement en Corse en prononçant un discours Place du Diamant. Il y consacrait la Corse comme « premier morceau libéré de la France»1. Le territoire insulaire venait alors d’achever sa libération, suite à une insurrection patriotique déclenchée le 9 septembre 1943 dans le contexte de la capitulation italienne.

Dès le 10 septembre, la presse régionale autorisée s’emparait du thème de l’épuration. Elle proclamait alors au grand jour un désir d’épuration jusqu’ici revendiqué par la presse clandestine de la résistance insulaire, dans un climat d’italophobie généralisée. Souvenons-nous que la Corse avait réaffirmé son profond attachement à la France lors du serment de Bastia du 4 décembre 1938. En ce mois d’octobre 1943, un événement eut lieu dans l’île, non loin d’Ajaccio, fait divers annonciateur d’une pratique qui allait se généraliser sur le continent l’année suivante au rythme de la libération du territoire. Cet événement, nous avons souhaité l’intituler, « Les tondues de Pisciatello ». Par sa précocité, il constitue, au même titre que les quelques exécutions sommaires qui ont accompagné la libération de l’île, un prélude à la mise en place des rouages institutionnels de l’épuration en Corse.

« Les tondues de Pisciatello », l’histoire pourrait paraître banale : trois femmes tondues par un groupe d’hommes, dans le contexte de la libération du territoire insulaire, épiphénomène masqué par l’insurrection patriotique de septembre, le rattachement de la Corse à la France libre et l’expulsion des occupants. Pourtant, ce fait divers a été rapporté en juillet 1944 par un article anonyme du magazine américain Life. Il a ensuite été mis en lumière par Paul Filippi dans un documentaire filmé tourné en 2013 et intitulé Par un après-midi d’octobre. Dès lors, cet événement suscite quelques questions auxquelles nous avons tenté d’apporter une réponse.

  • « Les tondues de Pisciatello » représentent-elles un événement isolé dans l’île, ou bien d’autres faits divers similaires se sont-ils produits en d’autres lieux de Corse ?
  • Cette pratique a t-elle été spontanée, ou dictée par les organisations de la Résistance insulaire ?
  • Au regard de ce qui a pu se produire sur le continent l’année suivante, ce fait divers n’est-il pas banal, simple prélude à une épuration ordinaire qui était en train de se mettre en place en Corse à la fin de cet été 1943 ?
  • Enfin, que reste t-il de cet événement dans la mémoire collective ?

Afin de répondre à ces questions, nous avons choisi d’organiser notre argumentaire en deux parties : Tout d’abord, nous avons souhaité présenter « les tondues de Pisciatello » dans le contexte plus large d’une volonté farouche d’épurer la Corse. Puis, nous avons choisi d’analyser l’événement proprement dit, en tant que fait divers annonciateur d’une épuration ordinaire de l’île.

Pour le chercheur qui s’intéresse au sujet de l’épuration en Corse, « Les tondues de Pisciatello » sont une brique de l’édifice, une des multiples pièces du puzzle complexe formant le tableau d’une société insulaire en mutation à la Libération, « une société en épuration»2  comme l’a écrit Marc Bergère.

D’ailleurs, depuis la Libération, l’historiographie a dépeint cette société en mutation, chaque pan de celle-ci étant plongé dans le tourbillon de l’épuration et de ses passions. C’est également ce que révèlent les archives consultées3 en Corse sur le sujet, de sorte qu’à l’image de ce qui va se passer sur le continent un an plus tard, l’épuration en Corse se révèle être « un phénomène social d’ampleur4 » par sa diversité, même si la volumétrie du phénomène et son intensité y demeurent moindres. Il faut donc replacer le phénomène des femmes tondues dans cet ensemble multiformes, sans jamais perdre de vue la chronologie qui accompagne une violence globalement décroissante de 1943 à 1953, c’est-à-dire, de la Libération aux lois d’amnistie.

« Corsicans punish traitorous women ». « Des Corses punissent des femmes qui ont trahi ».
C’est sous ce titre que le 17 juillet 1944, le journal américain Life publie 7 photos et un court article relatant la tonte et la dénudation de 3 femmes dans la région d’Ajaccio.

Finalement, épiphénomène, « Les tondues de Piscatello » illustrent bien le tumulte dans lequel a pu se faire, en Corse, la transition de la guerre à la paix. On le voit, le rétablissement de la légalité républicaine et le retour à une justice apaisée, a nécessité le passage par des chemins plus violents, plus expéditifs et parfois plus marquants qu’un procès en chambre civique par exemple, dont un tiers des jugements s’est soldé, en Corse, par un acquittement, sans compter les amnisties et relèvements de peines.

Pour ces femmes corses, subir le châtiment « définitif » de la tonte a dû avoir un impact psychologique terrible. Dominique François parle de « chasse aux sorcières » et des « bûchers de la Libération5 » ; c’est assez bien vu. Finalement, « les tondues de Pisciatello » pourraient bien être l’illustration d’une épuration extraordinaire, prélude à une épuration ordinaire.



Citer ce billet
Olivier Jacques (2020, 25 novembre). Les tondues de Pisciatello. Prélude à une épuration ordinaire en Corse. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u53d

  1. Archive audio présenté sur le site internet « Itinéraires libération de la Corse », http://itineraires-liberation-corse.fr. Cité dans POMPONI, Francis (dir.), Le mémorial des Corses, volume 5, L’île éprouvée, Ajaccio, Le mémorial des Corses, 1980, p.496. []
  2. BERGERE, Marc, Une société en épuration. Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire. De la Libération au début des années 50, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Collection Histoire, 2004. []
  3. Dans le cadre de la thèse de doctorat en préparation sur le thème de « L’épuration en Corse à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Traits et portraits d’épurés », thèse réalisée sous la direction de François Rouquet à l’Université de Caen, de nombreuses archives ont été consultées tant aux archives départementales de la Corse-du-Sud, qu’aux archives nationales et qu’au centre des archives économiques et financières du ministère de l’Économie et des Finances. []
  4. BERGERE, Marc, L’Épuration, Paris, PUF, Collection Que Sais-je ?, 2018. []
  5. FRANCOIS, Dominique, Femmes tondues. La diabolisation de la femme en 1944, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2006. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search