10.11 : Retour sur la journée jeunes chercheurs : Les femmes condamnées à mort en France à la Libération pour faits de collaboration ou l’expérience de la violence

Par Fabien LOSTEC,

Des collaboratrices sous l’Occupation, la mémoire nationale ne semble retenir qu’une seule image : celle des femmes ayant passé la guerre à dénoncer et, surtout, à « coucher avec les Allemands ». Cette figure de la collaboratrice sentimentale est alors presque systématiquement associée à celle des tondues, c’est-à-dire à des femmes particulièrement maltraitées et ce pour des raisons qui ont mal vieilli dans les représentations collectives au fur et à mesure de l’éloignement des circonstances de l’Occupation. Notre corpus de près de 650 femmes condamnées à mort par des tribunaux légaux pour faits de collaboration en France à la Libération – dont 300 ont fait l’objet d’un examen privilégié au prisme des archives judiciaires (dossiers de procédure des cours de justice et des juridictions militaires, dossiers de recours en grâce) et des archives pénitentiaires pour les graciées  –, démontre que la réalité est plus complexe. Étudier les femmes les plus lourdement sanctionnées à la Libération permet en effet de saisir « le plus dur » de la collaboration, c’est-à-dire ce que les historiens nomment le collaborationnisme. Parce qu’il suppose une certaine forme d’adhésion, de militantisme, voire d’activisme au service de l’Allemagne nazie, ce dernier est longtemps resté hors du champ d’analyse des historiens. Pourtant, il apparaît que plus de la moitié des femmes condamnées à la peine capitale intègrent la collaboration policière, le plus souvent comme agents de renseignement. En lien avec leur activité sur le front du secret, certaines font usage d’une grande violence, comparable à celle des hommes. L’objectif de cette communication est donc de faire le point dans un domaine peu connu – pour ne pas dire inconnu – du rôle et des motivations des femmes complices et sur-impliquées dans les processus de violence engendrés par la lutte de l’occupant, principalement contre les résistants, les communistes et les Juifs. Quoique parfois difficile à saisir tant elle est brouillée par des représentations de genre qui peinent à associer sexe féminin et brutalité, cette collaboration violente trouve le plus souvent sa source, sur fond d’augmentation de la délinquance – qu’il s’agisse de trafic ou de marché noir – dans la délinquance de droit commun. Les femmes qui vont le plus loin dans cette voie prennent les armes et participent à des opérations militaires ou des opérations policières (arrestations, rafles), allant pour quelques-unes d’entre-elles à tuer et/ou à pratiquer la torture dans les salles d’interrogatoire. Elles partagent donc cette caractéristique majeure de s’inscrire non dans le cadre domestique classique de la criminalité féminine ordinaire, mais au contraire dans un cadre public et politique. Sans négliger les facteurs psychologiques, leur engagement semble lié à une pleine appropriation de la vision de la société diffusée par les Allemands. Aussi, il faut noter que ces attitudes féminines extrêmes se radicalisent à mesure que la domination de l’occupant se délite et que sa répression s’amplifie. Toutes s’inscrivent dans des interactions traversant les groupes de collaborateurs et sont prises dans une triple dynamique de mimétisme/violence/surenchère. Non sans lien avec la brutalité d’un amant ou d’un chef, elles peuvent notamment être assimilées à la volonté des femmes d’affirmer leur engagement à « hauteur d’homme » par leur zèle, celui-ci étant éventuellement stimulé par la fascination de vivre une expérience initiatique.

Finalement, à travers l’expérience de la violence qu’ont fait ces condamnées à mort, il s’agit de démontrer que le collaborationnisme des femmes a bien existé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search