10. 11 : Retour sur la journée Jeunes chercheurs : les réseaux de renseignements

           Par Guillaume Pollack,

Ce que l’on nomme « réseau de renseignement » est, durant la Seconde Guerre mondiale, une forme d’organisation clandestine active en territoires occupés au sein desquelles agissent des agents secrets, hommes et femmes, dont la mission est de collecter, de synthétiser et de transmettre des renseignements à un des nombreux services secrets alliés qui les pilotent depuis Londres. C’est une des trois missions principales remplies par ces organisations, avec l’évasion d’aviateurs alliés tombés en France, l’organisation d’opération aérienne (parachutage ou atterrissage clandestin) et maritime et la plus connue : le sabotage.

            L’objectif de cette communication est donc de présenter la synthèse d’un dépouillement systématique de l’ensemble des archives françaises et étrangères liées à ces organisations, qu’elles émanent de la France libre, de la France combattante, et bien entendu de la répression, de manière évidemment non exhaustive.  Quelle a été la nature de ces organisations ? Quelle représentativité au sein de la Résistance intérieure ? Comment l’expérience clandestine, nécessairement empirique à son commencement, a-t-elle entraîné des évolutions dans la structure et le fonctionnement de ces organisations ?

            La première partie de cette intervention s’attachera à présenter la nature et l’organisation des réseaux de renseignement. Fermement piloté par des services secrets dont presque tous sont créés  à l’été 1940, les réseaux de renseignement sont le produit d’une rencontre entre ces derniers désireux de pénétrer sur le continent et de résistants déjà actifs sur le terrain à la recherche d’un contact.

            Il s’agit, ensuite, d’approfondir la question des dynamiques spatiales et chronologiques pour saisir l’évolution de ces organisations. Il existe un idéal-type du réseau, défini par les procédures d’homologation à la Libération ou par des ouvrages postérieurs comme celui de Claude Bourdet (L’Aventure incertaine). Or, le dépouillement des archives montre la complexité et les transformations de ces organisations en constante adaptation par rapport à leur environnement et aux menaces que fait peser la répression. La période « pionnière », qui couvre les années 1940-1941, est marquée par l’empirisme des méthodes utilisées par des agents inexpérimentés. La plupart des premiers réseaux sont détruits par la répression allemande, italienne ou vichyste. Les différents services s’engagent alors dans une refonte de ces organisations. La période 1942-1944 est ainsi marquée par une intensification du recrutement, une modification de la structure de ces organisations, une amélioration dans les techniques de transmission.

            Enfin, la troisième partie souhaite s’intéresser à l’expérience combattante des agents de renseignement, à travers l’exemple du réseau Alliance. L’objectif est de mettre en lumière les dynamiques des recrutements, les motivations des agents, et la répartition des rôles en fonction du genre à l’intérieur d’un réseau de renseignement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search