Les bourses du Mémorial : Essai de micro-histoire sur les rafles et les raflés de Marseille de janvier 1943

Venneman, Wolfgang, Marseille, 24 janvier 1943.
Bundesarchiv : bild 1011-027-1476-27A

Du 22 au 29 janvier 1943 ont lieu les rafles de Marseille. Avec la complicité du régime de Vichy, les Allemands organisent l’une des plus grandes opérations de répression menées en France sous l’Occupation. Qui sont ces raflés ? Pourquoi eux ? Quelle a été la responsabilité de l’administration française dans les rafles de Marseille ? Par le biais de ces grandes questions, ce mémoire de recherche démontre qu’il reste encore beaucoup à découvrir et bien des idées reçues à balayer sur ces rafles méconnues1

            Fondée sur des archives de la Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains (DAVCC), des Archives nationales, des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, des témoignages et des archives privées, cette étude ambitionne humblement de reconsidérer nombre de conclusions hâtives. En effet, l’histoire des rafles de Marseille est à la fois méconnue et mal connue. Dans l’imaginaire collectif, les raflés de Marseille sont associés à la pègre, les rafles sont résumées à l’évacuation du Vieux-Port au point de parler de la rafle au lieu des rafles. Or, les victimes s’avèrent jeunes, actifs aux origines spatiales et nationales diverses. La prépondérance d’individus de nationalité française et/ou exerçant un travail comme artisan, ouvrier ou commerçant nous éloigne grandement de la définition de ces rafles comme visant la pègre marseillaise. De plus, face à des rafles qui ont la spécificité de viser des victimes juives et non-juives, ce travail ouvre la voie à une réflexion sur les profils sociologiques, les parcours des raflés, les politiques d’internement et de déportation sous-jacentes à ces opérations. Répression et persécution s’entremêlent pour donner naissance à une opération d’envergure dont les objectifs sont multiples, les politiques variées et les profils des victimes divers.

Tout bien pesé, ce dossier de recherche, intitulé Étude des raflés de Marseille de janvier 1943 internés au camp de Royallieu. Une micro-histoire des répressions et des persécutions en France, entend également donner à lire une histoire vivante, une histoire incarnée, au plus proche de ces 522 raflés internés au camp de Royallieu2. Présentées par l’historiographie française comme des opérations de représailles visant à l’arrestation de la pègre marseillaise, à la destruction du quartier du Vieux-Port et à l’approvisionnement de main-d’œuvre en Allemagne, les rafles de Marseille se dévoilent à nous sous un jour nouveau.

Mémoire de Master 1 Recherche sous la direction de Gaël Eismann.

 

  1. Une seule et unique monographie existe sur les rafles de Marseille, elle traite essentiellement des victimes juives de ces rafles : OPPETIT Christian (dir.), Marseille, Vichy et les Nazis : le temps des rafles, la déportation des juifs, Marseille, Amicale des déportés d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie, 1993, 188 p. []
  2. La consultation des dossiers statuts, des dossiers « Mort en déportation » à la Division des Archives des Victimes de Conflits Contemporains à Caen sont la source principale de ce travail. Lorsque nous écrivions ce dossier de recherche, seulement 522 raflés avaient été recensés. Nous en avons le double dans l’état actuel de nos recherches. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search