Bourses du Mémorial : La patrimonialisation de la batterie de Longues-sur-Mer, de 1946 à nos jours

 

Mon mémoire de recherche débute avec la citation suivante, écrite par Christelle Neveux : “Les indifférents finissent par oublier l’existence des bunkers, les intéressés souhaitent les mettre en valeur.”. L’évocation de cette dualité permet dès le départ d’introduire l’essence d’un sujet tel que celui de la patrimonialisation de la batterie de Longues-sur-Mer, ouvrage défensif du Mur de l’Atlantique situé dans le département du Calvados. Entre les indifférents et ceux qui œuvrent pour la mise en valeur de patrimoines militaires, il a été intéressant de se pencher sur les motivations qui attestent aujourd’hui du processus de patrimonialisation que la batterie a connu et connaît encore. Dès le début de mes recherches, l’intérêt de ce sujet s’est dessiné autour de cette question : quelles sont les étapes et les évolutions des discours qui ont permis à cet ouvrage défensif de devenir aujourd’hui un lieu patrimonialisé et touristique ?

Batterie de Longues-sur-Mer, © abejorro34

Durant l’écriture de ce mémoire, mon but a été de renseigner cette évolution et de m’interroger sur les étapes qui en font aujourd’hui un lieu incontournable du circuit mémoriel du Débarquement en Normandie. Pour se faire, mes premières sources se sont principalement articulées autour de la notion même de patrimoine. Des ouvrages tels que celui de Nicolas Meynen, Valoriser les patrimoines militaires ou encore celui de Christelle Neveux nommé le Mur de l’Atlantique : vers une valorisation patrimoniale ? m’ont permis de faire le lien entre la notion de patrimoine définie comme un héritage légué par nos pairs, et les ouvrages défensifs du Mur de l’Atlantique. Ensuite, et après avoir consulté les Archives Départementales et celles de la DRAC Normandie, j’ai souhaité approfondir le sujet, en le traitant étape par étape, de manière chronologique. A travers cette recherche, j’ai voulu montrer la manière dont le site de la batterie de Longues-sur-Mer s’est progressivement détaché de son histoire douloureuse et de ces stigmates meurtriers pour devenir un lieu touristique, à caractère historique. Je me suis reposée sur les principales étapes de la chaîne patrimoniale décrites par D. Fabre ou encore par N. Heinich. À cela, j’ai voulu mettre en exergue des notions telles que la valorisation du patrimoine par, notamment, la médiation touristique. S’appuyer sur ces différentes notions m’a permis de constater la mobilité permanente du patrimoine. Si cette dernière est mouvante et interagit avec les besoins de la société, l’étude de la batterie de Longues-sur-Mer du lendemain de la Seconde Guerre mondiale à nos jours permet de prendre en compte les modifications profondes et les changements sociétaux qui ont fait du site un paysage historique protégé, qui ne peut être détruit. 

Sous le prisme de l’évolution des besoins sociétaux, j’ai pu développer dans mon premier chapitre l’historique de la protection de la batterie. Grâce, premièrement, à l’action du maire de l’époque dans les années 50, M. Briand, afin de conserver les canons, et celle des autres maires qui lui ont succédé. La préservation de la batterie est venue d’un besoin de mémoire, de conserver des traces des événements passés, bien que cela revienne à patrimonialiser des mémoires sensibles. Cette mise en patrimoine a également été permise par le dit “sursaut de la conservation”. En effet, pour que cette volonté des acteurs locaux de protéger les traces du Mur de l’Atlantique se concrétise, elle devait faire écho au sein des sphères dirigeantes. Mon second chapitre aborde plus particulièrement les années 1980/1990 qui sont marquées par une profonde volonté d’élargir le champ d’action des Monuments historiques, ce qui permet aux ouvrages du Mur de l’Atlantique d’entrer dans des démarches de préservation. Enfin, la batterie de Longues-sur-Mer, connaît dans les années 1995/2000 un essor touristique important. Cette considérable évolution, amène à évoquer les questions d’aménagements, en termes de médiation d’une part, mais également en termes d’aménagement paysager du site. 

Probablement pour son rôle de témoin direct du Débarquement et de la mise à feu des ouvrages du Mur, la batterie de Longues-sur-Mer connaît un phénomène de patrimonialisation impressionnant qui évolue encore aujourd’hui sous de nouvelles formes. La présence de ces canons atteste de sa force de frappe, et lui permet d’être un symbole historique de l’artillerie du Mur de l’Atlantique. Si certains rejettent l’idée que des blocs de béton puissent constituer un patrimoine reconnu comme constitutif d’une identité régionale et nationale, l’étude du cas de la batterie de Longues-sur-Mer démontre l’importance de conserver de tels ensembles fortifiés, en tant que trace du passé, faisant partie intégrante de notre histoire. 



Citer ce billet
Elijha Touchard (2021, 7 décembre). Bourses du Mémorial : La patrimonialisation de la batterie de Longues-sur-Mer, de 1946 à nos jours. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u53y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search