Les bourses du Mémorial : Les civils de Lisieux sous les bombes et dans les ruines au prisme des témoignages.

« Ce que le témoin exprime de l’évènement est différent de ce que l’histoire officielle en a retenu : une expérience vécue de son déroulement, dont la vérité se décline en souffrances ou en bonheurs, en désespoirs et en attentes… »1

Dans le cadre de l’étude du vécu des Lexoviens entre 1944 et 1948, le témoignage, qu’il soit écrit ou oral, s’impose comme une source riche, essentielle et diverse. Le témoignage donne une place centrale à ceux qui ont vécu les faits, ici les civils, qui ont pour longtemps été oubliés dans l’historiographie française. Tous les témoignages, quarante dans le corpus, sont uniques, avec pour point commun une part importante d’émotions et de sensations. Les sons et les odeurs sont omniprésents dans les souvenirs 2 . La diversité des témoignages s’explique par la forme (journaux intimes, récits autobiographiques…), par les dates d’écriture et de publication ainsi que par le témoin lui-même. Chaque vécu est personnel, pour autant le contenu des témoignages forme un tout qui relate, de manière détaillée, l’Histoire de Lisieux entre 1944 et 1948. Dans un premier temps, l’été 1944 fut éprouvant et rythmé par les bombardements, l’occupation allemande, les pertes, l’exode et surtout l’attente.

À la suite de la Libération de la ville, le 23 août 1944, débute une période de restrictions, de pénuries, et de provisoires. La vie au cœur des ruines est effective jusqu’en 1946, mais les Lexoviens ont dû attendre le 4 juin 1948 pour que la reconstruction débute. Cette vie dans les ruines est une période de deuil pour les Lexoviens qui ont perdu leurs proches, et qui ont vu la capitale du bois sculpté détruite par les bombes et les flammes. Les témoignages sur cette période nous permettent de mieux comprendre l’attachement que les Lexoviens ont pour leur Histoire et leur ville, qui a connu un grand changement architectural. Ces expériences personnelles sont des sources essentielles qui doivent être contextualisées et confrontées à d’autres sources. Tout au long de cette étude, la presse, les archives municipales et préfectorales ont permis d’éclairer les dires des Lexoviens. Cette étude souligne le lien entre Histoire et Mémoires. La mémoire des civils, des Lexoviens, victimes de la Bataille de Normandie, est longtemps restée au stade familial. Désormais reconnu comme une source historique à part entière, le témoignage a facilité la compréhension du vécu des civils et leur reconnaissance comme victimes.




Citer ce billet
lpouteau (2021, 14 décembre). Les bourses du Mémorial : Les civils de Lisieux sous les bombes et dans les ruines au prisme des témoignages. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u541

  1. DORNIER Carole, DULONG Renaud (dir.), Esthétique du témoignage, actes du colloque tenu à la MRSH de Caen du 18 au 21 mars 2004, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005, page XV. []
  2. « Dans la rue en face, personne ; le silence, un silence de désolation et sur tout cela un ciel gris monotone et bas et une pluie fine. […] Le grondement, est toujours aussi violent ; c’est un énorme roulement de tambour, un ébranlement sans nom qui semble devoir tout renverser. Par les carreaux brisés pénètre une odeur très forte de poudre. […] L’odeur de la poudre subsiste toujours, très violente, et augmente le caractère si tragique du bombardement ».  HANOCQUE Gérard, « Lisieux, L’odeur de la poudre » in BOIVIN Michel, BOURDIN Gérard, QUELLIEN Jean, Villes normandes sous les bombes (juin 1944), Caen, Presses universitaires de Caen, [les normands témoignent], 1994, pages 153 à 160 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search