Bourses du Mémorial de Caen : Entre destruction et résilience. Reloger un temps : un premier mode de gestion pour le Chemin-Vert.

Juste après-guerre, la France subit une crise du logement, aggravée dans certaines villes dont Caen par les destructions d’habitations dues aux bombardements. Cette étude s’intéresse aux relogements, notamment dans les baraquements du Chemin-Vert, qui n’était à cette époque qu’un « lieu-dit ». 

Aussi fallait-il comprendre comment, à l’échelle nationale, la résolution de cette crise fut pensée. Cette démarche était utile pour comprendre la gestion de cette crise par la municipalité de Caen : comment s’est passée l’attribution des logements ? Sur quels critères ont été octroyés les baraquements ? Enfin, l’étude tente de dresser une histoire des habitants nouvellement relogés au Chemin-Vert.

            Pour répondre à ces questionnements, il a fallu étudier des journaux locaux, des archives administratives émanant de la municipalité, de la préfecture, et de l’État. Des enquêtes orales auprès de personnes ayant vécu dans les baraquements édifiés au du Chemin-Vert ont complété ces informations.

Fin 19441, les cités provisoires commencent à s’édifier, dont celle du Chemin-Vert composée de 133 baraquements américains. L’attribution des logements s’est effectuée à l’époque en fonction de critères prioritaires : les personnes totalement sinistrées, les familles qui ayant deux enfants ou plus, les personnes avec des certificats médicaux, les anciens déportés et prisonniers de guerre… Les fonctionnaires sont aussi prioritaires dans la pratique même s’ils ne cumulent pas ces facteurs, mais ce fait est relativement tu2.

            L’étude porte enfin sur la « résilience urbaine »3 . En premier lieu, le « processus d’appropriation »4 des relogés qui tendent à considérer leurs logements comme durables, alors que l’administration les voient comme provisoires. Les relogés effectuent ainsi nombre d’améliorations et prennent souvent grand soin de leur logis5. Ce processus de résilience urbaine passe également par la reconstruction d’un tissu social à travers le développement d’une vie de quartier : la dimension de solidarité et de partage entre les voisins est très présente dans les témoignages oraux effectués6. Il ne faut en revanche pas exagérer cette image d’une communauté complétement soudée : ils évoquent aussi la forte présence de l’alcool et la violence de certains voisins7.

            Cette vie dans les cités de baraquements provisoires, malgré leur appellation, perdurera. Ce n’est que dans les années 1960 que des travaux pour une urbanisation durable sur les terrains en bordures des villes, comme le Chemin-Vert, commencèrent, et les derniers baraquements furent démontés sur ce terrain seulement à la fin des années 1960.


Anaïs Parmentier,
Université de Caen Normandie
Mémoire de M1 recherche sous la direction d’Anna trespeuch-Berthelot.

 

 

  1. Il est nécessaire de préciser que la réflexion sur les baraquements ne se fait pas – contrairement à la situation – dans l’urgence, mais durant les années 1940. À partir des défunts services de Vichy de la DGEN (délégation générale à l’Équipement national) et du CRI (Commissariat technique à la Reconstruction Immobilière), le M.R.U. (ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme) fut créé, et décida pour l’urgence du relogement de parier en majorité sur les baraquement provisoires qui avaient été pensé sous Vichy, faciles et rapides à monter. []
  2. Ainsi, on trouve des fonctionnaires dont les dossiers ne sont pas estampillés « prioritaires », qui sont pourtant relogés avant des personnes totalement sinistrées. Ces cas, connus des habitants, ont beaucoup de mal à être compris, et nombreux sont ceux qui envoient des lettres au maire pour s’en plaindre. []
  3. Concept mis en lumière par HAVEZ Rudy et PAZGRAT Alexandre, in « Le provisoire, une solution “durable” pour la résilience urbaine ? L’exemple de la Reconstruction du Nord–Pas-de-Calais après la Seconde Guerre mondiale », Revue du Nord, 2020, vol. 434, no 1, p. 125-142. []
  4. Ibid. []
  5. Parmi les exemples recueillis dans les témoignages oraux, on peut noter la pratique de renforcer les murs grâce à du papier journal pour mieux isoler le logement, la création d’extensions de fortune… []
  6. Des enquêtés nous parlent alors des commerces, fort importants, de l’école, mais aussi de la vie religieuse et par extension du rôle des personnes de l’Église. []
  7. Il ne faut pas oublier que beaucoup de relogés ont vécu la guerre, voire l’ont faite : ces comportements (alcoolisme, violence, …) les interrogés l’expliquent par les traumatismes engendrés par la guerre. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search