Bourses du Mémorial de Caen : Les enfants de Juifs persécutés nés entre 1946 et 1976 en France. Etude de l’impact d’un événement historique sur la deuxième génération

Michel Kichka est le fils d’un déporté d’Auschwitz. De son histoire d’enfant de survivant est née sa bande dessinée intitulée Deuxième génération dans laquelle il traite de sa relation avec son père, de l’héritage et des conséquences de la Shoah sur sa propre construction. À la page 49, il pose la question suivante : « Jusqu’à quel âge reste-t-on leur “enfant” avec tout ce que cela sous-entend ? »1 . L’ambition de ce mémoire de recherche était justement de comprendre ce qu’être enfant de Juifs persécutés, né après la Seconde Guerre mondiale, sous-entend. Un corpus de dix-huit témoignages a permis de mener cette recherche sur la deuxième génération de la Shoah.

En premier lieu, nous cherchions à savoir comment le vécu du ou des parents pendant la guerre influait après-guerre sur les rapports intimes entre parents et enfants. Cette première partie montre comment le vécu de la première génération a fait de ses enfants un ensemble dont les similitudes sont marquées alors même que les membres de la deuxième génération ont évolué dans des contextes familiaux et sociaux parfois très différents. Les enfants de survivants ont grandi dans le silence de leurs parents tout en présentant une volonté de reconstruction après la Shoah.

Nous nous sommes intéressés ensuite à la construction des enfants de rescapés dans le monde d’après-guerre. Cette partie de l’étude a révélé à quel point la Shoah et le vécu des parents juifs pendant la guerre a eu des effets sur leurs enfants du point de vue de leur construction identitaire et géopolitique. La recherche a su montrer les corrélations entre le vécu des parents survivants et la manière dont les enfants de la deuxième génération se vivent en tant que Juifs, dont ils considèrent ou jugent les pays liés à la Solution finale et dont ils envisagent l’État juif d’Israël.

Notre dernier axe d’étude propose une réflexion autour de la transmission. Interroger les témoins sur leur propre transmission nous a permis de constater que les choix opérés découlent souvent du vécu de leurs parents. Si leurs manières de transmettre n’ont ni les mêmes raisons ni les mêmes ambitions, il n’en reste pas moins que ces membres de la deuxième génération exercent une vigilance aigüe vis-à-vis de la mémoire de l’histoire de leurs ascendants.

L’ambition de ce mémoire était de comprendre comment la première génération de la Shoah et son vécu des événements historiques pendant la Seconde Guerre mondiale ont agi sur la deuxième génération. L’étude qualitative menée à partir des témoignages d’enfants de rescapés établit que ces individus, par la manière dont on retrouve chez eux les traces souvent différentes mais résultant de la même origine historique, forment une entité qu’il est pertinent de nommer « deuxième génération de la Shoah ».


Clémence Atlas,
Université de Caen Normandie
Mémoire de master 1 Patrimoine sous la direction de Gaël Eismann



Citer ce billet
CLEMENCE ATLAS (2021, 7 décembre). Bourses du Mémorial de Caen : Les enfants de Juifs persécutés nés entre 1946 et 1976 en France. Etude de l’impact d’un événement historique sur la deuxième génération. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u53w

  1. KICHKA Michel, Deuxième génération : ce que je n’ai pas dit à mon père, 1e éd., Paris, Dargaud, 2012, p. 49. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search