Les bourses du Mémorial : Les ruines de la Seconde Guerre mondiale à Évreux : Constat, émotions et traces de nos ruines.

« Les ruines témoignent d’un partage entre la volonté de paix, le silence du repos et les larmes de la peine inconsolable de l’absence.».  Cette citation de Sophie Lacroix, extrait de son ouvrage: Ce que nous disent les ruines, la fonction critique des ruines, nous donne une approche sensorielle et philosophique du concept de ruines. Celles-ci sont nées de la destruction et sont en constante évolution. Elles se définissent comme étant la formation d’habitations, des bâtiments, des structures fabriquées par l’homme laissées volontairement ou non à l’abandon. Au regard de cette définition, mon mémoire porte sur les ruines issues des bombardements de la ville d’Évreux. La cité connaît, durant la Seconde Guerre mondiale, deux vagues de bombardements marquantes du début et de la fin du conflit. La première entre le 9 et le 10 juin 1940 menée par la Luftwaffe allemande. Puis, la seconde menée par des raids alliés, allant du 12 juin 1944 jusqu’à la libération le 23 août 1944. Réduite à l’état de ruines, la ville termine une longue période de reconstruction en 1958. Une période tournée vers la modernité, faisant le choix d’effacer l’ensemble de ses ruines. D’après ce constat, ma recherche se décompose en trois parties. La première sur la naissance des ruines et les statistiques des destructions. La seconde, sur les émotions ressenties au cœur des ruines. Pour finir, je suis allé à la recherche des traces de ruines subsistantes dans la ville.

Le constat des ruines

La première partie de ma recherche a pour objectif de dresser un bilan chiffré de l’ensemble des destructions de la ville. Pour cela, j’ai réalisé à partir des fiches de destructions présentes aux archives départementales de l’Eure, un tableau recensant les numéros d’habitations détruites, la date et la cause du sinistre. Sur l’ensemble du conflit, nous constatons 2 607 numéros d’habitations détruites. Cette première donnée nous permet d’établir une comparaison : les bombardements alliés de juin 1944 sont bien plus destructeurs et génèrent 1 489 destructions d’habitations soit 57 %, tandis qu’en juin 1940, les bombardiers allemands ont détruit 854 habitations, soit 33 % de l’ensemble des destructions durant la période du conflit. Ces données trouvent une résonance dans la politique aérienne des deux camps. L’aviation allemande a pour objectif de détruire le centre-ville et d’atteindre les civils tandis que l’aviation alliée, certes plus destructrice, touche bien plus les quartiers périphériques et les axes majeurs de circulation afin de ralentir les forces allemandes vers le front de la Bataille de Normandie.

L’émotion des ruines

Au-delà du simple constat des destructions, il est nécessaire d’interroger les ruines sous l’angle social et mémoriel. Quelles images conserve-t-on de ces ruines ? Quelles émotions ressentait-on à leur égard ? Comment l’apparition de ces nouvelles ruines ont-elles impacté la vie des habitants ? Afin d’appréhender cet aspect bien plus sensoriel, j’ai récolté un ensemble de documents iconographiques, à partir de photographies et de peintures. Ces données exposent en image et en couleur ces ruines aujourd’hui disparues. Puis, dans un second temps, j’ai réalisé un corpus de sources orales en allant à la rencontre de trois Ebroïciennes ayant vécues à Évreux durant la Seconde Guerre mondiale. Dans un premier temps, les ruines incarnent la souffrance de mes témoins. M.D nous dit qu’« il faut le vivre pour comprendre c’est impossible à décrire et à expliquer ». Nous évoquions ensemble un mal-être, un « mal au cœur {long silence} » puis elle ajoute « vous savez c’est resté dans ma mémoire ». Cependant, ces dernières ne conservent pas uniquement une vision négative de celles-ci. Pour S.S, elle se souvient au contraire d’un renouveau. Arrivée en 1943 à Évreux, elle évoque une « ville en ruines mais bien rangée, il y avait de la vie, des gens, de la nourriture ». Le souvenir de ces témoins, les photographies et les peintures mettent en image et donnent un sens profond et concret aux ruines de la ville.

Reste-t-il des traces de ruines ?

Bien qu’il n’y ait plus aucune ruine visible dans l’espace urbain, ne reste-t-il pas des traces qui témoignent de ce passé ? Un établissement porte encore ces stigmates. Il s’agit de l’école Saint-François-de-Sales, située sur les hauteurs de la ville. Je suis allé à la rencontre du directeur de l’école et d’un ancien élève ayant en charge de la reconstitution des archives de l’établissement. A l’issue de notre rencontre, j’ai élaboré un corpus de sources composé de l’entretien oral du directeur, de la revue de l’établissement parue durant la Seconde Guerre et des plans de la reconstruction. L’école est détruite pratiquement dans son intégralité le 12 juin 1944. Une seule aile, nommée l’aile « Roucourt », bien qu’un squelette, reste encore debout. Ce bâtiment est aujourd’hui entièrement réhabilité, cependant il a pour particularité d’avoir conservé sa façade extérieure sur laquelle nous apercevons les traces des anciens bâtiments détruits.

La volonté de ce mémoire est de montrer l’évolution des ruines, mais aussi de comprendre leur pluralité de sens. Ce sont des édifices en constante évolution, nées de la destruction. Au-delà de leur sens physique, elles sont l’incarnation d’une souffrance pour ses habitants. Malgré un effacement quasi-complet du paysage urbain, subsistent-elles encore par des ” traces de ruines” ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search