Les bourses du Mémorial : La défense passive du Havre (1939-1944)

Avant les terribles bombardements de septembre 1944, près de cinq cents Havrais ont déjà trouvé la mort sous les bombes. Ce travail a pour objectif de faire la lumière sur la protection des populations face aux bombardements ayant touché la ville entre septembre 1939 et août 1944.  Leur étude a, en effet, largement été occultée par les tragiques événements de septembre 1944.

Comment la population s’est-elle investit dans l’organisation et les mesures de la défense passive du Havre entre septembre 1939 et août 1944 ? Cette question large trahit l’envie de découvrir à la fois la sociologie du personnel volontaire de cette organisation mais aussi d’analyser le comportement de la population face aux directives de protection, en particulier l’extinction des lumières et la mise à l’abri. L’objectif est également d’observer les politiques prises par la défense passive pour la protection des civils et comment elle a permis leur mise en place malgré les réquisitions allemandes. 

Un grand nombre de sources concernant ce personnel ont été consultées. Le principal document est une liste d’août 1944 dans laquelle figure les données personnelles des volontaires de la défense passive. A des fins de contextualisation, des cotes relatives à l’organisation de la défense passive aux différents échelons administratifs et dans les entreprises ont été étudiées. Concernant les politiques de la défense passive havraise, il a fallu consulter des dossiers relatant l’extinction des lumières publiques ainsi que la construction d’abris publics.

Ce travail a permis de révéler une certaine mixité sociale des 240 engagés volontaires. En outre, les politiques de défense passive se développent réellement au Havre à partir de la nomination du maire Pierre Courant en septembre 1941. Il est à l’origine d’une vaste politique de construction d’abris qui se heurte à la dureté des réquisitions. Etudier l’extinction des lumières met en avant le choix cornélien de la municipalité : faut-il laisser la ville dans l’obscurité au détriment de l’activité économique ? Les nombreuses dérogations accordées aux entreprises témoignent du délaissement de la première au profit de la seconde. Quant à la population, les correspondances entre autorités françaises et allemandes montrent un certain délaissement des mesures d’extinction des lumières malgré une hausse des sanctions. Les sources trahissent la difficulté pour les autorités d’organiser calmement les évacuations vers les abris lors des alertes. Face à l’incapacité de la municipalité à abriter ses habitants, ces derniers sont encouragés par celle-ci à creuser leurs propres tranchées privées. Ces manquements se sont révélés fatals en septembre 1944.

Thomas Guillaume,
Mémoire de master 1 Patrimoine sous la direction de Gaël Eismann



Citer ce billet
tguillaume (2021, 14 décembre). Les bourses du Mémorial : La défense passive du Havre (1939-1944). Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u540

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search