Une biographie impossible ?

« Il y a un peu plus d’une année, j’arrivais en Allemagne ; je me disais que j’en avais à peu près pour un an, hélas les douze mois sont écoulés et surement plusieurs autres s’écouleront encore avant que je puisse revoir ma chère patrie, retrouver mon cher foyer ! » (Carnet de captivité, Roger L)

Ce sont les premiers mots que Roger L. consigne sur son cahier de captivité au stalag XIA kommando Stendal (820/7), le 23/11/41. Soixante-dix pages manuscrites qui racontent sa vie en un long monologue. Ce dernier permet d’engager une communication impossible avec sa femme et ses trois enfants, avec lui-même et ses compatriotes.

Marie-Anne et ses trois enfants

Via ce carnet, il communique avec ses proches comme il pourrait le faire si les lettres et cartes officielles disposaient d’un espace plus conséquent et n’étaient pas censurées. Ils sont nombreux à avoir consigné leur présent et leur ressenti sur ce type de support. Chacun exprime son Soi de captif, son ennui de confiné, son stress de surveillé permanent, de puni sous contrôle (Catherine, 2008). Roger L. s’inscrit dans cette logique et écrit pour s’évader du stalag, pour renouer un temps avec ses vies personnelle, professionnelle et familiale d’antan. En fait, l’écriture, par l’imagination qu’elle suscite, permet au corps contraint de Roger L. de prendre son envol, le temps d’un paragraphe, d’une anecdote ou de pages successives. Ces éléments sont centraux, dire sa vie, ses tourments, ses idéaux et dévoiler ses valeurs à Autrui. « Je sais combien après mon retour ma chère femme sera contente de lire ces lignes et plus tard mes enfants les liront et je pense qu’ils pourront y puiser de bons et sages conseils car ce n’est pas surtout ma vie de prisonnier, celle-ci étant trop monotone, que je veux décrire, c’est surtout jeter un regard sur le passé et aussi sur nos espoirs sur notre France future car notre pays renaitra » (Carnet de captivité, Roger L). Pourtant, ce cahier cartonné à petits carreaux, personne n’en prendra connaissance avant la décennie 1980 tant une chappe de silence se posera sur ces mots au sortir de la guerre.

Entre non-dit et incompris, ce récit de vie, dont une partie est remisée dans les placards de la mémoire familiale depuis 1945, a façonné l’appétence pour l’histoire du petit-fils que je suis. L’absence créa l’intrigue, l’envie de savoir et d’interroger ce passé, de structurer les sources disponibles, d’en collecter de nouvelles, soixante-quinze ans après, et d’interroger la vie de ce jardinier, militaire et prisonnier de guerre entre 1911 et 1995 ? Mais pouvais-je être le biographe de mon grand-père et trouverais-je dans son carnet de captivité, les empreintes de l’histoire collective et individuelle laissées sur sa personne, de celles qui organisent encore la lecture du monde de cet individu que j’observais au sortir de l’enfance dans les années 1970-1980 ? Selon François Dosse, le biographe doit justifier « son choix en multipliant les raisons qui ont motivé son détour vers l’autre » (Dosse, 2005, 107). Dès lors, pourquoi écrire le récit de vie de Roger L. ? Le motif principal relève de cette histoire celée aux oreilles des petits-enfants par leurs ainés qu’ils soient grands-parents ou parents. Un silence posé sur une période, celle de la Seconde guerre mondiale ; un évènement, celui de la captivité de Roger ; une absence spectrale, celle de ma grand-mère de sang Marie-Anne. Écrire ce récit biographique doit lever en partie le voile de silence sur ce drame familial, tant on ne parlait pas de ces choses-là aux enfants.

Mais n’y a-t-il pas des biais méthodologiques à identifier avant de s’engager dans ce projet biographique ? Par exemple, ne faut-il pas se méfier d’un processus qui consisterait à installer à jamais un proche sur un piédestal, plaçant de facto l’histoire de sa vie dans la typologie du récit héroïque ? A contrario, en voulant prendre trop de recul, n’abandonne-t-on pas la force que ce lien filial pourrait apporter au récit ? Une empathie finalement n’est-elle pas nécessaire pour calibrer au mieux les actes du biographé et incarner ses choix ? (Boyer-Weinmann, 2005) Comment trouver la juste distance entre biographe et biographé pour ne pas faire de ce dernier un manant ou un roi ? Toutes ces questions irriguent le blog de recherche Pour une biographie que nous n’avons pas écrite dédié à ce projet impossible.

Parallèlement à ce débat épistémologique, le lecteur est plongé dans les arcanes de l’enquête biographique et dispose de l’ensemble des données lui permettant d’émettre quelque hypothèse sur le biographé :

Ainsi le carnet de captivité est retranscrit en l’état du texte original. Un discours où affleure le tréfonds incorporé du biographé, où prennent vie les personnages de son Olympe juvénile, où il commente les évènements qu’il a traversés : « […] je me décide de me souvenir un peu de ce qu’a été ma vie et surtout qu’elles sont mes impressions et souvent mes pensées, car les lettres que j’écris sont trop courtes pour pouvoir y exprimer tout ce que l’on voudrait » (Carnet de captivité, Roger L). On tutoie l’homme agissant avec ses forces, ses habitudes, ses croyances et le cortège de faiblesses et d’émotions qui l’accompagne.

Ce carnet est l’empreinte de l’individualité (Mannheim, 1928) de Roger L. dont il faut retrouver les terreaux qui l’ont fertilisée, tout en envisageant le revers de cette médaille de complaisance. C’est-à-dire ne pas accepter le postulat du sens de l’existence racontée par le biographé (Bourdieu, 1986)

Au-delà de cette source, le blog est divisé en plusieurs parties distinctes mais chacune d’entre-elles participe du projet de recherche. Le lecteur est invité à prendre connaissance du récit de vie (résultat de la recherche), de la démarche et des contraintes de la recherche biographique (les cadres scientifiques de la recherche), des doutes (le chercheur en action), de la quête des sources (la vérité par la preuve), etc. L’ambition est d’immerger le lecteur, à travers plusieurs espaces, dans les mondes du biographe et du biographé pour qu’il puisse, lui aussi, se construire une image plurielle de Roger L. :

Premier espace de cette fabrique de l’histoire, le carnet de recherche laisse la trace d’une pensée en construction, annonce qui est l’historien et pourquoi il écrit cette histoire, affirmant ainsi sa compétence subjective. L’historien, à travers ce carnet, est un ingénieur éclairé sur son objet. Il y consigne les éléments qui guident sa démarche, qu’ils relèvent d’une posture épistémologique, d’un choix de narration ou de sélection des sources. Ces lignes permettent aussi d’exprimer les doutes et questionnements qui se font jour. L’entretien mené avec François Dosse, en mai 2020, alimente les réflexions épistémologiques et méthodologiques. Ce carnet de recherche est partie prenante du récit biographique.

Avec les notes d’intention le carnet de recherche devient un carnet de création d’une recherche. Il se transforme en guide pratique qui exprime les choix retenus, explique comment se construit l’intrigue, au sens de synthèse organisée de l’hétérogénéité des sources. Deuxième temps de la démarche, ces notes d’intention sont rédigées avant l’écriture du récit mais restent néanmoins vivantes et évoluent jusqu’à la narration finale. Pour le cas présent, c’est ici que les chapitres sont thématisés, que sont précisés les fonctions et les choix de narration qui siéent le mieux à la construction du récit herméneutique. Dans ces notes d’intention, l’historien se métamorphose en bricoleur enrichi qui organise ses outils pour réaliser le projet d’écriture.

Le dernier espace n’est autre que celui où l’enquête et l’intrigue sont mises en récit. Le récit biographique se suffit à lui-même mais n’existe qu’en relation avec les autres espaces. Il correspond au temps ultime où l’historien produit un discours à partir des sources et documents qu’il a collectés, analysés et agencés selon sa volonté démonstrative. A ce jour, cinq chapitres de factures et de longueurs très différentes sont présentés. Ils ne couvrent pas l’entièreté du projet biographique mais laissent entrevoir ce que le récit final pourrait être : lier cette histoire familiale avec les autres, celles des prisonniers de guerre, des petites gens de l’Entre-deux-Guerres et des parcours de vie qui en résultent. Philippe Ariès estime qu’il a des générations qui sont plongées dans l’Histoire malgré eux. Mon grand-père fait partie de celles-ci. « Ces enfants, ces jeunes hommes étaient d’emblée dans l’Histoire et n’eurent pas à la découvrir ; s’ils l’ignoraient, c’est comme on ignore les choses les plus proches de son univers familier » (Ariès, 1986, 33).

Roger L. à Stendal (kommando usine). Il est au second rang (debout) en troisième position en partant de la gauche.

Roger L. fait partie de ces individus qui traversent le temps et laissent quelques traces vite effacées sur le sable de la vie ordinaire. Ils furent pourtant célèbres dans leur village, leur rue ou leur immeuble et ont construit le réel d’une époque. Ma posture de chercheur est ainsi double, elle relève d’un récit biographique alimenté par une démarche micro-historique (Demartini, 2007). C’est-à-dire interroger l’histoire sociale et culturelle en focalisant sur un individu « ordinaire », au dépend des masses, en analysant les contextes qu’il traverse et en éclairant les choix qu’il opère. Ce faisant c’est une forme d’histoire incarnée, faite d’évènements communs et de ressentis particuliers. L’individu devient un être singulier ayant intégré des normes contingentes. Il s’agit de donner du sens et du sensible aux inflexions de l’histoire, en rapportant au plus bas de l’échelle, des contextes plus globaux. Dans ce sens, Paul Ricoeur évoque « l’homme agissant et souffrant » que le jeu d’échelles tend à inclure dans des conjectures plus larges (Ricoeur, 2000).

Dès lors, ce pari biographique articule plusieurs temporalités qui se superposent et de questionnements historiques qui s’entremêlent dans le récit et dont le lecteur s’empare : le temps présent de la recherche, le temps du carnet de captivité (1941-1942) et le temps de l’Entre-deux-guerres où mon aïeul forge son identité d’homme (école, carrière, mariage, politique…). Il faut jongler avec toutes ces périodes qui se chevauchent pour faire exister l’histoire du biographé et montrer que celle-ci n’est pas terminée, qu’elle perdure tant que quelqu’un lui donne vie, la questionne, trouve d’autres preuves, etc. De cette façon-là, Roger L. reste vivant.

_______________________________________________

Philippe Ariès, Le temps de l’Histoire, Paris, Seuil, [1954] 1986.

Pierre Bourdieu, L’illusion biographique. Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, juin 1986, 69-72.

Jean-Claude Catherine (dir), La captivité des prisonniers de guerre. Histoire, art et mémoire, 1939-1945. Pour une approche européenne, Rennes, PUR, 2008.

Anne-Emmanuelle Demartini, « Le retour au genre biographique en histoire : quels renouvellements hitoriographiques ? », in Anne-Marie Montluçon et Agathe Salha (dir), Fictions biographiques. XIXe-XXIe siècles, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2007, 77-89.

François Dosse, Le pari biographique. Ecrire une vie, Paris, La Découverte, 2005.

Karl Mannheim, Le problème des générations, Paris, Alcan, 1928.

Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 4 janvier). Une biographie impossible ? Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u545

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search