Plumes de doctorant.e.s #1 : Pérégrinations archivistiques londoniennes

Nous vous souhaitons avant toute chose, une très belle et heureuse année 2022 !

Pour cette première « nouvelle », nous vous emmenons outre-Manche, à la découverte des archives conservées à Kew, dans le sud-ouest du Grand Londres où un certain nombre d’archives relatives à la Seconde Guerre mondiale sont entreposées.  C’est l’un des sites où sont entreposées des archives de cette période. Elle partage la place avec différents musées : Imperial War Museum, National Army Museum, … qui eux aussi abritent des fonds remarquables quant à l’histoire militaire de la Grande-Bretagne en guerre. À Kew, il y a un véritable trésor archivistique sur cette période.

 

The National Archives à Kew

 Sises dans le district londonien de Richmond upon Thames depuis avril 2003, elles sont issues du groupement des fonds du Public Record Office (ancêtre de ces archives nationales publiques), de la Historical Manuscripts Commission (rassemblant les archives privées), de l’Office of Public Sector Information et du Her Majesty’s Stationery Office. Le tout est abrité dans un bâtiment à l’allure moderne, existant depuis 1977 et abritant à l’époque une section du Public Record Office.
The National Archives (abrégées TNA), rassemblent un fonds archivistique on ne peut plus varié : documents juridiques médiévaux (dont le célèbre Domesday Book de 1086), archives du gouvernement central depuis le Moyen-Age, une immense collection de cartes et de plans architecturaux, des documents intéressants pour les généalogistes, des archives abordant le passé colonial du pays mais aussi, et ce qui m’intéressait plus particulièrement, des fonds relatifs aux forces armées de Sa Majesté : War Office, Admiralty, … Tout cela, parmi d’autres documents que je ne cite pas tant la liste est longue.

On comprendra que la ou le chercheur(se) travaillant sur la Seconde Guerre mondiale a à sa disposition une grande diversité d’archives, tant militaires que politiques, en passant par des fonds privés et iconographiques.

Alors qu’en France, archives de l’armée et de l’État sont globalement séparées, entre le Service Historique de la Défense d’une part, et les différents centres d’archives (nationaux et départementaux) d’autre part, la Grande-Bretagne fonctionne différemment. Dans les musées militaires évoqués précédemment, on trouve principalement des fonds iconographiques ou privés, laissés en dons par d’anciens militaires ou familles d’anciens militaires. Les archives du War Office, on l’aura compris, sont abritées aux TNA de Kew. Ces archives, on peut les approcher à travers le site internet des archives nationales britanniques.

Approcher virtuellement les documents conservés à Kew

Avant de fouler le sol anglais et d’aller au plus près des documents, il convient de les approcher à travers le filtre de l’écran de l’ordinateur, smartphone ou tablette, grâce au site internet des National Archives, dont voici le lien :  https://www.nationalarchives.gov.uk/

Le mieux est de créer immédiatement un compte lecteur en ligne pour pouvoir avoir un accès facilité au catalogue, mais cela n’est pas obligatoire si l’on veut simplement se renseigner et qu’on ne planifie pas une venue ultérieure.

Le catalogue est accessible en suivant ce lien : https://discovery.nationalarchives.gov.uk/

Une fois sur la page web, plusieurs moyens sont possibles pour trouver des documents relatifs à notre période : lancer une recherche simple à base de quelques mots clés et des dates qui nous intéressent, réaliser une « recherche avancée » permettant d’affiner la demande, rechercher par « tags » (ou étiquette, des mots clés qui vont rassembler des archives autour d’un thème commun) ou encore par guides de recherche (il en existe notamment un « second world war »).  Il est également possible de lancer une recherche au sein même d’un département. Les fonds m’intéressant pour ma thèse touchant principalement à l’armée, je me dirigeais vers les documents conservés dans le département « WO » (War Office). En son sein, des numéros de série partagent le fonds en sous-thèmes. Il serait trop fastidieux de les évoquer tous, mais, par exemple, le fonds WO 205 regroupe les documents relatifs au QG du 21e groupe d’armées britannique et le WO 171 rassemble les journaux de marche des unités britanniques déployées en Europe du nord-ouest en 1944-1945. Ces séries sont elles-mêmes divisées en sous-séries relatives au dossier physique, par exemple, la cote WO 171/3409 correspond au journal de marche de la 70th Special Investigation Section pour l’année 1944.

La commande s’effectue à cette adresse : https://www.nationalarchives.gov.uk/book-a-reading-room-visit/

Deux types de réservations de créneaux sont possibles :

*Les réservations simples : permettant de réserver jusqu’à 12 documents pour une journée, mais une fois sur place il est possible de commander 12 documents supplémentaires (soit 24 au total) avec les ordinateurs de la salle de lecture.

*Les « bulk orders » : permettant la réservation de 40 cotes d’une même sous-série (ex : WO 205). Pour celles-ci, je vous recommande de vous y prendre au moins un mois et demi à l’avance pour obtenir une place.

 

« On the field »

Les National Archives se situent à Kew, un sympathique quartier résidentiel du sud-ouest du Grand Londres, à environ 30-40 minutes en métro de l’hypercentre. Vous avez un arrêt à la gare de Kew Gardens, à 10 minutes à pied des archives, desservi par la District Line (métro) et la London Overground Line. Plusieurs bus desservent aussi les environs, le 110 étant le plus proche. Pour plus d’informations : https://www.nationalarchives.gov.uk/about/visit-us/how-to-find-us/

Les archives sont fermées le dimanche et le lundi : https://www.nationalarchives.gov.uk/about/visit-us/opening-times/

Comme en France, les démarches à effectuer en arrivant aux TNA sont similaires. Fouille des sacs en arrivant, dépôt des affaires dans les vestiaires, puis enregistrement au premier étage, le même que celui de la salle de lecture principale, pour obtenir sa carte de lecteur (qui permettra de passer les portiques à l’entrée des salles). Cette carte permet aussi de connaître la place attribuée dans la salle de lecture et donc le casier correspondant, où sont stockés les documents commandés. Attention : les cartes et plans sont dans la salle de lecture au deuxième niveau (dans la « map room », abrégée « MR »). Aussi, dans le cas d’une « bulk order », les documents sont directement déposés à notre place dans la salle de lecture.

Trois types de tables existent dans la salle :

*Les tables en étoile, avec 8 places de forme hexagonale. Les mesures sanitaires font gagner de l’espace sur ces tables alors divisées en deux par un plexiglas, ce qui octroie quatre places pour un lecteur. Vous trouverez sur ces places plusieurs prises (attention à prévoir les adaptateurs !) et un bras sur lequel vous pouvez fixer le téléphone ou l’appareil photo.

*En bout de salle, proches des vitres, se trouvent des tables disposées en longueur, avec 4 places de chaque côté, soit 8 en tout. Ces places sont plus grandes que les premières, et les mesures sanitaires font que vous avez une place sur deux de libre. Comme vous le montre la photo, vous avez là encore des prises, et un bras fixe pour l’appareil photo. Ci-dessous un exemple :

 

*Enfin, au fond à gauche de la salle : l’espace pour les bulk orders. Les tables sont identiques aux précédentes. Vous trouverez les documents que vous avez demandé, soit à votre place (que vous trouverez en regardant la fiche nominative présente sur ces documents) soit sur un chariot à proximité.

Salle des bulk orders

Les TNA sont un espace de travail très agréable, tant par le lieu en lui-même, que par les conditions de travail offertes aux chercheurs ou encore par les personnes y travaillant. Le personnel des archives est en effet toujours souriant et sympathique, à l’écoute et très compréhensif.

L’ambiance y est détendue, et, en ce qui me concerne, j’ai toujours trouvé très plaisant la recherche dans ce centre d’archives, plus que dans la plupart des espaces archivistiques fréquentés en France. Le personnel s’est montré souvent à mon écoute lorsque je ne comprenais pas certaines subtilités, ou que je recherchais des documents en particulier sans y parvenir à travers le catalogue.

 

Quelques exemples de documents sur la Seconde Guerre mondiale à Kew

M’étant rendu aux TNA en décembre dernier, et les ayant fréquentées  pour mon Master en 2019, j’ai consulté plusieurs types de documents autour de la Seconde Guerre mondiale, plus précisément sur la période de la Libération, et je vous propose de découvrir quelques exemples ensemble.

Pour rappel, trois départements m’y intéressent particulièrement :

-le War Office pour les fonds sur l’armée britannique de manière générale (code WO).

-l’Admiralty, pour ceux de la Royal Navy (code ADM).

-l’Air Ministry, pour ceux de la Royal Air Force (fonds AIR).

Dans le fonds WO 171, je vous expliquais qu’on y trouve les journaux de marches. Un journal de marche est un document rempli, en théorie, au jour le jour par les unités qui doivent relater ce qu’elles ont fait dans leur journée. Ces documents sont très inégaux tant sur la forme que sur le fond. La lisibilité n’est pas toujours aisée. S’il y a des journaux remplis à la machine à écrire, d’autres le sont de manière manuscrite, et donc plus ou moins déchiffrables. Concernant le fonds, certaines unités font un rapport journalier détaillé alors que d’autres dressent un résumé pour le mois entier.

Voici un exemple d’un journal de marche, issu du fonds WO 171/3409 :

Au-delà des journaux de marche, certains documents sont plus classiques : extraits de courriers, de formulaires, comptes-rendus. Beaucoup sont sous la forme de microfilms imprimés.

On peut également consulter des registres, des cartes, des photographies, conservés au deuxième niveau, et consultables dans la map room. Voici par exemple une carte extraite d’un ensemble présentant l’avancée journalière du front en Europe du Nord-Ouest à partir du 6 juin 1944 (cote WO 205/1097) :

 

Place maintenant à la consultation, et, enjoy !

 



Citer ce billet
Guillaume Yverneau (2022, 4 février). Plumes de doctorant.e.s #1 : Pérégrinations archivistiques londoniennes. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u548

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search