Plumes de doctorant.e.s #2 : Compte-rendu de lecture : Les Suicidés de Demmin, E. Droit

DROIT, Emmanuel, Les suicidés de Demmin, 1945, un cas de violence de guerre, Paris, Gallimard NRF, « Bibliothèque des Histoires », 2021, 162p.

 

Une étude de cas de la violence de guerre à travers l’analyse micro-historique et ethnologique, tel est le propos d’Emmanuel Droit dans ce brillant ouvrage. Il conduit une étude de l’Allemagne nazie dans un moment paroxystique de son histoire[1]. Celle d’un événement exceptionnel, le suicide collectif le plus important, par son ampleur, de l’histoire allemande. Un phénomène traumatique concomitant aux violences de la fin de la guerre en Europe, plus précisément celles du printemps 1945 en Allemagne. Emmanuel Droit est professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Strasbourg, spécialiste de l’histoire de la RDA et du communisme au XXe siècle.

Le printemps 1945 est marqué par l’effondrement progressif et l’enfoncement des frontières du Reich, à l’est par l’Armée rouge, et à l’ouest, par les Américains, Britanniques et Français, au-delà du Rhin. L’issue de la guerre est alors claire, et le régime nazi en a conscience. De ce fait, il mobilise les masses avec pour mot d’ordre, « vaincre ou périr ». Demmin est une ville de Poméranie occidentale, au nord-est du pays, d’environ 20 000 habitants au cours du conflit mais accueillant aussi des réfugiés et prisonniers de guerre russes et polonais. C’est l’histoire d’un événement traumatique survenu entre le 30 avril et le 4 mai 1945, la mort de 500 à 1 000 civils (selon les estimations) en à peine une semaine, que l’auteur relate dans ce livre.

 

Six chapitres organisent chronologiquement le propos.

Dans un premier, intitulé « De l’expérience de la violence à la mise en récit », l’auteur interroge les sources, notamment processus de rédaction du témoignage d’un événement traumatique tel que celui vécu à Demmin : entre nécessité de sauvegarde mémorielle et libération de l’esprit par le récit. Ces écrits rétrospectifs, qu’ils soient rédigés quasiment sur le vif ou plusieurs décennies après, se sont souvent heurtés à une politique mémorielle les refoulant ou au moins les contenant, du fait, entre autres, de la politique d’amitié germano-soviétique en RDA. En plus de ces ego-documents, d’autres sources sont expliquées et convoquées pour faire l’histoire de ce suicide collectif. L’auteur mobilise ces sources dont les témoignages pour suivre des parcours individuels dans un événement « collectif » afin de « situer » le phénomène violent.

Une fois ces propos méthodologiques et archivistiques passés, nous rentrons dans l’histoire de Demmin, du côté des Allemands, se demandant « Comment finir la guerre » ? L’auteur montre bien que la population était matricée par une propagande dont le mot d’ordre était devenu « Aut vincere aut mori »[2], invitant alors l’ensemble des Allemands à se battre jusqu’à la mort pour défendre le Reich. Elle réussit à ancrer dans les esprits une représentation presque animale, brutale et sauvage, des soldats soviétiques, entrant dans le pays tels des « hordes asiatiques »[3]. Il met aussi en exergue l’influence du caractère nihiliste du régime nazi à la fin du conflit et la mobilisation de ses dernières forces sur l’état d’esprit de ses populations. Tout cela contribue à expliquer partiellement ce passage à l’acte, au suicide collectif.

Un autre élément est l’idée que ce comportement serait une « [échappatoire] à la loi du talion soviétique ». C’est l’objet du troisième chapitre. Emmanuel Droit revient sur le poncif souvent attribué au soldat soviétique, bestial, assassin et violeur des civils allemands rencontrés. S’il ne nie pas l’existence d’exactions commises par les militaires de l’Armée rouge en Allemagne (il rappelle que Demmin n’y échappa pas), il invite ses lecteurs à relire ce « livre noir »[4] – pour reprendre le titre d’un ouvrage aujourd’hui polémique – de la guerre à l’Est. Le talion était, à l’approche du sol allemand, érigé par la propagande soviétique comme un « impératif catégorique moral »[5]. Dans le même temps, des directives de l’Armée rouge montrent une rapide volonté d’encadrer la violence des troupes, mais avec une efficacité relative. S’il est vrai que le niveau de brutalité à l’Est était indéniablement très élevé, l’auteur rappelle que la violence est d’abord située avant d’être déduite. Cette invitation à la mise en situation du phénomène violent est un fil conducteur des Suicidés de Demmin. Dès lors, « la violence, même dans ses formes les plus radicales, n’est jamais d’abord idéologique mais située »[6]. Il faut ainsi se détacher d’une légende noire, absolue, du soldat soviétique en la recontextualisant la manière dont le régime de terreur stalinien a pu avoir un impact sur les comportements des citoyens soviétiques envoyés au front. L’étude de cas du massacre de Nemmerdorf, antérieur aux événements que connut Demmin, est l’occasion pour l’auteur de montrer la manière dont il faut situer cette violence de guerre à un niveau de « tension confrontationnelle »[7] entre Allemands et Russes.

Puis, l’auteur recentre son propos sur Demmin. Il aborde la ville comme « un espace sans ordre et sans issue ». En 1945, la population de la ville augmente du fait d’un important afflux de réfugiés fuyant l’avancée soviétique. Ils viennent aggraver les effets de la propagande nazie sur les exactions et participent à ancrer chez les habitants de la ville, une véritable peur de l’occupation russe. En plus des habitants et des réfugiés, se trouvent à Demmin des prisonniers de guerre polonais et russes, eux aussi saisis d’effroi à l’idée de la progression du « rouleau compresseur » soviétique. Face à l’incertitude quant à leur destin, des habitants de Demmin commencent à envisager la mort comme seule issue possible, comme seule manière de « quitter la ville ». Au printemps 1945, la solution a été mise en œuvre par de nombreux cadres et dignitaires du régime, et elle gagne désormais l’opinion publique comme le prouvent les archives des services du renseignement intérieur nazi. Parallèlement, la présence de certains éléments de l’armée allemande à Demmin est source de terreur chez les habitants. Emmanuel Droit rappelle l’effet qu’ont pu avoir les Kettenhunde[8], de la Feldgendarmerie, sur la population. Ces militaires punissaient la désertion ou le refus de se battre par une exécution sommaire. Aussi, les SS prennent le dessus dans le commandement des opérations pour la défense de Demmin dans laquelle ils emploient de nombreux éléments de la Volkssturm : des « volontaires » recrutés pour défendre les derniers remparts d’une forteresse dont le donjon est sur le point de tomber. Enfin, comme s’il fallait encore un élément pour rajouter angoisse et désespoir parmi les populations présentes à Demmin, il faut rappeler le sentiment d’abandon dont elles furent victimes alors que les derniers militaires, policiers et cadres quittèrent la ville, coupant les ponts, les seules voies de repli possible.

Dès lors, commence « un déchaînement de violence hors de tout contrôle ». Tel est le nom de l’avant-dernier chapitre de l’ouvrage. Emmanuel Droit y décrit le paroxysme atteint par la violence à Demmin, entre le moment d’abandon, le 29 avril 1945, et celui d’arrivée puis de stationnement des troupes russes. Avoir situé cette violence permet une meilleure compréhension du drame. L’auteur décrit bien l’angoisse précédant l’arrivée des Russes, alimentée par les bruits de canons et de chars se rapprochant. Il aborde les premiers contacts entre Allemands et Soviétiques, qui ne sont globalement pas marqués par des violences extrêmes. L’analyse historique à l’échelle « micro » permet à l’auteur de cerner le plus précisément possible le « moment décisif de bascule vers la violence pure »[9]. Selon lui, la bascule se situe lors de la célébration de la fête du 1er mai, et de la victoire de manière générale. Désinhibés par l’alcool et empreints d’un sentiment de supériorité du groupe « soviétique » sur les Allemands, la violence se déchaîne. Les femmes sont parmi les principales victimes. De plus, les flammes se propagent au même moment dans la ville, accentuant ce climat terrifiant. Viols et incendies ont alors agit comme un « double catalyseur »[10] du désespoir des habitants, conduisant à cette vague de suicides, le plus important suicide collectif de l’histoire allemande. C’est une véritable dynamique virale qui est alors à l’œuvre, conduisant aussi bien individus que familles entières à mettre fin à leurs jours, par de multiples moyens : empoisonnement, noyade, ou encore suicide par sectionnement. Environ 5% de la population de Demmin se donne ainsi la mort. L’auteur termine le chapitre en décrivant le moment d’après-violence : l’enterrement des corps dans une fosse, le passage de la ville sous administration de la RDA, la reconstruction et la mémoire « empêchée » dès la fin des événements. Une mémoire empêchée et voilée par le souvenir des militaires soviétiques « morts au combat » pour la prise de Demmin. Les « suicidés de Demmin » sont en fait agrégés à toutes les « victimes civiles » du conflit, à côté de celles des bombardements ou de la répression du régime nazi.

Vient enfin le moment pour l’auteur d’évoquer la mémoire de l’événement jusqu’à aujourd’hui, dans un ultime chapitre. Une « mémoire douloureuse renaissante mais instrumentalisée ». Celle-ci est sensible et source d’appropriation par différents partis politiques. La droite radicale récupéra « l’événement » lors des commémorations du 8 mai, en en faisant un jour de recueillement aux victimes allemandes de la guerre, notamment, celles victimes de la dictature socialiste. Cherchant à dépolitiser cette mémoire, des individus et associations cherchèrent donc, au printemps 2015 à rendre hommage aux victimes, par l’art, avec une œuvre faite de fleurs, un parterre mémoriel à la fois éphémère mais vivace car cyclique.

 

 

Ainsi, Les suicidés de Demmin, est assurément une des sorties éditoriales phares de 2021, notamment en histoire contemporaine, et plus spécifiquement celle de la Seconde Guerre mondiale. C’est un ouvrage stimulant et très bien documenté, permettant de découvrir, ou plutôt de redécouvrir par un nouveau prisme, cette période de l’histoire de l’Allemagne nazie. L’usage de la micro-histoire permet de montrer l’importance de penser la violence comme située lorsqu’on l’étudie. Cela amène aussi l’auteur à revenir sur certains poncifs et de les nuancer pertinemment. Les suicidés de Demmin est un livre dont « Plumes de doctorant.e.s. » ne peux donc que vous recommander la lecture.

 

[1] Christian, INGRAO, Le soleil noir du paroxysme ; nazisme, violence de guerre, temps présent, Paris, Odile Jacob, 2021. Notamment le chapitre V : « Le suicide comme sortie de guerre paroxystique », pp.181-209.

[2] « Vaincre ou mourir »

[3] L’asianité des Soviétiques est souvent mise en exergue lorsqu’il s’agit, pour la propagande, de montrer un côté animal, inhumain.

[4] Référence à l’ouvrage collectif de Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Jean-Louis Panné, Andrzej Paczkowski, Karel Bartosek et Jean-Louis Margolin, Le livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, 1997.

[5] Emmanuel Droit, Les suicidés de Demmin, 1945, un cas de violence de guerre, Paris, Gallimard NRF, 2021, p.64.

[6] Ibid, p. 66.

[7] Expression de Randall Collins reprise par Emmanuel Droit, op. cit., p.78.

[8] « Chiens de garde » en allemand.

[9] Emmanuel Droit, op. cit., p.118.

[10] Emmanuel Droit, op. cit., p.125.



Citer ce billet
Guillaume Yverneau (2022, 23 février). Plumes de doctorant.e.s #2 : Compte-rendu de lecture : Les Suicidés de Demmin, E. Droit. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u54a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search