Christiane et Otto, “Ils se sont rencontrés au printemps 1942”

Archives départementales de la Seine-Maritine, 245W307, dossier de procédure de Christiane W.

Au début du mois de mai 1945, alors qu’il patrouille, un commissaire principal de police de la ville de Rouen est intrigué par le comportement d’une femme1. Ses agissements vis-à-vis d’un prisonnier allemand occupé à des travaux de voirie l’incitent à lui demander son identité et à inspecter son sac à main qui contenait une vingtaine de lettres, toutes écrites en allemand. « Invitée » à justifier cette correspondance au poste de police le 13 mars 1945, cette jeune femme se présente. Elle s’appelle Christiane W., est alors âgée de 22 ans et travaille comme employée au service des statistiques. Elle habite 47 rue d’Elbeuf. Alors que la chambre civique de Rouen tourne à plein depuis décembre 1944, la présence de ces lettres dans ses effets personnels l’a rendue suspecte de compromission avec l’Occupant, désormais vaincu. En effet, l’ordonnance du 26 août 1944 visait à poursuivre judiciairement :

«Tout Français qui aura, postérieurement au 16 juin 1940, soit sciemment apporté en France ou à l’étranger une aide directe ou indirecte à l’Allemagne et à ses alliés, soit porté atteinte à l’unité de la nation ou à la liberté des Français ou à l’égalité entre ces derniers ». Ce texte servait de base légale aux poursuites contre des individus ne tombant pas sous le coup du Code pénal mais sous l’accusation d’indignité nationale. Les Chambres civiques, juridiction d’exception se chargeaient de son application2. Ainsi, les archives départementales conservent les dossiers de procédure de ces femmes accusées d’avoir trahi par leurs relations. Ceux-ci sont composés de procès-verbaux d’enquête, de multiples pièces de forme, voire de pièces à conviction.

Au cours de son audition, Christiane reconnaît avoir rencontré Otto H. en mai 1942, aux abords d’un café dans lequel elle se rendait. Ses aveux sont assez laconiques. Elle le présente comme étant sous-officier d’un régiment d’infanterie au repos dans la région après avoir combattu sur le front de l’Est. Néanmoins, après un mois de fréquentation durant lequel elle reconnaît de nombreuses promenades mais nie toutes relations sexuelles, l’unité de Otto est rappelée en Russie. C’est à peu près les seules informations qu’il est possible de tirer de son audition policière qui constitue pourtant la base des poursuites engagées contre elle par la chambre civique de Rouen. Si elles sont conservées comme preuves dans son dossier de procédure, la correspondance permet aussi de combler certains silences du procès-verbal. Les deux sources s’avèrent complémentaires. Alors que les procès-verbaux synthétisent les informations essentielles mais visent surtout à faire la preuve de l’impact social négatif qu’auraient pu avoir ces relations, les lettres éclairent davantage le fonctionnement des échanges entre Christiane et Otto. Vingt lettres sont recensées, toutes écrites en langue allemande, dix-neuf par Otto, une seule par Christiane. Son dossier ne contient que les lettres qu’elle a conservées, aussi cette correspondance est bien sûr très incomplète et perd la dynamique de l’échange épistolaire qui ne se décèle qu’en creux.

Huit courriers sont envoyés par la Feldpost, le reste par la Poste française. Ces envois reflètent la plus ou moins longue distance qui sépare les épistoliers. D’ailleurs, la mobilité d’Otto transparaît particulièrement dans sa correspondance avec Christiane, explicitement ou par le biais de son Feldpostnummer. Après un mois d’une courte idylle entamée à Rouen, il part en Russie. Après cinq mois durant lesquels aucune lettre n’est recensée, il annonce avoir quitté Vienne pour le front russe en janvier 1943, au sein du 108.Panzer-Grenadier-Regiment. Il participe certainement aux combats de Stalingrad, puis part en Estonie en avril. Le régiment, reconstitué à partir des restes de la 6e armée, est ensuite transféré dans l’ouest de la France. Otto écrit effectivement ses dernières lettres depuis Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), puis Parthenay (Deux-Sèvres), dès l’été 1943. La correspondance semble donc maintenue tout au long de ses multiples déplacements, et s’interrompt seulement lors d’une semaine de retrouvailles. Ainsi, l’acte d’écrire qui rend fictivement présent le destinataire vise à pallier l’absence et la distance géographique qui fragilisent des relations déjà minées par la nationalité et le statut de ses membres. Que s’écrire alors que leur rencontre est récente et leur séparation prématurée ? Que s’écrire alors que leur relation est jugée illégitime, immorale, et antinationale aux yeux de la société ?3

Les lettres parlent en premier lieu … de lettres. Les remerciements, l’évocation du plaisir de la réception ou encore les plaintes sont autant de moyens de nourrir l’illusion d’une conversation continue en liant les lettres entre elles. Ainsi, Otto entretient une stricte comptabilité révélatrice des difficultés de communication découlant des affres postaux : 

Je suis assez surpris que vous n’ayez pas reçu de courrier de ma part. Je vous ai écrit à nouveau immédiatement après votre lettre du 12.6, le 19 ou 20.6. Vous avez dû recevoir cette lettre il y a longtemps. Je vous ai ensuite écrit une autre lettre par la poste française le 05.07.4

Ces lettres suggèrent aussi une certaine pression à l’écriture, que Christiane paraît lui réclamer régulièrement : « Je peux comprendre que vous soyez parfois un peu impatient de recevoir mon courrier. Je t’écris toujours, même si cela prend parfois un peu plus de temps5». Cette dynamique s’inscrit dans ce que Roland Barthes avait appelé « le discours de l’absence », propre aux femmes et féminisant les hommes6. Si la correspondance souffre des lenteurs postales qui diffèrent encore davantage leur communication, Otto et Christiane ne semblent pas pâtir de difficultés linguistiques. Il se réjouit de cette situation : « Tu as déjà appris beaucoup d’allemand et tu sais bien écrire, donc je comprends très bien tes lettres7». Christiane avait pris des cours du soir. Otto envisage aussi d’écrire en langue française: « Tu sais que je suis censé t’écrire une lettre en français bientôt, mais je ne peux pas, je n’ai pas assez de temps8». Peut-être a-t-il acquis certains rudiments au cours de ses conversations avec Christiane ? Cependant, si une rédaction en français impliquerait un investissement supplémentaire de sa part, cela l’empêcherait aussi d’exprimer précisément ses idées et ses sentiments. En bref, cela compliquerait une communication déjà fragilisée par la distance et les aléas postaux.

La deuxième thématique majeure des lettres de Otto tient à la perspective plus ou moins proche, voire à l’organisation de leurs retrouvailles. L’incertitude prédomine, au gré des affectations. Ainsi, le sous-officier passe systématiquement par la poste française lorsque, dans l’espoir de se retrouver, il évoque ses cantonnements : « Peut-être qu’on pourra bientôt partir d’ici, mais je ne sais pas où. Quand je serai sûr de quelque chose, je vous écrirai tout de suite9». L’espoir se concrétise lorsque l’unité de Otto est en repos dans la région de Parthenay, en juillet 1943. Le 13, il explique à Christiane comment rapidement le rejoindre :

Je suis à Azay-le-Rideau, à 20 km de Tours […]. Je loge ici avec Mme Veuve Albert, encore une fois rue Nationale. Vous pouvez prendre le train jusqu’à Azay, mais ensuite vous devez marcher un quart d’heure jusqu’à la maison. Vous pouvez également prendre le bus de Tours […]. A l’entrée de la maison, il y a un panneau avec mon nom dessus10».

La lettre suivante date du 25 juillet et laisse place à la nostalgie de retrouvailles qui échappent totalement à la correspondance : 

 Ma chambre est à nouveau solitaire et déserte et je dois m’habituer à ce que tu sois à nouveau loin et que je sois à nouveau seul. Pensez aux belles heures que nous avons passées ici ensemble. Elles sont passées trop vite pour moi et je ne les oublierai jamais.11

On retrouve là l’idée de Cécile Dauphin que « les lettres ne montrent pas l’intime, elles le rendent sensible »12. L’intime se vit, se ressent, mais ne s’écrit pas; les lettres rendent l’intime sensible en ce sens qu’elles en sont un support obligé pour pallier une distance, mais elles ne constituent pas de l’intime en soi.

Loin de ces considérations, Otto se livre plus pragmatiquement sur son quotidien. Il relate les conditions de son cantonnement ou de ses permissions : 

 Je viens de rentrer chez moi depuis seize jours. Le temps était très agréable, mais j’ai dû travailler un peu car nous avions une récolte de fruits. Bien sûr, je n’ai pas travaillé tout le temps, je me suis reposé et je me suis promené13.

Ces conversations ordinaires tentent à créer une proximité que la distance empêche. Elles réactivent les souvenirs des quelques moments passés ensemble, pour renforcer une relation qui ne s’enrichit plus de nouvelles expériences communes. Cette remémoration paraît donc indispensable d’abord pour trouver du contenu, ensuite pour maintenir un lien qui ne se renouvelle plus. En effet, Otto évoque peu la guerre, seules quelques mentions laconiques suggèrent un rapport sans ambivalence à la Russie. Il ne s’épanche jamais longuement sur les combats et la situation des troupes à l’Est, et semble se préoccuper de la possibilité d’un contrôle de la censure allemande14. Ainsi, dans une lettre envoyée par la Feldpost, il se contente de parler de la saison : « C’est le premier hiver que je passe ici, et j’espère que ce sera le dernier15 ». Il se permet davantage dans une lettre empruntant la poste française, qui n’aurait probablement pas passé la censure: « Le combat en Russie est dur, mais il faut savoir en finir16». Au facteur principal qu’est la crainte d’être lu peuvent aussi s’ajouter le désintérêt ou l’incompréhension supposés de sa lectrice, la volonté de s’évader des combats ou encore de ne pas susciter d’inquiétude. Ainsi, les autres évocations de la guerre ne l’envisagent que dans son espoir de fin prochaine, synonyme de retrouvailles et donc, de fin des souffrances qu’impose la séparation.

« Combien de fois ai-je regardé ta photo alors que je pourrais être à nouveau avec toi. J’ai tellement d’amour, mes pensées sont toujours avec vous17», confie Otto. Pourtant, cette correspondance n’est pas le lieu de longs épanchements amoureux. L’évocation des sentiments comme du désir est plutôt pudique et se décline davantage sur le ton du manque et de l’espoir. Si la connaissance récente et la courte idylle entre Christiane et Otto est un facteur explicatif de cette pudeur, le constat inverse fonctionne aussi. Alors qu’ils ne se sont vus qu’un mois, ils évoquent, à demi-mot, de réels sentiments, probablement exacerbés par la distance. On retrouve là ce que Clémentine Vidal-Nacquet a appelé « l’inflation sentimentale18», sorte d’accélération amoureuse née de la guerre et de l’incertitude du lendemain qu’elle implique. Néanmoins, Otto et Christiane partagent de réels projets d’avenir, qu’ils relèguent à un futur pacifié. La guerre a permis leur rencontre, mais repousse certaines étapes constitutives du processus conjugal qu’ils ont peut-être déjà évoquées ensemble : « Je vois beaucoup de choses devant moi, nous serons heureux, comme tu le sais j’aimerais être marié avec toi, comme je rendrais beaucoup de gens heureux, je réaliserais tous tes souhaits19. Un témoin auditionné par la Police révèle que Christiane le présentait aussi comme « son fiancé ». La situation de guerre et la séparation sont donc tant des facteurs de fragilisation que d’accélération d’histoires sentimentales.

Cependant, l’inquiétude gagne rapidement l’épistolière à la fin de l’année 1943. La dernière lettre envoyée par Otto date du 17 octobre 1943, alors qu’il s’apprête à quitter Azay pour une destination inconnue, après un passage par l’Allemagne. Face à l’absence de nouvelles, le 31 octobre, Christiane lui écrit une lettre qui, pour des raisons inconnues, est contenue dans son dossier. Elle lui fait part de ses angoisses : « Et maintenant, mon Otto, je ne sais même pas où tu es, mais je pense toujours à toi. Nous sommes toujours ensemble en pensée, n’est-ce pas ?20». Une lettre du 24 février 1944 finit par tuer tout espoir. La famille de Otto s’adresse à Christiane depuis l’Allemagne. Dans une lettre empreinte d’émotions, elle l’informe de la mort de Otto sur le front russe, le 6 novembre : 

Nous avons eu beaucoup de nuits blanches, de jours et de semaines difficiles depuis lors. Chère Mademoiselle W., c’est avec notre mère que cela a été le plus dur, il y a des larmes tous les jours et encore aujourd’hui […] La guerre est terrible et dure et elle fait tant de mal21.

C’est avec cette nouvelle que se clôt l’histoire de Christiane et Otto. Néanmoins, pour avoir entretenu cette relation plus épistolaire que physique, Christiane est poursuivie par la chambre civique de Rouen. Son audience se déroule le 28 juin 1945, dans l’après-midi. Rien ne dit que les lettres furent mobilisées en détail au moment de son jugement, puisqu’elles ne permettaient pas d’alourdir l’accusation dans le sens de l’ordonnance de décembre 1944. Elle est finalement condamnée à la peine de dégradation nationale pour une durée de quinze ans. Ainsi, l’histoire de Christiane et de Otto, au-delà de l’implacable dissonance entre l’ordre politique et l’ordre des corps qu’elle sous-tend, donne à voir le significatif décalage entre la sévérité de la peine et l’innocence apparente de leur correspondance. La confrontation entre la source judiciaire et la source épistolaire permet de se défaire de l’image de faits de « débauche » et de trahison nationale à laquelle le traitement judiciaire et extra-judiciaire de la Libération ont réduit ces histoires intimes.

 



Citer ce billet
Charlotte Barnabé (2022, 16 mars). Christiane et Otto, “Ils se sont rencontrés au printemps 1942” Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u54d

  1. AD76 – 245W307, Procès-verbal de la brigade de Police de Rouen du 13 mars 1945 []
  2. SIMONIN Anne, Le déshonneur dans la République, Une histoire de l’indignité 1791-1958, Paris, Grasset, 2008 []
  3. VIRGILI Fabrice, La France ”virile”, Des femmes tondues à la Libération, Payot, Paris, 2000 []
  4. AD76 – 245W307, Lettre du 13 juillet 1943 de Otto à Christiane []
  5. AD76 – 245W307, lettre du 10 octobre 1943 de Otto à Christiane []
  6. BARTHES Roland, Fragments d’un discours amoureux, Paris, Le, Seuil, 1977, p.20 []
  7. AD76 – 245W307, Lettre du 21 février 1943 de Otto à Christiane []
  8. AD76 – 245W307, Lettre du 10 octobre de Otto à Christiane []
  9. AD76 – 245W307, Lettre du 10 octobre de Otto à Christiane []
  10. AD76 – 245W307, Lettre du 13 juillet 1943 de Otto à Christiane []
  11. AD76 – 245W307, Lettre du 25 juillet 1943 de Otto à Christiane []
  12. DAUPHIN Cécile, « Les correspondances comme objet historique. Un travail sur les limites », Sociétés & Représentations, 2002/1 (n° 13), p.49 []
  13. AD76 – 245W307, Lettre du 3 septembre 1943 de Otto à Christiane []
  14. ZIEMANN Benjamin, « Feldpostbriefe und ihre Zensur in den zwei Weltkriegen » in Beyrer Klaus et Täubrich Hans-Christian (dr.), Der Brief. Eine Kulturgeschichte der schriftlichen kommunikation, Ed.Braus, Heidelberg, 1996, p.163-171 []
  15. AD76 – 245W307, Lettre du 2 janvier 1943 de Otto à Christiane []
  16. AD76 – 245W307, Lettre du 4 novembre 1942 de Otto à Christiane []
  17. AD76 – 245W307, Lettre du 13 août 1944 de Otto à Christiane []
  18. VIDAL-NACQUET Clémentine, Couples dans la Grande Guerre, Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Les Belles Lettres, Paris, 2014, p.393 []
  19. AD76 – 245W307, Lettre du 13 août 1944 de Otto à Christiane []
  20. AD76 – 245W307, Lettre du 31 octobre 1943 de Christiane à Otto []
  21. AD76 – 245W307, Lettre du 24 février 1944 de la famille de Otto à Christiane []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. CANEL-DOL dit :

    Magnifique site rigoureux et enrichissant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search