La figure populaire du héros de guerre, entre ombre et lumière

Le Grand Cirque de Pierre Clostermann et Les Carnets de René Mouchotte

Les Carnets de René Mouchotte, 1re édition en 1949 chez Flammarion
Le Grand cirque de Pierre Clostermann, 1re édition en 1947, chez Flammarion

Depuis Guynemer, Fonck, Heurtaux, et sans compter les pionniers de l’aéropostale de l’entre-deux-guerres (Mermoz, Saint-Exupéry), l’imaginaire populaire n’a cessé de se représenter les pilotes de guerre comme les héros des temps modernes, avec une combinaison de courage et de modernité dans les représentations sociales. La troisième dimension confère à l’engagement une sorte de pureté céleste, loin de la boue et des vicissitudes des combats au sol, tandis que l’on prête aux pilotes des qualités humaines et morales qu’ils sont loin de toujours avoir.1.

Aussi n’est-il pas étonnant que des figures de l’aviation française aient pris la parole pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Dès 1941, Jean-Mary Accart témoigna des combats menés lors des opérations de 1939-1940. Le récit d’Antoine de Saint-Exupéry fut pour sa part édité aux États-Unis en février 19422.

Chasseurs du ciel de Jean-Mary Accart, 1re édition chez Arthaud en 1941

Chez les aviateurs de la France libre, comme du reste chez nombre d’acteurs du conflit, la publication de témoignages fut rapide avec huit ouvrages édités moins de dix-huit mois après la fin de la guerre en Europe3.

Toutefois, ce sont deux autres figures qui se sont imposées et ont popularisé le mythe du pilote de chasse en France après la guerre : Pierre Clostermann et René Mouchotte, dont les témoignages furent respectivement publiés en 1948 et 1949 par Flammarion4.

René Mouchotte (1914-1943)

À maints égards, leurs témoignages se complètent. Pilote de tourisme et sergent de réserve, Mouchotte fut affecté comme instructeur à une école de pilotage en 1939, puis évacué en Afrique du Nord au moment de la débâcle. Depuis Oran, Mouchotte fut ainsi l’un des tout premiers à rallier la France Libre le 30 juin 1940.

Pierre Clostermann (1921-2006)

Né en 1921 en Amérique du Sud, trop jeune pour s’engager comme pilote avant 1942, Clostermann commença en janvier 1943 sa carrière en unité opérationnelle dans le groupe que commanda Mouchotte jusqu’à sa mort en août suivant.

À travers leurs deux récits qui se recoupent, le quotidien et les missions d’un pilote de chasse français au sein de la Royal Air Force (RAF) se trouvent-ils ainsi illustrés tout au long du conflit5. Porté disparu jusqu’à ce que son corps soit identifié au printemps 1949, l’un est un héros mort dont les carnets furent édités de manière posthume, le second un héros bien vivant, encore jeune (Clostermann a 27 ans lorsque son ouvrage est publié en 1948) et bardé de décorations.

Succès d’édition

Avant d’aborder le contenu, le rôle et la fonction de ces deux récits, voyons d’abord leur succès éditorial. C’est en effet ce succès qui justifie leur choix dans la présente étude. Publiés chez Flammarion à l’automne 1949, les carnets de René Mouchotte rencontrent rapidement leur public : un retirage en décembre 1950 indique le cent-soixante-deuxième mille.

Ils sont réédités dans la collection de livres de poche de couleur bleue lancée par l’éditeur français « J’ai lu » en 19626. Ils inaugurent d’ailleurs la collection « Leur aventure » qui connaîtra un succès considérable au cours des années 1960 et 1970, comptant au total 146 titres et faisant la part belle aux aviateurs de la Seconde Guerre mondiale, entre autres Adolf Galland, Hans Ulrich Rudell, Robert Sauvage (du groupe « Normandie-Niemen ») et Pierre Clostermann. En 2001, le service historique de l’armée de l’air a par ailleurs publié une édition critique de ces carnets7.

Le récit de Pierre Clostermann, publié un an avant celui de Mouchotte, connaît un succès bien plus étendu. De tous les témoignages français se rapportant sur la Seconde Guerre mondiale, il est sans aucun doute un des tout premiers best-sellers avec une quinzaine d’éditions de 1948 à 2009, sans compter les différentes réimpressions. Si, comme les carnets de Mouchotte, le récit de Clostermann a été publié dans la collection « J’ai lu » en 1969, il fut par exemple aussi édité et réimprimé à plusieurs reprises à partir de 1960 dans la bibliothèque verte, cette collection conçue en 1923 par Hachette et destinée aux adolescents. Traduit en plus de trente langues, l’ouvrage se serait vendu à trois millions d’exemplaires8.

L’histoire

Peu ou prou, l’histoire que rapportent ces deux combattants est la même : la volonté de poursuivre le combat (dès le 17 juin 1940 pour Mouchotte, avant même l’appel du général de Gaulle, plus tard pour Clostermann, alors trop jeune pour servir), les opérations aériennes, la vie d’exil dans la société britannique en guerre, les combats, la disparition des camarades.

Malgré cette communauté de destin, les deux récits présentent chacun des caractéristiques très particulières. Cela tient sans doute à la personnalité différente des deux auteurs. L’un, Clostermann, est un jeune homme fougueux qui ne rêve que plaies et bosses avant d’être gagné par la peur et l’usure. Même s’il appartient au camp vainqueur, sa narration de la fin de la guerre est crépusculaire. L’autre, Mouchotte, à peine plus âgé, mais d’esprit mûr, est un tacticien froid et consommé dont la passion pour la France se confond avec celle pour sa mère.

Les motivations du combat sont aussi une autre source de différence. Assurément, le patriotisme est un moteur extrêmement puissant chez les deux hommes qui œuvrent tous deux pour la libération du pays. Leur vision de l’ennemi est toutefois différente. Pour Mouchotte, né en 1914, qui a grandi dans le culte des héros de la Grande Guerre, l’humiliation de 1940 marque un tournant. Sa décision d’écrire ses carnets est d’ailleurs prise à l’annonce de la demande d’armistice du 17 juin qu’il confond immédiatement – de manière révélatrice – à une capitulation. Et si l’Allemand demeure l’ennemi héréditaire qui occupe alors son pays, certaines réflexions laissent également affleurer chez lui la conscience d’un combat contre le national-socialisme9

 

Nous mettrons toute notre âme dans cette guerre sainte de libération », écrivit-il au printemps 1943, « et il faudra que cette pieuvre crève, dussions-nous y laisser notre peau…10

Chez Clostermann, dont la famille est originaire d’Alsace, la germanophobie est loin d’être aussi poussée. L’ennemi doit certes être bouté hors de France, mais il n’en demeure pas moins un adversaire respectable. La dimension idéologique du conflit lui échappe totalement – du moins est-elle totalement absente dans son récit. Elle le sera plus tard encore dans sa préface de l’ouvrage de l’as allemand Hans Rudel, dans laquelle il mobilise toutes ses capacités rhétoriques pour tenter de convaincre – maladroitement – son lecteur qu’il faille distinguer la technique de l’idéologie11

Toutefois, c’est surtout l’intention narrative qui distingue les deux témoignages. Loin de chez lui et de cette mère qu’il aime tant, Mouchotte se confie à ses carnets « comme à mon seul ami12 ». Il récuse d’ailleurs toute idée de publication. Deux semaines après sa première mission opérationnelle au sein de la RAF, il avance que ses « feuillets ne sont destinés qu’à n’être lus par moi-même dans quelques années13 », mais sous une forme interrogative qui montre combien cette perspective demeure fragile à ses yeux, au regard du taux d’attrition élevé des pilotes de chasse. De plus en plus conscient du risque de disparaître, Mouchotte concédera plus tard écrire « pour sa famille»14). Formulation originale reproduite dans l’édition 2000 (p. 89) : « Ces feuillets ne sont-ils pas destinés à n’être lus que par moi-même dans quelques années ? »)). Parfois introspectif, il livre donc sans retenue l’éventail des sentiments qui le traversent : satisfactions personnelles, marques d’estime que lui portent sa hiérarchie et ses camarades, ses peurs et les manifestations physiques qui l’accompagnent, ainsi que les déchirements liés à la perte de ses camarades de combat. Tout autre est l’intention de Clostermann qu’il décrit d’ailleurs sans détour dans son avant-propos.

Enfant unique, dix mille kilomètres m’ont séparé pendant quatre ans, de mes parents, Français libres comme moi. De Londres à Brazzaville, la correspondance était difficile, les lettres sévèrement censurées sur tout ce qui touchait les activités militaires. L’espace restreint de la carte-lettre aérienne mensuelle autorisée, ne se prêtait guère à la description de ma vie en Angleterre avec la R.A.F. et les Forces Aériennes Libres. Et pourtant je voulais évoquer pour mon père et ma mère, cette vie nouvelle, si pleine d’émotions, d’imprévu – ingrate, mais très belle. Je voulais qu’ils puissent la revivre, minute par minute – même si je ne revenais pas pour la raconter… C’est ainsi que, par le truchement d’un gros cahier d’ordonnance de l’Air Ministry, […], tous les soirs je leur ai décrit ma journée. Une vieille enveloppe collée à la couverture contenait mon testament – un peu ridicule, car les « mercenaires » du général de Gaulle n’avaient à coucher sur le papier, en guise de biens temporels, que leur foi dans la France et leurs rêves précaires d’avenir.15

Se souvenir était l’intention de Mouchotte, décrire et transmettre était celle de Clostermann. Il en résulte deux types de récits assez différents et complémentaires.

Le premier relève du carnet intime, avec ses opinions parfois tranchées, ses états d’âmes et ses doutes. Le second est une description qui privilégie l’aspect technique du vol, les sensations ressenties par le pilote, ainsi que la manière dont sont conduites les opérations, en sélectionnant des moments clés représentatifs de ses activités aériennes. Il plonge littéralement le lecteur dans la salle des opérations avant la mission, puis dans le cockpit de l’appareil, citant les indicatifs, les codes et les messages échangés en anglais. En somme, il relève du « reportage » – terme assumé par Clostermann dans son avant-propos16. Cette approche a assurément fait le succès du Grand Cirque. Et si l’auteur demande d’emblée à son lecteur « de ne pas y chercher une œuvre littéraire17 », il s’agit au final d’un récit majeur par sa vivacité, avec ses qualités littéraires intrinsèques, que William Faulkner aurait même qualifié « de seul grand livre issu de la guerre 39/4518 ».

Intentionnalité de l’édition

Si l’intention d’écriture des deux auteurs n’est pas la même et donne à leur récit une coloration très différente, les raisons qui conduisirent à l’édition de ces écrits tendent à se rejoindre.

Clostermann prétend clairement être un porte-parole de son groupe – celui des pilotes des Forces aériennes françaises libres : « Changez les dates, quelques circonstances accessoires, et c’est l’existence quotidienne de cinq cents jeunes aviateurs français que vous revivrez19. » Et ce témoignage, il entend le porter en 1948 aux nombreux Français qui, selon lui, « n’avaient pas la moindre notion de ce qui s’était passé de l’autre côté de la Manche – ou qui préféraient continuer à l’ignorer…20». Revendicatif, il formulait le vœu que ses pages puissent « aussi amener certains à plus de discrétion ou de pudeur dans leurs jugements, à se rappeler que même si les aviateurs Français Libres n’ont pas de monuments, de places, de rues ou de stations de métro, ils n’en ont pas moins inscrit dans le ciel beaucoup de gloire très pure et accru de beaucoup le prestige de la France21. » Dans la foulée, il souhaitait également que ce récit enlève « à d’autres ce complexe d’infériorité qui les porte à honorer les victoires de nos alliés, et à ignorer complètement les nôtres22. »

De fait, la publication de cet ouvrage paru en 1948 ne peut être dissociée de la crise politique et sociale traversée par la France l’année précédente, alors que Clostermann, élu député d’Alsace en 1946, affiche un soutien sans faille au général de Gaulle et laisse poindre une aversion à l’endroit des représentants de la Résistance intérieure à au moins deux reprises dans son récit. Il s’agit donc pour lui de rééquilibrer le discours mémoriel, en faisant contrepoids, d’un côté à un discours de la résistance intérieure d’inspiration communiste, et de l’autre à valoriser la France combattante. Il est en cela en cohérence avec sa trajectoire politique qui évolue au même moment : il quitte en effet l’UDSR en 1948 et s’abstient de voter le plan Marshall23.

L’édition posthume des carnets de René Mouchotte en 1949 posait à l’inverse un problème éthique, l’auteur ayant explicitement indiqué qu’ils étaient écrits pour lui seul, sinon pour sa famille. Ceux-ci n’avaient donc pas vocation à être publiés. Ancien résistant et Français libre, André Dezarrois a évoqué dans son introduction cet épineux cas de conscience, lorsque la mère de Mouchotte lui a remis les carnets de son fils encore porté disparu, avec l’idée qu’il y ait là « un enseignement pour les jeunes hommes de ce pays auquel il a tout donné24». Cette vision chrétienne du héros rédempteur est encore confirmée par Alfred Heurtaux, pilote de chasse de la Grande Guerre et résistant déporté de la Seconde, auquel la caution morale est demandée pour passer outre la volonté du défunt.

« Il n’y a pas de littérature en ces pages, mais réflexes de Français, cœur de chasseur, âme de chef, nature d’élite qui s’affine en montant vers son destin, toutes pâtures célestes qu’il faut donner aux enfants de la patrie à régénérer, pour laquelle tant des nôtres sont morts25. »

En ce sens, Mouchotte est montré en exemple à tout un pays et aux jeunes générations. Cette forme de détournement du récit se révèle ainsi dans la manière très discutable de mettre en exergue l’une de ses phrases en fin d’ouvrage sous l’intitulé « Testament », où il y est question pour l’auteur de servir « Dieu, mon pays et ceux que j’aime26 ».

Le sens moral et religieux donné par l’auteur à son engagement permettait également de conforter l’idée que le combat de la France Libre était d’abord une question d’honneur, et non la démarche d’individus mus par l’esprit d’aventure, voire de « mercenaires », comme la propagande allemande et vichyste les avaient qualifiés27. En ce sens, le ralliement presque immédiat de Mouchotte à de Gaulle (dont il n’avait pas entendu l’appel) et son engagement apparemment tourné contre la seule Allemagne avaient tout pour faire consensus dans l’après-guerre. Le caractère posthume garantissait a priori que ces lignes n’avaient pas été « rédigées après, pour le besoin d’une cause28 ».

Au-delà des mythes

Si l’on soulève à présent un coin du tapis pour y voir quelle poussière y fut discrètement balayée, force est de constater que celle-ci a une certaine épaisseur.

Préparés pour l’édition dès le début de 1946, les carnets de Mouchotte ne furent publiés qu’en 1949, « retardés dans leur publication par diverses difficultés29 »… sans toutefois qu’à un quelconque endroit il ne soit stipulé qu’ils furent expurgés et partiellement remaniés. Il fallut attendre plus de cinquante ans pour qu’ils fassent l’objet par le Service Historique de l’Armée de l’Air d’une édition in extenso, coupures de presse et documents inclus.

3e édition des carnets de René Mouchotte par le Service historique de l’armée de l’air, 2000

Au-delà des aménagements littéraires et stylistiques, les coupes dans le texte original poursuivirent clairement plusieurs buts30. Tout d’abord, il s’est agi d’oblitérer les jugements acerbes de Mouchotte sur les hommes politiques et les Français qui ne partagèrent pas ses choix et acceptèrent de se laisser côtoyer par « des Boches arrogants31 ». Effacé aussi le gouvernement de Vichy, visé à travers les « bafouilleurs vendus à la propagande allemande et partisans d’une collaboration totale avec les Nazis. C’est la mère qui vend sa fille à la prostitution32 ! » La volonté de faire consensus après-guerre a de même conduit à atténuer les affres de l’auteur en terre certes amie, mais étrangère, avec de surcroît la crainte de passer en France pour des aventuriers33. La mort de Darlan en décembre 1942 donna lieu à une autre modification de texte lorsque Mouchotte rapporta sa discussion avec un vice-amiral britannique : « Il a bien ri quand je lui ai dit que je donnerais facilement dix livres pour l’élévation d’un monument à son assassin34). » L’édition de 1949 préféra une version moins provocante : « Nous avons ensuite parlé de Darlan qui disparaît de la scène politique à notre plus vive satisfaction35 »

La germanophobie exacerbée de Mouchotte fut également atténuée lorsque, sous le coup de l’émotion causée par les premières pertes du groupe de chasse « Alsace », l’édition de 1949 préféra effacer le combat qu’il se promettait de mener « jusqu’à l’assouvissement de notre vengeance qui ne prendra fin qu’à l’anéantissement de la race allemande36 ».

Enfin furent gommés ou censurés les détails – anecdotiques ou non – qui écornaient trop l’image de l’allié britannique et des Français libres, depuis les commentaires peu amènes sur la cuisine anglaise37] jusqu’aux crimes de guerre perpétrés par les commandos français à Dieppe38, en passant par les débats médicaux franco-britanniques relatifs aux méthodes les plus appropriées pour contenir les maladies vénériennes39. Symptomatiques de la pruderie d’une époque, toute allusion trop claire aux relations intimes fut systématiquement effacée, qu’il s’agisse des impairs linguistiques commises par des jeunes filles de bonne famille (« Môssieur, volez-vo coucher avec moâ ? »)40 « d’ébauches de flirts41 » ou d’une fiancée anglaise éplorée à la mort d’un pilote français42. Le but était manifestement de transformer les aviateurs en héros asexués et de dissimuler les mœurs que la guerre avaient conduit à assouplir.

Toutes choses qui allaient à l’encontre de l’image de « Croisés au cœur pur43 » proposée par André Dezarrois furent donc largement gommées. De même, la virulence des critiques de Mouchotte envers la stratégie britannique, jugée trop timorée en 1942, fut également atténuée44.

Certes, nombre de jugements tranchés de Mouchotte furent laissés à l’appréciation du lecteur en 1949, et l’on est parfois rétrospectivement surpris que l’éditeur n’ait finalement pas opéré davantage de coupes. Les modifications opérées révèlent néanmoins l’intérêt manifestement plus grand accordé au style littéraire qu’à l’honnêteté intellectuelle dans la présentation de ses carnets.

A priori, il n’y avait aucune raison de douter de la figure héroïque qu’offrait Pierre Clostermann dans son récit. Celui qui reçut le titre officieux de « premier chasseur de France » pour ses 33 victoires lors de la guerre, bardé de décorations et comblé d’honneurs, était aux antipodes du « héros très discret » de Jean-François Deniau.

Pourtant, en rapportant la dernière année de guerre, l’auteur prend d’évidence du recul avec son récit : s’il raconte toujours certaines de ses missions avec autant de détails, il brosse également la situation générale de la guerre aérienne avec des données qui n’ont manifestement pu être ajoutées qu’après le conflit. Cette écriture distanciée et à la chronologie plus incertaine conduit à des erreurs, à l’image du chapitre consacré au pilote allemand Nowotny que l’auteur indique avoir été abattu par l’un de ses subordonnés en mars 1945… alors que son appareil avait été détruit quatre mois auparavant (il reconnaîtra l’erreur dans l’édition de 2001).

Dans l’« édition du millénaire » qui réintègre les passages coupés dans l’édition originale, l’auteur justifie les coupes faites en 1947 par le « manque de papier»45 , même si se devine là encore la volonté de taire des épisodes qui n’apportaient rien à la gloire des pilotes alliés.

Surtout, il s’est agi pour lui de revenir petit à petit, au fil du temps, sur le drame de sa vie de pilote de chasse. Aviateur talentueux, mais indiscipliné, Clostermann éprouvait manifestement de la difficulté à demeurer à son poste de combat si une opportunité de succès s’offrait à lui. Ailier du commandant Mouchotte, et en conséquence « chargé de sa protection lors de la mission », il semble qu’il ait ainsi préféré abattre un appareil allemand en abandonnant son commandant qui se trouva de ce fait isolé.

Entretiens avec Daniel Costelle en 1990

Malgré un livre d’entretien avec Daniel Costelle où la question fut soulevée46, et après avoir levé un coin du voile dans l’édition de 2001, il fallut attendre l’adaptation de son récit en bandes dessinées par Manuel Perales pour que l’auteur, étroitement associé au projet, éclaircisse les conditions de son départ du groupe « Alsace » soixante ans après les faits : tenu par ses camarades de combat comme « en partie responsable » de la perte de Mouchotte, il fut ostracisé au sein du groupe de chasse français, ce qui conduisit à sa mutation dans un groupe de chasse britannique47.

Les Mémoires de Pierre Clostermann, parue chez Clostermann en 2005.

Dans ses Mémoires parus l’année précédant sa mort, Pierre Clostermann revint une nouvelle fois sur les voyages, les pêches, les rencontres et bien entendu les engagements auxquels il avait participé lors de la Seconde Guerre mondiale puis en Algérie. Si la période 1939-1945 représente un peu moins de la moitié de l’ouvrage et qu’il a relaté l’essentiel des épisodes dans ses précédents livres, l’intérêt est ici double. Tout d’abord, l’auteur complète son récit par certains points jusque-là délaissés (antécédents familiaux, analyses des films réalisés lors des combats aériens à la cinémitrailleuse, homologation des victoires aériennes, anecdotes de la vie des pilotes, relations amoureuses en Grande-Bretagne). Il règle au passage un compte personnel avec Bernard Dupérier, comme lui officier des Forces Aériennes Françaises Libres, qu’il présente pour la première fois explicitement comme un officier ambitieux et jaloux du succès des autres. Dans ce nouveau tome, l’auteur revient une fois encore sur la disparition de René Mouchotte dont il a été tenu pour partie responsable (notamment par Dupérier) – un épisode qui le hante manifestement. À cet égard, on devine que l’écriture lui sert d’exutoire et permet, par le jeu de la répétition, de s’assurer d’une postérité sans tache en imposant sa version des événements48.

Le second intérêt de cet ouvrage tient précisément dans ce qu’il offre la possibilité de mesurer l’évolution de la mémoire d’un individu au fil de ses publications et, dans ce cas, une autocensure de plus en plus lâche au fur et à mesure que les mœurs évoluent vers une plus grande tolérance et que l’approche de la mort permet de libérer la parole.

֍

Pas plus que celle des autres grandes figures de cette période, la figure du héros combattant n’a échappé à la recomposition de son rôle. Cela est particulièrement vrai pour Mouchotte, dont les carnets posthumes furent indubitablement l’objet d’une récupération idéologique au lendemain de la guerre, qui n’est pas très éloignée de celle qui s’est produite en France à la fin du XIXe siècle, après la défaite de 1870. L’œuvre de Pierre Clostermann, si elle est pour sa part sincère, n’en cache pas moins sa part d’ombre et de culpabilité, qu’il ne nous appartient naturellement pas de juger, mais qui nous révèle l’étendue des traumatismes individuels.



  1. Mosse George L., De la Grande Guerre au totalitarisme, La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette, 2008 (éd. anglaise : 1990), 293 p., p. 138-143. Ruffray Françoise de, « L’image du héros dans le choix de la carrière d’aviateur à travers les archives orales du Service historique de la défense », in Abzac-Épezy, Claude d’, Martinant de Préneuf Jean (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d’Ascq, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012. En ligne : http://books.openedition.org/irhis/246 (consulté le 16 décembre 2021). Tassel Alain, « Le « centaure du métal » ou la figure de l’aviateur dans l’œuvre de Joseph Kessel», Studi Francesi, 164 (LV | II), 2011, p. 292-299 []
  2. Accart Jean-Mary, Chasseurs du ciel, Grenoble, Paris, Arthaud, 1941, 207 p. Saint-Exupéry Antoine de, Pilote de guerre ,New York, Éd. de la Maison française, 1942, 253 p []
  3. Accart Jean-Mary, Silence, on vole ! La vie d’un groupe d’aviation de chasse français dans la R.A.F. Contée par ses pilotes disparus ou vivants, Grenoble, Paris, Arthaud, 1946, 159 p. Baitson Robert, L’Ombre sur les cocardes, Lyon, Sève, 1945, 238 p. Bourgain Louis et al., Bombardiers de nuit : Les groupes lourds sur l’Allemagne, Paris, Albin Michel, 1946, 87 p. Dupérier Bernard (Lieutenant-colonel), La Vieille équipe…, Paris, Berger-Levrault, 1946, 200 p. (La Seconde Guerre mondiale : histoire et souvenirs.). Livry-Level Philippe (Colonel), Missions dans la R.A.F., Paris, Mellotée, 1946, 174 p. (Collection Libération). Perret Louis-J.-M., En U.R.S.S. pendant la guerre, Paris, Office français d’édition, 1946, 143 p. Roy Jules, La Vallée heureuse, Alger, Charlot, 1946, 290 p. Sauvage Roger, Un du Normandie-Niémen, Givors, A. Martel, 1950, 319 p. []
  4. Sur les vocations suscitées par ces deux récits, cf. la préface du général Hugues Sylvestre de Sacy lors de la réédition des Carnets de René Mouchotte. Mouchotte René, Mes Carnets : juin 1940-août 1943, Vincennes, Service historique de l’Armée de l’air, 2000, 257-XXXI p., ici p. 9 []
  5. Des notices biographiques de René Mouchotte (1914-1943) et de Pierre-Henri Clostermann (1921-2006) figurent in Broche François, Caïtucoli Georges, Muracciole Jean-François (dir.), Dictionnaire de la France libre, Paris, Laffont, 2010, XXV-1602 p., ici p. 294-295, 1027-1028. []
  6. Mouchotte René (présentation : André Dezarrois), Les Carnets de René Mouchotte (1940-1943). Commandant de groupe de chasse dans la Royal Air Force. Commandant du Groupe Alsace, Paris, Flammarion, 1949, 257 p. Réédition en 1962 aux Éditions « J’ai lu » (collection « Leur aventure », n° A1-2). []
  7. Mouchotte René, Mes Carnets, op. cit. (éd. 2000). []
  8. Clostermann Pierre, Le Grand cirque. Souvenirs d’un pilote de chasse français dans la R.A.F., Paris, Flammarion, 1948, 307 p. Pour les éditions postérieures, cf. le catalogue général de la BnF. En ligne : <https://catalogue.bnf.fr/> []
  9. Mouchotte René, Les Carnets…, op. cit. (1949), p. 22 (entrée du 20 juin 1940), 52 (25 juillet 1940), 90-91 (8 janvier 1941), 118 (14 juillet 1941), 140 (21 octobre 1941), 162 (21 octobre 1941), 222 (17 mai 1943). []
  10. Ibid., p. 218 (entrée du 17 mars 1943 []
  11. Rudel Hans-Ulrich, Pilote de Stuka, Paris, J’ai lu, 1963 (éd. allemande : 1950), 372 p., ici p. 5-11. []
  12. Mouchotte René, Les Carnets…, op. cit. (1949), p. 83 (entrée du 10 décembre 1940, cit.), 105 (15 avril 1941). []
  13. Ibid., p. 76 (entrée du 25 octobre 1940). Formulation originale reproduite dans l’édition 2000 (p. 89) : « Ces feuillets ne sont-ils pas destinés à n’être lus que par moi-même dans quelques années ? » []
  14. Ibid., p. 223 (17 mai 1943 []
  15. Clostermann P., Le Grand cirque, op. cit., p. 7. []
  16. Ibid., p. 9 []
  17. Ibid., p. 8. []
  18. Ibid. (éd. 2000), quatrième de couverture []
  19. Ibid. (éd. 1948), p. 8. []
  20. Ibid. []
  21. Ibid., p. 10. []
  22. Ibid. []
  23. Membre du groupe parlementaire de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR), il anime l’aile gaulliste la plus inconditionnelle de l’UDSR, se heurtant alors, notamment, à François Mitterrand. Puis, en 1948, il quitte l’UDSR, quand le courant gaulliste de ce parti décide de ne plus pratiquer la double appartenance entre l’UDSR et le Rassemblement du peuple français, et s’inscrit au groupe de l’Action démocratique et sociale. Site dédié à Pierre Clostermann. En ligne : <https://pierre.clostermann.org/vie-politique/> (consulté le 4 janvier 2022). []
  24. Mouchotte René, Les Carnets…, op. cit. (1949), p. 5. []
  25. Ibid., p. 18. []
  26. Ibid., p. 258. []
  27. Discours radiodiffusé du général Valin, ibid. (éd. 2000), p. 188. []
  28. Introduction d’André Dezarrois, ibid. (éd. 1949), p. 7. []
  29. Ibid., p. 235. []
  30. La plus importante coupe (une page et demie), qui se rapporte au groupe de chasse « Alsace », ne trouve cependant aucune explication logique. Mouchotte René, Mes Carnets, op. cit. (éd. 2000), p. 242-244 (entrée du 18 avril 1943). []
  31. Ibid., p. 106-107 (entrée du 10 janvier 1941). []
  32. Ibid. Cf. aussi p. 89-90 (entrée du 26 octobre 1940), 97 (20 novembre 1940). []
  33. Ibid., p. 133 (entrée du 16 mai 1941). []
  34. Ibid., p. 232 (entrée du 31 décembre 1942 []
  35. Mouchotte René, Les Carnets…, op. cit. (éd. 1949), p. 206 (entrée du 31 décembre 1942). []
  36. Mouchotte René, Mes Carnets, op. cit. (éd. 2000), p. 245 (entrée du 18 avril 1943). []
  37. Ibid., p. 169-170 (entrée du 28 décembre 1941). []
  38. Ibid., p. 215 (entrée du 25 août 1942). []
  39. Ibid., p. 178-179 (entrée du 25 février 1942). []
  40. Ibid., p. 68 (entrée du 5 août 1940). []
  41. Ibid., p. 249 (entrée du 15 mai 1943). []
  42. Ibid., p. 240 (entrée du 16 mars 1943). []
  43. Mouchotte René, Les Carnets…, op. cit. (1949), p. 5. []
  44. Mouchotte René, Mes Carnets, op. cit. (éd. 2000), p. 223 (7 octobre 1942). []
  45. Clostermann Pierre, Le Grand cirque 2000. Mémoires d’un pilote de chasse FFL dans la RAF, Paris, J’ai lu, 2002, 665 p., p. 23.23 (7 octobre 1942). []
  46. Clostermann Pierre, Une Sacrée guerre ! Daniel Costelle questionne et enregistre les réponses de l’auteur sur sa vie, sa guerre et ses aventures, 1921-1945, Paris, Flammarion, 1990, 243 p. []
  47. Clostermann Pierre, Perales Manuel, Le Grand cirque. 1, Octobre 1942-décembre 1943, Bruxelles, Miklo, 2004 (Coll. : Biggles présente…), 96 p., ici p. 42. []
  48. Clostermann Pierre, Une vie pas comme les autres, Paris, Flammarion, 2005, 412 p. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Stéphane LOBRUTO dit :

    Merci pour cette relecture de deux livres qui ont bercé mon adolescence. Je vais de ce pas reprendre mes vieux exemplaires cornés d’avoir été lus et relus à la lumière de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search