Entrevue avec Jean-Luc Leleu, auteur de “Combattre en dictature”

En août 2022 paraîtra chez Perrin le prochain ouvrage de Jean-Luc Leleu, Combattre en dictature. 1944 – la Wehrmacht face au Débarquement. Tiré du mémoire inédit de son habilitation à diriger des recherches, obtenue en 2021, cet ouvrage entend éclairer d’un regard nouveau l’histoire des forces armées allemandes à l’Ouest à l’été 1944. C’est à l’occasion de cette future publication que nous nous sommes entretenus avec son auteur.

Comment ce travail se positionne-t-il au sein d’une historiographie de la Wehrmacht déjà riche ?

« Le défi était de ne pas faire de l’histoire-bataille tout en faisant l’histoire d’une bataille. L’histoire militaire est longtemps restée dans une posture narrative très classique. Or, une fois refermée la chronique des événements, on n’en retient pas énormément de choses. Plutôt qu’une approche culturelle, certes enrichissante mais toujours compliquée à mettre en œuvre, j’ai privilégié une lecture sociale. L’idée était de renouveler l’histoire militaire en quittant l’histoire des opérations tout en restant connecté à la réalité humaine du champ de bataille. Par ailleurs, l’idée était de faire le pont entre trois champs historiographiques assez cloisonnés sur la Wehrmacht : l’histoire des opérations d’une part[1], l’histoire des mentalités[2], enfin l’histoire qui traite des crimes de guerre, de la Shoah en particulier. Très peu de chercheurs ont essayé de lier les trois. Par exemple, l’histoire de la bataille de Normandie est totalement déconnectée du passif de cette armée allemande. C’est le prisme que j’ai choisi. »

Quelle(s) méthode(s) avez-vous employée(s) ?

« La question qu’il convient de se poser, c’est : comment faire progresser la recherche ? Premièrement, on peut trouver de nouveaux documents, jamais édités ou exploités. C’est la version la plus classique. Ensuite, on peut mettre en œuvre de nouvelles méthodes, par exemple une approche quantitative du combat par le biais des pertes en tués, blessés, prisonniers de guerre et malades. On peut ainsi disposer en creux d’un sismographe de la bataille. Le renouvellement de la problématique offre une troisième voie. À travers des changements d’échelle, la combinaison de la macro et de la micro-histoire permet d’obtenir des résultats intéressants. En macro-histoire, on a l’essentiel, le recul, on comprend les enjeux profonds, y compris sur du long terme, en comparant, en cherchant des évolutions. Il est cependant tout aussi utile de s’intéresser au vécu des contemporains, à leur perception, parce que cela nous ramène à l’expérience et au ressenti des individus. Cela donne également au lecteur une vision moins désincarnée de l’histoire. »

Je voulais aussi revisiter le 6 juin 1944, au-delà d’une simple chronique, et comprendre comment la défense allemande, préparée depuis deux ou trois ans à repousser un débarquement, a été à un tel point mise en échec. L’idée m’est venue à l’écoute d’une émission de France Inter. Un sociologue y présentait son enquête sur les réactions des autorités françaises lors de la tempête de 1999. Le contexte et les acteurs n’ont naturellement rien à voir avec ceux du jour J, mais la grille de lecture proposée pouvait être réemployée, à savoir décrypter les réactions en situation d’urgence, lorsqu’il s’agit pour une autorité de prendre (ou pas) des décisions sur la base d’informations souvent parcellaires, parfois erronées. Trompé par des messages de troupes paniquées, le commandement allemand a par exemple longtemps pensé le 6 juin que l’assaut allié s’étendait sur toute la Normandie, avec des débarquements dans le secteur allant de Cabourg à Honfleur. J’ai donc entrepris d’étudier le jour J sous l’angle des réactions en situation de crise. C’est une méthode : j’emprunte des outils d’une autre discipline, et je les applique. Le propre du chercheur face à un problème posé, c’est d’être curieux, imaginatif, astucieux.

Ce qui est assez fantastique avec l’histoire de l’Allemagne nazie et de la Wehrmacht, c’est à quel point notre inconscient, nos représentations, sont encore largement influencés, à la fois par la propagande et par les témoignages des acteurs de l’époque. Dans l’intervalle, la Guerre froide a aussi biaisé la perspective. Nous sommes donc encore assez largement conditionnés par des mythes. L’un des biais majeurs dans le cas présent, c’est que la plupart des études sont sous influence des témoignages des anciens officiers allemands. C’est l’un des rares cas où l’histoire est écrite, ou au moins largement inspirée, par les vaincus. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la section historique de l’armée américaine en Europe a ainsi procédé à l’interrogatoire de plusieurs centaines d’officiers allemands, dans le souci d’écrire une histoire militaire la plus objective possible. Ce travail d’enquête et de recueil d’études a débuté dès 1945 et s’est poursuivi jusqu’en 1961 sous la supervision de l’ancien chef d’état-major de l’Armée de terre allemande. Or, des consignes furent officieusement données aux officiers lors de la rédaction de leurs témoignages : ne pas dénigrer l’ancienne Wehrmacht, ne pas polémiquer inutilement… Il en a résulté une présentation aseptisée qui a servi de matériaux à l’écriture des historiques officiels américains. Cette version des événements se retrouve aussi très régulièrement dans les ouvrages ultérieurs, y compris les plus récents. »

Quelles sources avez-vous mobilisées pour étudier les pertes allemandes pendant la Bataille de Normandie, et quels constats en tirez-vous ?

« Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’armée allemande n’est pas parvenue à comptabiliser de manière fiable les chiffres de ses pertes pendant la Seconde Guerre mondiale, avec une sous-estimation de l’ordre de 20 % du nombre réel des morts. Pour contourner le problème, je me suis adressé à l’organisme qui gère de nos jours les sépultures militaires allemandes, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge. Ils m’ont communiqué leurs fichiers relatifs aux cimetières du grand Ouest. J’ai alors sélectionné tous les soldats morts entre le 6 juin et le 31 août 1944 puis j’ai incorporé les inconnus (dont la plupart sont sans doute morts à l’été 1944). J’ai ainsi pu déterminer qu’il y avait eu quelque 63 000 morts côté allemand. Des surprises sont apparues. La poche de Falaise est montrée fin août comme un carnage absolu. C’est vrai, mais on s’aperçoit qu’il y a finalement davantage de morts le 6 juin. Les bombardements sur la côte expliquent en partie ces pertes. De plus, c’est le premier jour d’offensive généralisée sur tout le front ; après, la bataille se décompose en fonction des secteurs. Les bombardements dans l’arrière-pays contre les nœuds de communication ont également provoqué des pertes, notamment parmi les unités non-combattantes de l’administration militaire, à l’image des Feldgendarmes ou des auxiliaires féminines. Le 6 juin est d’ailleurs le jour où les civils paient le plus lourd tribut. »

Avez-vous utilisé des ego-documents (témoignages, lettres de soldats, etc.) ?

« Oui, j’en ai même utilisé beaucoup, mais de manière indirecte. Pouvoir exploiter les dossiers du renseignement militaire anglo-américain fut en effet un avantage énorme. L’armée britannique et (par extension) les armées nord-américaines ont toujours conféré une place importante au renseignement. Aussi ont-elles recueilli et exploité un nombre impressionnant d’informations, entre autres tirées des documents saisis sur le champ de bataille (ordres, cartes, lettres personnelles, etc.). On trouve ainsi de nombreuses analyses de courriers saisis. Toute une procédure de criblage des prisonniers de guerre a par ailleurs été mise en place pour détecter les captifs potentiellement intéressants. Environ 10 % ont fait l’objet d’un interrogatoire retranscrit sous forme de procès-verbal. Certains ont même été espionnés en détention par le biais de microphones dissimulés, avec à la clé des dizaines de milliers de pages de transcriptions de conversations personnelles. »

Les archives du renseignement allié sont donc si intéressantes ?

« Oui. Les Alliés ont ainsi mené des enquêtes statistiques et des sondages d’opinion sur leurs prisonniers. Sur les 27 000 premiers soldats capturés en Normandie, 12 000 ont par exemple fait l’objet d’une enquête afin de connaître la situation de la ressource humaine allemande en 1944. Les Alliés l’ont comparée à une enquête similaire menée en Tunisie l’année précédente. Deux profils vraiment différents ont alors émergé : alors que l’Afrikakorps présentait le caractère d’une armée d’active jeune et aguerrie, les soldats capturés en Normandie offraient un éventail d’âge bien plus grand avec des personnels âgés de 16 à 69 ans. Et alors qu’en 1943 on notait une surreprésentation d’agriculteurs et de travailleurs du tertiaire, on trouve en 1944 d’avantage d’ouvriers, remplacés par toute la main-d’œuvre requise à travers l’Europe.

Plus généralement, les Anglo-Américains ont largement mobilisé les sciences sociales, comme la sociologie et la psychologie, dans le but d’essayer de comprendre le fonctionnement mental des soldats allemands pour mieux ensuite saper leur moral. Les rapports d’interrogatoire et les analyses de la division de la guerre psychologique sont conservés aux archives nationales britanniques (Kew) et américaines (College Park). J’ai par ailleurs découvert par hasard les fonds d’un ancien officier de la Psychological Warfare Division qui avait par la suite enseigné à l’Université de Stanford (Californie). Encore une fois, c’est de la curiosité, de la chance aussi, il faut toujours être à l’affût et très opportuniste. »

Vous abordez dans votre travail la question de la désobéissance dans les rangs de la Wehrmacht. Qu’en a-t-il été ?

« Jean Norton Cru, vétéran de 1914-1918, avait déjà tiré ce constat : “Si les ordres avaient été obéis à la lettre, c’est l’ensemble de l’armée française qui aurait été massacrée avant août 1915”. J’ai repris cette formule en l’adaptant : si les ordres de Hitler de tenir jusqu’au dernier homme avaient été respectés à la lettre, il n’y aurait plus eu de soldat allemand en vie en mai 1945. Cela veut bien dire qu’il y a désobéissance à un moment ou à un autre dans la chaîne hiérarchique. Prendre l’exemple d’une bataille, ici pensée comme décisive, permet de déterminer les points de rupture et de situer à quel niveau ils se produisent.

Le degré d’obéissance a évolué au cours de la bataille. Globalement, il y a un consentement au sacrifice en juin, du soldat au commandant en chef. Dès lors que le haut commandement exige en juillet de tenir les positions coûte que coûte en dépit d’un rapport de force de plus en plus défavorable aux Allemands, le principe de réalité est violé. Aussi les actes de désobéissance se sont multipliés et ont culminé en août avec des mouvements de repli qui se sont produits bien avant que le haut commandement n’en donne l’autorisation.

La désobéissance a pour corollaire le mensonge. C’est particulièrement vrai au sein des institutions disposant d’une capacité coercitive, à l’exemple de l’armée. Cela m’a emmené à aborder la question du mensonge, du haut vers le bas (quand la hiérarchie insiste pour tenir les positions au prétexte que des armes miracles vont bientôt tout changer) et du bas vers le haut (on triche sur les effectifs dont on dispose pour éviter de se voir ponctionner des forces ; on exagère les forces adverses etc.). Plus est grand le décalage entre les exigences de la hiérarchie et la réalité du rapport de force, plus il est nécessaire de tricher pour faire le pont entre les deux. Je me suis ainsi appuyé sur les travaux du sociologue Erving Goffman sur la mise en scène de soi : on réagit tous en fonction des attentes de son interlocuteur. Plus les contraintes sont fortes, plus on s’adapte et on investit un rôle qu’on estime approprié d’endosser. Dans ce jeu de faux-semblants, il est intéressant de voir la stratégie mise en œuvre pour falsifier les faits (et parfois les documents). »

Les individus ne se trompent-ils pas eux-mêmes ? Comment expliquer un tel aveuglement des troupes alors que la situation était désespérée ?

« J’ai choisi de montrer d’abord la réalité, voir comment on s’y adapte, comment on ment, mais aussi comment les individus perçoivent leur réalité, quitte à la travestir pour répondre à leurs propres angoisses. Il est ainsi intéressant de voir le décalage entre la réalité du rapport de force et l’interprétation qu’en font les individus. Encore une fois, la réponse est apportée par les sciences sociales, en l’occurrence la psychologie : l’individu a besoin de rationalité, d’avoir des réponses cohérentes pour comprendre son environnement, quitte à en inventer. Leon Festinger a théorisé le concept de dissonance cognitive : face à une réalité qui apparaît aberrante à l’individu, celui-ci essaie de rationaliser en trouvant une explication apparemment logique en se basant sur un postulat erroné. Dans le cas présent, il s’agit de réinterpréter l’ordre de poursuivre le combat alors que la situation semble de plus en plus désespérée. Or, dans l’équation, la confiance en Hitler apparaît souvent comme un terme invariable. Certains pensent qu’il a une stratégie cachée. Autre idée qui émerge : Hitler est sans doute mal conseillé. Il y a donc une incapacité générale à remettre en cause la figure charismatique de l’idole. En tout état de cause, la confiance dans le dictateur est demeurée suffisamment forte pour amener les individus à poursuivre la lutte. »

Certains soldats ont néanmoins déserté ou atteint leur point de rupture ?

« Les éléments qui désertent sont essentiellement les individus qui n’appartiennent pas à la collectivité allemande, les Osttruppen ou les citoyens appartenant à des territoires annexés par le Reich. Déserter signifie se mettre en ban de son pays, de son unité, de son groupe primaire, c’est trahir ses compagnons d’armes et c’est une mentalité étrangère à la culture allemande de l’époque et même de nombreux pays. En revanche, on trouve des redditions plus ou moins actives, documentées notamment par des sondages sur des prisonniers allemands capturés par les troupes américaines en juin et juillet 1944. À Cherbourg, on trouve même des mises en scène de combats pour rendre acceptable la reddition.

Pour pallier ces déficiences, la Wehrmacht a recouru à une coercition accrue. Jusqu’alors, cette coercition a surtout été analysée sous l’angle judiciaire, au regard des condamnations prononcées par les cours martiales. Or, une étude serrée des pratiques combattantes permet de relever la coercition radicale appliquée sur le terrain dans les situations de crise, par essence paroxystique, avec des supérieurs qui allèrent jusqu’à exécuter ou faire exécuter leurs propres hommes. Cette coercition n’était pas nouvelle puisque Hitler en avait donné l’ordre juste après Stalingrad en 1943. Pour autant, elle avait jusqu’ici largement échappé aux historiens. »

Quelles perspectives entrevoyez-vous à votre travail ?

« L’Allemagne nazie est intéressante à étudier car, comme toute dictature, elle contraint les individus à des postures en lui imposant un carcan rigide. Pour autant, un individu combat-il différemment sous un autre régime politique ? Même au service d’une démocratie, une armée demeure en elle-même une « petite dictature » avec une hiérarchie et des ordres qu’il convient d’exécuter. Il paraît donc utile de comparer cette étude sur la Wehrmacht avec d’autres armées. L’idée est de discerner les différences et les points communs, ce qui demanderait des études similaires sur des armées de différents pays, différentes époques, différents régimes. »

Entrevue menée le 1er avril 2022 à Caen

à paraître, en août 2022

[1] Comme celle de Karl-Heinz Frieser, sur la campagne de France de mai-juin 1940 ou celle de Romain Töppel sur la campagne de Koursk.

[2] Notamment les études menées dans le cadre du projet piloté par Harald Welzer et Sönke Neitzel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search