Évrecy sous les ruines : destruction et reconstruction d’un village normand

Commune rurale du Calvados située à 15 kilomètres au sud de Caen le village d’Évrecy comprend aujourd’hui une population de plus de 2 000 habitants. Le village s’inscrit dans la liste des villages ayant particulièrement souffert de la Seconde Guerre mondiale. Petit village rural et chef lieu de son canton Évrecy constituait un village d’importance, bien que modérée, dans ce secteur du Calvados. Tout comme d’autres villes et villages du nord de la France, Évrecy subit les conséquences de la défaite de 1940 et de l’Occupation jusqu’à l’ été 1944. L’installation des troupes allemandes s’accompagne de désagréments que les Ébrocéens sont alors contraints de subir. Les habitations et autres bâtiments sont occupés et la population est touchée par des mesures de restrictions mises en place et qui touchent à son organisation : couvre-feu, pillages, etc. Cette situation ne change qu’à partir du débarquement du 6 juin 1944, un événement qui provoque une arrivée de réfugiés principalement venus de Caen dans la commune et pensent pouvoir trouver refuge à Évrecy qui se trouve en retrait des plages. L’avancée des Alliés qui engage la bataille de Normandie fait de la ville de Caen un enjeu de la Libération et, dans ce cadre, plusieurs villages normands sont ainsi la cible d’une destruction programmée nécessaire aux Alliés pour obtenir des points stratégiques et stopper l’arrivée de renforts ennemis en coupant les nœuds de communication. Évrecy ne fait pas exception et, dans la nuit du 14 au 15 juin 1944, le village est la cible d’un bombardement aérien massif. Évrecy est durement touché et est détruit à 85% et compte 130 victimes sur sa population de 430 habitants1. Ainsi pour cette petite commune du Calvados les destructions matérielles et les pertes humaines sont importantes.

Pour les survivants du bombardement, les ruines deviennent alors un élément central de leur vie. Les ruines constituent ce qui a été perdu et témoignent de l’expérience traumatique vécue par les Ébrocéens encore présents dans le village. Les premiers jours qui suivent la destruction du village sont marqués par la priorité d’apporter secours aux victimes qui sont parfois emprisonnées sous les gravats qu’il faut déblayer. Ces premiers moments de vie dans les ruines se font malgré tout en cohabitation avec les quelques soldats allemands encore présents dans le village. Les ruines sont marquées par le deuil des habitants qui, faute d’autres moyens, creusent des fosses communes au pied de leur église, elle aussi durement touchée par les bombes. Si les habitants, par manque de ressources, sont finalement contraints de quitter leur village au cours de l’été 1944, sa libération  par les troupes du Royal Welch Fusilier le 5 août 1944 marque le retour progressif de la population qui souhaite donner une seconde vie à leur village. Les ruines restantes sont déblayées pour faire place à la reconstruction d’Évrecy tandis que les habitants s’installent provisoirement dans des baraquements installés en périphérie du village le long de la route menant vers Caen (actuelle D8). La vie s’organise à nouveau et les ruines deviennent parfois le terrain de jeu des enfants du village.

La conservation des ruines n’est pas une priorité pour les habitants d’Évrecy qui souhaitent avant tout reconstruire leur village. Le nouvel Évrecy est construit sur son emplacement d’origine et, dans certains cas particuliers comme celui de l’église, les ruines sont réutilisées dans la reconstruction. Concernant l’église ce choix de conserver les ruines dans la reconstruction pose le monument comme le témoin de l’histoire ancienne d’Évrecy. Les pierres réutilisées tout comme les controverses liées aux erreurs de la reconstruction et aux malfaçons encore présentes aujourd’hui permettent de mettre en évidence la volonté de transmettre la mémoire du passé du village. Malgré tout, la solidarité entre les habitants et les actions solidaires menées par les communes d’Yverdon-les-Bains et d’Yssingeaux mais également l’assistance assurée par la Suède pour fournir des baraquements provisoires au village permettent aux Ébrocéens de surmonter les difficultés de la guerre.

Aujourd’hui encore, Évrecy cherche à conserver une mémoire collective du souvenir de la guerre. Si le village actuel du bourg est différent de l’ancien, certains éléments encore présents à Évrecy témoignent de son passé. Les monuments aux morts entre autres permettent d’entretenir cette mémoire de guerre en accueillant diverses cérémonies annuelles aussi bien pour commémorer la Première que la Seconde Guerre mondiale. Les actions qui sont menées par la mairie telles que l’organisation d’une exposition en 2014 ouverte à tous ou encore l’édition de brochures comportant les archives privées conservées par les habitants et qui ont été distribués à tous les habitants de la commune permettent de ne pas oublier mais surtout de transmettre la mémoire du vieil Évrecy.

Mémoire de Master 2 recherche sous la direction de François Rouquet


 



Citer ce billet
Audrey Roussel (2022, 31 août). Évrecy sous les ruines : destruction et reconstruction d’un village normand. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u54m

  1. GARNIER Bernard, LELEU Jean-Luc, PASSERA Françoise et QUELLIEN Jean (dir.), Les populations civiles face au débarquement et à la bataille de Normandie. Actes du colloque international, Mémorial de Caen 25-27 mars 2004, Caen, CRHQ Mémorial pour la paix, 2005, p. 39 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search