Présentation de thèse – Les populations normandes face aux bombardements alliés durant la Seconde Guerre mondiale : organisations, perceptions, mémoires

            Existe-t-il un objet historique aussi documenté que le Débarquement allié en Normandie ? Études historiques, littératures en tout genre, filmographies, jeux vidéo, sites, musées… C’est plus de cinq millions de personnes qui se pressent chaque année dans les établissements touristiques de la région concernant la Seconde Guerre mondiale, dont 15 à 20% de plus lors des années décennales[i], découvrant l’histoire et construisant la mémoire de cet évènement. Pourtant, à l’aune du quatre-vingtième anniversaire du Débarquement, qui plus est année de l’accueil des Jeux Olympiques de Paris, laissant envisager une exposition médiatique sans précédent, une question demeure encore à la marge : comment les populations normandes ont-elles survécu au déferlement de feu et au traumatisme mémoriel engendré par les bombardements alliés ? 

            Si depuis 2014 et le discours de François Hollande, rendant pour la première fois hommage au niveau national aux victimes du Débarquement[ii], il y est unanimement reconnu – à l’inverse des autres régions de France – que la Normandie a été massivement bombardée[iii], le vécu de ces populations face à ces bombes reste encore méconnu. C’est ainsi que dans la continuité de notre mémoire de recherche[iv]  où nous avons étudié la façon dont les populations civiles françaises ont perçu les libérateurs à travers le prisme des bombardements aériens, nous souhaitons dorénavant soumettre cette perception à une dimension plus organisationnelle pour la nécessaire survie physique, sensorielle, émotionnelle et mémorielle des Normand·e·s face à ces évènements traumatiques. Notre thèse, sous la direction de Thomas Hippler, s’intitule ainsi Les populations normandes face aux bombardements alliés durant la Seconde Guerre mondiale : organisations, perceptions, mémoires.

AD14, 5FI/2, Fonds Robert Delassalle, “Les destructions de Caen après les bombardements de 1944”, “Rue Saint-Jean en ruines”.

État de la recherche 

            Il s’agit donc ici de questionner l’organisation, orchestrée ou subie, des populations normandes (civile, militaire, institutionnelle) face à l’élément déclencheur que constituent les bombardements alliés. Notre volonté est ainsi d’étudier l’agentivité (agency) de ces populations, c’est-à-dire la capacité de ces êtres à agir sur leur monde. Et en l’occurrence l’ordre du monde manichéen des Normand·e·s est particulièrement troublé, avec les Alliés bombardant une population à libérer. Cette étude permet alors la rencontre entre une histoire de l’Occupation, qui a extrêmement bien balisée l’organisation de la population française face à l’occupant allemand (sous l’impulsion notamment de Robert Paxton, Philippe Burin, Pierre Laborie, Henry Rousso) mais qui n’a que trop peu abordée la question des bombardements alliés, et une histoire des bombardements alliés ne s’attardant que trop rarement sur la dimension organisationnelle des Françaises et des Français. Après l’édition d’un grand nombre de témoignages dans l’immédiat après-guerre, l’historiographie des bombardements en Normandie connait un essor important dans les années 1990 avec la recrudescence des témoignages et la publication des importants travaux de Michel Boivin, de Gérard Bourdin, et de Jean Quellien pour la Basse-Normandie[v] et de Bernard Garnier et de Michel Pigenet pour la Haute-Normandie[vi]. Au niveau national, c’est l’ouvrage fondateur d’Eddy Florentin en 1997[vii], et surtout les éminents travaux d’Andrew Knapp (2014)[viii] et de Stephen A. Bourque (2019)[ix], qui ont doté cette question d’une dimension nouvelle : les bombardements alliés ont une influence sous-estimée sur la vie des Français et des Françaises. Nous voulons ainsi projeter le regard scientifique vers la nécessaire imbrication entre bombardements alliés et organisation des populations au sein de l’espace conflictuel qu’est la France de l’Occupation. 
            De plus, si ces bombardements représentent 20% de l’effort total des bombardements alliés, la Normandie occupe de facto une place particulière en étant une des régions les plus bombardées de France. Notre étude permettrait donc de poursuivre l’historiographie normande sur cette question.

A. KNAPP, Les Français sous les bombes alliées, Paris, Tallandier, 2014.

Cadre spatio-temporel

         Notre étude se concentre donc sur la région normande. En effet, bombardée dès septembre 1940, puis de façon exponentielle jusqu’au Débarquement et à la Libération, la Normandie occupe un lien privilégié avec cette histoire. Notre période s’étend ainsi principalement de juin 1940, basculement du pouvoir de la IIIe République aux derniers bombardements sur la Normandie lors de la fin de l’été 1944 avec notamment les tragiques bombardements du Havre le 5 et 6 septembre. Toutefois, nous questionnons actuellement cette périodisation car les dégâts, ne serait-ce que matériels, de ces bombardements ont bouleversé la vie des populations jusqu’aux années 1950. En effet, un nombre conséquent de témoignages expliquent que durant les années suivant ces évènements “il n’y avait plus de carreaux aux fenêtres[x]“, “il n’y avait plus rien. Il n’y avait plus de lumières, il n’y avait plus de chauffage, il y avait plus rien hein. On a passé notre hiver comme ça. Et l’hiver d’après aussi[xi].” Ces éléments nous amènent ainsi à envisager une chronologie jusqu’à une période qui semblerait être un retour, logistique du moins, à une vie moins bouleversée par les bombardements alliés autour de l’année 1947-1948. De même, nous nous autorisons à outrepasser occasionnellement cette périodisation afin d’étudier la construction mémorielle des sources orales occupant une place prépondérante dans notre travail. En effet, ces mémoires individuelles, étant façonnées par l’histoire et la mémoire collective[xii] mouvante de la Seconde Guerre mondiale, il est indispensable pour notre étude de comprendre les points d’ancrages de ces mémoires afin d’analyser l’organisation sensorielle et mémorielle des populations normandes face à ces bombardements alliés. 

Perspective de recherche

            Ainsi, en questionnant l’agentivité des Normand·e·s face aux bombardements alliés, nous imbriquons, dans cette recherche, une histoire des institutions à une histoire sociale, des émotions, des sensibilités et de la mémoire. 

            En effet, dans un premier temps, cette thèse permet d’étudier et de mettre en exergue le rôle méconnu de la Défense Passive, dont les archives se situent dans les grandes métropoles normandes (comme les dossiers S-9 et S-10 des archives municipales de Caen). Cet organe, pourtant au cœur des interactions entre l’État vichyste (que nous pouvons observer à travers les sources des préfectures et des sous-préfectures normandes), l’occupant allemand, les populations locales et donc les bombes alliées, n’a jamais bénéficié d’une étude d’ampleur[xiii] alors qu’il est incontournable dans l’organisation des populations face à ces bombardements. Nous cherchons donc à dresser une monographie de la Défense Passive normande pouvant servir de point d’appui pour des études à l’échelle nationale. Nous explorons ensuite comment les populations, après avoir raillé la Défense Passive devant l’absence de bombardements réguliers, finissent par s’approprier ces mesures à travers, par exemple, les vétérans de la Première Guerre mondiale qui se retrouvent à creuser de nouvelles tranchées. Cela nous permettra d’étudier l’importance des abris-antiaériens, émanant de la Défense Passive, des initiatives individuelles et/ou collectives, comme lieu de solidarité face aux bombardements comme en témoignent notamment les grands abris de la région : des carrières de Fleury-sur-Orne, des mines de Saint-Rémy-sur-Orne ou encore du tunnel Jenner au Havre, rassemblant par moment plusieurs milliers de personnes. Nous étudierons également avec une attention toute particulière la place des femmes dans cette organisation face aux bombardements alliés. Effectivement, exclues de la Défense Passive, elles ont alors investies des associations non-gouvernementales comme la Croix-Rouge (dont les archives se situent aux Archives Nationales), des organisations d’entraides catholiques ou des organisations ayant une portée collaborationniste comme le Comité ouvrier de secours immédiat. Sous ces formes parallèles, elles furent ainsi des actrices importantes durant l’entièreté des étapes de l’organisation face aux bombardements alliés : en amont, pendant la chute des bombes, lors des déblaiements, des évacuations (quotidienne, volontaire ou contrainte) et de l’exode de 1944, ou en apportant une aide matérielle aux plus touché·e·s après les bombardements.

Archives municipales de Cannes, 4H21, Brassard de la Défense Passive, 1939-1945

            

  Enfin, à cette histoire des institutions se superpose donc une histoire sociale et des émotions avec l’organisation sensorielle, émotionnelle et mémorielle des Normandes et des Normands. En effet, le fait que les victimes des bombes aient assisté à la destruction de leur monde entraîne un traumatisme colossal qui n’a été que trop peu étudié dans le champ de la reconstruction matérielle des villes et des villages. Nous questionnons ainsi la construction du récit entourant les bombardements alliés entre les institutions élaborant une mémoire commémorative et les mémoires – pouvant être traumatiques – des victimes normandes, en nous inscrivant dans la continuité des travaux de Sandrine Lefranc sur les mémoires traumatiques et Sarah Gensburger sur les politiques mémorielles. C’est pourquoi une part importante de notre corpus se trouve dans les témoignages des Normands et des Normandes ayant vécu directement ou indirectement ces bombardements. Un certain nombre de ces témoignages ont été publiés, d’autres sont conservés dans des bases de données comme celle du Mémorial de Caen ou du laboratoire HisTeMé et d’autres enfin, sont le fruit de notre propre collecte débutée durant notre master. En effet, l’étude de ces témoignages, à la fois rédigés et oraux, nous permet d’analyser l’évolution et la construction de la mémoire individuelle entourant l’histoire des bombardements alliés en Normandie. De même, cette démarche, au prisme de l’histoire orale, permettra de questionner le vécu des enfants face à ces évènements car les personnes actuellement encore en capacité de témoigner étaient rarement majeures lorsqu’elles ont vécu les bombardements. Ainsi, en nous appuyant également sur le programme Mémoire et Traumatisme – 13 novembre et les travaux de Jan Plamper sur les émotions, nous allons analyser la construction de la mémoire individuelle et collective de ces témoignages tout en les conservant dans la base de données EGO du laboratoire HisTeMé et éventuellement dans celle du Mémorial de Caen. Nous sommes également en pourparlers avec le Mémorial de Caen et le Mémorial des victimes civiles de Falaise afin mettre en place des actions de valorisation culturelle de ces témoignages, dans l’optique de construire, au sein de notre étude, un lien entre histoire et mémoire.  


[i] P. LEGUELTEL, “Les musées normands sur la Seconde Guerre mondiale doivent accompagner le passage de la mémoire à l’histoire”, Les Echos, 6 juin 2019 [consulté le 10 octobre 2022], URL : https://www.lesechos.fr/pme-regions/normandie/les-musees-normands-sur-la-seconde-guerre-mondiale-doivent-accompagner-le-passage-de-la-memoire-a-lhistoire-1026974.

[ii] E. LUCET, “Caen : l’hommage de François Hollande aux victimes du Débarquement”, France Info, 6 juin 2014 [consulté le 23 août 2020], URL : https://www.francetvinfo.fr/caen-l-hommage-de-francois-hollande-aux-victimes-du-debarquement_615979.html.

[iii] À l’instar de toutes les mémoires des Normand·e·s, cette mémoire fut confisquée par la mémoire du Débarquement, nous donnant la sensation que les bombes alliées se sont abattues sur la Normandie qu’à partir de 1944 alors que ce fut le cas dès septembre 1940 : J. QUELLIEN, “La Normandie : une mémoire écrasée par le Débarquement”, Images et comportements sous l’Occupation : Mémoires, transmissions, idées reçues [en ligne], Rennes, Presse Universitaire de Rennes, 2016, [consulté le 10 octobre 2022], URL : https://books.openedition.org/pur/46594?lang=fr.

[iv] O. MOREAU, Perception des bombardements aériens alliés en France durant la Seconde Guerre mondiale : paradoxe entre libération et déshumanisation, mémoire de master en sciences sociales (histoire), (dir.) T. HIPPLER, Université Caen-Normandie, 2020.

[v] M. BOIVIN, G. BOURDIN, J. QUELLIEN, Villes normandes sous les bombes, Caen, Presse Universitaire de Caen – Le Mémorial de Caen, 1994 ; M. BOIVIN, G. BOURDIN, B. GARNIER, Les victimes civiles de la Basse-Normandie dans la Bataille de Normandie, Caen, Lys, 1996.

[vi] B. GARNIER, M. PIGENET (dir.), Les victimes civiles des bombardements en Haute-Normandie, 1er janvier 1944 – 12 septembre 1944, Caen – Rouen, CRHQ – IRED, 1997. 

[vii] E. FLORENTIN, Quand les Alliés bombardaient la France, Paris, Temps, 2008 [1e ed. 1997].

[viii] A. KNAPP, Les Français sous les bombes alliées, Paris, Tallandier, 2014.

[ix] S. A. BOURQUE, Au-delà des plages, la guerre des Alliés contre la France, Paris, Passés Composés, 2019.

[x] Témoignage de Mme D. Duhamel in M. BISSON (dir.), Mémoire de la Libération, libération de la mémoire, Pontigny, Collège Pierre et Marie Curie, 1994, p. 133.

[xi] Témoignage de Rachel Lepaulmier, entretien mené par O. MOREAU, le 29 novembre 2019 à Aunay-sur-Odon. 

[xii] L. CAILLOCE, “Comment se construit la mémoire collective ?”, CNRS Le journal, 18 septembre 2014 [consulté le 11 octobre 2022], URL : https://lejournal.cnrs.fr/articles/comment-se-construit-la-memoire-collective.

[xiii] À l’inverse du Royaume-Uni, de l’Allemagne ou du Japon, en France, les études sur la Défense Passive se concentrent principalement autour de certaines villes, lors de mémoires de master, comme Rouen (1990), Lille (1996), Lyon (1999). Toutefois, ces dernières années, de plus en plus d’études s’emparent du sujet comme sur la Défense Passive du Havre (2021), sur la direction de la Défense Passive (2021), ou encore celle de Rouen dans un ouvrage de Daniel Noreux (2019).



Citer ce billet
Octave Moreau (2022, 27 octobre). Présentation de thèse – Les populations normandes face aux bombardements alliés durant la Seconde Guerre mondiale : organisations, perceptions, mémoires. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u54u

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search