Retour sur la journée Jeunes chercheurs : Sources et méthodes pour écrire l’histoire de soldats issus de minorités en société coloniale : les juifs de Tunisie dans la Deuxième Guerre mondiale

Par Marie-Anne Guez, enseignante agrégée, docteure en Histoire contemporaine.
Thèse : « Juifs de Tunisie au combat dans les deux guerres mondiales », soutenue à Paris 1 Panthéon Sorbonne, sous la direction de P. Vermeren.

 

            Cette intervention a présenté les conclusions de notre recherche, en exposant la méthode suivie pour rédiger les notices de près de 1 000 soldats juifs de Tunisie qui ont combattu sur tous les fronts lors de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale. Grâce à ce travail prosopographique, deux générations de soldats apparaissent, et leurs combats politiques dans l’entre-deux-guerres sont exhumés des archives. Pour la Deuxième Guerre mondiale, nous avons documenté 100 parcours d’engagés volontaires en 1939-1940 et 600 parcours d’engagés dans les Forces françaises libres : les FFL ont participé à la libération de la Tunisie après les six mois d’occupation allemande (novembre 1942-mai 1943) et recrutent pour la suite des combats. Cela représente un ratio élevé : près d’un engagé pour 46 adultes masculins, ce qui dépasse le ratio calculé par J. -F. Muracciole pour les juifs d’Algérie, déjà considéré comme record (un engagé pour 65 adultes masculins)1 . Ces hommes ont donc connu pour certains la Débâcle, ont été emprisonnés dans les Stalags et Frontstalag. Ceux qui reviennent en automne 1940 en Tunisie découvrent le Statut des juifs qui y a été instauré en novembre. Ils subissent entre novembre 1942 et mai 1943 les traumatismes de l’occupation allemande et la déportation dans des camps de travail forcés en Tunisie. Des centaines d’entre eux s’engagent alors dans la résistance (réseaux de renseignements en Tunisie) et dans les FFL en 1943. Ils  débarquent en Italie et en Provence avec la 1re  DFL, ou en Normandie avec la 2e DB, et participent à la libération de l’Europe.

Pour documenter ces parcours, retrouver la complexité des situations, cerner les motivations et retracer l’expérience de ces combattants issus d’une minorité, il a fallu chercher dans de nombreux centres d’archives : les juifs de Tunisie représentent en effet 3% de la population tunisienne, soit 80 000 personnes, et l’essentiel d’entre eux est de nationalité tunisienne. Juifs en terre d’Islam, ils sont exclus de l’armée : ils sont donc non mobilisables par le colonisateur qui n’a pas changé leur statut (il n’y eut pas de naturalisation massive en Tunisie comme ce fut le cas pour les juifs d’Algérie avec le décret Crémieux, en 1870). Ces hommes ont donc fait une démarche d’engagement volontaire.

Les travaux des historiens Paul Sebag et Jacques Taïeb, listant les noms des juifs de Tunisie2 , ont permis de délimiter ce groupe, et nous ont fourni le « fil d’Ariane », indispensable pour entrer dans les répertoires des archives militaires (registres, états des services, dossiers de FFL), diplomatiques, administratives (dossiers de naturalisations) et dans la presse publiée ou diffusée en Tunisie.

La base de données ainsi construite (lieux de vie, âge, emploi, date d’engagement, lieux des combats, décorations, blessures, mort…) et contextualisée, permet de compter, quantifier, qualifier, comparer, et ainsi d’écrire une « histoire de la complexité », à hauteur d’hommes, indispensable notamment  en histoire coloniale selon Colette Zytnicki et Sophie Dulucq3. Elle renouvelle la compréhension des relations entre un segment de la société coloniale et la France, relations réévaluées au moment des deux guerres mondiales.


 



Citer ce billet
Françoise Passera (2022, 22 novembre). Retour sur la journée Jeunes chercheurs : Sources et méthodes pour écrire l’histoire de soldats issus de minorités en société coloniale : les juifs de Tunisie dans la Deuxième Guerre mondiale. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u54x

  1. Jean-François Muracciole, Les Français libres :  l’autre Résistance, Paris : Tallandier, 2009, p. 169 []
  2. Jacques Taïeb, Juifs du Maghreb: noms de famille et société, Paris : Cercle de généalogie juive, 2004, 271 p. et Paul Sebag, Les noms des juifs de Tunisie :  origines et significations, Paris: l’Harmattan, 2002 []
  3. Sophie Dulucq et Colette Zytnicki, « Penser le passé colonial français: Entre perspectives historiographiques et résurgence des mémoires », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 86, no 2, 2005, p. 59 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search