Retour sur la journée Jeunes chercheurs : Être Juif…ou pas. L’identification des Juifs parmi les prisonniers de guerre dans les stalags et oflags allemands, 1940/1945

Par Delphine Richard, doctorante de l’université de Lyon 1 sous la direction de Laurent Douzou.
Sujet de thèse : Les prisonniers de guerre juifs de l’armée française

L’histoire méconnue que ma thèse propose de retracer est celle de plusieurs milliers de Juifs de France, prisonniers de guerre, qui survivent malgré leur présence sous étroit contrôle allemand dans « l’espace vital ». Lors de la débâcle de l’armée française au printemps 1940, la Wehrmacht capture une masse phénoménale de soldats français, parmi lesquels se trouvent des Juifs. Près de 13000 d’entre eux sont bientôt transférés en Allemagne et répartis sur l’ensemble de son territoire dans des camps militaires, les stalags et les oflags réservés aux officiers. Au cours de leur captivité, des menaces planent sur leur sort, mais les autorités allemandes ne portent pas atteinte à leurs existences : protégés par leur statut de prisonnier de guerre tel qu’il est défini par la Convention de Genève de 1929, ces Juifs de France sont libérés par les troupes alliées en 1945.            

Menant l’enquête dans une perspective très large, j’ai tenté de comprendre les raisons de cette survie exceptionnelle, mais également de retrouver ces hommes et de décrire leurs conditions de captivité. C’est en abordant leur histoire quotidienne par le bas à l’appui de sources originales que j’ai peu à peu mis au jour une de ses variables fondamentales : leur identification-ou non- comme Juifs par les autorités allemandes. Au moment même où les civils juifs de toute l’Europe occupée sont systématiquement et très rigoureusement recensés, aucune opération similaire n’a jamais été organisée à l’échelle de la captivité. Néanmoins, au cours de l’immatriculation de ces prisonniers à leur arrivée en Allemagne, les autorités locales interrogent chaque prisonnier sur sa religion. Et lorsque cette question leur est posée, certains Juifs se déclarent comme tels, d’autres non. Par la suite, c’est essentiellement cette réponse qui conditionne leur captivité : d’une façon générale, seuls ceux qui se sont déclarés comme Juifs subissent des discriminations antisémites. Malgré ses lacunes et biais, un corpus de fiches allemandes d’immatriculation et de témoignages permet de travailler au croisement des logiques administratives et identitaires, éclairant un processus d’identification allemand qui étonne par sa diversité tout comme la complexité du phénomène identitaire qui se joue du côté des prisonniers.

En savoir plus : La captivité en Allemagne des soldats juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale : l’ébauche d’un phénomène diasporique éphémère ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search