Retour sur la journée Jeunes chercheurs : Juifs dans le Massif central durant la Seconde Guerre mondiale : une multiplicité de parcours.

Par Jean-Michel Rallières, doctorant de l’université de Clermont-Ferrand.

Thèse : Juifs dans le Massif central durant la Seconde Guerre mondiale. Face à la persécution : accueil, assignation à résidence, entraide et sauvetage, sous la direction de Patrick Cabanel et Jacques Cantier.

Quels ont été le quotidien et le sort de la population juive, française et étrangère, habitant le Massif central de longue date ou venue trouver refuge dans la région durant la Seconde Guerre mondiale ? Quelles sont les logiques qui ont prévalu à la survie et au sauvetage et celles qui ont conduit à la déportation des populations juives ? Cette recherche s’intéresse au sort des Juifs de France durant la Seconde Guerre mondiale, et ce dès l’année 1939, sur une zone géographique plus grande que dans les études locales récentes cherchant à changer d’échelle pour renouveler l’histoire de la Shoah : le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire, le Cantal, le nord de la Lozère et le nord de l’Aveyron. Les réponses sont à chercher dans les parcours d’individus, toile de fond de ce travail. C’est afin d’étudier de plus près les persécutions, les arrestations et les déportations dans les processus de mise à mort mais aussi les différents acteurs impliqués dans les processus de survie et leurs actions, qu’elles relèvent de l’accueil, de l’entraide ou du sauvetage, qu’une approche régionale portant son regard sur un territoire auquel l’historiographie ne s’est jusqu’à présent intéressée que par petites touches, a été choisie.

Réfugiés parmi d’autres réfugiés, ceux qui arrivent avant, pendant et après l’exode fuient la menace allemande. Avec les statuts de 1940 et 1941, l’État français crée pour ces femmes et ces hommes, Français et étrangers, une nouvelle catégorie de la population. Ils deviennent des Juifs, régulièrement contrôlés, soumis à la discrimination, spoliés, interdits d’exercer leur profession pour les uns, mis au travail forcé dans des groupements de travailleurs étrangers pour les autres ou encore regroupés et assignés à résidence. À partir de l’été 1942, dans ce qui est pourtant encore pour quelques mois appelé la « zone libre », ils subissent les premières arrestations et déportations, début d’une série qui ne s’arrêtera plus jusqu’à la Libération. Pourtant, la grande majorité de ceux qui trouvent refuge dans le Massif central va échapper à la mort. Aux stratégies adoptées pour rester discret et ne pas se faire repérer tout en continuant à vivre, à la débrouillardise et à la persévérance, à la méfiance qui devient de plus en plus grande avec le temps s’ajoutent de nombreux gestes de soutien, d’entraide et de sauvetage de la part de la population non juive, autochtone ou elle aussi réfugiée, parfois associés aux actions d’organisations de secours, juives ou non. Cette approche multifactorielle tente d’expliquer pourquoi autant de personnes ont survécu mais également pourquoi autant ont péri.

ée française



Citer ce billet
Françoise Passera (2022, 22 novembre). Retour sur la journée Jeunes chercheurs : Juifs dans le Massif central durant la Seconde Guerre mondiale : une multiplicité de parcours. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u54z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search