25.01.2023 : Sobibor : photographier les lieux du crime

Le séminaire Traces de guerre accueille Martin Cüppers, docteur en histoire, responsable scientifique du Bureau de recherche sur les crimes nazis (Forschungsstelle Ludwigsburg) de l’Université de Stuttgart pour l’ouvrage collectif qu’il a dirigé :

Fotos aus Sobibor

Le livre est disponible au centre de documentation.
Ci-dessous, pour information, le compte-rendu rédigé par Stefan Martens publié dans la revue Association pour la connaissance de l’Allemagne d’aujourd’hui, 2020/4 N° 234 et consultable sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-allemagne-d-aujourd-hui-2020-4-page-168.htm

En 2015, le petit-fils de Johann Niemann, adjoint du commandant du camp d’extermination de Sobibor, remet à l’historien Martin Cüppers, directeur du centre de recherche Ludwigsburg sur les crimes nazis près de l’Université de Stuttgart, 49 clichés trouvés par hasard dans la grange de la maison familiale, montrant l’officier SS et d’autres gardiens du camp dans leur vie quotidienne.
D’autres photographies sont retrouvées par la suite, témoignant du parcours « professionnel » démoniaque de J. Niemann : en1934, à 21 ans, il intègre la SS, de 1939 à 1941 il est engagé dans « l’Action T4 »,nom donné après la Seconde Guerre mondiale à la campagne décidée par le régime nazi d’extermination d’handicapés physiques et mentaux (arrêtée officiellement par Hitler à l’été 1941), en mars 1942, lorsque débute « l’action Reinhard », nom de code qui désigne l’extermination systématique des Juifs et d’autres minorités du « Gouvernement général de Pologne » pendant la Seconde Guerre mondiale, il est transféré au camp de Belzec où il participe au montage des chambres à gaz, enfin d’octobre 1942 jusqu’à sa mort le 14 octobre 1943 (un détenu lui fend la tête d’un coup de hache), il sévit dans le camp de  Sobibor.

Certes, le contraste est saisissant entre ce que les photographies montrent et ce qu’elles ne montrent pas, à savoir les crimes commis par les SS. Non seulement le régime avait strictement interdit aux personnels des camps d’extermination de parler à l’extérieur de ce qu’ils voyaient, de photographier ou de filmer une quelconque scène compromettante, mais de plus J. Niemann se complaît à se mettre en scène seul ou avec ses acolytes durant des promenades, des excursions, des déjeuners, on le voit même rayonnant et martial, à cheval, sur la « rampe » de Sobibor. Au total, l’historien Cüppers dispose de 361 images d’anthologie. C’est à partir de cette collection – dont les documents originaux ont été cédés au United States Holocaust Memorial Museum de Washington – que M. Cüppers et une équipe d’historiens (Anett Gerhardt, Karin Graf, Steffen Hänschen, Andreas Kahrs, Anne Lepper, Florian Ross) ont conceptualisé, sous l’égide du centre de Ludwigsburg et du centre de formation Stanislaw Hantz de Cassel, un recueil remarquable sur le processus génocidaire engagé par les nazis en territoire polonais, où périrent près de 1,6 million de Juifs dans les camps de Sobibor, Belzec et Treblinka.

L’ouvrage est exceptionnel à plusieurs titres. Alors qu’il n’existait que deux clichés connus du camp de Sobibor, la découverte de ces photographies donne une impulsion nouvelle à la connaissance visuelle de la Shoah dans la Pologne occupée par les nazis, elle permet notamment de reconstituer la structure architecturale du camp de Sobibor qui avait été fermé et rasé par le personnel SS après le soulèvement des détenus en octobre 1943, au cours duquel 300 purent s’échapper. Les clichés retrouvés, mettant également en lumière le cheminement personnel de J. Niemann, permettent ainsi de mieux comprendre l’évolution des compétences dans la mise en œuvre des assassinats de masse. On y repère la complicité qui lie les SS aux auxiliaires volontaires, des prisonniers de guerre soviétiques, appelés « Trawniki » (du nom du village situé à une quarantaine de kilomètres à l’est de Lublin et du camp de formation SS du même nom qui y fut implanté), et qui ont constitué une force employée pour les déportations depuis les ghettos et les exécutions de masse. Chaque camp de « l’Action Reinhard » était doté d’une compagnie de 90 à 130 auxiliaires. Les auteurs du livre ont d’ailleurs cru découvrir deux clichés représentant John Demjanjuk, cet ancien Trawniki condamné par la justice allemande, en 2011, à cinq ans de prison pour sa participation à l’assassinat de 28 000 Juifs à Sobibor, et qui a toujours nié avoir été dans le camp.

Le camp de Sobibor, dont il ne subsistait aucune trace matérielle après la fin de la Seconde Guerre mondiale, n’a pu pendant près de 75 ans témoigner de l’horreur de la Shoah. C’est Auschwitz qui incarne le symbole de l’abomination nazie. Ce recueil de photographies intégrant des textes scientifiques éclairants, contribuera sans nul doute à l’essor d’un travail de mémoire renouvelé sur Sobibor et de manière plus globale sur les crimes perpétrés par les nazis dans les territoires occupés de la Pologne

Stefan MARTENS



Citer ce billet
Françoise Passera (2023, 3 janvier). 25.01.2023 : Sobibor : photographier les lieux du crime. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u552

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search